L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

Accueil >> Plan du Site >> Index des personnages

Traduction automatique de cette fiche :
 -  -  -

Judas Iscariote

L'apôtre qui trahit Jésus.

 


 Présentation générale     
Haut de page           

Judas tient une grande place dans l'œuvre de Maria Valtorta. Dans une de ses dictées, Jésus conseille au lecteur : "Pour vous aussi - et cela je le dis spécialement pour ceux qui sont préposés au soin des cœurs - il est nécessaire de s'instruire en étudiant Judas" (Tome 2, chapitre 48).          

Plus loin, il justifie l'importance donnée à cet apôtre dans les visions données à Maria Valtorta : "Pourquoi mettre en lumière la figure de Judas ? Plusieurs se le demanderont. Je leur réponds : La figure de Judas a été trop déformée au cours des siècles. Et, ces derniers temps, elle a été complètement dénaturée. Dans certaines écoles, on en fait presque l'apothéose comme s'il était l'artisan secondaire et indispensable de la Rédemption. Beaucoup, ensuite, pensent qu'il a succombé à un assaut imprévu, féroce, du Tentateur. Non. Toute chute a sa préparation dans le temps" (
Tome 7, chapitre 162).

Origine        
Haut de page           

C'est un judéen de Kériot au sud d’Hébron. Il est fils unique de Simon et de Marie.

Apparence   
Haut de page           

Ci-contre : Judas au cinéma. 

Judas est "beau et juvénile". Il a environ 25 ans et une taille équivalente à celle de Jésus, soit 1,80 m environ. Brun de cheveux et de teint (
Tome 8, chapitre 28), il a les yeux noirs et les cheveux frisés, mais courts, à la mode judéenne (Tome 2, chapitre 42). Il est sans barbe (Tome 2, chapitre 79). Toutes les représentations, même celles que nous utilisons, le représente pourtant avec une barbe, selon les représentations conventionnelles. Il a une voix de ténor (Tome 3, chapitre 56), puissante et d'une beauté peu commune (Tome 3, chapitre34).          

Il est toujours élégant, caractéristique qu'il partage avec
Matthieu, Simon le Zélote et Barthélemy (Tome 2, chapitre 65).

Caractère     
Haut de page           

C’est un enfant "gâté et capricieux" devenu ambitieux et avide sous l'influence de son père qui le pousse très tôt à faire carrière à Jérusalem (Tome 8, chapitre 28).    

Judas est doué mais retord : "Tu possèdes l'intelligence, la hardiesse, l'instruction, la promptitude, la prestance, lui dit Jésus. Tu as tant et tant d'atouts. Mais tout cela est sauvagement disposé en toi et tu laisses tout en cet état" (
Tome 2, chapitre 106). Beaucoup plus tard, Jésus lui dit : "Tu es un démon. Tu as dérobé au Serpent sa prérogative de séduire et de tromper pour détacher de Dieu" (Tome 8, chapitre 26).          

Judas ment sans changer de couleur (
Tome 7, chapitre 208). Même dans ses meilleures heures, il est toujours violent et autoritaire (Tome 8, chapitre 38). Sous l'effet du trouble, il parle seul à haute voix.    

Il est méprisant : "Elle, dit-il dans un monologue en parlant de la
Vierge Marie, Elle, je suis sûr de l'embobiner à mon gré. Elle est lente à comprendre comme une brebis. Elle confond vertu et sottise. Telle la Mère, tel le Fils..." (Tome 6, chapitre 134).  

Judas est aussi sujet à de brusques revirements au gré des prises de conscience : "Je suis un démon, je suis un démon, dit-il à Jésus. Sauve-moi, Maître, comme tu sauves tant de possédés, sauve-moi ! Sauve-moi !" (
Tome 6, chapitre 113). Jésus le renvoie sans cesse à sa volonté. Mais ses bonnes dispositions sont sans lendemain. Son tempérament, mal canalisé, le fait succomber aux séductions du monde : "L'or est ta ruine, dit Jésus. À cause de l'or tu es devenu luxurieux et traître..." (Tome 8, chapitre 28).         

Judas est tellement spécial, qu'il est impossible de le déchiffrer, constate Maria Valtorta (
Tome 7, chapitre 178).      

La mère de Judas avait d'emblée confié sa douleur à Jésus : "Crains mon fils, il est avide, il a le cœur dur, c’est un vicieux, un orgueilleux, un instable" (
Tome 3, chapitre 76). La Vierge Marie, quant à elle, avait eu cette intuition : "Celui-là ne me plaît pas, Fils. Son œil n'est pas limpide, et son cœur encore moins. Il me fait peur. Dans le cas où tu le décevrais, il n'hésiterait pas à prendre ta place ou à chercher à le faire. Il est ambitieux, avide et vicieux. Il est fait pour être le courtisan d'un roi de la terre plutôt que ton apôtre, mon Fils" (Tome 2, chapitre 66).  

Dans une dictée à Maria Valtorta, Jésus dresse un portrait à charge, mais nuancé : "Judas était dissimulé, rusé, avide, luxurieux, voleur, mais d'autre part, intelligent et plus cultivé que le autres, il avait su s'imposer à tous. Audacieux, il m'aplanissait le chemin, même quand il était difficile. Ce qui lui plaisait plus que tout, c'était sortir du rang et faire valoir sa place de confiance auprès de Moi... Cela lui permettait aussi de garder la bourse et d'approcher des femmes. C'était deux choses qu'il aimait effrénément avec une troisième : sa charge privilégiée" (
Tome 2, chapitre 67, repris au Tome 9, chapitre 2).    

Judas est mal accepté par les autres apôtres : ils s'en méfient et supportent mal ses humeurs. Il serait donc rejeté si Jésus ne veillait pas, personnellement, à son intégration constante (
Tome 6, chapitre 99).   

Paradoxalement, c’est, de tous les apôtres, celui que Jésus a le plus aimé, mais d’un amour souffrant : Alors que Judas s'enracine dans un chemin de perdition, Jésus, dans un dialogue pathétique avec son Père, demande à vivre une seconde Passion uniquement pour sauver l’âme de Judas. Ce que Dieu refuse (
Tome 5, chapitre 5).

Judas devient disciple        
Haut de page           

Judas est un instant fiancé à Joanne, une fille de Kériot. Il la délaisse pour tenter d’épouser une riche héritière de Jérusalem. Joanne en meurt et Judas s’engage au Temple.        

Il y assiste, comme
Thomas, à l'expulsion des marchands par Jésus[1] (Tome 2, chapitre 16). Frappés d'admiration, ils demandent à le suivre. Jésus accepte Thomas, mais donne à Judas un délai de réflexion[2] : "Tu me suis pour une idée qui est humaine, Judas Moi, je dois te dissuader. Je ne suis pas venu pour cela" (Tome 2, chapitre 17). 

Après avoir réfléchit, Judas confirme son intention de s'engager à la suite de Jésus : "Je ne repousse personne, car qui repousse n'aime pas" dit Jésus. Judas devient le
10ème apôtre. Prophétiquement, sa réception a lieu à Gethsémani, à l'endroit où commencera, trois ans plus tard, la Passion de Jésus. Mais c'est à Kériot, dans le village de Judas, que Jésus lance officiellement le ministère apostolique : les apôtres parleront désormais en son nom (Tome 3, chapitre 75).

Les prémices de la trahison
Haut de page           

L’ambiguïté entre gloire terrestre et céleste transparaît dans l’enseignement de Judas quand il prend la parole en public (Tome 3, chapitre 81 et Tome 4, chapitre 123) - Sa vision déformée de la mission de Jésus l’amène à le desservir une première fois auprès des notables de Nazareth (Tome 4, chapitre 127) puis à dénoncer au Temple pour la "bonne cause" la présence dans sa suite d’un incirconcis (Hermastée), d’une esclave en fuite (Sintica) et d’un ancien galérien (Jean d'Endor) (Tome 4, chapitre 146).

Judas croit le royaume terrestre de Jésus imminent lorsque
Claudia Procula, femme de Ponce Pilate, promet à Jésus sa protection (Tome 5, chapitre 61). Judas multiplie alors les propos ambigus. Claudia Procula et Chouza, intendant d'Hérode Antipas, craignent une sédition. Jésus doit les rassurer (Tome 6, chapitre 89). Déçu de la protection de Claudia Procula, Judas renoue avec ses connaissances du Temple : Elchias et Simon le Synhédriste. Ces synhédristes n'en attendaient pas plus pour anéantir Jésus.      

Lors d'une retraite initiale (
Tome 2, chapitre 86 jusqu'au chapitre 99), Judas avait cependant fait des efforts pour être conforme à l’attente de Jésus (Tome 2, chapitre 50) : "L'or a toujours été pour moi un serpent, avouait-il avant de devenir le trésorier du groupe apostolique. Je ne veux plus éprouver sa fascination. Car je me trouve si bien, maintenant que je suis bon. Je me sens libre et je suis heureux" (Tome 2, chapitre 101). Mais il ne persévère pas et son penchant reprend le dessus. Il s’absente du groupe sous des motifs fallacieux (Tome 2, chapitre 68 et chapitre 79).         

Une maladie soignée par les saintes femmes lui donne l’occasion de s’interroger sur lui-même : "c'est de moi que je me méfie" avoue-t-il (
Tome 4, chapitre 89). Il se questionne aussi sur la mort.

Jésus espère encore           
Haut de page           

Jésus l'encourage : "Il est encore temps, Judas, de choisir entre ma route et celle des juifs que tu approuves. Cependant réfléchis : la mienne mène à Dieu, l'autre à l'Ennemi de Dieu. Réfléchis et décide, mais sois franc" (Tome 6, chapitre 106).    

Judas confesse un moment à Jésus : "Maître, Il est difficile de dire : "J'ai péché".    

"- Je le sais, ami, répond Jésus. Maintenant je te pardonne et te guéris. Quelle joie tu m'as donnée, ô mon Judas !" (
Tome 7, chapitre 161). Mais cela ne dure pas.

La descente aux enfers       
Haut de page           

Judas commence à voler dans la bourse commune (Tome 4, chapitre 160). Il s’adonne à la nécromancie (Tome 4, chapitre 166).

La rupture spirituelle avec Jésus s’accroît quand il constate que le pouvoir de faire des miracles, délégué aux apôtres selon
Matthieu 10,1, a disparu : "Je finirai par te maudire et maudire l’heure où je t’ai aimé, dit-il à Jésus.    

"- Tu sens l'enfer plus que Satan lui-même !" lui fait remarquer Jésus (
Tome 5, chapitre 26). Mais Judas ne croit plus ni à l’Enfer, ni à Satan : "Satan, tu ne le vois ni ne le sens car il n'est qu'un avec toi" avertit Jésus (Tome 5, chapitre 46).  

Judas essaie d’entraîner dans la débauche Jean, le plus jeune des apôtres. Il vole de plus en plus pour se faire louer de Jésus par une fausse générosité. La magie lui sert à compenser la perte de son pouvoir miraculeux (
Tome 5, chapitre 47). Il traite sa mère de malade (Tome 5, chapitre 60), puis se réconcilie. "Judas en est arrivé à haïr Dieu, commente Jésus, n’ayant jamais aimé d’un amour véritable son père et sa mère, ni aucun autre qui fût son prochain" (Tome 10, chapitre 18, § 2).         

Dans un soliloque, Judas se reconnaît parfaitement conscient des conséquences d’une trahison à l'encontre de Jésus (
Tome 6, chapitre 134). Mais il fait un choix définitif contre lequel Jésus ne peut plus rien : "Je voudrais ne pas avoir pris inutilement une Chair pour toi, lui dit Jésus. Mais désormais tu appartiens à un autre père, à un autre pays, tu parles une autre langue..." (Tome 7, chapitre 230). La possession de Judas devient patente lorsque Jésus et Jean le surprennent en train de voler[3] : pendant un moment, Satan parle par la bouche de Judas (Tome 8, chapitre 28).

La possession finale           
Haut de page           

Peu de jours avant la Passion, Jésus veut empêcher Judas d'entrer à Jérusalem. Le dialogue est dur. Judas n'entend plus rien, il se pense l'éternel persécuté. Jésus s'écroule : "Père ! Mon Père ! Je t'en supplie ! Hâte l'heure des ténèbres, l'heure du Sacrifice, car il est pour Moi trop atroce de vivre près de l'ami qui ne veut pas être racheté" (Tome 8, chapitre 43).         

Peu après, Jésus actualise pour ses apôtres la prophétie de la Genèse 3,15 : "Le démon le plus rusé s'est fondu à l'homme le plus corrompu qui puisse approcher de la Femme (Marie) et ainsi, traîtreusement, la mordre. Maudit soit l'hybride monstrueux qui est Satan et qui est homme ! Je le maudis ? Non. Elle n'est pas du Rédempteur cette parole" (
Tome 9, chapitre 8). Mais il passe sous silence le nom de l'homme corrompu qu'il vient d'évoquer.

Judas n'est témoin que d'un grand évènement : la Cène. Cette "communion" au corps et au sang du Christ accélère en lui sa possession (
Tome 9, chapitre 29). Dans une dictée, Jésus commente : "Si Judas s'était jeté aux pieds de la Mère en disant: "Pitié", la Mère de la Pitié l'aurait recueilli comme un blessé" (Tome 9, chapitre 25). Pendant que le corps du Christ ressuscite dans la gloire, celui de Judas subit une pourriture accélérée (Tome 9, chapitre 24). Son corps en décomposition est jeté dans le Temple, probablement par des païens. De même, ses viscères sont lancés contre la maison du Grand Prêtre Anna (Tome 10, chapitre 14). À la suite de quoi, le Sanhédrin décide d'enterrer ses restes au pied de l'olivier où il s'est pendu.     

Maria Valtorta interprète ainsi les paroles de Pierre : "Judas a acquis un champ avec le salaire du crime et, devenu enflé, il a crevé par le milieu, et toutes ses entrailles se sont répandues"
[4].

Une souffrance éternelle     
Haut de page           

Il n'y avait pas de prédestination de l'âme de Judas : "Entre l'âme de Jean Baptiste, et la tienne, lui dit Jésus, il n'y avait pas de différence quand elles furent infusées dans la chair. Tu as été placé devant le Bien et le Mal. Tu as choisi le Mal" (Tome 8, chapitre 28). 

Sur le Thabor où il apparaît aux cinq cent disciples
[5], Jésus ressuscité souffre encore pour Judas. Il confie : "Judas a été et il est la douleur la plus grande dans l'océan de mes douleurs. Les autres douleurs ont pris fin avec le Sacrifice. Mais celle-là reste. Je l’ai aimé. Je me suis consumé Moi-même dans mon effort pour le sauver... J’ai pu ouvrir les portes des Limbes et en tirer les justes, j’ai pu ouvrir les portes du Purgatoire et en tirer ceux qui se purifiaient. Mais le lieu d’horreur s'était refermé sur lui, Pour lui, ma mort a été inutile" (Tome 10, chapitre 20).

Judas est damné, précise Jésus : "Il est le damné déicide, l’infiniment coupable comme israélite et comme disciple, comme suicidé et comme déicide, en plus de ses sept vices capitaux et toutes ses autres fautes" (
Tome 10, chapitre 16). Il est en enfer pour l'éternité : "En vérité, dit Jésus, je vous dis que si l'Enfer n'avait pas déjà existé, et existé parfait en ses tourments, il aurait été créé pour Judas encore plus horrible et éternel, parce que de tous les pécheurs et de tous les damnés il est le plus damné et le plus pécheur, et pour lui éternellement il n'y aura pas d'adoucissement de sa condamnation" (Tome 9, chapitre 25).         

Jésus avait dévoilé à Judas, le sort effrayant du déicide : "Le Sang aura eu pour lui le pouvoir de le damner et il connaîtra éternellement un autre feu dans lequel il brûlera vomissant du sang et avalant du sang, parce qu'il verra du sang partout où il posera son regard mortel ou son regard spirituel puisqu'il aura trahi le Sang d'un Dieu" (
Tome 5, chapitre 51).

 Son nom 
Haut de page           

Judas יהודה (Yehouda) ou Jude, comme son féminin Judith, viennent de l’hébreu “yehoudi” Judéen, Juif. Référence historique : Juda, le fils de Jacob. Judas Maccabée, l’artisan de la libération du peuple juif.  

Alphabet hébreu sur croixsens.net.

 Où en parle-t-on dans l'œuvre ?  
Haut de page           

Judas fait partie des personnages centraux de l'œuvre, cités ou évoqués au moins dans un épisode sur deux.

 Tome 1 : 1.59.     
 Tome 2 : Appel des premiers apôtres : 2.16 - 2.17 - 2.29 - 2.30 - 2.31 - 2.32 - 2.33 - 2.34 - 2.35 - 2.36 - 2.37 - 2.38 - 2.39 - 2.40 - 2.41 - 2.42 - 2.43 - 2.44 - 2.45 - 2.46 - 2.47 - 2.48 - 2.50 - 2.51 - Appel des derniers apôtres : 2.52 - 2.53 - 2.54 - 2.55 - 2.56 - 2.57 - 2.58 - 2.59 - 2.60 - 2.61 - 2.62 - 2.63 - 2.64 - 2.65 - 2.66 - 2.67 - 2.68 - 2.70 - 2.79 - 2.82 - 2.83 - 2.84 - 2.85 Début de la vie commune : 2.86 - 2.87 - 2.88 - 2.89 - 2.90 - 2.91 - 2.92 - 2.93 - 2.94 - 2.95 - 2.99 - 2.100 - 2.101 - 2.102 - 2.103 - 2.104 - 2.105 - 2.106 - 2.107           
 Tome 3 : 3.1 - 3.2 - 3.3 - 3.4 - 3.5 - 3.6 - 3.7 - 3.9 - 3.12 - 3.13 - 3.14 - 3.15 - 3.17 - 3.18 L'élection des apôtres : 3.20 - 3.21 - 3.22 - 3.23 - 3.24 - 3.25 - 3.26 - Le Sermon sur la Montagne : 3.29 - 3.30 - 3.31 - 3.32 - 3.33 - 3.34 - 3.36 - 3.37 - 3.38 - 3.39 - 3.40 - 3.41 - 3.42 - 3.43 - 3.44 - 3.47 - Le second voyage pascal : 3.48 - 3.49 - 3.50 - 3.51 - 3.52 - 3.53 - 3.54 - 3.55 - 3.56 - 3.57 - 3.58 - 3.59 - 3.60 - 3.61 - 3.62 - 3.63 - 3.64 - 3.66 - 3.67 - 3.68 - 3.69 - 3.70 - 3.72 - 3.73 - 3.74 - 3.75 - 3.76 - 3.77 - 3.78 - 3.79 - 3.80 - 3.81 - 3.82 - 3.83 - 3.84 - 3.85 - 3.86          
 Tome 4 : 4.87 - 4.88 - 4.89 - 4.91 - 4.93 - 4.94 - 4.96 - 4.100 - 4.101 - 4.102 - 4.103 - 4.104 - 4.105 - 4.106 - 4.107 - 4.110 - 4.111 - 4.112 - 4.113 - 4.114 - 4.115 - 4.116 - 4.117 - 4.118 - Envoi des apôtres et disciples en mission : 4.119 - 4.120 - 4.123 - 4.124 - 4.125 - 4.127 - 4.128 - 4.131 - 4.132 - 4.134 - 4.135 - 4.136 - 4.137 - 4.139 - 4.140 - 4.141 - 4.142 - 4.143 - 4.144 - 4.145 - 4.146 - 4.147 - 4.148 - 4.149 - 4.158 - 4.160 - 4.161 - 4.162 - 4.165 - 4.166 - 4.167 - 4.168 - 4.169 - 4.175 - 4.176.       
 Tome 5 : 5.1 - 5.5 - 5.21 - 5.22 - 5.23 - 5.24 - 5.26 - 5.27 - 5.28 - 5.29 - 5.30 - 5.31 - 5.32 - 5.33 - 5.34 - 5.35 - La Transfiguration et le Pain du Ciel : 5.36 - 5.37 - 5.38 - 5.39 - 5.40 - 5.42 - 5.44 - 5.45 - 5.46 - 5.47 - 5.48 - 5.49 - 5.50 - 5.51 - 5.52 - 5.53 - L'avant-dernière Pâque : 5.54 - 5.55 - 5.56 - 5.57 - 5.58 - 5.59 - 5.60 - 5.61 - 5.62 - 5.64 - 5.65 - 5.66 - 5.67 - 5.68 - 5.69 - 5.70 - 5.71 - 5.72 - 5.73 - 5.74 - 5.75     
 Tome 6 : 6.76 - 6.77 - 6.78 - 6.83 - 6.84 - 6.85 - 6.87 - 6.88 - 6.89 - 6.90 - 6.91 - 6.92 - 6.93 - 6.94 - 6.95 - 6.96 - 6.97 - 6.99 - 6.100 - 6.101Pentecôte : 6.102 - 6.103 - 6.104 - 6.105 - 6.106 - 6.109 - 6.110 - 6.111 - 6.112 - 6.113 - 6.114 - 6.1176.118 - 6.119 - 6.120 - 6.121 - 6.122 - 6.123 - 6.124 - 6.127 - 6.129 - 6.130 - 6.131 - 6.132 - 6.133 - 6.134 - 6.137 - 6.138 - 6.139 - 6.140 - 6.141 - 6.142 - 6.143 - 6.144 - 6.145 - 6.146 - 6.147 - 6.148 - 6.149 - 6.150 - 6.151 - 6.152 - 6.153.      
 Tome 7 : 7.1587.1597.160 - 7.161 - 7.162 - 7.163 - 7.164 - 7.165 - 7.166 - 7.167 - 7.168 - 7.169 - 7.170 - 7.176 - 7.177 - 7.178La fête des Tabernacles : 7.180 - 7.1877.1887.1917.1927.1937.1947.195 - 7.196 - 7.197 - 7.1987.1997.201 - 7.202 - 7.204 - 7.206 - 7.207 - 7.208 - 7.211 - 7.212 - 7.214 - 7.215 - 7.216 - 7.217 - La fête de la Dédicace : 7.224 - 7.225 - 7.226 - 7.227 - 7.228 - 7.229 - 7.230 - 7.232 - 7.233 - 7.234 - 7.235 -    
 Tome 8 : La résurrection de Lazare : 8.7 - 8.11 - L'exil en Samarie : 8.12 - 8.13 - 8.14 - 8.15 - 8.16 - 8.17 - 8.18 - 8.20 - 8.21 - 8.22 - 8.25 - 8.26 - 8.27 - 8.28 - 8.29 - 8.32 - 8.34 - 8.35 - 8.36 - Le retour vers Jérusalem : 8.37 - 8.38 - 8.40 - 8.41 - 8.43 - 8.45 - 8.47.          
 Tome 9 :  9.1 - 9.2 - 9.3 - 9.6 - 9.7 - La Semaine Sainte : 9.8 - 9.9 - 9.10 - 9.11 - 9.12 - 9.13 - 9.14 - 9.15 - 9.16 - 9.17 - La Passion : 9.19 - 9.20 - 9.21 - 9.22 - 9.24 - 9.25 - 9.29 - 9.31 - 9.33 - 9.34 - 9.35.          
 Tome 10 : Le dimanche de la Résurrection : 10.1 - 10.14 - 10.16 - 10.18/2 - 10.20 - 10.21 - 10.33 - 10.34 - 10.35 - 10.38.     

 En savoir plus sur ce personnage          
Haut de page           

Maria Valtorta - "Les Cahiers de 1944"         Voir le sommaire des "Cahiers" =>

 Catéchèse du 2 janvier – 23 h : Jean était le plus jeune du groupe des apôtres. C’était Judas Iscariote qui venait après lui, en âge. Et, en raison de son âge, il aurait pu lui aussi être comme Jean. Mais il ne l’était pas. Et s’il n’était pas vierge il n’est pas devenu chaste, pas même après m’avoir connu. C’était un impur. Or l’impureté empêche l’action de Dieu dans les cœurs et favorise celle de Satan plus qu’aucune autre passion.          

Son visage t’est connu. C’est celui-ci. Il s’est montré à toi comme le Séducteur. En effet, par sa beauté il ressemblait au Très-Beau qui s’est rebellé contre Dieu et qui est le père de tous les ennemis de Dieu.          

La beauté elle-même est une arme dans la main de Satan, et il ne néglige pas d’imprimer son caractère de séduction sur ses instruments. Il les attire ainsi vers ses abîmes et, là, il peut les atteindre au cœur en leur inoculant le triple péché. Et Judas avait dans son cœur les concupiscences de l’argent, de la chair et du pouvoir...
Lire la suite =>        

 Catéchèse du 15 janvier : (L'homme instruit par Satan) croit de façon sacrilège que le plus grand de tous les pécheurs de l’humanité, le fils bien-aimé de Satan, celui qui était voleur comme le dit l’Évangile, concupiscent et avide de gloire humaine comme je le dis, moi, Judas Iscariote, a pu être sauvé et parvenir jusqu'à moi en passant par des phases successives, alors que, poussé par la triple concupiscence, il est devenu marchand du Fils de Dieu. Lire la suite =>

Dans d'autres sources         
Haut de page           

Extraits du Dictionnaire des personnages de l’Évangile, selon Maria Valtorta (Mgr René Laurentin, François-Michel Debroise, Jean-François Lavère, Éditions Salvator, 2012).  
--------------------------

Dans L'évangile de Judas, un récit apocryphe du IIème siècle, l'apôtre est présenté comme un initié qui se dévoue pour dénoncer Jésus sur ordre de celui-ci, afin d'accomplir l'Écriture.       

Selon Irénée de Lyon, IIème siècle
[6] et Épiphane de Salamine, IVème siècle[7], ce texte faisait partie des écrits Caïnites, une communauté qui vénérait Caïn et les sodomites. Elle était issue des Ophites qui trouvaient dans les paroles du serpent de la Genèse, l'invitation à la gnose (connaissance ésotérique).     

La damnation de Judas était considérée comme évidente jusqu'au début du XXème siècle. Depuis Judas a parfois été présenté comme victime excusable de ses penchants ou sauvé par la Miséricorde divine en raison de son rôle dans la Rédemption, ce qu'infirme Maria Valtorta, comme on a pu le lire : Judas est damné pour l'éternité.

Retour à l'index des personnages     
Fiche mise à jour le 01/05/2014

 



[1] Cf. Jean 2,13-17.

[2] Cf. Jean 6,64.

[3] Cf. Jean 12,6.

[4] Cf. Actes 1,17-18.

[5] Cf. 1 Corinthiens 15,6.

[6] Irénée de Lyon, Contre les hérésies.

[7] Épiphane de Salamine, Panarion 1,31.