I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif 3.161. - Guarigione del nipote del fariseo Éli di Cafarnao.

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif 2.161. The Grandson of Eli, a Pharisee of Capernaum, is Cured.

 3. 3.161 - Curación del nieto del fariseo Elí de Cafarnaúm

 3.200. Die Heilung des Enkels des Pharisäer in Kapharnaum.

 Автоматический перевод Google.





Lac de Tibériade au coucher de soleil, d'après Seigelet (v. 1850).



Vipère de Palestine (Daboia palaestinae).

 

Mardi 1er février 28
(18 Scébat 3788)
Capharnaüm.


       Vers l'index des thématiques

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Guérison du jeune Élisée.

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Le miracle amène à la Foi ceux qui sont déjà sur cette route.


                                      I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les références de la note 6 sont de Davis Amos.

                                                 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les commentaires de bas de page sont de Jean-François Lavère.

                                   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Voir aussi l'infographie de Carlos Martinez.

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome.

Ancienne édition : Tome 3, chapitre 21.
Nouvelle édition : Tome 3.

161.
La guérison du petit-fils du pharisien Éli de Capharnaüm.

Vision du vendredi 11 mai 1945

17>        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 161.1 - Jésus est sur le point d’arriver en barque à Capharnaüm. Le soleil va se coucher et le lac n’est qu’un scintillement jaune-rouge.    

Tandis que les deux barques manœuvrent pour accoster,
Jean dit :     

«Je me dépêche d’aller chercher de l’eau à la fontaine pour que tu puisses te désaltérer.       

– L’eau est bonne, ici, s’exclame
André.       

– Oui, elle est bonne. Et votre amour me la fait paraître encore meilleure.        

– Moi, je vais porter le poisson à la maison. Les femmes les prépareront pour le repas. Tu nous parleras ensuite, à elles et à nous ?         

– Oui,
Pierre.       

– C’est le plus beau, maintenant, de revenir chez soi. Auparavant, nous avions l’air de nomades. Mais maintenant, avec les femmes, il y a plus d’ordre, plus d’amour. Et puis, voir
ta Mère me fait oublier toute fatigue. Je ne sais…»  

Haut de page        

18> Jésus sourit et se tait.       

La barque s’échoue sur la grève. Jean et André, en sous-vêtements courts, sautent dans l’eau et tirent la barque sur la rive avec l’aide des garçons puis disposent la planche qui sert de pont.           

Jésus est le premier à descendre ; il attend la seconde barque que soit amarrée pour s’unir à tous ses disciples. Puis, à pas lents, ils s’avancent vers la fontaine. C’est une fontaine naturelle, une source qui jaillit un peu en dehors du village et dont l’eau retombe dans un bassin en pierre, fraîche, abondante, argentée
[1]. Cette eau vous invite à la boire tant elle est limpide. Jean, qui a couru en avant avec l’amphore, est déjà de retour et tend le broc ruisselant à Jésus, qui boit à longues gorgées.       

«Comme tu avais soif, mon Maître ! Et moi, comme un sot, je ne m’étais pas procuré de l’eau !     

– Cela ne fait rien, Jean. Maintenant tout est passé» répond Jésus avec une caresse.     

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 161.2 - Ils sont sur le point de revenir quand ils voient Simon-Pierre, qui était allé porter ses poissons chez lui, arriver aussi vite qu’il le peut.   

«Maître, Maître ! crie-t-il, à bout de souffle. Tout le village est en émoi, car l’unique petit-fils
[2] d’Éli le pharisien est en train de mourir à la suite d’une morsure de serpent. Contre la volonté de sa mère, il était parti avec le vieil homme dans leur oliveraie. Éli surveillait des travaux, et l’enfant jouait près des racines d’un vieil olivier. Il a mis la main dans un trou dans l’espoir d’y trouver quelque lézard, mais c’est un serpent qu’il a trouvé. Le vieillard a l’air d’un fou. La mère de l’enfant – qui, entre parenthèses, déteste son beau-père, et à juste titre – l’accuse d’assassinat. L’enfant se refroidit rapidement. Entre parents, ils ne se sont jamais aimés ! Or on ne peut être plus de la même famille que cela !

– Les querelles de familles sont une bien triste chose !   

– Mais, Maître, je dis que les serpents n’ont pas aimé le serpent : Éli. Et ils ont tué le petit serpent. Je regrette qu’il m’ait vu et qu’il m’ait crié : “Le Maître est là ?” Et je regrette pour le petit. C’était un bel enfant, et ce n’est pas sa faute s’il est le petit-fils d’un pharisien.        

– Effectivement, ce n’est pas sa faute.»         

Haut de page        

19>        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 161.3 - Ils se dirigent vers le village et voient venir à leur rencontre une foule de personnes qui crient et pleurent, le vieil Éli en tête.     

«Il nous a trouvés ! Retournons sur nos pas !         

– Mais pourquoi ? Ce vieil homme souffre. 

– Ce vieil homme te déteste, souviens-t’en : c’est l’un de tes accusateurs les plus acharnés auprès du Temple
[3].     

– Je me souviens que je suis la Miséricorde.»        

Le vieil Éli, échevelé, bouleversé, les vêtements en désordre, court vers Jésus bras tendus et s’écroule à ses pieds en criant :        

«Pitié ! Pitié ! Pardon ! Ne te venge pas de ma dureté de cœur sur un innocent. Toi seul peux le sauver ! Dieu, ton Père, t’a conduit ici. Je crois en toi ! Je te vénère ! Je t’aime ! Pardon ! Je me suis montré injuste et menteur ! Mais me voilà puni. Ces heures sont à elles seules une punition. À l’aide ! C’est le garçon, le seul fils de mon garçon qui est mort. Et elle m’accuse de l’avoir tué.»          

Il pleure en se frappant la tête contre terre en cadence.   

«Allons, ne pleure pas comme ça. Veux-tu mourir sans plus te soucier de voir grandir cet enfant ?           

– Il meurt ! Il meurt ! Il est peut-être déjà mort. Fais-moi mourir, moi aussi. Que je n’aie pas à vivre dans cette maison vide ! Oh, mes tristes derniers jours !   

– Éli, relève-toi et allons-y…   

– Tu… tu viens vraiment ? Mais sais-tu qui je suis ?        

– Un malheureux. Allons.»     

Le vieil homme se lève et dit :

«Je pars en avant, mais toi, cours, cours, dépêche-toi !»  

Et il s’en va d’autant plus rapidement que le désespoir lui aiguillonne le cœur.         

«Seigneur, crois-tu que cela puisse le faire changer ? Ah ! quel miracle inutile ! Laisse donc mourir ce petit serpent ! Le vieux mourra aussi de chagrin et… ça en fera un de moins sur ta route. C’est Dieu qui a pensé à…        

Simon ! En vérité, en ce moment c’est toi le serpent.» 

Repoussant sévèrement Pierre, qui reste tête basse, Jésus va de l’avant
[4].        

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 161.4 - Près de la place la plus grande de Capharnaüm se trouve une belle maison devant laquelle la foule fait grand bruit… Jésus s’y rend et il est sur le point d’y arriver lorsque, par la porte grande ouverte, sort le vieillard, suivi d’une femme échevelée qui serre dans ses bras un petit être à l’agonie.    

Haut de page        

20> Le venin paralyse déjà ses organes et la mort est proche. Sa menotte blessée pend avec la marque de la morsure à la base du pouce. Éli ne cesse de crier :   

«Jésus, Jésus !»  

Jésus, serré, écrasé par la foule qui l’empêche presque de faire le moindre geste, prend cette menotte, la porte à sa bouche, suce la blessure, puis souffle sur le petit visage cireux aux yeux vitreux à demi clos. Puis il se redresse en disant :        

«Voilà,
l'enfant s'éveille. Ne l’effrayez pas par tous vos visages bouleversés. Il aura déjà bien assez peur au souvenir du serpent.»       

De fait, l’enfant, dont le visage reprend couleur, ouvre la bouche et bâille longuement, se frotte les yeux puis les ouvre et paraît ébahi de se trouver au milieu de tant de monde ; puis il se souvient et tente de fuir en faisant un bond si soudain qu’il serait tombé si Jésus ne l’avait reçu promptement dans ses bras.      

«Du calme ! De quoi as-tu peur ? Regarde ce beau soleil ! Voilà le lac, ta maison, et ici ta maman et ton grand-père. 

– Et le serpent ?  

– Disparu. C’est moi qui suis là.         

– Toi, oui…»        

L’enfant réfléchit… puis, se faisant naïvement la voix de la vérité, il ajoute :        

«Mon grand-père me disait de te traiter de “maudit”. Mais je ne le fais pas. Moi, je t’aime bien.        

– Moi, j’ai dit cela ? Cet enfant délire ! N’en crois rien, Maître. Je t’ai toujours respecté.»        

Une fois sa peur surmontée, sa vieille nature réapparaît.

«Les paroles ont de la valeur ou non. Je les prends pour ce qu’elles valent. Adieu, mon petit, adieu, femme, adieu Éli. Aimez-vous bien et aimez-moi, si vous le pouvez.»         

Jésus tourne le dos et se dirige vers la maison où il habite
[5].      

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 161.5 - « Pourquoi, Maître, ne pas avoir accompli un miracle éclatant ? Tu aurais dû ordonner au venin de quitter l’enfant, tu aurais dû te montrer Dieu. Au lieu de cela tu as sucé le venin comme l’aurait fait le premier venu.»       

Judas n’est pas très content. Il aurait voulu quelque chose de sensationnel.        

Mais d’autres sont du même avis :    

«Tu devais écraser cet ennemi de toute ta puissance. Tu as entendu, hein ? Son venin est aussitôt réapparu…      

Haut de page        

21> – Peu importe le venin. Observez plutôt que, si j’avais agi comme vous l’auriez souhaité, il aurait dit que Béelzéboul m’aidait. Dans son âme en ruines, il peut encore admettre mon pouvoir de médecin. Pas davantage. Le miracle amène à la foi ceux qui sont déjà sur cette route. Mais chez ceux qui n’ont pas d’humilité – la foi prouve toujours l’existence de l’humilité dans une âme –, le miracle les pousse au blasphème. Par conséquent, mieux vaut éviter ce risque en recourant à des procédés apparemment humains.        

C’est la misère des incrédules, leur misère inguérissable. Il n’y a pas d’argent qui la fasse disparaître, car aucun miracle ne porte à croire ni à être bons. Peu importe. Je fais mon devoir, eux suivent leurs tendances mauvaises.           

– Mais alors, pourquoi l’avoir fait ?

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

        ;: ;: ;: ;: ;: I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

– Parce que je suis la Bonté et afin que l’on ne puisse dire que j’ai été vindicatif à l’égard de mes ennemis et provocateur vis-à-vis de ceux qui le sont. J’accumule sur leur tête des charbons ardents[6]. Et ce sont eux qui me la présentent pour que je les accumule. Judas, fils de Simon, sois bon, ne cherche pas à agir comme eux. Mais cela suffit. Allons chez ma Mère. Elle sera heureuse de savoir que j’ai guéri un enfant.»

Haut de page        

Fiche mise à jour le 21/06/17.

 



[1] Il est plusieurs fois question de cette source / fontaine / bassin dans l'œuvre. Plusieurs indices suggèrent qu'on puisse l'assimiler avec le lieu-dit "Puits du Figuier".

[2] Élisée.

[3] Il a agi dès novembre 27 (voir EMV 113). Plus tard, on apprend, par Aglaé, qu'il a comploté contre Jésus il y a peu. Voir EMV 168.7 - EMV 180.9 et EMV 198.11.

[4] Cette scène n'est pas sans rappeler le "Arrière Satan !" que prononcera Jésus quand Pierre lui suggèrera de ne pas accomplir son destin de Rédemption selon Matthieu 16,22-23 et Marc 8,33 – Maria Valtorta EMV 346.6.

[5] C'est-à-dire dans la maison d'un ami de sa famille, Thomas de Capharnaüm.

[6] Par allusion à Proverbes 25,22 (Repris par St Paul dans Romains 12, 20)