"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif 2.145. - Il primo giorno a Sicar.

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif 2.145. - Evangelization at Sychar.

 3.145 - El Primer Dia en Sicar.

 3.184 - Verkündigung der Heilsbotschaft in Sichar.

 Évangile :
- Jean 4,39-42.

Jeudi 6 janvier 28
(21 Tébeth 3788)

Sychar
.


        Vers l'index des thématiques

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Le pardon est la forme la plus élevée de l'amour.

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Le pardon - Ohola(Samarie) et Oholiba(Jérusalem).

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Ne dites pas : nous avons péché, mais dites : nous ne voulons plus pécher.


03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- [Commentaire de MV : L'Œuvre me dépasse] .. 21

- L'embarras des apôtres sur la place publique .............. 21

- Conseil à un père dont la fille a fugué ............................... 22

- À une mère qui voudrait épouser son beau-frère 22

- À un homme qui voudrait s'établir à Antioche ....... 22

- Discours (Samaritains et juifs......................................... 23

- Appel au repentir) ...... 24


        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les références de l'Ancien Testament sont de Davis Amos

      I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les commentaires de bas de page sont de Jean-François Lavère

 Voir aussi l'infographie de Carlos Martinez

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 3

 

3.5.
Évangélisation à Sychar


 

Vision du mardi 24 avril 1945

21> Entre temps, je fais cette première observation, sinon je l'oublie. Le passage "Sépulture de Jésus"[1] de l'an passé, placé sous le titre de la Passion et que nous avions retranché parce qu'il nous paraissait superflu comme une répétition, était utile au contraire pour expliquer certaines choses à ceux qui désirent connaître (honnêtement) tout ce qui se rapporte au Seigneur et aussi à ceux qui nient la réalité de la mort du Christ. Sur la fin il était dit comment le Corps avait été embaumé et disposé dans le linceul. Et ceci expliquait différentes choses. Bon, désormais c'est fait. Mais qu'on se persuade que moi, quand je ne suis pas tenue par Jésus, je suis une parfaite abrutie : je ne vois rien, je ne comprends rien. Il est donc parfaitement inutile de venir me demander, à moi, quelque chose après que mon travail soit fini. Je ne sais plus rien. Je ne comprends plus l'utilité d'un passage. Rien. Zéro absolu et obscurité totale. Ce matin, à l'aube, il m'a été montré pourquoi ce passage avait été placé sous le titre en question. Et j'ai avalé mon... remède contre l'orgueil du jugement humain. Maintenant, je ferai un ajout, sur une feuille incluse, où il sera expliqué comment fut préparé le cadavre et je l'insérerai pour l'utilité et la clarté à l'intention de ceux qui veulent être informés et des négateurs.   

Et maintenant, en avant.


Jésus parle au milieu d'une place à une foule nombreuse. Il est monté sur le petit banc de pierre qui se trouve près de la fontaine. Les gens l'entourent. Et tout autour sont aussi les douze avec des visages... consternés ou ennuyés ou qui manifestent même clairement le dégoût de certains contacts. Barthélemy spécialement et l'Iscariote montrent ouvertement leur embarras[2] et pour éviter le plus possible le voisinage des samaritains, l'Iscariote s'est mis à cheval sur la branche d'un arbre, comme s'il voulait dominer la scène alors que Barthélemy s'est adossé à une porte cochère à un angle de la place. Les préjugés sont vivants et actifs en tous. Jésus, au contraire, n'a rien qui diffère de l'ordinaire. Je dirais, au contraire, qu'il s'efforce de ne pas effrayer par sa majesté en même temps qu'il cherche à la manifester pour enlever tout doute. Il caresse deux ou trois petits dont il demande le nom et il s'intéresse à un vieil aveugle auquel il donne personnellement l'obole. Il répond à deux ou trois questions qui Lui sont posées sur des choses qui ne sont pas d'ordre général, mais privé.   

Haut de page           

22> L'une est la demande d'un père dont la fille a fait une fugue par amour et maintenant demande pardon. "Accorde-lui sans retard ton pardon."        

"Mais j'ai souffert de cela, Maître ! Et j'en souffre. En moins d'une année, j'ai vieilli de dix ans."

"Le pardon t'apportera du soulagement."      

"Ce n'est pas possible, La blessure reste."   

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif "C'est vrai. Mais dans la blessure il y a deux pointes qui font souffrir. L'une c'est l'affront indéniable que tu as reçu de ta fille. L'autre, c'est l'effort que tu fais pour lui refuser ton amour. Supprime au moins cette dernière. Le pardon, qui est la forme la plus élevée de l'amour, la fera disparaître. Pense, pauvre père, que cette fille est née de toi et qu'elle a toujours droit à ton amour. Si tu la voyais malade d'une maladie physique et si tu savais qu'en ne la soignant pas toi, précisément toi, elle mourrait, la laisserais-tu mourir? Non, certainement pas. Et alors pense que toi, toi précisément, tu peux par ton pardon arrêter son mal et même J'amener à une saine estimation de l'amour. C'est que, vois-tu, c'est le côté matériel, le plus vil, qui chez elle a pris le dessus."        

"Alors, tu dirais que je dois pardonner?"       

"Tu le dois." 

"Mais, comment faire pour la voir à la maison, après ce qu'elle a fait, sans la maudire?"

"Mais alors, tu ne pardonnerais pas. Le pardon n'est pas dans l'acte de lui ouvrir la porte de la maison, mais dans celui de lui ouvrir ton cœur. Sois bon, homme. Et quoi, la patience que nous avons pour le bouvillon capricieux, nous ne l'aurions pas pour notre enfant?"

Une femme, de son côté, demande s'il est bien qu'elle épouse son beau-frère pour donner un père à ses orphelins.       

"Es-tu sûre qu'il serait un vrai père?" 

"Oui, Maître. J'ai trois garçons. Il faut un homme pour les diriger."     

"Fais-le alors et sois pour lui une épouse fidèle comme tu l'as été pour ton premier mari."

Un troisième Lui demande s'il ferait bien ou mal d'accepter une invitation qu'il a reçue d'aller à Antioche.   

"Homme, pourquoi veux-tu y aller?"  

Haut de page           

23> "Parce qu'ici je n'ai pas de moyens d'existence pour moi et mes nombreux enfants. J'ai connu un gentil qui me prendrait parce qu'il m'a vu capable au travail et il donnerait aussi du travail à mes fils. Mais je ne voudrais pas... ce scrupule te paraîtra étrange de la part d'un samaritain, mais je l'ai. Je ne voudrais pas qu'on perde la foi. C'est un païen, sais-tu, cet homme !?"   

"Eh bien ? Rien ne contamine si on ne veut pas être contaminé. Va donc à Antioche et sois fidèle au Dieu Vrai. Lui te guidera et tu seras même un bienfaiteur pour le maître qui connaîtra Dieu à travers ton honnêteté."        

Ensuite, il s'adresse à tout le monde.

"J'ai entendu parler beaucoup d'entre vous, et en tous j'ai découvert une secrète douleur, une peine, de laquelle vous-mêmes ne vous rendez pas compte, mais qui pleure en vos cœurs. Cela fait des siècles qu'elle grandit et ni les raisons que vous exprimez, ni les injures que l'on vous lance ne peuvent la faire disparaître. Mais, au contraire, elle durcit de plus en plus et pèse comme la neige quand elle se transforme en glace.       

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Je ne suis pas vous et je ne suis pas non plus de ceux qui vous accusent. Je suis Justice et Sagesse. Et pour résoudre votre cas, je vous cite encore Ézéchiel. Lui, en qualité de prophète, parle de Samarie et de Jérusalem en disant[3] qu'elles sont les filles d'un même sein[4] et en les appelant Ohola et Oholiba[5]. La première à tomber dans l'idolâtrie, ce fut la première, Ohola, car elle était déjà privée de l'union spirituelle avec notre Père des Cieux. L'union avec Dieu est salut, toujours. Elle échangea la véritable richesse, la véritable puissance, la véritable sagesse avec la pauvre richesse, puissance et sagesse de quelqu'un qui était, encore plus qu'elle- même, au-dessous de Dieu, et elle fut séduite par lui au point de devenir l'esclave de la manière de vivre de celui qui l'avait séduite. Pour être forte, elle devint faible. Pour être plus, elle devint moins. Pour être imprudente, elle devint folle[6]. Quand quelqu'un s'est imprudemment contaminé par une infection, il lui est bien difficile de s'en guérir.   

Vous direz : "Avons-nous été amoindris? Non. Nous fûmes grands". Grands, oui, mais comment ? À quel prix ? Vous le savez. Combien, aussi parmi les femmes, conquièrent la richesse au prix effroyable de leur honneur ! Elles acquièrent une chose qui peut ne pas durer. Elles perdent une chose qui n'a jamais de fin : leur bonne renommée. 

Haut de page           

24> Oholiba, voyant que la folie d'Ohola lui avait valu des richesses, voulut l'imiter et devint folle plus qu'Ohola et au prix d'une double faute. En effet, elle avait avec elle le Vrai Dieu et n'aurait jamais dû piétiner la force qui lui venait de cette union[7]. Et une dure, terrible punition est venue et viendra encore davantage à Oholiba doublement folle et impure. Dieu lui tournera le dos[8]. Déjà Il est en train de le faire pour s'en aller vers ceux qui ne sont pas de Juda. Et on ne pourra accuser Dieu d'être injuste, car Lui ne s'impose pas. À tous Il ouvre les bras, Il invite tout le monde, mais si quelqu'un Lui dit: "Va-t'en" il s'en va. Il va chercher l'amour et en inviter d'autres jusqu'à ce qu'Il trouve quelqu'un qui Lui dise: "Je viens".         

C'est pour cela que je vous dis que vous pouvez avoir un soulagement à votre tourment, que vous devez l'avoir, en pensant à cette chose. Ohola, reviens à toi! Dieu t'appelle.        

La sagesse de l'homme consiste à se repentir. La sagesse de l'esprit réside dans l'amour du Dieu Vrai et de sa Vérité. Ne regardez ni Oholiba, ni la Phénicie, ni l'Égypte, ni la Grèce. Regardez Dieu.
        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif C'est la Patrie de tout esprit droit : le Ciel. Il n'y a pas beaucoup de lois, mais une seule : celle de Dieu. C'est par ce code que l'on a la Vie. Ne dites pas : "Nous avons péché", mais dites: "Nous ne voulons plus pécher". Que Dieu vous aime encore, la preuve en est dans le fait qu'Il vous a envoyé son Verbe vous dire: "Venez". Venez, je vous le dis. Vous êtes injuriés et proscrits? Et par qui? Par des êtres semblables à vous. Mais Dieu est plus qu'eux, et Lui vous dit: "Venez". Un jour viendra où vous jubilerez de n'avoir pas été dans le Temple... [9] Votre intelligence s'en réjouira. Mais davantage jubileront les esprits parce que sur ceux qui ont le cœur droit, dispersés en Samarie, sera déjà descendu le pardon de Dieu. Préparez-en l'avènement. Venez au Sauveur universel, ô fils de Dieu qui avez perdu la route." 

"Mais, quelques-uns au moins, nous viendrions. Ce sont ceux de l'autre côté qui ne veulent pas de nous."          

"Et avec le prêtre et le prophète, je vous dis encore : "Je prendrai le bois de Joseph qui est aux mains" d'Éphraïm avec les tribus d'Israël qui lui sont unies et je l'unirai au bois de Juda et j'en ferai un seul bois..." [10] Oui. Pas au Temple. Venez à Moi. Je ne vous repousse pas. Je suis Celui que l'on appelle l'universel Dominateur. Je suis le Roi des rois. Je vous purifierai tous, ô peuples qui voulez être purifiés. Je vous rassemblerai, ô troupeaux qui êtes sans bergers ou avec des bergers idolâtres, car je suis le Bon Berger. Je vous donnerai un tabernacle unique et le placerai au milieu de mes fidèles. Ce tabernacle sera source de vie, pain de vie, il sera lumière, il sera salut, protection, sagesse.

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

25> Il sera tout car il sera le Vivant donné en nourriture aux morts pour les rendre vivants, il sera le Dieu qui se répand par sa sainteté pour sanctifier. Je suis et je serai cela. Le temps de la haine, de l'incompréhension, de la crainte est passé. Venez ! Peuple d'Israël ! Peuple séparé! Peuple affligé! Peuple éloigné! Peuple cher, tellement cher, infiniment cher, parce que malade, parce qu'affaibli, parce que saigné à blanc par une flèche qui a ouvert les veinés de l'âme et en a fait fuir l'union vitale avec ton Dieu, viens ! Viens au sein d'où tu es né, viens à la poitrine d'où t'est venue la vie : Douceur et tiédeur s'y trouvent encore pour toi. Toujours. Viens ! Viens à la Vie et au Salut."       

Haut de page           

 



[1] Probablement le Tome 9, chapitre 30. Maria Valtorta reçoit les visions dans le désordre et non pas chronologiquement comme pour l'élaboration d'une fresque historique.

[2] Ce sont les deux apôtres pour lesquels les préjugés du judaïsme sont les plus ancrés

[3] Ezéchiel 23,1

[4] Ezéchiel 23,2

[5] Ezéchiel 23,4

[6] Ezéchiel 23,5-10

[7] Ezéchiel 23,11-17

[8] Ezéchiel 23,18

[9] Annonce prophétique de la condamnation du Messie, et de la destruction du Temple

[10] Ezéchiel 37,19