"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

 

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

 9.557 - L'arrivo, da Sichem, dei parenti dei tre fanciulli strap pati ai ladroni.

 5.555 - The Arrival of the Relatives of the Children with Many People of Shechem.


Dimanche 17 février 30 (25 Adar)
Éphraïm


Vers l'index des thématiques

 Le pardon des samaritains obtenus au nom de Jésus


- Jésus prie sur la petite île 154

- Les parents des enfants sont arrivés 154

- Judas revient de la fontaine 155

- Gratitude des gens de Sichem 155

- Les parents racontent la dispute familiale 156

- Et la visite des larrons 156

- Ils s'occuperont des enfants et du pastoureau 157

- Les trois enfants présentés aux quatre frères 158

- Les larrons se sont excusés du retard 160

- Ceux de Sichem arrachent à Jésus une promesse 160

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 8

 

8.18
Les parents des enfants et les gens de Sichem


154> Jésus est seul dans la petite île au milieu du torrent. Sur la rive, au-delà du torrent, jouent les trois enfants et ils chuchotent à voix basse comme s'ils ne voulaient pas troubler la méditation de Jésus. Parfois le plus petit pousse un petit cri de joie en découvrant un petit caillou de belle couleur ou une fleur nouvelle; les autres le font taire en lui disant : "Tais-toi ! Jésus prie..." et le chuchotement reprend pendant que les petites mains brunes construisent avec le sable des petits blocs et des cônes qui, dans leur imagination enfantine, devraient être des maisons et des montagnes.

Là-haut le soleil resplendit gonflant toujours plus les bourgeons sur les arbres et ouvrant les boutons dans les prés. Le feuillage vert-gris du peuplier tremble et les oiseaux à son sommet se chamaillent en des rivalités d'amour qui se terminent tantôt par un chant, tantôt par un cri de douleur.

Jésus prie. Assis sur l'herbe, séparé par une touffe de joncs du sentier de la rive, il est absorbé dans son oraison mentale. Parfois il lève les yeux pour observer les petits qui jouent sur l'herbe, puis il les baisse de nouveau pour se plonger dans ses pensées.

Un bruit de pas parmi les arbres de la rive et l'arrivée subite de Jean sur la petite île mettent en fuite les oiseaux qui s'envolent de la cime du peuplier, mettant fin à leur carrousel avec des cris effrayés.

Jean ne voit pas tout de suite Jésus qui est caché par des joncs et, un peu interdit, il crie : "Où es-tu, Maître ?"

Jésus se lève alors que les trois enfants crient de la rive opposée : "Il est là-bas ! Derrière les hautes herbes."

Mais Jean a déjà vu Jésus et il va vers Lui en disant : "Maître, ils sont venus les parents, les parents des enfants et avec beaucoup de gens de Sichem. Ils sont allés chez Malachie, et Malachie les a conduits à la maison. Je suis venu te chercher."

Haut de page

155> "Et Judas, où est-il ?"

"Je ne sais pas, Maître. Il est sorti tout de suite après que tu es venu ici et il n'est plus revenu. Il doit être en ville. Veux-tu que je le cherche ?"

"Non, il ne faut pas. Reste ici avec les enfants. Je veux d'abord parler aux parents."

"Comme tu veux, Maître."

Jésus s'en va et Jean rejoint les enfants et se met à les aider dans leur grande entreprise d'établir un pont sur un fleuve imaginaire fait de longues feuilles de roseau disposées sur le sol pour représenter l'eau...

Jésus entre dans la maison de Marie de Jacob qui est sur la porte à l'attendre et qui Lui dit : "Ils sont montés sur la terrasse. Je les y ai conduits en leur offrant de se reposer, mais voici Judas qui accourt du village. Je vais l'attendre et puis préparer de quoi se restaurer pour les pèlerins qui sont très fatigués."

Jésus aussi attend Judas dans l'entrée qui est un peu sombre par rapport à la lumière extérieure. Judas ne voit pas tout de suite Jésus et d'un air hautain il dit à la femme en entrant : "Où sont les gens de Sichem ? Déjà partis peut-être ? Et le Maître ? Personne ne l'appelle ? Jean..." Il voit Jésus et change de ton pour dire : "Maître ! Je suis accouru quand j'ai su, par pur hasard... Tu étais déjà à la maison ?"

"Il y avait Jean, et il m'a cherché."

"Moi... j'y aurais été aussi. Mais à la fontaine des gens m'avaient invité à leur expliquer certaines choses..."

Jésus ne répond rien. Il n'ouvre bouche que pour saluer ceux qui l'attendent, assis en partie sur les murets de la terrasse, en partie dans la pièce qui s'ouvre sur elle, et qui en le voyant se lèvent pour Lui faire honneur.

Jésus, après les avoir salués collectivement, les salue chacun par son nom, à l'étonnement joyeux de ceux-ci qui Lui disent : "Tu te souviens encore de nos noms ?" Ce doit être des habitants de Sichem.

Et Jésus répond : "De vos noms, de vos visages, et de vos âmes. Vous avez accompagné les parents des enfants ? Ce sont eux ?"

"Ce sont eux. Ils sont venus les prendre et nous nous sommes joints à eux pour te remercier de ta pitié pour ces petits enfants d'une femme de Samarie. Il n'y a que Toi pour faire ces choses !...

Haut de page

156> Tu es toujours le Saint qui ne fait que des œuvres saintes. Nous aussi, nous nous souvenons toujours de Toi. Et maintenant, sachant que tu étais ici, nous sommes venus pour te voir et pour te dire que nous te sommes reconnaissants d'avoir choisi de te réfugier chez nous et de nous avoir aimés dans les fils de notre sang. Mais maintenant écoute les parents."

Jésus, suivi de Judas, se dirige vers eux et les salue de nouveau pour les inviter à parler.

"Nous, nous ne savons pas si tu le sais, nous sommes les frères de la mère des enfants, et nous étions très fâchés avec elle, parce que sottement et contre nos conseils, elle avait voulu ce mariage malheureux. Notre père fut faible pour l'unique fille de sa nombreuse descendance, au point que nous aussi nous fûmes en colère contre lui et que pendant plusieurs années nous ne nous sommes pas parlés ni vus. Puis, sachant que la main de Dieu s'appesantissait sur la femme, et que c'était la misère dans sa maison, car une union impure n'a pas la défense de la bénédiction divine, nous avons repris dans notre maison notre vieux père pour qu'il n'eût pas d'autre douleur que la misère dans laquelle languissait la femme. Et puis elle est morte, et nous l'avons su. Tu étais passé depuis peu et nous parlions de Toi entre nous... Et nous, en surmontant notre indignation, nous avons offert à l'homme par l'intermédiaire de lui et lui (deux de Sichem) de reprendre les enfants. Ils étaient par moitié de notre sang. Il répondit qu'il préférait les voir morts de malemort que vivants de notre pain. Nous n'avons pas eu les enfants ni le corps de notre sœur, même pas lui, pour qu'il eût une sépulture selon nos rites ! Et alors nous lui avons juré la haine ainsi qu'à sa descendance. Et la haine l'a frappé comme une malédiction au point qu'après avoir été libre il devint serviteur et de serviteur... un cadavre, mort comme un chacal dans une tanière puante. Nous ne l'aurions jamais su car depuis longtemps tout était mort entre nous. Et nous avons eu grand peur, cela seulement, quand il y a maintenant huit nuits, nous avons vu paraître dans notre aire les larrons. Et puis, sachant pourquoi ils avaient paru, l'indignation, plutôt que la douleur, nous mordit comme du venin et nous nous sommes hâtés de congédier ces voleurs en leur offrant une bonne récompense pour avoir leur amitié, et nous avons été étonnés en les entendant dire qu'ils s'étaient déjà payés et qu'ils ne voulaient rien d'autre."

Judas rompt à l'improviste le silence attentif que tous gardent par un éclat de rire ironique et il crie : "Leur conversion ! Totale ! En vérité !"

Haut de page

157> Jésus le regarde avec sévérité, les autres avec étonnement, et celui qui parle continue : "Et que pouvais-je attendre de plus d'eux ? N'était-ce pas déjà beaucoup d'être venus amener le pastoureau en défiant les dangers sans prendre de récompense ? À une vie malheureuse il faut une manière de faire malheureuse. Certainement il ne fut pas important le butin fait sur ce sot, mort comme un vagabond ! Pas important ! Et à peine suffisant pour eux qui devaient suspendre leurs vols pendant dix jours au moins. Et leur honnêteté nous a tellement étonnés, tellement que nous leur avons demandé quelle voix leur avait parlé pour leur inculquer cette pitié, et nous avons appris ainsi que c'était un rabbi qui leur avait parlé... Un rabbi ! Ce ne pouvait être que Toi ! En effet aucun autre rabbi d'Israël ne pourrait faire ce que tu as fait. Et une fois qu'ils furent partis, nous avons interrogé de plus près le jeune pastoureau effrayé et nous avons su plus exactement les choses. Tout d'abord nous savions seulement que le mari de notre sœur était mort et que les enfants étaient à Éphraïm chez un juste, et puis que ce juste, qui était un rabbi, leur avait parlé, et tout de suite nous avons pensé que c'était Toi. Et entrés à Sichem à l'aurore nous en avons parlé avec eux car nous n'avions pas encore décidé si nous accueillerions les enfants. Mais eux nous ont dit : "Et quoi ? Voudriez-vous que ce soit en vain que le Rabbi de Nazareth ait aimé les enfants ? Parce que c'est certainement Lui, n'en doutez pas. Allons tous le trouver plutôt, car sa bienveillance est grande envers les fils de Samarie". Et, une fois réglées nos affaires, nous sommes venus. Où sont les enfants ?" ,

"Près du torrent. Judas, va leur dire qu'ils viennent."

Judas s'en va.

 "Maître, c'est une dure rencontre pour nous. Ils nous rappellent toutes nos peines, et nous demandons encore si nous allons les accueillir. Ce sont les enfants du plus violent ennemi que nous ayons eu au monde..."

"Ce sont des fils de Dieu. Ce sont des innocents. La mort annule le passé et l'expiation obtient le pardon, même de Dieu. Voudriez-vous être plus sévères que Dieu ? Et plus cruels que les larrons ? Et plus obstinés qu'eux ? Les larrons voulaient tuer le pastoureau et garder les enfants. Lui par prudence, eux par humaine pitié envers des enfants sans défense. Le Rabbi a parlé, et eux n'ont pas tué, et ils ont même accepté de vous amener le petit berger. Devrai-je connaître la défaite avec des cœurs droits, ayant vaincu le crime ?..."

Haut de page

158> "C'est que... Nous sommes quatre frères et il y a déjà trente-sept enfants dans la maison..."

"Et là où trente-sept passereaux trouvent leur nourriture, parce que le Père des Cieux leur fait trouver le grain, est-ce que quarante ne le trouveront pas ? Est-ce que par hasard la puissance du Père ne pourra pas procurer la nourriture à trois autres, ou plutôt quatre, de ses fils ? Est-ce que cette divine Providence est limitée ? Est-ce que l'Infini aura peur de féconder davantage vos semences, vos arbres et vos brebis, pour qu'il y ait suffisamment de pain, d'huile, de vin, de laine et de viande pour vos enfants et les quatre autres pauvres petits restés seuls ?"

"Ils sont trois, Maître !"

"Ils sont quatre. Le pastoureau est orphelin lui aussi. Pourriez-vous, si Dieu vous apparaissait ici, soutenir que votre pain est tellement mesuré que vous ne pouvez nourrir un orphelin ? La pitié pour l'orphelin est commandée par le Pentateuque..."

"Nous ne le pourrions pas, Seigneur. C'est vrai. Nous ne serons pas inférieurs aux voleurs. Nous donnerons le pain, le vêtement et le logement même au petit berger, et par amour pour Toi."

"Par amour. Par amour total : pour Dieu, pour son Messie, pour votre sœur, pour votre prochain. Voilà l'hommage et le pardon qu'il faut donner à votre sang ! Non pas un froid tombeau pour sa poussière. Le pardon c'est la paix. Paix pour l'esprit de l'homme qui a péché. Mais ce ne serait qu'un pardon mensonger, tout extérieur, sans aucune paix pour l'esprit de la morte, votre sœur et mère de ces petits si, à la juste expiation de Dieu s'unissait, pour la tourmenter, de savoir que ses enfants paient, innocents qu'ils sont, pour son péché. La miséricorde de Dieu est infinie, mais unissez-y la vôtre pour donner la paix à la morte."

"Oh ! Nous le ferons ! Nous le ferons ! À personne ne se serait soumis notre cœur, mais à Toi, ô Rabbi, qui es passé un jour parmi nous pour semer une semence qui n'est pas morte et qui ne mourra pas."

"Amen ! Voilà les enfants..." Jésus les montre sur le bord du torrent qui se dirigent vers la maison, et il les appelle..

Ils laissent la main des apôtres et accourent en criant : "Jésus ! Jésus !" Ils entrent, montent l'escalier, arrivent sur la terrasse et s'arrêtent intimidés devant tant d'étrangers qui les regardent.

Haut de page

159> "Viens Ruben, et toi Élisée, et toi Isaac. Eux sont les frères de votre mère, et ils sont venus vous prendre pour vous joindre à leurs enfants. Voyez comme est bon le Seigneur ? C'est vraiment comme cette colombe de Marie de Jacob que nous avons vue avant-hier donner la becquée à un petit qui n'était pas le sien, mais celui de son frère mort. Lui vous recueille et vous donne à eux pour qu'ils aient soin de vous et que vous ne soyez plus orphelins. Allons ! Saluez vos parents."

"Le Seigneur soit avec vous, seigneurs" dit timidement le plus grand en regardant par terre, et les deux plus petits lui font écho.

"Celui-ci ressemble beaucoup à la mère, et aussi cet autre, mais celui-là (le plus grand) c'est tout à fait le père" observe un parent.

"Mon ami, je ne crois pas que tu sois assez injuste pour faire une différence d'amour à cause d'une ressemblance de visage" dit Jésus.

"Oh ! non. Cela non. J'observais... et je réfléchissais... Je ne voudrais pas qu'il ait aussi le cœur du père."

"C'est un enfant encore tendre. Ses simples paroles trahissent pour sa mère un amour bien plus vif que tout autre amour."

"Il les tenait pourtant mieux que nous ne croyions. Ils sont bien vêtus et bien chaussés. Il avait peut-être fait fortune..."

"Mes frères et moi nous avons des vêtements neufs car Jésus nous a habillés. Nous n'avions ni chaussures ni manteaux, nous étions tout à fait comme le berger" dit le second qui est moins timide que le premier.

"Nous te dédommagerons de tout, Maître" répond un parent et il ajoute : "Joachim de Sichem avait les offrandes de la ville, mais nous y joindrons encore de l'argent..."

*Non, je ne veux pas d'argent. Je veux une promesse. Une promesse d'amour pour eux que j'ai arrachés aux larrons. Les offrandes... Malachie, prends-les pour les pauvres que tu connais et fais-en une part à Marie de Jacob, car sa maison est bien misérable."

"Comme tu le veux. S'ils sont bons nous les aimerons."

"Nous le serons, Seigneur. Nous savons qu'il faut l'être pour retrouver notre mère et remonter le fleuve, jusqu'au sein d'Abraham et ne pas enlever des mains de Dieu le filin de notre barque pour ne pas être emportés par le courant du démon" dit Ruben tout d'un trait.

"Mais que dit l'enfant ?"

"C'est une parabole qu'il a entendue de Moi. Je l'ai dite pour consoler leurs cœurs et donner à leurs esprits une ligne de conduite. Les enfants l'ont retenue et ils l'appliquent à toutes leurs actions. Familiarisez-vous avec eux pendant que je parle à ceux de Sichem..."

Haut de page

160> "Maître, encore un mot. Ce qui nous a étonnés chez les larrons, c'est qu'ils nous ont prié de dire au Rabbi, qui avait avec Lui les enfants, de leur pardonner d'avoir mis autant de temps pour venir, en considérant que toutes les routes ne leur étaient pas ouvertes et que la présence d'un enfant avec eux empêchait de longues marches à travers les gorges sauvages." [1]

"Tu entends, Judas ?" dit Jésus à l'Iscariote qui ne réplique pas.

Et puis Jésus s'isole avec ceux de Sichem, qui Lui arrachent la promesse d'une visite, si brève qu'elle soit, avant la grande chaleur de l'été. Et pendant ce temps ils racontent à Jésus des choses de la ville et comment ceux qui ont eu leurs âmes ou leurs corps guéris se souviennent de Lui.

Pendant ce temps Judas et Jean s'efforcent de familiariser les enfants avec leurs parents...

Haut de page

 



[1] La région est quadrillée par une opération policière de grande envergure (voir le chapitre précédent)