"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano.

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif 10.648 - Pietro si congeda da Maria Ss. dopo un colloquio con Giovanni.

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif 5.644 - Peter Converses with John.

 7.648 - Pedro se despide de María Santísima después de un coloquio con Juan.

 12.710 - Unterredung zwischen Petrus und Johannes.

 Автоматический перевод Google.

Dans le courant de l'année 44
Gethsémani


Vers l'index des thématiques

 La dispersion des apôtres et des disciples.

 Marie est en perpétuelle union spirituelle avec Jésus.


     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Rester ou non en Judée ? .......................... 267

-  Discours de Pierre (Compter avec la prudence ............ 267

- Nous devons nous disperser) .......... 268

- Mais Jean restera avec Marie .................. 268

-  Discours de Jean (L'union de Marie au Ressuscité) ........ 269

- Oui, elle sera enlevée au ciel ...................... 269

- Demande à Marie de prier pour moi .... 270

- Marie confirme à Pierre son pardon et le bénit ............................. 270



Pierre.


Jean.


Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome.

Ancienne édition : Tome 10, chapitre 34.
Nouvelle édition : à venir.

648.
Pierre prend congé de Marie après une conversation avec Jean.


 

Vision du dimanche 4 novembre 1951

267> Sur la terrasse de la maison de Simon, toute éclairée par la pleine lune, se trouvent Pierre et Jean. Ils parlent à voix basse, en montrant la maison de Lazare, fermée et silencieuse[1]. Ils parlent longuement en faisant les cent pas sur la terrasse. Puis, qui sait pour quel motif, la discussion devient plus animée et leurs voix d’abord basses prennent un ton plus haut et bien clair.         

Pierre donne un coup de poing sur le parapet et s’écrie: "Mais tu ne comprends pas qu’on doit agir ainsi ? C’est au nom de Dieu que je te parle, écoute-moi, et ne t’obstine pas. Il convient d’agir comme je le dis. Ce n’est pas par lâcheté et par peur, mais pour empêcher la totale extermination qui nuirait à l’Église du Christ. Désormais on suit toutes nos démarches. Je m’en suis aperçu, et
Nicodème m’a confirmé que j’avais bien vu. Pourquoi n’avons-nous pas pu rester à Béthanie ? Pour ce motif. Pourquoi n’est-il plus prudent de rester dans cette maison, ou dans celle de Nicodème, ou dans celle de Nique ou d’Anastasica ? Toujours pour ce motif. Pour empêcher l’Église de mourir par la mort de ses chefs."    

"Le Maître nous a assuré bien des fois
que l’enfer même ne pourra jamais l’exterminer et prévaloir sur elle" lui répond Jean.           

"C’est vrai. Et l’enfer ne prévaudra pas, comme il n’a pas prévalu sur le Christ. Mais les hommes, oui. Comme ils ont prévalu sur l’Homme-Dieu, qui a vaincu
Satan, mais qui n’a pu triompher des hommes."    

"Parce qu’il n’a pas voulu vaincre. Il devait racheter et donc mourir. Et de cette mort. Mais s’il avait voulu les vaincre ! Combien de fois n’a-t-il pas échappé à leurs embûches de toutes sortes !"         

Haut de page        

268> "À l’Église aussi on dressera des embûches, mais elle ne périra pas totalement, toujours cependant si nous avons assez de prudence pour empêcher l’extermination des chefs actuels avant que beaucoup de ses Prêtres, de tout rang, ne soient créés et formés â leur ministère par nous les premiers. Ne te fais pas des illusions, Jean ! Les pharisiens, scribes, prêtres et synhédristes feront tout leur possible pour tuer les pasteurs afin de disperser le troupeau[2]. Ce troupeau qui est encore faible et craintif. Ce troupeau de Palestine surtout. Nous ne devons pas le laisser sans pasteurs tant que beaucoup d’agneaux ne seront pas à leur tour devenus pasteurs. Tu as vu combien déjà sont tombés morts. Pense quelle partie du monde nous attend ! L’ordre a été clair: "Allez évangéliser toutes les nations, en les baptisant au nom du Père, du Fils et de l’Esprit-Saint, en leur enseignant à observer ce que je vous ai commandé". Et à moi, sur la rive du lac, par trois fois il a commandé de paître ses brebis et ses agneaux, et il a prophétisé que seulement quand je serai vieux je serai attaché et amené pour confesser le Christ par mon sang et ma vie. Et bien loin d’ici ! Si j’ai bien compris un de ses entretiens, avant la mort de Lazare, je dois aller à Rome, et là fonder l’Église immortelle. Et Lui-même n’a-t-il pas jugé bon de se retirer à Éphraïm parce qu’il n’avait pas encore accompli son évangélisation ? C’est seulement au moment voulu qu’il est revenu en Judée pour être pris et crucifié. Imitons-le.

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif On ne peut certainement pas se dire que Lazare, Marie et Marthe ont été des créatures craintives. Tu vois pourtant que, bien qu’avec une extrême douleur, ils se sont éloignés d’ici pour porter ailleurs la Parole divine qui ici aurait été étouffée par les juifs[3]. Moi, choisi par Lui comme Pontife, j’ai décidé. Et avec moi, les autres: apôtres et disciples ont également décidé. Nous allons nous disperser[4]. Les uns iront en Samarie[5], d’autres vers la grande mer, d’autres vers la Phénicie, en allant toujours plus en avant, en Syrie, dans les îles, en Grèce, dans l’Empire romain[6]. Si dans ces lieux la zizanie et le poison juif rendent stériles les champs et les vignes du Seigneur, nous allons ailleurs et nous semons d’autres semences, dans d’autres champs et d’autres vignes, pour que la récolte non seulement arrive mais soit abondante. Si dans ces lieux la haine des juifs empoisonne les eaux et les corrompt, de sorte que moi, pêcheur d’âmes, et mes frères, nous ne puissions pas pêcher des âmes pour le Seigneur, nous allons près d’autres eaux. Il faut être prudent et rusé en même temps[7]. Crois-le, Jean."         

"Tu as raison. Mais j’insisterai pour
Marie. Je ne puis pas, je ne dois pas la laisser. Nous en souffrirons trop tous deux. Et ce serait mal agir, de ma part..." lui répond Jean.

Haut de page        

269> "Reste, toi. Et qu’elle reste, car il serait absurde de l’arracher d’ici..."         

"Ce à quoi Marie ne consentirait jamais. Je vous rejoindrai ensuite, quand elle ne sera plus sur la Terre
[8]."          

"Tu viendras, tu es jeune... Tu auras encore beaucoup de temps à vivre."         

"Et Marie très peu."       

"Pourquoi ? Est-elle malade, souffrante, affaiblie, peut-être ?"  

"Oh ! non ! Le temps et les douleurs n’ont pas eu de pouvoir sur elle. Elle est toujours jeune d’aspect et d’esprit, sereine. Je dirais même bienheureuse."   

"Et alors, pourquoi dis-tu..."    

"Parce que je comprends que cette nouvelle floraison en beauté et en joie c’est le signe qu’elle sent déjà proche la réunion avec son Fils. Réunion totale, je veux dire.
     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Car l’union spirituelle n’a jamais cessé. Je ne lève pas les voiles sur les mystères de Dieu, mais je suis certain qu’elle voit chaque jour son Fils, dans son vêtement glorieux. Et je crois que sa béatitude c’est cela. Je crois qu’en le contemplant son esprit s’illumine et arrive à connaître tout l’avenir, comme le connaît Dieu. Même le sien. Elle est encore sur la Terre, avec son corps; mais je pourrais dire, sans crainte d’errer, que son esprit est presque toujours dans les Cieux. Si grande est son union avec Dieu que je ne crois pas dire une parole sacrilège en disant qu’elle a Dieu en elle, comme quand elle le portait dans son sein. Davantage encore. Comme le Verbe s’est uni à elle pour devenir Jésus Christ, ainsi maintenant elle est tellement unie au Christ qu'elle est un second Christ, pour avoir pris une nouvelle humanité, celle de Jésus Lui-même. Si je dis une hérésie, que Dieu me fasse connaître mon erreur et me la pardonne. Elle vit dans l’amour. Ce feu d’amour l’enflamme, la nourrit, l’éclaire, et c’est encore ce feu d’amour qui nous la ravira, au moment marqué, sans douleur pour elle, sans corruption pour son corps... La douleur sera pour nous seuls... Pour moi surtout... Nous n’aurons plus la Maîtresse, celle qui nous guide et nous réconforte... Et moi, je serai vraiment seul..."

Et Jean, dont la voix tremble déjà parce qu’il se retient de pleurer, éclate en un sanglot déchirant tel qu’il n’en avait jamais eu même au pied de la Croix et dans le Tombeau. Pierre aussi, bien que plus paisiblement, se met à pleurer et, dans ses larmes, il supplie Jean de l’aviser, s’il le peut, pour qu’il soit présent au départ de Marie, ou du moins à sa sépulture.

Haut de page        

270> "Je le ferai, s’il m’est donné de le faire, mais j’en doute beaucoup. Quelque chose me dit en mon intérieur que, comme il arriva pour Élie, ravi par un tourbillon céleste sur un char de feu[9], il en sera ainsi pour elle. Je n’aurai pas le temps de m’apercevoir de son passage prochain qu’elle sera déjà au Ciel avec son âme."         

"Mais son corps au moins restera. Il est resté celui du Maître ! Et il était Dieu !"       

"Pour Lui, il était nécessaire qu’il en fût ainsi. Pour elle, non. Lui devait, par sa Résurrection, démentir les calomnies des juifs, par ses apparitions persuader le monde, devenu hésitant ou même négateur à cause de sa mort sur la Croix. Mais elle n’a pas besoin de cela. Mais si je puis le faire, je te préviendrai. Adieu, Pierre, Pontife et mon frère dans le Christ. Je retourne vers elle qui certainement m’attend. Que Dieu soit avec toi."         

"Et avec toi. Et dis à Marie de prier pour moi, et de me pardonner encore pour ma lâcheté de la nuit du Procès. C’est un souvenir que je n’arrive pas à effacer de mon cœur, une chose qui ne me laisse pas en paix..." et des larmes descendent sur les joues de Pierre, qui dit pour terminer: "Qu’elle soit pour moi une Mère, une Mère aimante pour son fils prodigue et malheureux..."    

"Il n’est pas besoin que je le lui dise. Elle t’aime plus qu’une mère, selon le sang. Elle t’aime en Mère de Dieu, et avec la charité d’une Mère de Dieu. Si elle était prête à pardonner à
Judas, dont la faute était sans mesure, pense si elle ne t’a pas pardonné à toi ! Paix à toi, frère. Je m’en vais."            

"Et moi, je te suis, si tu le permets. Je veux la voir une fois encore."    

"Viens. Je connais la route à prendre pour entrer au
Gethsémani sans être vus."          

Ils se mettent en route, et vont, rapides et silencieux, vers Jérusalem en passant pourtant par la route haute qui rejoint l’Oliveraie du côté le plus éloigné de la ville.          

Ils y arrivent quand déjà l’aube blanchit. Ils entrent au Gethsémani et descendent vers la petite maison. Marie, qui est sur la terrasse, les voit venir et en poussant un cri de joie, elle descend à leur rencontre.        

Pierre tombe vraiment à ses pieds, le visage contre terre, en lui disant: "Mère, pardon !"

"De quoi donc ? As-tu par hasard péché en quelque chose ? Celui qui me révèle toute vérité m’a seulement révélé que tu es son digne successeur dans la Foi. Comme homme, je t’ai toujours trouvé juste, bien que parfois impulsif. Que dois-je donc te pardonner ?"

Haut de page        


271> Pierre pleure en silence.

Jean explique : "Pierre ne sait pas se donner la paix parce qu’il a renié Jésus, dans la Cour du Temple."         

"C’est du passé. C’est effacé, Pierre. Jésus t’a-t-il peut-être fait des reproches ?"         

"Oh ! non !"         

"Était-il moins affectueux avec toi qu’auparavant ?"        

"Non. En vérité, non. Au contraire !..."         

"Et ne t’a-t-il pas dit comment Lui, et moi avec Lui, nous t’avons compris et pardonné ?"     

"C’est vrai. Je suis toujours le même sot."   

"Et alors va et reste en paix. Je te dis que nous nous trouverons tous, toi, les autres apôtres et diacres
[10], et moi, tous au Ciel, près de l’Homme-Dieu. Pour autant qu’il m’est donné, je te bénis" et, comme elle a fait pour Gamaliel[11], Marie met ses mains sur la tête de Pierre et y trace dessus un signe de croix.

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Pierre se penche pour lui baiser les pieds, puis se lève, bien plus serein qu’avant, et, toujours accompagné de Jean, il revient à la haute grille, la franchit et s’en va, pendant que Jean, après avoir fermé l’entrée, revient trouver Marie.     

Haut de page        

Fiche mise à jour le 07/10/2017.

 



[1] Et pour cause : La famille de Béthanie s'est exilée. Voir ci-dessous la note n°3 et l'article de Jean Aulagnier sur le sujet.

[2] Cf. Parole de Jésus dans Matthieu 26, 31 et Marc 14, 27. Il fait une traduction libre de Zacharie 13,7.

[3] Selon la tradition (et non la légende), la famille de Béthanie s'exile en Gaule. On y retrouve les traces de Lazare (Marseille) Marie de Magdala (Sainte Baume) Marthe, Maximin, Sara, … La famille de Béthanie s'est donc déjà exilée au moment où se déroule la scène que nous voyons ici : elle correspond aux persécutions d'Hérode-Agrippa qui eurent lieu de 41 à 44 environ.

[4] André en Scythie (Grèse et Asie Mineure) ––Jacques de Zébédée est mort – Jacques d'Alphée reste évêque de Jérusalem – Jean reste au Gethsémani jusqu'à la Dormition de la Vierge Marie – Jude, comme Simon le zélote aboutissent en Perse où ils sont tués – Lazare et la famille de Béthanie est déjà en Gaule Narbonnaise – Matthias en Égypte et en Éthiopie - Matthieu en Syrie et Macédoine – Nathanaël, dit Barthélemy aux Indes et en Asie Mineure – Paul dans les contrées décrites par les Actes des apôtres et ses épîtres - Philippe en Scythie et en Phrygie - Thomas au Moyen-Orient, jusqu'aux Indes – ….

[5] C'est le cas du diacre Philippe comme le rapportent les Actes des apôtres.

[6] Pierre s'établit à Antioche de Syrie, 3ème ville de l'empire romain. Cet établissement est commémoré sous le nom de "Chaire de saint Pierre à Antioche". Il y eut une altercation avec Paul (Galates 2, 11). Pierre partit ensuite à Rome où il subit le martyre.

[7] Cf. Matthieu 10, 16-17 : Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. Mettez-vous en garde contre les hommes; car ils vous livreront aux tribunaux, et ils vous battront de verges dans leurs synagogues.

[8] Ceci explique que seul Jean, selon Maria Valtorta, a assisté à la Dormition, puis l'Assomption de Marie.

[9] Cf. 2 Rois 2, 9-11.

[10] Les diacres ont donc déjà été institués pour décharger les apôtres des charges matérielles. On y trouve Étienne, le premier martyr, Nicolaï d'Antioche, Timon d'Aëra, ainsi que Philippe d'Arbela, Prochore, Nicanor et Parménas. Dans l'œuvre de Maria Valtorta, on n'identifie que les quatre premiers.

[11] Voir le chapitre précédent.