I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif 2.86 - L'incontro con il milite Alessandro alla porta dei Pesci.

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif 1.86 - Jesus Speaks to the Soldier Alexander at the Fish Gate.

 2.86 - El encuentro con el soldado Alejandro en la Puerta de los Peces.

 2.123 - Jesus spricht mit dem Soldaten Alexander am Fischtor.


Mardi 6 juillet 27
(15 Tammouz 3787)

Jérusalem
.


I:\Maria Valtorta\SiteWeb\Publication\TOME 02\Alexandre.gif


Vers l'index des thématiques

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les malheurs de la Patrie.

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Appel au témoignage de la vraie foi pour convertir les païens romains.

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif L'âme distingue l'homme de l'animal.


03-016 03-016 03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Les doléances du soldat Alexandre .................... 276

- Discours (Le sort actuel d'Israël ........................................ 277

- Le témoignage à donner aux païens)......................... 277

- Jésus guérit uniquement par sa puissance ............... 277

- L'âme humaine et le vrai Dieu ........................................ 278

- L'hommage d'une jeune fille à Jésus ............................ 279

- Jésus encourage Judas dans son apostolat ............... 280


- Et il se joint aux bergers 280


I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif La conformité du texte à l'original italien a été corrigée par Emmanuel Vincent.

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 2


Tome 2, chapitre 51.

86.
Jésus parle avec le soldat Alexandre
à la Porte des Poissons


Vision du mercredi 24 janvier 1945

276> Encore une aurore. Encore les défilés d'ânes qui se pressent près de la Porte des Poissons encore fermée. Et encore Jésus avec Simon et Jean. Des marchands le reconnaissent et se groupent autour. Un soldat de garde accourt aussi vers Lui, à l'ouverture de la Porte quand il le voit. Et il le salue : "Salut, Galiléen. Dis à ces agités d'être moins turbulents. Ils se plaignent de nous, mais ils ne font que nous maudire et désobéir. Et ils disent que c'est pour eux un acte de religion. Quelle religion ont-ils si elle est basée sur la désobéissance ?"       

"Comprends-les, soldat. Ils sont comme ceux qui ont dans leur maison un hôte indésirable et plus fort qu'eux. Et ils n'ont que la langue et la réplique pour se venger."  

"Oui, mais nous, nous devons faire notre devoir et alors nous devons punir. Et ainsi nous devenons des hôtes toujours plus indésirables."       

"Tu as raison. Tu dois faire ton devoir, mais fais-le toujours avec humanité. Pense toujours : "Si j'étais à leur place, qu'est-ce que je ferais ?". Tu verras qu'alors tu éprouveras tant de pitié pour ceux qui vous sont soumis."         

"Il m'est agréable de t'entendre parler. Pas de mépris, pas de hauteur de ta part. Les autres Palestiniens nous crachent par derrière, nous insultent, montrent leur mépris pour nous... à moins qu'il ne s'agisse de nous écorcher consciencieusement pour une femme ou pour des achats. En ce cas, l'or de Rome n'est pas méprisé."

"L'homme est toujours l'homme, soldat."      

"Oui, et plus trompeur qu'une guenon. Ce n'est pas agréable, pourtant de rester au milieu de gens qui sont comme des serpents qui vous guettent... Nous aussi nous avons des maisons, des mères, des épouses et des enfants, et nous y tenons, à la vie."          

Haut de page           

277> "Voilà : si chacun se le rappelait, il n'y aurait plus de haine. Tu as dit : "Quelle religion ont-ils ?". Je te réponds : une religion sainte dont le premier commandement est l'amour pour Dieu et le prochain. Une religion qui enseigne l'obéissance aux lois, même s'il s'agit d'États ennemis.      

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Écoutez donc, ô mes frères en Israël. Rien n'arrive sans que Dieu le permette, même la domination d'un peuple étranger : suprême malheur pour un peuple. Mais, presque toujours, si ce peuple s'interroge franchement, il peut dire que c'est lui qui l'a voulue par sa façon de vivre opposée à Dieu. Rappelez-vous les Prophètes. Combien de fois ils en ont parlé ! Combien ont montré par les faits passés, présents et futurs que la conquête est le châtiment, la verge du châtiment sur les épaules du fils ingrat. Combien de fois ils ont enseigné la manière de ne plus la subir : revenir au Seigneur. Ce n'est pas la révolte ni la guerre qui guérit les blessures, essuie les larmes et rompt les chaînes. C'est la vie de justes. Alors Dieu intervient. Et que peuvent les armes et les troupes armées contre l'éclat des cohortes angéliques lorsqu'elles luttent en faveur des bons ? Nous sommes frappés ? Nous méritons de ne plus l'être davantage par notre façon de vivre, nous, fils de Dieu.

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Ne rivez pas vos chaînes par des péchés toujours renouvelés Ne laissez pas penser que les gentils vous croient sans religion ou plus païens qu'eux par votre façon de vivre, Vous êtes le peuple à qui Dieu Lui-même a donné la Loi. Observez-la. Faites que vos maîtres s'inclinent devant vos chaînes en disant : "Ils nous sont soumis, mais ils sont plus grands que nous, d'une grandeur qui ne tient pas au nombre ni à l'argent, ni aux armes, ni à la puissance, mais qui provient de leur attachement à Dieu. En eux brille la paternité d'un Dieu Parfait, Saint, Puissant. C'est là le signe d'une véritable Divinité. Elle resplendit à travers ses fils. Qu'ils méditent à ce sujet et arrivent à la vérité du Vrai Dieu en abandonnant l'erreur. Tous, même le plus pauvre, même le plus ignorant du peuple de Dieu, peut être un maître pour un gentil, maître par sa manière de vivre et de prêcher Dieu aux païens par les actions d'une vie sainte. Allez, la paix soit avec vous."         

"
Judas tarde, et aussi les bergers" observe Simon.   

"Tu attends quelqu'un, Galiléen ?" demande le soldat qui écouté le discours avec attention.

"Des amis."  

Haut de page           

278> "Viens à l'ombre, dans l'entrée. Le soleil tape dur dès les premières heures. Tu vas en ville ?"          

"Non, je retourne en Galilée."            

"À pied ?"    

"Je suis pauvre : à pied."      

"Tu as une femme ?"            

"J'ai une Mère."        

"Moi aussi. Viens... si tu n'as pas pour nous le mépris des autres."   

"Il n'y a que le péché qui me dégoûte."         

Le soldat le regarde, admiratif et pensif. "Avec Toi, nous n'aurions jamais à intervenir. Le glaive ne se lèvera jamais sur Toi. Tu es bon. Mais les autres ! ..."    

Jésus est dans la pénombre de l'entrée, Jean est tourné vers la ville. Simon est assis sur une pierre qui sert de banquette.       

"Comment t'appelles-tu ?"    

"Jésus."       

"Ah ! c'est Toi qui fais des miracles même sur les malades ?! Je te croyais seulement magicien... Nous en avons, nous aussi. Un bon magicien, cependant, car il y en a certains... Mais les nôtres ne savent pas guérir les malades : Comment fais-tu ?"      

Jésus sourit et se tait.          

"Tu emploies des formules magiques ? Tu as des onguents de moelle de mort, des serpents séchés et réduits en poudre, des pierres magiques prises dans les antres des Pythons ?"   

"Rien de tout cela. Je n'ai que ma puissance."          

"Alors, tu es un vrai saint. Nous, nous avons les aruspices
[1] et les vestales [2]... et certains d'entre eux font des prodiges... et on dit que ce sont les plus saints. Mais y crois-tu ? Ils sont pires que les autres."    

"Et alors pourquoi les vénérez-vous ?"          

"Parce que... parce que c'est la religion de Rome. Et si un sujet ne respecte pas la religion de son État, comment peut-il respecter César et la patrie, et puis, et puis tant de choses ?"

Jésus regarde fixement le soldat. "En vérité, tu es avancé sur le chemin de la Justice. Continue, ô soldat, et tu arriveras à connaître ce que ton âme a le sentiment de posséder en soi, sans savoir donner un nom à cette chose."        

"
L'âme, qu'est-ce que c'est ?"           

"Quand tu mourras, où iras-tu ?"       

Haut de page           

279> "Ma foi, je ne sais pas. Si je meurs en héros, sur le bûcher des héros... si je suis un pauvre vieux, un rien, peut-être je pourrirai dans ma tanière ou sur le bord d'un chemin."

"Cela pour le corps, mais l'âme, où ira-t-elle ?"          

"Je ne sais si tous les hommes ont une âme, ou seulement ceux que Jupiter destine aux champs Élysées
[3] après une vie prodigieuse à moins qu'il ne les amène à l'Olympe comme il le fit pour Romulus[4]."        

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif "Tous les hommes ont une âme et c'est cette chose qui distingue l'homme de l'animal. Voudrais-tu être semblable à un cheval ? À un oiseau ? À un poisson ? Chair qui après la mort n'est que pourriture ?"   

"Oh ! non. Je suis homme et je préfère l'être."           

"Eh bien, ce qui te fait homme, c'est l'âme. Sans elle, tu ne serais rien de plus qu'un animal doué de la parole."   

"Et où est-elle ? Comment est-elle ? "           

"Elle n'est pas matérielle. Mais elle existe. Elle est en toi. Elle vient de Celui qui a créé le monde et retourne vers Lui après la mort du corps."  

"Du Dieu d'Israël, selon vous."         

"Du Seul Dieu, Unique, Éternel, Suprême Seigneur et Créateur de l'univers."  

"Et même un pauvre soldat comme moi a une âme qui retourne vers Dieu ?"

"Oui, même un pauvre soldat, et son âme aura Dieu pour Ami si elle a toujours été bonne et Dieu la punira si elle a été mauvaise."           

"Maître, voici Judas avec les bergers et des femmes. Si j'y vois clair,
c'est la jeune fille d'hier." dit Jean.       

"Je vais, soldat. Sois bon."  

"Je ne te verrai plus ? Je voudrais savoir encore..."   

"Je demeure en Galilée jusqu'en septembre. Si tu peux, viens à
Capharnaüm ou à Nazareth, tout le monde te renseignera sur Moi. À Capharnaüm, demande Simon-Pierre. À Nazareth, Marie de Joseph. C'est ma Mère. Viens. Je te parlerai du Dieu Vrai."

"Simon-Pierre... Marie de Joseph... Je viendrai si je peux. Et si tu reviens, souviens-Toi
d'Alexandre. Je suis de la centurie de Jérusalem."    

Judas et les bergers sont arrivés sous le porche.      

Haut de page           

280> "Paix à vous tous" dit Jésus. Et il voudrait ajouter autre chose mais une toute jeune fille, maigre mais souriante fend le groupe et se jette à ses pieds : "Ta bénédiction, encore sur moi, Maître et Sauveur, et encore un baiser pour Toi !" Et elle lui baise les mains.         

"Va, sois heureuse, bonne. Bonne fille, puis bonne épouse et puis bonne mère. Enseigne à tes futurs petits mon Nom et ma doctrine. Paix à toi et à
ta mère. Paix et bénédiction à tous ceux qui sont les amis de Dieu. Paix aussi à toi, Alexandre."            

Jésus s'éloigne.       

"Nous sommes en retard. Mais nous avons été retardés par ces femmes" explique Judas. "Elles étaient à
Gethsémani et voulaient te voir. Nous y étions allés, indépendamment l'un de l'autre pour faire route avec Toi. Mais tu étais déjà parti et, à ta place, on n'a vu qu'elles. Nous voulions les quitter... mais elles ont insisté plus que des mouches. Elles voulaient savoir tant de choses... As-tu guéri la petite ?"         

"Oui."           

"Et tu as parlé au Romain ?"

"Oui, c'est un cœur honnête, et il cherche la Vérité..." Judas soupire.

"Pourquoi soupires-tu, Judas ?" demande Jésus.     

"Je soupire parce que... parce que je voudrais que ce soit les nôtres, ceux qui cherchent la Vérité. Au contraire, ou ils la fuient, ou ils la méprisent, ou ils restent indifférents Je suis découragé. Je ne veux plus remettre les pieds ici et ne veux plus rien faire d'autre que t'écouter. Car, comme disciple, je ne réussis à rien."

"Et crois-tu que je réussisse beaucoup ? Ne te décourage pas, Judas. Ce sont les luttes de
l'apostolat. Plus de défaites que de victoires. Mais défaites ici. Là-haut, ce sont toujours des victoires. Le Père voit ta bonne volonté et même si elle n'aboutit pas, il ne t'en bénit pas moins."  

"Oh ! Tu es bon ! Judas lui baise une main. Mais moi, deviendrai-je jamais bon ?"     

"Oui, si tu le veux."   

"Je crois l'avoir été ces jours-ci... J'ai souffert pour l'être... parce que j'ai beaucoup de désirs... Mais je l'ai été en pensant toujours à Toi."   

"Persévère, donc, tu me donneras tant de joie. Et vous, quelles nouvelles m'apportez-vous ?" demande-t-il aux bergers.     

"
Élie te salue et t'envoie un peu de nourriture et te dit de ne pas l'oublier."     

Haut de page           

281> "Oh ! Moi je porte mes amis en mon cœur ! Allons jusqu'à ce petit pays dans la verdure. Puis ce soir, nous nous remettrons en route. Je suis heureux d'être avec vous, d'aller trouver ma Mère et d'avoir parlé de la Vérité à un homme honnête. Oui, je suis heureux. Si vous saviez ce que c'est pour Moi d'accomplir ma mission et voir que les cœurs y viennent, c'est à dire viennent au Père, oh ! comme toujours davantage vous me suivriez en esprit !…"

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Je ne vois pas autre chose.  

Haut de page           

 



[1] [1] Aruspices : prêtres chargés de chercher des présages dans les mouvements de la victime avant le sacrifice, et dans l'inspection de ses entrailles après qu'elle avait été immolée. Dès le temps de Cicéron, la science des Aruspices était tombée dans le plus grand discrédit, ainsi que celle des augures (source : http://www.cosmovisions.com)

[2] Vestales - Ces prêtresses (de 4 à 6) étaient chargées d'entretenir le feu sacré sur l'autel de la déesse Vesta et d'accomplir en son honneur divers rites mystérieux; Elles étaient tenues de garder la chasteté tout le temps de leur ministère, qui était de 30 ans; celle qui violait son vœu était enterrée vive. Celles qui laissaient éteindre le feu étaient punies du fouet. En revanche, les Vestales jouissaient de grands privilèges (Source : http://www.cosmovisions.com).

[3] Les champs Élysées sont le lieu de l'Enfer mythologique où les héros et les gens vertueux goûtent le repos après leur mort.

[4] Romulus (771 avant J.C. – 716 avant J.C.), fondateur de la ville de Rome, fut emmené dans l'Olympe séjour des dieux de façon mystérieuse. Il s'identifie alors au dieu Quirinius.