"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano.

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous ?

 6.413 - Arrivo a Gerusalemme per la Pentecoste e disputa con i dottori nel Tempio.

 3.411 - In Jerusalem for Pentecost.

 4.413 - Llegada a Jerusalén para la fiesta de Pentecostés y disputa con los doctores del Templo.

 7.459 - Am Pfingstfest Jerusalem.


 Évangile :
- Luc 11,33-38.



Jérémie dictant ses prophéties à Baruch, d'après Gustave Doré (1832-1883).

Mardi 8 mai 29
(8 Lyar ou Ziv 3789)

Jérusalem.


   Vers l'index des thématiques

 Le Verbe de Dieu.

 La Lumière du Monde.

 Il y a faute s'il y a connaissance et rejet de la vérité.


   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- La foule des railleurs et des admirateurs 158

- Discours 1 (Le vase d'argile qui résiste au potier : Israël et Dieu)............................ 159

- La foule bloque la milice du Temple 160

- La milice romaine refoule la milice du Temple................ 161

- Le pharisien Elchias se fait doucereux 162


- Tu es donc Dieu, le Verbe de Dieu ?. 162

- Discours 2 (Le passage de l'ange et de Dieu.................... 163

- Votre faute est flagrante 164

- La Lumière implore votre conversion) 165

- Elchias invite Jésus à un banquet....... 166.



Elchias,
le gardien du trésor du Temple.

 

 Les références de l'Ancien Testament, notées en bas de page, sont de David Amos.

      I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif  Les commentaires de bas de page sont de Jean-François Lavère.

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome.

Ancienne édition : Tome 6, chapitre 102.
Nouvelle édition : Tome 6, chapitre 413.

413
L’arrivée à Jérusalem pour la Pentecôte.
Discussion avec les docteurs dans le Temple.


 

Vision du mardi 9 avril 1946

158> La ville est pleine de gens. Le Temple est bondé. Jésus y monte dès son entrée à Jérusalem, et il y entre par la porte près de la Probatique[1], donc presque immédiatement, avant que les gens puissent s'apercevoir qu'il est dans la ville et que la nouvelle se propage de la maison où ils déposent leurs sacs et où ils nettoient la poussière et la sueur pour entrer propres dans le Temple. [2]         

L'habituelle cohue malséante des vendeurs et des changeurs. L'habituel kaléidoscope des couleurs, des visages.         

Jésus, accompagné des
apôtres qui ont acheté ce qu'il fallait pour l'offrande, va directement au lieu de la prière et y reste longuement. Naturellement il est remarqué par plusieurs, tant bons que mauvais, et un murmure court comme le vent et avec un bruit de vent dans les branches à travers la vaste cour extérieure où les gens s'arrêtent pour prier. [3]

Haut de page.       

159> Et quand, après la prière, il se retourne pour revenir sur ses pas, une troupe de gens qui grossit de plus en plus le suit à travers les atriums, les portiques, les cours, jusqu'à ce que devenue une foule, elle l'entoure et Lui demande de parler.        

"À un autre moment, ô fils ! Dans un autre endroit !" dit Jésus et il lève la main pour bénir en cherchant à s'éloigner. 

Les scribes, les pharisiens, les docteurs et leurs élèves, mêlés à la foule, raillent en se disant l'un à l'autre des bouts de phrases qui sont autant de moqueries, comme :      

"La prudence fait réfléchir"     

ou bien: "Hé ! un peu de peur..."        

ou: "Il a atteint l'âge de raison"          

ou encore : "Moins sot qu'on ne croyait..."  

Mais le plus grand nombre, ou parce qu'ils le connaissent et l'aiment, ou parce qu'ils désirent sincèrement le connaître, étant sans haine, insistent en disant : "Tu nous enlèveras donc cette fête dans la Fête ? Bon Maître, tu ne peux le faire ! Beaucoup de nous ont fait des sacrifices pour rester ici à t'attendre..."
[4] et certains font taire les railleurs ou répondent sur le même ton aux persifleurs.       

Il est clair que la masse serait toute disposée à faire un mauvais parti à la minorité de malveillants. Ces derniers, rusés et sournois, le comprennent et non seulement se taisent, mais cherchent à s'éloigner. Bien qu'ils soient dans l'enceinte du Temple, plusieurs n'hésitent pas à persifler ceux qui s'en vont et à leur lancer des épithètes peu flatteuses. Alors que d'autres, plus âgés, et donc plus réfléchis, interpellent Jésus en disant : "Mais que va-t-il advenir, Toi qui sais, de ce lieu, de cette ville, de tout Israël qui ne se rend pas à la Voix du Seigneur ?"     

Jésus regarde avec pitié ces têtes grisonnantes ou tout à fait blanches, et il répond : "Jérémie vous a dit ce qu'il adviendra de ceux qui à l'éclair du courroux divin répondent en péchant davantage, en considérant la pitié divine comme une preuve de faiblesse de la part de Dieu, car on ne se moque pas de Dieu, ô fils
[5]. Vous, comme dit l'Éternel par la bouche de Jérémie, vous êtes comme l'argile dans les mains du potier, comme de l'argile sont ceux qui se croient puissants, comme de l'argile sont les habitants de ce lieu et ceux du palais royal[6]. Il n'y a pas de puissance humaine qui puisse résister à Dieu[7]. Et si l'argile résiste au potier, et veut prendre des formes étranges, horribles, le potier réduit l'ébauche à n'être plus de nouveau qu'une poignée d'argile, et il modèle à nouveau son vase jusqu'à ce qu'il se persuade que le potier est le plus fort et qu'il se plie à sa volonté. Et il peut arriver encore que le vase se brise en morceaux parce qu'il s'obstine à ne pas se laisser modeler, parce qu'il refuse l'eau dont le potier l'humecte pour pouvoir le modeler sans fissures. Et alors le potier jette l'argile récalcitrante, les coquilles inutiles, rebelles au travail, aux ordures et il prend de l'argile neuve et la façonne en lui donnant la forme qui lui paraît la meilleure. [8]    

Haut de page.       

160> N'est-ce pas ainsi que parle le Prophète en racontant le symbole du potier et du vase d'argile ? C'est ainsi. Et en répétant les paroles du Seigneur, il dit : "Comme l'argile est dans la main du potier, ainsi tu es, ô Israël, dans les mains de Dieu" [9]. Et le Seigneur ajoute, pour avertir les récalcitrants, que seules la pénitence et l'acceptation des reproches de Dieu peuvent faire modifier le décret de punition de Dieu à l'égard du peuple rebelle. [10] 

Israël ne s'est pas repenti. Aussi les menaces de Dieu se sont acharnées une et dix fois sur Israël. Israël pas même maintenant ne se repent, maintenant que ce n'est pas un prophète, mais plus qu'un prophète qui parle à Israël. Et Dieu qui a eu pour Israël la suprême miséricorde et qui m'a envoyé, vous dit maintenant : "Puisque vous ne prêtez pas l'oreille à ma propre Voix, Je vais me repentir du bien que Je vous ai fait et Je préparerai contre vous le malheur". Et Moi, qui suis la Miséricorde, bien que je sache que je fais retentir inutilement ma voix, je crie à Israël : "Que chacun revienne de sa route mauvaise. Que chacun redresse sa conduite et ses tendances pour qu'au moins, quand le dessein de Dieu s'accomplira sur la nation coupable, les meilleurs de ses citoyens, dans la perte totale des biens, de la liberté, de l'union, conservent l'esprit libre de la faute, uni à Dieu, et ne perdent pas les biens éternels, comme ils auront perdu les biens terrestres".

Les visions des prophètes ne sont pas sans but : le but est d'avertir les hommes de ce qui peut arriver
[11]. Il est dit par le symbole du vase d'argile cuite, brisé en présence du peuple, ce qui attend les villes et les royaumes qui ne se soumettent pas au Seigneur, et..." [12]       

Les anciens, les scribes, docteurs et pharisiens, qui s'étaient éloignés auparavant, sont allés prévenir les milices du Temple et les magistrats préposés à l'ordre. L'un d'eux, suivi d'une poignée de ces comiques soldats de carton-pâte, qui n'ont de batailleur que les visages qui sont un mélange de sottise et d'un peu de malice avec passablement de dureté, pour ne pas dire de brutalité, vient vers Jésus. Le Maître parle, appuyé à une colonne du Portique des Païens
[13] et il est entouré d'une foule qui forme autour de Lui un cercle impénétrable. Le magistrat crie à Jésus : "Va-t'en ! Ou je te fais expulser par mes soldats..."          

Haut de page.       

161> "Hou ! Hou ! Les grosses mouches vertes ! Les héros sur les agneaux ! Et vous ne savez pas emprisonner ceux qui font de Jérusalem, un lupanar [14], du Temple, un marché ? Hors d'ici, face de lapin, va-t'en chez les belettes... Hou ! Hou !" Les gens se révoltent contre ces fantoches armés et ils montrent clairement qu'ils ne veulent pas que l'on fasse injure au Maître.      

"Moi, j'obéis aux ordres que j'ai reçus..." dit pour s'excuser ce chef des gardiens de l'ordre.        

"Tu obéis à Satan et tu ne t'en aperçois pas. Va, va maintenant implorer pitié pour avoir osé insulter et menacer le Maître ! Le Maître, on n'y touche pas ! Vous avez compris ? Vous nos oppresseurs, Lui l'ami des pauvres. Vous nos corrupteurs, Lui notre Maître saint. Vous notre ruine, Lui notre Salut. Vous pleins de perfidie, Lui plein de bonté. Hors d'ici, ou nous vous ferons ce que Mattathias fit à Modin
[15]. Nous vous balancerons en bas de la pente du Moriah, comme autant d'autels d'idoles et nous ferons le nettoyage, en lavant avec votre sang le lieu profané. Les pieds de l'unique Saint d'Israël marcheront sur ce sang pour aller au Saint des Saints et y régner, Lui qui le mérite ! Hors d'ici ! Vous et vos maîtres ! Hors d'ici, sbires qui servez les sbires..." [16] 

Un tumulte craintif... De
l'Antonia accourent les gardes romains avec un officier âgé, sévère, expéditif.   

"Faites place, vauriens ! Qu'arrive-t-il? Vous êtes en train de vous dévorer entre vous pour un de vos agneaux galeux ?"         

"Ils se révoltent contre les milices..." veut expliquer le magistrat.        

"Par Mars invaincu !
[17] Eux... les milices ? Ah ! Ah ! Va faire la guerre aux cafards, guerrier de cantine. Parlez, vous..." ordonne-t-il aux gens.      

"Ils voulaient imposer silence au Rabbi Galiléen. Ils voulaient le chasser, peut-être le prendre..."  

"Au Galiléen ? Non licet. C'est dans la langue de Rome que je vous dis la parole du décollé
[18]. Ah ! Ah ! Va-t'en à la niche, toi et tes roquets. C'est à la niche que restent aussi les mâtins. Eux aussi la Louve sait les mettre en pièces... Compris ? Rome seule a le droit de juger [19]. Et Toi, Galiléen, raconte aussi tes fables... Ah ! Ah!" et il se retourne tout d'une pièce et il s'en va avec sa cuirasse qui brille au soleil.  

"Tout à fait comme à Jérémie..."        

"Comme à tous les prophètes, dois-tu dire..."         

"Mais Dieu triomphe quand même."

"Maître, parle encore. Les vipères se sont enfuies."           

Haut de page.       

162> "Non, laissez-le aller, pour que les nouveaux Phassur [20] ne reviennent pas en force et l'enchaînent..."   

"Pas de danger... Tant que dure le rugissement du lion, les hyènes ne sortent pas..."      

Les gens parlent et commentent au milieu d'une belle confusion.       

"Vous vous trompez, dit un pharisien, tout mielleux, enveloppé dans son manteau et suivi de quelques-uns de ses semblables et de certains docteurs de la Loi. Vous vous trompez. Vous ne devez pas croire que toute une caste soit comme quelques-uns de ceux qui lui appartiennent. Hé ! Hé ! Du bon et du mauvais, il y en a sur toute plante."    

"Oui. En effet les figues sont généralement douces, mais pourtant, si elles sont vertes ou trop mûres, elles sont acres ou acides. Vous vous êtes acides comme celles du mauvais panier du prophète Jérémie"
[21] dit du milieu de la foule quelqu'un que je ne connais pas, mais qui doit être bien connu de plusieurs, et puissant aussi, car je vois dans la foule des clins d’œil et je remarque que le pharisien encaisse le coup sans réagir.  

Au contraire, plus doucereux encore, il se tourne vers le Maître et il Lui dit : "Splendide sujet pour ta sagesse. Parle-nous, ô Rabbi, sur ce sujet. Tes explications sont si... neuves... si... doctes... Nous les goûtons, affamés, avides."     

Jésus regarde fixement ce champion pharisaïque et puis il lui répond : "Tu as aussi une autre faim inavouée, ô
Elchias, et tes amis aussi Mais elle vous sera donnée aussi cette nourriture... et plus acide que des figues. Et elle vous corrompra l'intérieur comme les figues aigries corrompent les viscères."  

"Non Maître, je te le jure, au nom du Dieu vivant ! Mes amis et moi, nous n'avons pas d'autre faim que de t'entendre parler... Dieu nous voit si..."        

"Cela suffit. L'homme honnête n'a pas besoin de serments. Ses actions sont des serments et des témoignages. Mais je ne vais pas parler des figues excellentes et des figues gâtées..."      

"Pourquoi, Maître ? Tu crains que les faits ne contredisent tes explications ?"     

"Oh, non ! Au contraire..."       

"Alors tu prévois pour nous des tourments, des opprobres, l'épée, la peste, la faim ?"  

"Cela et davantage."       

"Davantage ? Et quoi ? Dieu ne nous aime donc plus ?"  

"Il vous aime tant qu'il a accompli la promesse."   

"Toi? Parce que tu es la promesse ?" 

Haut de page.       

163>  "Je le suis."           

"Et alors quand fondes-tu ton Royaume ?" 

"Ses fondements existent déjà."         

"Où? Où ?"           

"Dans le cœur des bons."          

"Mais cela n'est pas un Royaume ! C'est un endoctrinement !"  

"Mon Royaume, étant spirituel, a pour sujet les esprits
[22]. Et les esprits n'ont pas besoin de palais, de maisons, de milices, de murs, mais de connaître la Parole de Dieu et de la mettre en pratique. C'est ce qui est en train d'arriver chez les bons."  

"Mais peux-tu dire cette Parole? Qui t'y autorise ?"          

"La possession."  

"Quelle possession ?"    

 "La possession de la Parole. Moi, je donne ce que je suis. Quelqu'un qui a la vie, peut donner la vie. Quelqu'un qui a de l'argent peut donner de l'argent. Moi, j'ai comme éternelle Nature la Parole qui traduit la Divine Pensée et la Parole je la donne, parce que l'Amour me pousse à ce don de faire connaître la Pensée du Très-Haut qui est mon Père."        

"Attention à ce que tu dis ! C'est un langage audacieux ! Il pourrait te nuire !"     

"Il me serait plus nuisible de mentir, car ce serait dénaturer ma Nature et renier Celui de qui je procède."          

"Tu es donc Dieu, le Verbe de Dieu ?"          

"Je le suis."          

"Et c'est ainsi que tu le dis ? En présence de tant de témoins qui pourraient dénoncer la chose ?"         

"La Vérité ne ment pas. La Vérité ne calcule pas. La Vérité est héroïque."        

"Et cela c'est la vérité ?"

"La Vérité c'est Celui qui vous parle, parce que le Verbe de Dieu traduit la Pensée de Dieu, et que Dieu est Vérité."      

Les gens sont toutes oreilles, silencieux, attentifs pour suivre la discussion qui pourtant se déroule sans âpreté. D'autres ont afflué d'autres endroits et la cour est pleine, bondée de gens. Des centaines de visages sont tournés vers un seul point, et par les ouvertures qui conduisent des autres cours à celle-ci, se montrent en foule des visages, le cou tendu pour voir et entendre...

Le synhédriste Elchias et ses amis se regardent... Une vraie téléphonie de regards. Mais ils se contiennent. Et même un vieux docteur demande tout à fait courtois : "Et pour éviter les châtiments que tu prévois, que devrait-on faire ?" 

Haut de page.       

164> "Me suivre, et surtout me croire, et plus encore m'aimer."           

"Tu es un porte-bonheur ?"     

"Non. Je suis le Sauveur."        

"Mais tu n'as pas d'armée..."    

"J'ai Moi-même. Rappelle-toi, rappelez-vous pour votre bien, par pitié pour vos âmes, rappelez-vous les paroles du Seigneur à Moïse et à Aaron quand ils étaient encore en Égypte
[23]: "Que chacun du peuple de Dieu prenne un agneau sans tache [24], un mâle d'un an [25]. Un par maison [26] et. si le nombre des gens de la famille n'est pas suffisant pour terminer l'agneau, que l'on prenne les voisins[27]. Et vous l'immolerez le quatorzième jour du mois d'Abid, qu'on appelle maintenant Nisan[28]. et qu'avec le sang de l'agneau immolé on badigeonne les montants et l'architrave de la porte de vos maisons[29]. Et pendant la nuit, vous en mangerez la viande rôtie au feu, avec du pain sans levain et des laitues sauvages[30]. Ce qui pourrait rester, vous le détruirez par le feu[31]. Vous mangerez, les reins ceints et les chaussures aux pieds, le bâton à la main, en toute hâte parce que c'est le passage du Seigneur[32]. Et cette nuit-là, Je passerai en frappant tous les premiers-nés d'hommes ou d'animaux [33] qui se trouveront dans les maisons qui ne seront pas marquées du sang de l'agneau"[34]. À présent, dans le nouveau passage de Dieu, le plus vrai passage, parce que réellement Dieu passe parmi vous, visible, reconnaissable à ses signes, le salut sera sur ceux qui seront marqués du Sang de l'Agneau avec le signe salutaire. Parce que, en vérité, tous en seront marqués. Mais seuls ceux qui aiment l'Agneau et aimeront son Signe auront le salut par ce Sang[35]. Pour les autres, il sera la marque de Caïn. Et vous savez que Caïn ne mérita plus de voir le visage du Seigneur et ne connut plus jamais de repos, frappé par le remords qui le suivait, par le châtiment, par Satan, son maître cruel, il s'en alla, errant et fugitif par la Terre. tant qu'il vécut. Une grande, grande figure du Peuple qui frappera le nouvel Abel..." [36]       

"Ézéchiel aussi parle du Tau... Tu crois que c'est ton Signe le Tau d'Ézéchiel ?" [37]   

"Oui, ce l'est."      

"Alors tu nous accuses que dans Jérusalem il y a des abominations ?"        

"Je voudrais ne pas pouvoir le faire, mais il en est ainsi."

"Et parmi ceux qui sont marqués du Tau, il n'y a pas de pécheurs ? Tu peux le jurer ?"

Haut de page.       

165> "Je ne jure rien. Pourtant je dis que si parmi ceux qui sont marqués il y a des pécheurs, encore plus redoutable sera leur châtiment, parce que les adultères de l'esprit, ceux qui renient, les assassins de Dieu, qui l'auront été après avoir été ses disciples, seront les plus grands dans l'Enfer."     

"Mais ceux qui ne peuvent croire que tu es Dieu, ils n'auront pas de péché. Ils seront justifiés..."     

 "Non. Si vous ne m'aviez pas connu, si vous n'aviez pu constater mes œuvres, si vous n'aviez pu contrôler mes paroles, vous n'auriez pas de faute. Si vous n'étiez pas docteurs en Israël, vous n'auriez pas de faute. Mais vous connaissez les Écritures et vous voyez mes œuvres. Vous pouvez faire un parallèle et, si vous le faites honnêtement, vous me voyez dans les paroles de l'Écriture, et les paroles de l'Écriture vous les voyez en Moi, traduites en actes. Vous ne serez donc pas justifiés de me méconnaître et de me haïr. Il y a trop d'abominations, trop d'idoles, trop de fornications là où Dieu seul devrait être. Et en tout endroit où vous êtes. Le salut consiste à les répudier et à accueillir la Vérité qui vous parle. Et par conséquent, là où vous tuez ou tentez de tuer, vous serez mis à mort. Et pour ce motif, vous serez jugés aux frontières d'Israël, là où tombe tout pouvoir humain, et où seul l'Éternel est Juge de ceux qu'il a créés."

"Pourquoi parles-tu ainsi, Seigneur ? Tu es sévère."        

 "Je suis véridique. Je suis la Lumière. La Lumière a été envoyée pour illuminer les Ténèbres[38]. Mais la Lumière doit resplendir librement. Il serait inutile que le Très-Haut ait envoyé sa Lumière, si ensuite sur cette Lumière Il avait mis le boisseau[39]. Les hommes ne font-ils pas ainsi quand ils allument une lumière, car alors il aurait été inutile de l'avoir allumée. S'ils l'allument, c'est pour qu'elle éclaire et que celui qui entre puisse y voir. Moi, dans la maison terrestre de mon Père, rendue obscure, je viens mettre la Lumière pour que ceux qui s'y trouvent voient clair. Et la Lumière éclaire. Et bénissez-la si, de son rayon très pur, elle vous découvre les reptiles, les scorpions, les pièges, les araignées, les fissures des murailles. C'est par amour pour vous qu'elle le fait, pour vous donner manière de vous connaître, pour vous faire redevenir propres, pour chasser les animaux nuisibles : les passions et les péchés, pour vous reconstruire avant qu'il soit trop tard, pour que vous voyiez où vous mettez le pied: sur le piège de Satan, avant que vous vous y précipitiez. Mais pour voir, en plus de la lumière nette, il faut un œil net. La lumière ne passe pas par un œil que la maladie a couvert d'impuretés.   

Haut de page.       

166>  Nettoyez vos yeux, nettoyez votre esprit pour que la Lumière puisse descendre en vous. Pourquoi périr dans les Ténèbres, quand le Très Bon vous envoie la Lumière et le Remède pour vous guérir ? Il n'est pas encore trop tard. Venez, dans l'heure qui vous reste, venez à la Lumière, à la Vérité, à la Vie. Venez à votre Sauveur qui vous tend les bras, qui vous ouvre son cœur, qui vous supplie de l'accueillir pour votre bien éternel."

Jésus est vraiment suppliant, amoureusement suppliant, dépouillé de toute chose qui ne soit pas amour... Même les fauves les plus endurcis, les plus enivrés de haine, le ressentent et leurs armes s'avouent vaincues, et leurs venins n'ont plus la force de faire jaillir leur acide. 

Ils se regardent. Puis Elchias parle au nom de tous : "Tu as bien parlé, Maître ! Je te prie d'accepter le banquet que j'offre pour t'honorer."    

"Je ne demande pas d'autre honneur que celui de conquérir vos âmes. Laisse-moi à ma pauvreté..."   

"Tu ne voudras pas me faire l'affront de refuser ?!"          

"Pas question d'offense. Je te prie de me laisser avec mes amis."          

"Mais eux aussi, qui pourrait en douter ? Eux aussi avec Toi. Grand honneur pour ma maison !... Grand honneur !... Tu vas aussi chez d'autres qui sont des grands ! Pourquoi pas chez Elchias ?"

"Eh bien... je viendrai. Mais crois bien que je ne pourrai pas te dire dans le secret de ta maison des paroles différentes de celles que je t'ai dites ici, au milieu du peuple."          

"Ni moi non plus ! Ni mes amis ! En douterais-tu peut-être ?.."

Jésus le regarde fixement, fixement. Et puis il dit : "Je ne doute que de ce que j'ignore. Mais je n'ignore pas la pensée des hommes. Allons à ta maison... La paix à ceux qui m'ont écouté."

Et à côté d'Elchias, il se dirige hors du Temple, suivi du groupe de ses apôtres mêlés, sans enthousiasme, aux amis d'Elchias.    

Haut de page.       

Fiche mise à jour le 03/05/2018.

 



[1] Porte probatique ou Porte des brebis au nord de Jérusalem. Voir le plan schématique

[2] Il fallait se purifier avant d'entrer au Temple. Déjà, arrivant à Jérusalem par le nord, ils ont laissé leurs bagages dans une maison amie, appartenant probablement à Zébédée (Cf. EMV 364.4) ou à Joseph de Séphoris comme on l'apprend beaucoup plus loin. Au chapitre suivant, Jésus rappelle à Elchias qu'Il s'est purifié avant d'aller au temple

[3] La cour des gentils, ou des païens. Voir le schéma du Temple

[4] En effet, la fête est commencée depuis la veille

[5] Jérémie 18,11-12 et Jérémie 18,17. On peut aussi faire un rapprochement avec Ecclésiastique 5,6 : "Ne dis point : "La miséricorde de Dieu est grande, il pardonnera la multitude de mes péchés". Car en lui se trouvent la pitié et la colère, et son courroux tombe sur les pécheurs."

[6] Jérémie 18,6

[7] Jérémie 18,4

[8] Jérémie 18,4

[9] Ainsi qu'il est écrit dans Jérémie 18,7

[10] Jérémie 18,7-8

[11] Jérémie 18,10-11

[12] Jérémie 19,10-13

[13] À l'emplacement habituel où Jésus enseigne, au coin nord-est du parvis des païens. Voir le schéma du Temple

[14] En argot de la Rome antique lupa, la louve, est l'animal symbolisant la prostituée. Rien qu'à Pompéi, les archéologues ont mis à jour 34 lupanars romains.

[15] Cf. 1 Maccabées 2,24-25. Indigné, Mattathias égorge sur l'autel les envoyés du roi

[16] À Rome, le sbire était le mot péjoratif utilisé pour désigner les archers chargés des opérations de police

[17]Mars Invictus” : appellation assez peu répandue, mais attestée par un temple à Rome, et par quelques autres traces historiques (monnaies, stèles...)

[18] "Il ne t'est pas permis", c'est la parole du Baptiste à Hérode dont il a été question en EMV 348.3.

[19] La Louve, symbole de Rome. Le jus gladii (droit de vie ou de mort) avait été retiré au Sanhédrin au moment de la déposition d'Archélaüs, successeur d'Hérode le Grand, par Coponius, en 6 après JC. Archélaos fut exilé à Vienne en Gaule Narbonnaise

[20] Jérémie 20,2-3 : Le prêtre Phassur (Pachhour), était surveillant en chef de la maison de Jéhovah. Après avoir entendu Jérémie prononcer ses prophéties, il le frappa et le fit menotter (mettre aux ceps)

[21] Voir Jérémie 24,1-3 et Jérémie 24,8-10

[22] Affirmation constante de Jésus, que son royaume n'est pas de ce monde.

[23] Exode 12,1-2

[24] Exode 12,3

[25] Exode 12,5

[26] Exode 12,3

[27] Exode 12,4

[28] Exode 12,6

[29] Exode 12,7

[30] Exode 12,8

[31] Exode 12,10

[32] Exode 12,11

[33] Exode 12,12

[34] Exode 12,13

[35] Ézéchiel 9,4-6 et Nombres 21,7-9

[36] Genèse 4, 11-16

[37] Ézéchiel 9,4. Le prophète vit marquer par l'ange sur le front des croyants : "Parcours la ville, parcours Jérusalem, et marque d'une croix au front les hommes qui gémissent et pleurent sur toutes les pratiques abominables… Quiconque portera la croix au front, ne le frappez pas."

[38] C'est un thème souvent développé par Jean dans son évangile : Dans son Prologue, en Jean 12,35-36… Voir aussi en EMV 478.8.

[39] Cf. Matthieu 5,13-14