"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous



 7.435 - Inizio del terzo sabato a Nazareth e arrivo di Pietro con altri apostoli.

 4.433 - The Sabbaths in the Peace of Nazareth.

 4.435 - Comienzo del tercer sábado en Nazaret y llegada de Pedro con otros apóstoles.

 8.484 - Friedliche Sabbate in Nazareth.

Vendredi 6 juillet 29
(8 Tamouz 3789)
Nazareth.


      I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Préparatifs du sabbat 312

- Curiosité d'Aurea pour le bijou de Thomas.................. 312

- Le travail de l'orfèvre 313

- Le sort des jeunes esclaves comme Aurea ............. 313

- Les apôtres arrivent du lac en évitant Tibériade ......... 314

- Échange de nouvelles 316


- Passage d'Aurea ...... 316

- Passage de Marie .... 317

- On attend le repas au jardin ........................................ 317

 

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 6


Tome 6, chapitre 127.

435.
Les sabbats dans la paix de Nazareth


Vision du lundi 13 mai 1946

312> Le sabbat, c'est le repos. Oui, on le sait, Les hommes se reposent et aussi les instruments de travail que l'on a recouverts ou rangés soigneusement.          

Maintenant que le rouge crépuscule d'un vendredi d'été
[1] va s'achever, voici que Marie, assise à l'ombre du grand pommier à son métier le plus petit, se lève et le recouvre et avec l'aide de Thomas le ramène à sa place dans la maison. Aurea est occupée, assise sur un tabouret, à ses pieds, à coudre d'une main encore mal assurée les vêtements que lui avait donnés la romaine, remis à ses mesures par Marie. Marie l'invite à plier soigneusement son travail, et à le remettre sur la console de sa chambrette, Pendant que la fillette le fait, la Mère entre avec Thomas dans l'atelier où Jésus s'empresse, avec le Zélote, de remettre à leurs places les scies, les raboteuses, les tournevis, les marteaux, les pots de peinture et de colle, et de nettoyer les établis et le sol de la sciure et des copeaux de bois. Du travail fait jusqu'alors il ne reste que deux planches mises en équerre et serrées dans l'étau pour que la colle durcisse dans les emboîtements (peut-être un futur tiroir) et un tabouret à moitié peint aux teintes encore fraîches qui dégage une odeur acide.

Aurea entre aussi et va se pencher sur le travail au burin de Thomas et elle l'admire en demandant, un peu curieuse et aussi instinctivement un peu coquette, à quoi cela sert et aussi si cela lui irait bien.      

"Cela t'irait bien, mais il te va mieux d'être bonne. Ce sont des ornements qui n'embellissent que le corps mais qui ne sont pas utiles à l'esprit. Au contraire, en développant la coquetterie, elles font du mal à l'esprit."        

Haut de page           

313> "Et alors, pourquoi les fais-tu ?" demande avec logique la fillette. "Tu veux donc faire du mal à un esprit ?" 

Thomas, toujours débonnaire, sourit à l'observation et il dit : "Le superflu fait du mal à un esprit faible, mais pour un esprit qui est fort, l'ornement reste ni plus ni moins que ce qu'il est : une broche nécessaire pour maintenir le vêtement en place."     

"Pour qui le fais-tu ? Pour ton épouse ?"      

"Je n'ai pas d'épouse et je n'en aurai jamais."           

"Alors, pour ta sœur ?"         

"Elle en a plus qu'il ne lui en faut."    

"Alors, pour ta mère ?"         

"Pauvre vieille ! Que veux-tu qu'elle en fasse ?"        

"Mais c'est pour une femme..."         

"Oui, mais pas pour toi cependant."  

"Oh ! Je n'y pense même pas... Et puis, à présent que tu m'as dit que ces choses font du mal à un esprit faible, je n'en voudrais pas. J'enlèverai même ces bordures aux vêtements. Je ne veux pas faire de mal à ce qui appartient à mon Sauveur !"      

"Brave fillette ! Tu vois, avec ta volonté, tu as fait un travail plus beau que le mien."  

"Oh ! Tu le dis parce que tu es bon !..."        

"Je le dis parce que c'est vrai ! Vois-tu : j'ai pris ce bloc d'argent, je l'ai réduit en feuilles à mesure que j'en avais besoin et puis, avec l'instrument ou plutôt avec beaucoup d'instruments, je lui ai donné cette tournure mais il me reste à faire le plus important. Réunir les différentes parties et d'une manière naturelle. Pour l'instant, il n'y a de terminées que ces deux petites feuilles et la fleurette qui va avec elles" et Thomas lève entre ses gros doigts une tige aérienne de muguet enserrée entre ses feuilles qui imite à la perfection un modèle naturel. Cela fait un certain effet de voir cette breloque aux reflets d'argent pur entre les doigts robustes et bronzés de l'orfèvre.      

"Oh ! c'est beau ! Il y en avait des quantités dans l'île et on nous laissait les cueillir avant le lever du soleil. C'est que nous, les blondes, nous ne devions jamais nous mettre au soleil pour avoir plus de valeur. Les brunes, au contraire, on les faisait rester dehors, au soleil, au point qu'elles se sentissent mal, pour brunir davantage. Ils les… Comment dit-on quand on vend une chose pour une autre ?"            

"Mais !... Par tromperie... par escroquerie... je ne sais pas."  

"Voilà, ils les trompaient en disant qu'elles étaient nées en Arabie ou dans le Haut-Nil. Ils en ont vendu une comme descendante de la reine de Saba."     

Haut de page           

314> "Rien de moins ! Mais ce n'était pas elles qui étaient trompées, mais les acheteurs. On dit alors : escroque. Quelle race ! Une belle surprise pour l'acheteur, quand il aura vu s'éclaircir le teint de la... fausse éthiopienne ! Mais, tu entends, Maître ? Que de choses que nous, nous ignorons !"   

"J'entends. Mais le plus triste ce n'est pas l'escroquerie... C'est le sort de ces fillettes..."

"C'est vrai : des âmes profanées pour toujours, perdues..."  

"Non. Dieu peut toujours intervenir..."           

"Pour moi, Il l'a fait. Tu m'as sauvée !... dit Aurea en tournant vers le Seigneur un regard clair, serein. Et elle ajoute : Et je suis si heureuse !" Et, ne pouvant aller embrasser Jésus, elle va passer son bras autour du cou de Marie en penchant sa tête blonde sur l'épaule de la Vierge dans un acte de confiant amour.    

Les deux têtes blondes se détachent avec leurs nuances différentes contre le mur obscur. Un groupe très doux. Mais Marie pense au souper. Elles se séparent et s'en vont.    

"On peut entrer ?" dit à la porte de la pièce qui donne sur la rue la voix un peu rauque de Pierre.          

"Simon ! Ouvrez !"    

"Simon ! Il n'a pas su rester loin d'ici !" dit Thomas pendant qu'en riant il court ouvrir.

"Simon ! C'était à prévoir..." dit en souriant le Zélote. Mais ce n'est pas seulement le visage de Pierre qui s'encadre dans la porte. Il y a tous les apôtres du lac, tous, sauf Barthélemy et l'Iscariote. Et avec eux il y a également Jude et Jacques d'Alphée.           

"Paix à vous ! Mais pourquoi êtes-vous venus par cette chaleur ?"    

"Parce que... nous ne pouvions plus rester au loin. Cela fait deux semaines et demie, sais-tu ? Tu comprends ? Deux semaines et demie que nous ne te voyons plus !" et Pierre semble dire : "Deux siècles ! C'est énorme !"            

"Mais je vous avais dit d'attendre Judas à chaque sabbat."   

"Oui. Mais, aux deux sabbats, il n'est pas venu... et le troisième, c'est nous qui venons. Là-bas est resté Nathanaël qui ne va pas trop bien, et il recevra Judas, s'il vient... Mais il ne va sûrement pas venir ...En passant par Tibériade avant de nous rejoindre, pour aller vers le grand Hermon, Benjamin et Daniel nous ont dit l'avoir vu à Tibériade et... Bon, je t'en parlerai après..." dit Pierre qui s'est arrêté de parler parce que son frère lui tire son vêtement.     

Haut de page           

315> "C'est bien. Tu me diras... Mais pourtant vous désiriez tant vous reposer et maintenant que vous le pouvez, vous faites ces courses ! Quand êtes-vous partis ?"

"Hier soir avec un lac qui était un miroir. Nous avons débarqué à Tarichée pour éviter Tibériade pour... pour ne pas rencontrer Judas..."     

"Pourquoi ?"

"Parce que, Maître, nous voulions jouir de Toi en paix."        

"Vous êtes égoïstes !"          

"Non. Lui il a ses joies... Mais ! Je ne sais pas qui lui donne tant d'argent pour en jouir avec... Oui, j'ai compris, André, mais ne tire plus si fort mon habit. Je n'ai que celui-là, tu le sais. Veux-tu me faire repartir en guenilles !"

André rougit. Les autres rient. Jésus sourit.   

"Bien. Nous sommes descendus à Tarichée aussi parce que, voilà, ne me fais pas de reproches... Ce sera la chaleur, ce sera que loin de Toi je deviens mauvais, ce sera que penser que lui s'est séparé de Toi pour s'unir à... En somme, cesse de me tirer la manche ! Tu vois que je sais m'arrêter à temps! !... Donc, Maître, ce sera pour tant de choses... moi, je ne voulais pas pécher, et si j'avais vu Judas, je péchais. Et alors, je me suis dirigé vers Tarichée, et à l'aube, nous nous sommes mis en route."        

"Etes-vous passés par Cana ?"        

"Non. Nous ne voulions pas allonger le chemin... Mais malgré cela, il a été quand même très long. Et le poisson s'en allait… Nous l'avons donné dans une maison, pour nous abriter pendant quelques heures, les plus chaudes. Et nous sommes partis après l'heure de none au milieu de l'heure suivante
[2]... Un vrai four !..."      

"Vous pouviez vous épargner tout cela. Moi, je n'aurais pas tardé de venir..."           

"Quand ?"    

"Après que le soleil serait sorti du Lion."       

"Et il te semble que l'on pouvait rester si longtemps sans Toi ? Mais nous aurions défié mille chaleurs comme celle-là pour venir à Toi et te voir. Notre Maître ! Notre Maître adoré !" Et Pierre embrasse son Trésor retrouvé.       

"Et penser que quand nous sommes ensemble, vous ne faites que vous plaindre du temps, de la longueur du chemin..."

"Parce que nous sommes sots. Parce que quand on est ensemble, on ne se rend pas bien compte de ce que tu es pour nous... Mais nous voici ici. Nous avons déjà une place : qui chez Marie d'Alphée, qui chez Simon d'Alphée, qui chez Ismaël, qui chez Aser, qui chez Alphée, tout près d'ici. Maintenant on se repose. et demain soir on repart, plus contents."

Haut de page           

316> "Au dernier sabbat, nous avons eu Myrta et Noémi, venues pour revoir la fillette" dit Thomas.       

"Tu vois que l'on vient ici dès qu'on le peut ?"          

"Oui, Pierre. Et vous, qu'avez-vous fait pendant ce temps-là ?"         

"Pêché... verni les barques... réparé les filets... À présent Margziam sort souvent avec les garçons, ce qui fait diminuer les reproches de ma belle-mère contre "le paresseux qui fait mourir de faim sa femme après même lui avoir amené un bâtard". Et penser que Porphyrée n'a jamais été aussi bien que maintenant qu'elle a Margziam, pour le cœur et... pour tout le reste. Les brebis de trois sont devenues cinq, et bientôt il y en aura davantage... Ce n'est pas peu utile pour une petite famille comme la nôtre ! Et Margziam, avec la pêche, supplée à ce que je ne fais plus que bien rarement, mais cette femme a une langue de vipère, bien que sa fille en ait une de colombe... Mais Toi aussi, tu as travaillé, je vois..."            

"Oui, Simon. Nous avons travaillé, tous. Mes frères dans leur maison, Moi, avec eux dans la mienne, pour faire plaisir à nos mères et les faire reposer."           

"Eh bien ! Nous aussi" disent les fils de Zébédée.    

"Et moi, mon épouse, en travaillant aux ruches et aux vignes" dit Philippe.    

"Et toi, Mathieu ?"    

"Moi. je n'ai personne à qui faire plaisir... et alors, je me suis fait plaisir à moi-même en écrivant les choses dont il me plaît davantage de me souvenir..."      

"Oh ! alors nous te dirons la parabole du vernis, C'est moi qui l'ai provoquée, qui suis un peintre très inexpérimenté..." dit le Zélote.     

"Mais tu as eu vite appris le métier. Regardez Comme il a bien lissé ce siège !" dit le Thaddée.      

L'accord entre eux est parfait
[3]. Et Jésus, avec un visage plus reposé depuis qu'il est dans sa maison, étincelle de joie, d'avoir autour de Lui ses chers apôtres. Aurea entre et elle reste toute surprise sur le seuil.        

"Oh ! la voilà ! Mais regarde comme elle est bien ! Vraiment elle semble une petite israélite avec ce vêtement !"  

Aurea devient pourpre et ne sait que dire, mais Pierre est si débonnaire et paternel, qu'elle se reprend ensuite et dit : "Je m'efforce de le devenir et... avec ma Maîtresse, j'espère l'être bientôt... Maître, je vais dire à ta Mère qu'ils sont ici..." et elle se retire
de suite.

Haut de page           

317> "C'est une bonne fillette" déclare le Zélote.       

"Oui. Je voudrais qu'elle reste pour nous d'Israël. Barthélemy a perdu une bonne occasion et une joie, en la repoussant..." dit Thomas.  

"Barthélemy est très attaché aux... formules" dit Philippe pour l'excuser.       

"C'est son unique défaut" observe Jésus. Marie entre...        

"Paix à toi, Marie" disent ceux qui sont venus de Capharnaüm.         

"La paix à vous... Je ne savais pas que vous étiez ici. Maintenant, je vais m'en occuper tout de suite… Venez, en attendant..."          

"Notre mère va venir de la maison avec de la nourriture, et aussi Salomé. Ne te préoccupe pas, Marie" dit Jacques d’Alphée.     

"Allons au jardin... Le vent du soir se lève et l'on est bien..." dit Jésus.



Et ils entrent dans le jardin, en s'assoyant çà et là, en conversant fraternellement, pendant que les colombes roucoulent en se disputant le dernier repas qu'Aurea répand sur le sol... Puis on arrose les parterres fleuris ou simplement garnis des légumes nécessaires à l'homme. Et ce sont les apôtres qui veulent le faire, joyeusement, pendant que Marie d'Alphée, qui est arrivée, prépare avec Aurea et Marie le repas des hôtes. Et l'odeur des mets qui grésillent se mêle à celui de la terre arrosée, comme les cris des oiseaux qui se disputent vivement une place dans les feuillages se mêlent aux voix graves et aiguës des apôtres...     

Haut de page           

 



[1] Le Shabbat commence à 18 heures le vendredi jusqu'au samedi, même heure. Cette division de la journée a été conservée par la liturgie catholique. Elle explique la messe avancée du samedi soir, validement célébrée pour le dimanche.

[2] 15h00 + 1 = 16h00.

[3] La tradition les donne très proches l’un de l’autre. Ils subirent le martyre en Perse.