"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano





aucun accent

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

  7.470. - Lezione ad una suocera sui doveri del matrimonio.

  4.468.- Jesus Speaks of Matrimony to a Mother-in-law.


vendredi 17 août 29 (18 Eloul)
Giscala


Vers l'index des thématiques

 L'homme quittera pour elle son père et sa mère

 Prophète veut dire qui parle au nom d'un autre

 Adam était saint


- La beauté du panorama 60

- Jésus fait réfléchir une belle-mère plaignarde 61

- Discours (L'homme quittera son père et sa mère 63 - Ta bru remplacera tes filles) 64

- La petite vieille reconnaît Jésus 64

- Il y a de bonnes belles-mères 65

- Le lieu enchanteur d'une halte 66

Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 7

 

7.164.
Jésus parle des devoirs entre belle-mère et belle-fille


60> Les monts boisés et fertiles, où se trouve Giscala, présentent un repos de verdure, de brises, d'eaux et d'horizons toujours magnifiques et variés selon le point cardinal vers lequel on se tourne. Au nord, c'est une succession de cimes boisées avec les verts les plus variés, on dirait que la Terre s'élève vers l'azur du firmament auquel elle paraît offrir, en hommage reconnaissant de l'eau et des rayons de soleil qu'il lui donne, toutes les beautés de sa végétation. 61> Au nord-est, l’œil après s'être arrêté fasciné sur le joyau, dont les couleurs changent selon les heures et la lumière, du grand Hermon qui dresse son plus haut sommet, semblable à un gigantesque obélisque de diamant, d'opale, de très pâle saphir, ou de rubis très adouci, ou d'acier à peine trempé - selon que le soleil le baise ou le quitte et les nuées ébouriffées, amenées par les vents, font des jeux de lumière sur ses neiges éternelles - descend le long des pentes couleur d'émeraude de ses plateaux, de ses crêtes, des gorges et des pics, qui forment la base du géant royal. Et puis, voilà qu'en tournant un peu plus vers l'est, s'étend le vaste haut plateau vert de la Gaulanitide et de l'Auranitide, borné à son extrémité orientale par des monts qui s'estompent dans le brouillard lointain, et a l'occident par le vert différent qui longe le Jourdain et en marque la vallée. Et plus proches, splendides comme deux saphirs, les deux lacs de Méron qui forme le fond d'une plaine bien irriguée, et de Tibériade, gracieux comme un délicat pastel au milieu des collines qui l'entourent, différentes de formes et de teintes et ses rives éternellement fleuries : rêve d'orient avec ses bouquets de palmiers dont la brise des monts proches fait onduler la cime, poésie de nos plus beaux lacs pour la paix de ses eaux et les cultures de ses rives. Et puis, au sud, le Thabor avec son sommet caractéristique, et le petit Hermon tout vert qui veille sur la plaine d'Esdrelon dont on mesure l'étendue dans le cadre d'un horizon que n'interrompe aucune élévation montagneuse, et encore plus bas, vers le midi, les monts élevés et puissants de la Samarie qui se perdent au-delà de la vue en direction de la Judée. Le seul côté qu'on ne voit pas est le côté ouest , où doit se trouver le Carmel et la plaine qui remonte vers Ptolémaïs, cachés par une chaîne plus haute que celles et qui coupe la vue. On a là une des vues les plus belles de la Palestine.

Jésus avance en suivant la route au milieu des montagne, tantôt seul, tantôt rejoint par l'un ou l'autre de ses apôtres.

Il s'arrête une fois pour caresser les enfants d'un berger qui jouent près du troupeau, et il accepte le lait que le berger Lui offre "pour Toi et pour les tiens" car il a reconnu en Jésus le Rabbi que lui ont décrit d'autres qui l'ont vu.

Une autre fois il écoute une petite vieille qui, ne sachant pas qui il est, Lui raconte les peines de famille que lui donne sa bru grincheuse et sans respect.

62> Tout en compatissant la petite vieille, Jésus l'exhorte à être patiente, pour amener à la bonté par la bonté : "Tu dois être pour elle une mère, même si elle n'est pas une fille pour toi. Sois sincère : si au lieu d'être une bru, c'était ta fille, ses défauts te paraîtraient-ils aussi graves ?"

La petite vieille réfléchit et puis elle avoue : "Non... Mais une fille c'est toujours une fille…"

"Et si une de tes filles te disait que dans la maison de son époux sa belle-mère la maltraite, que dirais-tu ?"

"Qu'elle est méchante. Car elle devrait lui apprendre les usages de la maison - chaque maison a les siens - avec bonté, surtout si l'épouse est jeune. Je dirais qu'elle devrait se rappeler du temps où elle était nouvelle épouse, et comme elle était charmée par l'amour de sa belle-mère si elle avait eu assez de chance pour la trouver bonne, et comme elle avait souffert si elle avait eu une belle-mère méchante. Et ne pas faire souffrir ce qu'elle n'avait pas souffert, ou ne pas faire souffrir parce qu'elle sait ce que c'est que de souffrir. Oh! je la défendrais ma fille !"

"Quel âge a ta bru ?"

"Dix-huit, Rabbi. Elle a épousé Jacob il y a trois ans"

"Très jeune. Est-elle fidèle à son mari ?"

"Oh ! oui. Toujours à la maison et toute aimante pour lui et le petit Lévi, et la petite, la petite qui s'appelle Anne, comme moi. Elle est née à Pâque... Elle est si belle !..."

"Qui a voulu qu'elle s'appelle Anne ?"

"Marie, hein ! Lévi était le nom du beau-père et Jacob l'a donné au premier-né. Et Marie, quand elle a eu la petite, a dit : "À celle-ci le nom de ta mère"

"Et cela ne te paraît pas amour et respect ?" La petite vieille réfléchit... Jésus enchaîne : "Elle honnête, elle toute à sa maison, elle épouse affectueuse et mère aimante, elle soucieuse de te faire plaisir... Elle pouvait donner à la fille le nom de sa propre mère. Elle a donné le tien. Elle honore ta maison par sa conduite..."

"Oh ! pour cela, oui ! Elle n'est pas comme cette malheureuse de Jisabel."

"Alors, pourquoi ces lamentations et ces plaintes à son sujet ? Ne te paraît-il pas d'avoir deux mesures en portant sur la bru un jugement différent de celui que tu porterais sur une fille ?"

"C'est que... c'est que... elle m'a pris l'amour de mon fils. Avant, il était tout pour moi, maintenant, il l'aime plus que moi..." L'éternelle véritable raison des préjugés des belles-mères déborde finalement du cœur de la petite vieille en même temps que les larmes de ses yeux.

63> "Ton fils te fait-il manquer de quelque chose ? Te néglige-t-il depuis qu'il est marié ?..."

"Non, je ne puis le dire. Mais, en somme, maintenant il appartient à sa femme..." elle gémit et pleure plus fort.

Jésus a un sourire apaisé de compassion pour la petite vieille jalouse. Mais, doux comme il l'est toujours, il ne lui fait pas de reproches. Il compatit à la souffrance de la mère et cherche à l'apaiser. Il pose sa main sur l'épaule de la petite vieille, comme pour la guider car les larmes l'aveuglent, peut-être pour lui faire sentir par ce contact tant d'amour qu'elle en soit consolée et guérie, et il lui dit :  "Mère, n'est-ce pas bien qu'il en soit ainsi ? Ton mari l'a fait avec toi, et sa mère l'a, non pas perdu comme tu le dis et tu le penses, mais elle a eu moins son amour parce que ton époux le partageait entre sa mère et toi. Et le père de ton mari, de son côté, a cessé d'appartenir tout entier à sa mère pour aimer la mère de ses enfants. Et ainsi de génération en génération, en remontant le long des siècles jusqu'à Eve : la première mère qui vit ses enfants partager avec leurs épouses l'amour qu'ils avaient d'abord exclusivement pour leurs parents. Mais la Genèse ne dit-elle pas : "Voilà finalement l'os de mes os et la chair de ma chair... L'homme quittera pour elle son père et sa mère et il s'unira à sa femme et les deux seront une seule chair [1]" ? Tu diras : "Ce fut une parole l'homme". Oui, mais de quel homme ? Il était en état d'innocence et de grâce. Il reflétait donc sans ombre la Sagesse qui l'avait créé, et il en connaissait la vérité. Par la Grâce et l'innocence, il possédait aussi les autres dons de Dieu dans une mesure toute pleine. Ses sens étant soumis à la raison, il avait un esprit que n'offusquaient pas les vapeurs de la concupiscence. Grâce à la science proportionnée à son état, il disait des paroles de vérité.  Il était donc prophète, car tu sais que prophète veut dire qui parle au nom d'un autre. Et puisque les vrais prophètes parlent toujours de choses qui se rapportent à l'esprit et à l'avenir, même si en apparence elles se rapportent au présent et à la chair. En effet, c'est dans les péchés de la chair et les faits du temps présent que se trouvent les semences des punitions futures, ou bien les faits de l'avenir ont leur racine dans un événement ancien : par exemple la venue du Sauveur tire son origine de la faute d'Adam, et les punitions d'Israël, prédites par les prophètes, ont leur semence dans la conduite d'Israël. 64> Ainsi Celui qui meut les lèvres des prophètes pour dire des choses de l'esprit ne peut être que l'Esprit éternel qui voit tout dans un éternel présent. Et c'est l'Esprit Éternel qui parle dans les saints, car il ne peut habiter chez les pécheurs.  Adam était saint, c'est-à-dire la justice était pleine en lui, et il avait en lui la présence de toutes les vertus car Dieu avait versé dans sa créature la plénitude de ses dons. A présent, pour arriver à la justice et à la possession des vertus, l'homme doit beaucoup peiner, parce qu'il porte en lui les foyers du mal. Mais en Adam ces foyers n'existaient pas, niais au contraire il avait la Grâce pour le rendre inférieur de peu à son Créateur. C'étaient donc des paroles de grâce que disaient ses lèvres. C'est donc une parole de vérité que celle-ci : "L'homme quittera pour sa femme son père et sa mère, et il s'unira à sa femme, et ils seront une seule chair". Cela est tellement absolu et vrai, que le très Bon, pour réconforter les pères et mères, mit ensuite dans la Loi le quatrième commandement : "Honore ton père et ta mère". Ce commandement ne prend pas fin avec le mariage de l'homme, mais dure après le mariage. Auparavant, instinctivement, ceux qui étaient bons honoraient leurs parents même après les avoir quittés pour fonder une nouvelle famille. Depuis Moïse, c'est une obligation de la Loi. Et cela pour tempérer les douleurs des parents qui trop souvent étaient oubliés par leurs enfants après le mariage. Mais la Loi n'a pas annulé la parole prophétique d'Adam : "L'homme pour sa femme quittera père et mère". C'était une parole juste et vivante : elle reflétait la pensée de Dieu. Et la pensée de Dieu est immuable parce que parfaite. Toi, mère, tu dois donc accepter, sans égoïsme, l'amour de ton fils pour sa femme, et tu seras sainte toi aussi. Du reste tout sacrifice a sa récompense dès cette Terre. Ne t'est-il pas doux d'embrasser tes petits-enfants, les enfants de ton fils ? Et ne sera-t-il pas paisible le soir de ta vie et ton dernier sommeil avec, tout proche, le délicat amour d'une fille pour prendre la place de celles que tu n'as plus dans ta maison ?..."

"Comment sais-tu que mes filles, toutes plus âgées que le garçon, sont mariées et loin d'ici ?... Es-tu prophète aussi ? Tu es un rabbi. Les nœuds de ton vêtement l'indiquent et même si tu ne les avais pas, ta parole le dirait, car tu parles comme un grand docteur. Serais-tu ami de Gamaliel ? Il était ici avant-hier. Maintenant, Je ne sais pas... Et il avait beaucoup de rabbis avec lui et beaucoup de ses disciples préférés. Mais Toi tu es peut-être arrivé en retard."

"Je connais Gamaliel, mais je ne vais pas le trouver. Je n'entre même pas à Giscala..."

65> "Mais qui es-tu ? Un rabbi certainement, et tu parles encore mieux que Gamaliel..."

"Et alors, fais ce que je t'ai dit, et tu auras la paix en toi. Adieu, mère. Moi, je continue. Toi, certainement, tu entres dans la ville."

"Oui... Mère !... Les autres rabbis ne sont pas si humbles devant une pauvre femme... Certainement Celle qui t'a porté est sainte plus que Judith, si elle t'a donné ce doux cœur pour toute créature."

"Elle est sainte, en vérité."

"Dis-moi son nom."

"Marie."

"Et le tien ?"

"Jésus."

"Jésus !..." La petite vieille est stupéfaite. La nouvelle la paralyse et la cloue sur place.

"Adieu, femme. La paix soit avec toi" et Jésus s'en va rapidement, presque en courant, avant qu'elle revienne de sa réflexion. Les apôtres le suivent du même pas, alors que volent au vent leurs vêtements, poursuivis vainement par les cris de la femme qui supplie : "Arrêtez-vous ! Rabbi Jésus ! Arrête-toi ! Je veux te dire quelque chose..." Ils ralentissent lorsque désormais le feuillage des monts boisés les a de nouveau cachés, et on ne voit plus le chemin qui mène à Giscala en partant de ce sentier muletier.

"Comme tu as bien parlé à la femme" dit Barthélemy.

"Une leçon de docteur ! Dommage qu'elle était seule..." remarque Jacques d'Alphée.

"Je veux me rappeler ces paroles..." s'écrie Pierre.

"La femme a compris, ou presque, après avoir su ton Nom... Maintenant elle va aller parler de Toi dans la ville..." dit Thomas.

"Pourvu qu'elle ne pique pas les guêpes et ne les lance pas à notre poursuite ! [2]" murmure Judas de Kériot.

"Oh ! nous sommes loin désormais !... Et on ne laisse pas de traces à travers ces bois, et nous ne serons pas dérangés" dit André optimiste.

"Même si on l'était !... C'est la paix dans une famille que j'ai reconstruite" répond Jésus à tout le monde.

"Mais comme elles sont ! Toutes pareilles les belles-mères !" dit Pierre.

"Non. Nous en avons connu de bonnes. Tu te rappelles la belle-mère de Jérusa de Doco ? Et la belle-mère de Dorca de Césarée de Philippe ?"

66> "Mais oui, Jacques… Il y en a quelques unes de bonnes…" reconnaît Pierre, mais certainement il pense que la sienne est une plaie.

"Arrêtons-nous ici et mangeons, Nous nous reposerons ensuite pour arriver au village de la vallée pour la nuit" ordonne Jésus.

Ils s'arrêtent dans une petite cuvette de verdure qui semble l'intérieur d'une grande coquille smaragdine [3] incrustée dans la montagne et ouverte pour accueillir les pèlerins dans sa paix. La lumière est douce, malgré l'heure, à cause des arbres hauts et puissants qui forment sur le pré une voûte bruissante. La brise, qui court sur les montagnes, adoucit la température. Une petite source fait courir un filet d'argent entre deux rochers sombres et elle chante doucement en se perdant parmi les herbes épaisses, dans un lit minuscule qu'elle s'est creusé, large d'une palme et tout couvert par les herbes de la rive qui ondulent au vent léger, et elle descend ensuite, par une petite cascade, à l'escarpement situé plus bas. L'horizon encadre entre deux troncs puissants un horizon vaporeux et lointain, dans la direction des monts du Liban : c'est un spectacle merveilleux…


 

 



[1] Genèse 2,23-24

[2] La troupe apostolique s’était faite agresser à coup de pierre lors de leur dernier passage. Cf. 5.28

[3] Pierre de couleur émeraude