I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif 3.164. - Il ritiro sul monte per l'elezione apostolica.

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif 2.164 - Towards the Retreat on the Mountain before the Election of the Apostles.

 3.164 - El retiro en el monte para la elección de los Apóstoles.

 3.203 - Unterwegs in die Einsamkeit der Berge vor der Erwählung der Apostel.

 Автоматический перевод Google.

                          I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\CarrePP.jpg Évangile :
- Marc 3,13.
- Luc 6,12a.





Lieu de la retraite dessiné par
Lorenzo Ferri sous les indications de Maria Valtorta.


Dimanche 6 février 28 (23 Scébat 3788)
Montagne d'Arbèle.


            Vers l'index des thématiques

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Formation des apôtres. La Retraite préparatoire

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Je recours au grand remède, à la grande arme : la prière.


                                                   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les commentaires de bas de page sont de Jean-François Lavère.

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome.

Ancienne édition : Tome 3, chapitre 24.
Nouvelle édition : Tome 3, chapitre 164.

164.
La retraite sur la montagne avant le choix des apôtres.

Vision du mardi 15 mai 1945

[…]

32>             I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 164.1 - Les barques de Pierre et de Jean voguent sur le lac paisible, suivies, dirait-on, de toutes les embarcations des rives de Tibériade, vu le nombre des bateaux et des barques qui vont et viennent, cherchant à rejoindre la barque de Jésus, à la dépasser, puis à repasser derrière. Prières, supplications, clameurs, demandes se croisent sur les flots bleus.        

Jésus a pris dans sa barque
Marie et la mère de Jacques et de Jude. Dans l’autre barque se trouvent Marie Salomé, son fils Jean et Suzanne. Jésus promet, répond et bénit inlassablement.     

«Je reviendrai, oui, je vous le promets. Soyez bons. Souvenez-vous de mes paroles pour les unir à celles que je vous dirai plus tard. La séparation sera brève. Ne soyez pas égoïstes. Je suis venu pour les autres aussi. Du calme ! Vous allez vous faire du mal. Oui, je prierai pour vous. Je serai toujours proche de vous. Que le Seigneur soit avec vous. Bien sûr, je me souviendrai de tes larmes et tu seras consolé. Espère, aie foi.» 

Et c’est ainsi, accompagnée de bénédictions et de promesses, que la barque aborde à l’autre rive. Ce n’est pas Tibériade, mais un petit hameau, à peine un groupe de maisons, pauvres, presque abandonnées
[1].  

Haut de page        

33> Jésus et ses disciples descendent, et leurs barques rebroussent chemin, conduites par les employés[2] et par Zébédée. Les autres embarcations font de même, mais certains passagers qui s’y trouvent descendent à leur tour et veulent à tout prix suivre Jésus. Je vois parmi eux Isaac et ses deux protégés : Joseph et Timon. Je n’en reconnais pas d’autres parmi la foule nombreuse de tout âge, des adolescents aux vieillards.  

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 164.2 - Jésus quitte le village dont les rares habitants, en haillons, restent indifférents. Jésus leur fait distribuer des aumônes et rejoint la grand-route. Il s’arrête. 

«Maintenant, séparons-nous, dit-il. Mère, Marie, Salomé et toi allez à Nazareth. Suzanne peut rentrer à cana. Je serai bientôt de retour. Vous savez ce qu’il faut faire. Que Dieu soit avec vous !»           

Mais il salue sa Mère plus particulièrement, avec un grand sourire, et lorsque Marie, donnant l’exemple aux autres, s’agenouille pour être bénie, Jésus sourit avec une extrême douceur. Les femmes, avec lesquelles se trouvent
Alphée, fils de Sarah, et Simon, regagnent leur ville.   

Jésus se tourne vers ceux qui restent :         

«Je vous quitte, mais je ne vous renvoie pas. Je vous laisse pour quelque temps pour me retirer avec eux dans ces gorges que vous voyez là-bas
[3]. Que ceux d’entre vous qui désirent m’attendre restent dans cette plaine, et que les autres rentrent chez eux. Je me retire pour prier parce que je suis à la veille de grandes choses. Que ceux qui aiment la cause du Père prient en s’unissant en esprit à moi. Que la paix soit avec vous, mes enfants. Isaac, tu sais ce que tu dois faire. Je te bénis, mon petit berger.»   

Jésus sourit au pauvre Isaac, désormais pasteur d’hommes qui se regroupent autour de lui.         

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 164.3 - Jésus marche en tournant maintenant le dos au lac. Il se dirige avec assurance vers une gorge située entre les collines qui vont du lac vers l’ouest, en lignes presque parallèles. Entre deux collines rocheuses, rocailleuses, qui tombent à pic comme un fjord, un petit torrent plein d’écume descend en grondant[4] ; au-dessus s’élève un mont sauvage où des plantes ont poussé comme elles ont pu, entre les pierres. Un sentier de mule monte à l’assaut de la colline la plus rocailleuse. C’est justement celui que Jésus prend. Les disciples le suivent avec peine, en file indienne, dans le silence le plus absolu.    

Haut de page        

34> Quand Jésus s’arrête pour leur permettre de souffler, à un endroit un peu plus large du sentier, qui ressemble à une écorchure sur ce mont inaccessible, alors seulement ils se regardent, sans mot dire. Ils s’interrogent du regard :          

«Mais où nous conduit-il ?»    

Mais ils ne disent rien, ils se regardent seulement, et d’un air toujours plus désolé quand ils voient Jésus reprendre sa marche dans la gorge sauvage, pleine de grottes, de fentes, de rochers qui rendent la progression difficile, sans compter les ronces et un fouillis d’autres plantes qui accrochent les vêtements de tous côtés, griffent, font trébucher et frappent le visage. Même les plus jeunes, chargés de sacs pesants, ont perdu leur bonne humeur.         

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 164.4 - Finalement Jésus s’arrête :    

«Nous resterons ici
une semaine en prière. Pour vous préparer à une grande chose. C’est pour cela que j’ai voulu m’isoler ainsi, dans un lieu désert, loin de tout chemin comme de tout village. Il y a là des grottes qui ont déjà servi à des hommes[5]. Elles nous serviront à nous aussi. Il y a aussi des eaux fraîches et abondantes alors que le sol est sec. Nous avons suffisamment de pain et de nourriture pour notre séjour. Ceux qui, l’an dernier, ont été avec moi au désert savent comment j’y ai vécu[6]. Ici, c’est un palais royal en comparaison, et la saison désormais clémente enlève à la fois la rigueur du gel et du soleil à notre asile. Veuillez donc y séjourner de bon cœur. Il ne nous arrivera peut-être plus jamais d’être ainsi tous ensemble[7] et complètement seuls. Ce moment doit vous unir et faire de vous, non plus douze hommes, mais une seule institution. 

Vous ne dites rien ? Vous n’avez pas de question ? Déposez sur ce rocher les fardeaux que vous portez et jetez au fond de la vallée l’autre poids que vous avez sur le cœur : votre humanité. Je vous ai amenés ici pour parler à votre âme, pour vous nourrir spirituellement, pour vous rendre esprit. Je ne dirai pas grand-chose. J’ai tellement parlé depuis un an environ que je suis avec vous
[8] ! C’est suffisant. Si c’était par la parole que je devais vous changer, je devrais vous garder encore une bonne centaine d’années, et encore vous seriez toujours imparfaits.       

Il est temps désormais que je me serve de vous. Mais, pour cela, je dois vous former. Je vais recourir au grand remède, à la grande arme :
la prière. J’ai toujours prié pour vous. Maintenant, je veux que vous priiez par vous-mêmes.     

Haut de page        

35> Je ne vous enseigne pas encore ma prière[9], mais je vous fais connaître comment on prie et ce qu’est la prière. C’est une conversation de fils à Père, d’esprit à Esprit de façon ouverte, chaleureuse, confiante, recueillie, franche. La prière est tout : aveu, connaissance de soi, pleurs sur soi, engagement envers nous-mêmes et envers Dieu, demande à Dieu, le tout aux pieds du Père.          

Elle ne peut se faire dans le vacarme, dans la distraction, à moins d’être des géants de la prière. D’ailleurs, même eux souffrent des chocs et des bruits du monde dans leurs heures de prière. Or vous n’êtes pas des géants, mais des pygmées
[10]. Spirituellement parlant, vous n’êtes encore que des enfants, des déficients. Ici, vous allez atteindre l’âge de raison spirituel. Le reste viendra plus tard.  

Le matin, à midi et le soir, nous nous réunirons pour prier ensemble avec les anciennes paroles d’Israël et pour rompre le pain, puis chacun rentrera dans sa grotte en restant en face de Dieu et de son âme, de tout ce que je vous ai dit sur votre mission et sur vos moyens. Mesurez-vous, écoutez-vous, décidez. C’est la dernière fois que je vous le dis. Mais ensuite, vous devrez être parfaits, autant que vous le pourrez, sans fatigue ni sentiments seulement humains. Vous ne serez plus Simon ni Judas, vous ne serez plus André ou Jean, Matthieu ou Thomas : vous serez mes ministres.        

Allez, chacun de votre côté. Moi, je serai dans cette grotte. Toujours présent. Mais ne venez pas sans raison sérieuse. Vous devez apprendre à agir par vous-même, à vous suffire à vous-même. Car, en vérité je vous le dis : il y a un an, nous étions sur le point de nous connaître, et dans deux ans nous serons sur le point de nous quitter
[11]. Malheur à vous et malheur à moi si vous n’avez pas appris à vous débrouiller. Que Dieu soit avec vous ! Judas, Jean, portez les vivres à l’intérieur de ma grotte, celle-ci. Ils doivent durer et c’est moi qui ferai la distribution.

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

– Il y en a peu, objecte quelqu’un.     

– Le nécessaire pour survivre. Un estomac trop rassasié appesantit l’esprit. Je veux vous élever et non vous alourdir.»
  

Haut de page        

Fiche mise à jour le 13/07/17.

 



[1] C'est Dalmanutha, situé entre Magdala et Tibériade, au point exact qui rend le trajet vers Nazareth le plus court. Mais il faut attendre EMV 354.2 pour en avoir la confirmation.

[2] Ces deux aides de Zébédée interviennent souvent dans l'œuvre. Maria Valtorta mentionne à de nombreuses occasions les services discrets qu'ils rendent. (EMV 48.5 ; EMV 64.1 ; EMV 186.2/8, etc.). Leur existence est attestée par Marc 1,20.

[3] Les détails décisifs donnés ici et par la suite permettent une localisation précise dans les collines situées derrière Tibériade, au lieu-dit les gorges d'Arbel. (Marc 3,13 précise alors : "Il monte dans la montagne")

[4] Il s'agit du wadi el Hamam. Maria Valtorta ne le nomme pas, mais la description qu'elle en donne ne laisse aucun doute.

[5] Exact: La vallée des gorges d'Arbel, aux nombreuses grottes, servit de refuge au temps des Maccabées, puis encore lors de la révolte juive au temps d'Hérode, en -39. (Flavius Josèphe).

[6] C'est-à-dire Jean, Judas et Simon le zélote, le 21/06/27. (Voir EMV 80)

[7] Effectivement, c'est la seule retraite où les douze sont seuls avec Jésus dans toute l'œuvre. Le début de la vie commune à la "Belle-Eau" était ouvert à l'enseignement public (EMV 118).

[8] Exact : La rencontre avec les premiers apôtres a eu lieu le 12/03/27. Dans à peine un mois c'est l'anniversaire de cette rencontre.

[9] Allusion à la promesse faite en mai 27 (EMV 62.2), et renouvelée ensuite (EMV 119.10, et EMV 149.3). Ce sera l'enseignement du Notre Père (EMV 203.5)

[10] Ces qualificatifs ne sont pas anachroniques : les Grecs appelaient "Pygmées" des êtres, probablement fantastiques, hauts d'environ 70 cm et vivant aux alentours de l'Inde. Pline l’Ancien dans son Histoire naturelle, fait le récit d'une rencontre avec ces Pygmées. Aristote mentionne l'existence de tels êtres, supposés habiter dans des grottes souterraines.  
Les colosses étaient des statues géantes anthropomorphes (par exemple : le
colosse de Rhodes) dont il ne reste que celles de Memnon en Égypte.

[11] La rencontre avec les apôtres eut lieu à la mi-mars 27, et la Passion aura lieu au début avril 30. Cette affirmation convient effectivement pour février 28. (La scène se passe du 6 au 13 février 28).