"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano





aucun accent

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

 8.533 - Verso Gerusalemme con Giuda Iscariota.

 4.531 - Jesus and Judas of Kerioth Going towards Jerusalem.


Mardi 20 novembre 29 (25 Kisleu)
de
Nobé vers Jérusalem


Vers l'index des thématiques

 De même que je ne fais rien d'inutile, je ne dis jamais de paroles fausses

 Désormais, tu appartiens à une autre père …


- À l'aube Jésus a fini de prier 519

- Judas le rejoint 520

- Il taxe Jésus d'injustice 520

- Judas appartient à un autre père 521

- Valeria veut voir Jésus 522

Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 7

 

7.230.
Jésus et Judas de Kériot vers Jérusalem


519> L'aube éclaire l'horizon. Le bois d'oliviers qui couvre la colline s'éclaire tout doucement et sort de l'ombre. Les troncs encore dans l'ombre sont invisibles alors que les frondaisons argentées se montrent déjà. Il semble que du brouillard se soit répandu sur la colline mais ce n'est que la grisaille des feuillages dans la lumière incertaine du matin.

Jésus est seul sous les oliviers, mais ce n'est pas le Gethsémani, car le Gethsémani est parallèle, je dirai ainsi, au Moriah, alors qu'ici le Moriah reste en face. Nous sommes donc au nord de Jérusalem, au-delà des tombeaux des rois. Jésus prie encore et il ne cesse pas de le faire même quand le gazouillis des oiseaux Lui indique que le jour est venu. 520> C'est seulement quand le premier rayon du soleil, maintenant levé, éclaire un point d'or dans l'or jusqu'à ce moment plutôt terne des coupoles du Temple qu'il se met debout, il se lève et secoue son manteau qui a des traces de terre et quelques petites feuilles sèches attachées à la lourde étoffe. Il se lisse, avec la main, la barbe et les cheveux et puis rajuste son vêtement et sa ceinture, il observe les brides de ses sandales, remet son manteau et descend en bas de la colline par un sentier à peine marqué entre les troncs. Peut-être se dirige-t-il vers cette maisonnette à mi-pente du toit de laquelle monte un peu de fumée. Mais non. Il tourne par un chemin plus large qui descend vers la route principale qui mène à la ville.

Derrière Lui, l'Iscariote dégringole de la colline. Je dis dégringole car il court comme un fou pour rejoindre le Maître, et arrivé à portée de voix, il l'appelle. Jésus s'arrête. Judas le rejoint tout essoufflé : "Maître... heureusement pour moi que j'ai pensé à venir te chercher ! Tu t'en allais ainsi sans moi ? Hier soir tu me disais de t'attendre dans la maison, que tu serais certainement venu. Au contraire..."

"N'ai-je pas dit à tout le monde de m'attendre à la Porte d'Hérode à l'aurore [1]. C'est l'aurore, et je vais à la Porte d'Hérode."

"Oui mais... c'était pour les autres. Nous deux nous étions ensemble."

"Ensemble ?" Jésus est très sérieux.

"Mais oui, Maître. Nous sommes venus ensemble. Tu l'as voulu. Puis tu as préféré aller prier tout seul, mais j'étais disposé à venir avec Toi."

Nobé, tu as montré clairement qu'il ne t'était pas agréable de passer la nuit en prière avec ton Maître et je t'ai épargné de faire un acte de vertu forcé. Il n'aurait servi à rien. Le bien, il faut savoir le faire spontanément pour qu'il ait du parfum et qu'il soit fécond. Dans le cas contraire, ce n'est qu'une... pantomime et parfois c'est pire qu'une pantomime."

"Mais, moi... Pourquoi es-tu si sévère avec moi depuis quelque temps ? Tu ne m'aimes plus ?"

"C'est avec plus de raison que Moi je pourrais te demander : tu ne m'aimes plus ? Mais je ne te le demande pas parce que cette question serait une chose inutile et que Moi, je ne fais jamais des choses inutiles."

"Hé ! bien sûr ! Car tu sais bien que je t'aime !"

521>  "Je voudrais le savoir, Judas de Kériot. Et je voudrais pouvoir te dire : je sais que tu m'aimes. Mais de même que je ne fais jamais de choses inutiles, ainsi je ne dis jamais de paroles fausses. Je ne te dis donc pas que je sais que tu m'aimes."

"Mais comment Maître ! Je ne t'aime pas ? Je ne travaille pas pour Toi ? Peux-tu en douter ? Cela m'afflige. Moi qui dès que je comprends qu'une chose t'afflige je ne la fais plus et je veille pour qu'elle ne soit pas faite ! Regarde : j'ai compris qu'il te déplaisait que je... sorte la nuit. Je ne suis plus sorti. J'ai compris que te fatiguaient exagérément les discussions de tes adversaires. Je suis allé — et on ne m'a pas épargné les offenses — leur dire d'y renoncer, et tu vois que tu n'as plus été importuné, et j'espère que tu ne le seras pas non plus au Temple. Tu n'es pas juste, Maître, avec le pauvre Judas !"

"Tu es le premier, parmi ceux qui me suivent, à me taxer d'injustice..."

"Oh ! pardon ! Mais tes paroles, ta sévérité, m'affligent tellement que ne sais plus réfléchir. Cela m'affole, crois-le. Allons, ma paix, faisons la paix entre nous. Je veux être avec Toi, comme si je n'étais qu'un avec Toi. Ensemble toujours..."

"Autrefois, nous l'étions. Mais maintenant dis-moi, Judas : quand donc le sommes-nous ?"

"Encore cette nuit-là ? Ou encore parce que je ne suis pas venu avec Toi à Bethabara ? Mais tu sais pourquoi je ne suis pas venu. Pour ton bien... Et cette nuit-là... Je suis un homme jeune, Seigneur ! Mais à part ces moments où, je l'avoue, je puis m'être trompé, et même certainement où je me suis trompé, je suis toujours près de Toi."

"Ce n'est pas du voisinage corporel que je parle, mais du voisinage spirituel, de celui de la pensée et du cœur. Tu es loin, Judas, de ton Sauveur, et tu t'en éloignes de plus en plus."

"Voilà ! Pour moi tous les reproches ! Et pourtant tu vois avec quelle humilité je les reçois. Je t'ai dit : "Renvoie-moi". Tu m'as retenu... et alors, que veux-tu de moi ?"

 "Ce que je veux !! Je voudrais ne pas avoir pris inutilement une Chair pour toi. C'est cela que je voudrais ! Mais désormais tu appartiens à un autre père, à un autre pays, tu parles une autre langue... Oh ! Que faire, mon Père, pour purifier le temple profané de celui qui est ton fils et mon frère ?" Jésus pleure, très pâle, en parlant à son Père.

Judas aussi prend un visage terreux et s'écarte un peu en silence. Jésus le dépasse de quelques pas et descend, la tête penchée, enfermé dans sa douleur. 522> Et alors Judas fait un geste de mépris, de menace, je dirais de cruel serment derrière l'Innocent. Son visage, jusqu'alors masqué par une patine hypocrite de douceur et d'humilité, devient anguleux, dur, brutal, cruel. Vraiment démoniaque. Toute la haine, mais une haine qui n'est pas humaine, est dans le feu de ses noires pupilles, et ce feu de haine se concentre sur la haute personne de Jésus. Puis, après un haussement d'épaules et un coup de pied coléreux, Judas met un point final à son raisonnement intérieur et il se remet en chemin, après s'être repris, comme quelqu'un qui a pris une décision désormais irrévocable.

La ville est proche avec ses murailles. Des gens se pressent aux portes : étrangers, maraîchers, habitants des villages voisins. Parmi ceux qui sont près des murs se trouvent les onze apôtres qui, voyant le Maître, vont à sa rencontre.

"Maître, pendant que nous attendions ici, il est venu un homme pour te chercher. Il a dit que Valeria te prie d'aller près de la synagogue des affranchis romains, mais d'y aller vraiment, qu'elle s'y trouvera."

"C'est bien. Nous allons y aller. Allons d'abord chez Joseph de Sephoris car mon vêtement n'est pas propre."

"Où as-tu dormi, Seigneur ?" demande Pierre.

"Nulle part, Simon. J'ai prié sur la colline et la terre était humide et boueuse même. Tu vois."

"Pourquoi prier ainsi en plein air, Seigneur ? Cela pourrait te faire mal..."

"Les éléments ne nuisent pas au Fils de l'homme. Les choses de Dieu sont bonnes... Ce sont les hommes qui haïssent l'Homme."

Pierre soupire... Ils s'éloignent vers la maison du galiléen, suivis par les autres...

 



[1] La Porte d'Hérode correspond à une porte du nord de l'enceinte actuelle de la vieille ville. Elle est donnée pour la Porte des moutons. Au temps de Jésus, cette enceinte n'existait pas. Il peut donc s'agir de la porte des brebis, mais ce n'est pas certain.