"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous


Vers l'index des thématiques

Il est nécessaire de s'instruire en étudiant Judas.


03-016 03-016 03-016               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- [Commentaires de Jésus : Importance du personnage de Judas pour les prêtres 263

- J'étais un homme et je souffrais].................... 263

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 2


Tome 2, chapitre 48.

83.7.
"Pour vous aussi, les bons sont dans la proportion qu’il y avait entre les bons et Judas".


263> Jésus dit ensuite :        

"Petit Jean, que de fois j'ai pleuré, le visage contre terre, pour les hommes. Et, vous, vous voudriez souffrir moins que Moi ?     

Même pour vous, les bons sont dans la proportion qu'il y avait entre les bons et Judas. Et plus un homme est bon, plus il a à souffrir.
 Mais, pour vous aussi - et cela je le dis spécialement pour ceux qui sont préposés au soin des cœurs - il est nécessaire de s'instruire en étudiant Judas. Tous vous êtes des "Pierre", vous les prêtres, et vous devez lier et délier. Mais combien, combien, combien d'esprit d'observation, quelle fusion avec Dieu, quelle étude éveillée, quelles comparaisons avec la méthode de votre Maître vous devez faire pour être comme Lui, comme vous devez l’être.   

À certains cela semblera inutile, humain, impossible ce que je mets en lumière. Ce sont ceux qui ont l'habitude de nier les phases humaines de la vie de Jésus, et font de Moi une chose tellement en dehors de la vie humaine qui n'est uniquement qu'une chose divine. Où donc alors la Très Sainte Humanité, où le sacrifice de la Seconde Personne en
revêtant une chair ? Oh ! Combien vraiment j'étais l'Homme parmi les hommes. J'étais l'Homme et pour cette raison, je souffrais de voir le traître et les ingrats. Pour cela je jouissais de l'amour de qui m'aimait ou se convertissait à Moi. C'est pour cela que je frémissais et pleurais devant le cadavre spirituel de Judas. J'ai frémi et pleuré devant un ami mort, mais je savais que je l'aurais rappelé à la vie et je jouissais de le voir déjà par son esprit dans les Limbes. Ici... Ici j'avais en face de Moi le Démon. Et je ne dis rien de plus.

Toi, Jean (ici le surnom de Maria Valtorta), suis-moi. Faisons encore ce don aux hommes. Et puis... Bienheureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et s'efforcent de pratiquer, ce qu'elle dit. Bienheureux ceux qui veulent me connaître pour m'aimer. En eux et pour eux, je serai bénédiction."