"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

 2.101 - Gesù interroga la Madre sui discepoli.

 1.101 - Jesus Questions His Mother about His Disciples.

 2.101 - Jesús pregunta a su Madre acerca de los discípulos.

 2.138 - Jesus befragt seine Mutter über die Apostel.



Mardi 24 août 27
(5 Eloul 3787)

Nazareth.


03-016 03-016 03-016               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Jésus et Marie sur le banc de pierre du jardin ........... 372

- Judas fait peur à Marie 373

- Mon Collège doit représenter le monde...................... 374

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 2


Tome 2, chapitre 66.

101.
Jésus interroge sa mère au sujet de ses disciples.


Vision du dimanche 13 février 1944 au soir

372> Maintenant, environ deux heures après la description précédente, je vois la maison de Nazareth. Je reconnais la pièce de l'adieu qui donne sur le petit jardin où tous les arbres sont couverts de feuilles.     

Jésus est avec Marie. Assis l'un près de l'autre sur le siège de pierre qui est contre la maison. On dirait que le souper ait déjà eu lieu. Les autres, s'il y a encore quelqu'un - car je ne vois personne - se sont déjà retirés. La Mère et le Fils se délectent réciproquement dans une douce conversation.      

Haut de page           


373> La voix intérieure me dit que c'est une des premières fois que Jésus revient à Nazareth, après le Baptême, le jeûne au désert et surtout le rassemblement du collège apostolique[1]. Il raconte à la Mère ses premières journées d'évangélisation, les premières conquêtes des cœurs. Marie est suspendue aux lèvres de son Jésus.          

Elle est plus pâle, plus maigre, comme si Elle avait souffert ces derniers temps. Sous ses yeux se sont creusés deux cernes, comme pour quelqu'un qui a beaucoup pleuré et réfléchi. Mais maintenant elle est heureuse et sourit. Elle sourit en caressant la main de son Jésus. Elle est heureuse de l'avoir là, de rester cœur à cœur avec Lui, dans le silence de la nuit qui tombe.         

Ce doit être l'été, car déjà le figuier a ses premiers fruits mûris qui pendent jusqu'aux approches de la maison. Jésus en cueille quelques-uns en s'élevant sur la pointe des pieds et il donne à sa Mère les plus beaux. Il les épluche avec soin et les offre, en retournant la peau qui forme une couronne, comme si c'était des boutons blancs rayés de rouge dans une corolle de pétales blancs à l'intérieur, violacés à l'extérieur. Il les présente sur la paume de la main et sourit en voyant sa mère qui les goûte.            

Puis, brusquement il lui demande : "Maman, tu as vu
les disciples. Qu'en penses-tu ?"

Marie, qui allait porter à sa bouche la troisième figue, lève la tête, arrête son geste, tressaille, regarde Jésus.      

"Qu'en penses-tu, maintenant que je te les ai tous montrés ?" poursuit-il.       

"Je crois qu'ils t'aiment et que tu pourras beaucoup obtenir d'eux.
Jean... aime-le Jean comme tu sais aimer. C'est un ange. Je suis tranquille de penser qu'il est avec Toi. Pierre aussi... est bon. Plus dur parce que plus âgé, mais franc et convaincu. De même son frère. Ils t'aiment comme ils en sont capables, à présent. Après, ils t'aimeront davantage. Même nos cousins, maintenant qu'ils sont convaincus, te seront fidèles. Mais l'homme de Kériot... celui-là ne me plaît pas, Fils. Son œil n'est pas limpide, et son cœur encore moins. Il me fait peur."     

"Avec toi, il est tout à fait respectueux."       

"Beaucoup trop de respect. Même avec Toi il est parfaitement respectueux. Mais tu n'es pas pour lui le Maître. Tu es le futur Roi, dont il espère tirer des avantages et du lustre. Il n'était rien, un peu plus que les autres à Kériot.       

Haut de page           


374> Il espère avoir près de Toi un rôle important et... oh ! Jésus ! je ne veux pas offenser la charité, mais je pense, même si je ne veux pas y penser, que dans le cas où tu le décevrais, il n'hésiterait pas à prendre ta place ou à chercher à le faire. Il est ambitieux, avide et vicieux. Il est fait pour être le courtisan d'un roi de la terre plutôt que ton apôtre, mon Fils. Il me fait peur !" Et la Maman regarde son Jésus de ses deux yeux effrayés dans son visage pâle.       

Jésus soupire. Il réfléchit. Il regarde sa Mère. Il lui sourit pour l'encourager de nouveau : "Même celui-là il nous le faut, Maman. Si ce n'était pas lui, ce serait un autre. Mon Collège doit représenter le monde et, dans le monde, tous ne sont pas des anges et ce n'est tous qui ont la trempe de Pierre et André. Si j'avais choisi toutes les perfections, comment les pauvres âmes malades oseraient-elles devenir mes disciples ? Je suis venu sauver ce qui était perdu, Maman. Jean est sauvé de lui-même. Mais combien ne le sont pas !"

"Je n'ai pas peur de Lévi. Lui s'est racheté parce qu'il a voulu se racheter. Il a quitté son péché en même temps que son comptoir de gabelle et il s'est fait une âme neuve pour venir avec Toi. Mais Judas de Kériot, non. Au contraire, l'orgueil accapare toujours davantage sa vieille âme vilaine. Mais Toi, tu sais ces choses, Fils. Pourquoi me les demandes-tu ? Je ne puis que prier et pleurer pour Toi. Tu es le Maître. Même de ta pauvre Maman."      

La vision s'arrête ici.

Haut de page           

 



[1] Maria Valtorta reçoit les visions dans un ordre aléatoire comme le confirme son manuscrit. Cela d'ailleurs milite pour l'authenticité de ces visions, car autrement comment écrire une telle œuvre sans ratures et sans oublis ?