"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

 4.228 - Marziani affidato a Porfirea.

 2.227 - Marjiam Is Entrusted to Porphirea.

 3.228 -  Margziam confiado a Porfiria.

 4.268 - Margziam wird Porphyria, der Frau des Petrus anvertraut.



Mardi 30 mai 28
(19 siwan 3788)
Bethsaïde.


       Vers l'index des thématiques

 Judas, ayant frôlé la mort, décide de se repentir.


            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Margziam est craintif sur le lac agité .......................... 20

- L'humilité de Judas venue de la souffrance ................. 21

- Judas loue la bonté des femmes disciples ......... 22


- Manœuvres d'accostage .......................................... 22

- Porphyrée voudra-t-elle de moi ? ............................... 22

- La femme de Pierre accepte Margziam avec plaisir . 22

- Jean désire apprendre le langage de la Lumière 24

 

 

Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 4


Tome 4, chapitre 89.

228.
Margziam confié à Porphyrée, l'épouse de Pierre.


 

Vision du mardi 24 juillet 1945

20> 1Jésus est sur le lac de Galilée avec ses apôtres. C'est de grand matin. Tous les apôtres sont là parce que même Judas, parfaitement guéri[1]  est avec eux, le visage rendu plus doux par la souffrance et par les soins qu'on lui a donnés.        

21> Il y a aussi Margziam un peu ému de se trouver sur l'eau pour la première fois. Il ne veut pas le faire paraître, mais à chaque tangage un peu violent, il s'agrippe avec un bras au cou de la brebis[2] qui partage sa peur en bêlant lamentablement, et de l'autre bras il saisit ce qu'il peut, un mât, un siège, une rame qui se trouve à sa portée, ou même la jambe de Pierre ou d'André ou des mousses qui passent en faisant leurs manœuvres et il ferme les yeux, persuadé peut-être que c'est sa dernière heure.        

Pierre lui dit de temps en temps, en lui donnant une tape sur les joues : "Hé ! Tu n'as pas peur ? Un disciple ne doit jamais avoir peur..." Et l'enfant, de la tête fait signe que non, mais comme le vent augmente et que l'eau s'agite de plus en plus à mesure que l'on se rapproche de l'embouchure du Jourdain, il se raidit davantage et ferme plus souvent les yeux quand, à une embardée imprévue par une vague qui prend la barque de flanc, il pousse un cri de terreur.       

Alors il y en a qui rit et qui raille en plaisantant Pierre d'être devenu le père d'un garçon qui n'a pas le pied marin, et qui plaisante Margziam qui dit toujours qu'il veut aller par terres et par mers prêcher Jésus et qui a peur de faire quelques stades sur un lac. Mais Margziam se défend en disant : "Chacun a peur d'une chose inconnue. Moi de l'eau,
Judas de la mort..."

2 Je comprends que Judas a eu grand-peur de mourir, et je m'étonne qu'il ne réagisse pas à cette observation mais qu'au contraire il dise : "Tu as bien dit. On a peur de ce qu'on ne connaît pas. Mais maintenant nous allons arriver. Bethsaïda est à quelques stades et tu es sûr d'y trouver de l'amour. Moi, je voudrais me trouver ainsi à peu de distance de la maison du Père et d'être sûr d'y trouver de l'amour !" Il le dit d'un air las et triste.      

"Tu te méfies de Dieu ?" demande André étonné.      

"Non, c'est de moi que je me méfie. Pendant ces jours de maladie, entouré de tant de femmes pures et bonnes, je me suis senti si petit en mon esprit ! Comme j'ai réfléchi ! Je me disais : "Si elles s'efforcent de devenir toujours meilleures et d'acquérir le Ciel, que ne dois-je pas faire moi ?" Parce qu'elles, et elles me paraissaient toutes déjà saintes, se sentent encore pécheresses. Et moi ? ...y arriverai-je jamais, Maître ?"          

"Avec de la bonne volonté, on peut tout."     

"Mais ma volonté est très imparfaite."           

Haut de page           

22> "L'aide de Dieu lui donne ce qui lui manque pour devenir complète. Ton humilité présente est venue de la maladie. Tu vois donc que le bon Dieu a pourvu, par un incident pénible, à te donner une chose que tu n'avais pas."  

"C'est vrai, Maître. Mais ces femmes ! Quelles
disciples parfaites ! Je ne parle pas de ta Mère, pour elle on le sait, je parle des autres. Oh ! vraiment, elles nous ont surpassés! J'ai été une des premières épreuves de leur futur ministère. Mais, crois-le, Maître, tu peux te reposer en sécurité sur elles. Élise et moi, nous étions soignés par elles, et Élise est retournée à Béthsur avec une âme renouvelée, et moi... moi j'espère la refaire maintenant qu'elles .l'ont travaillée..." Judas, encore affaibli, pleure. Jésus, qui est assis près de lui, lui met une main sur la tête en faisant signe aux autres de ne pas parler.           

Mais Pierre et André sont très pris par les dernières manœuvres d'approche et ne parlent pas, quant au
Zélote, Mathieu, Philippe et Margziam, ils n'essaient sûrement pas de parler, l'un distrait par l'anxiété d'être arrivé, les autres par prudence naturelle.         

3La barque suit le cours du Jourdain et au bout d'un moment s'arrête sur le rivage. Les garçons descendent pour tenir la barque en place en l'attachant par un cordage à une pierre et pour installer une planche qui servira de passerelle. Pierre prend son long vête- ment et ainsi fait André. La seconde barque fait la même manœuvre et les autres apôtres en descendent. Jésus et Judas descendent aussi alors que Pierre passe à l'enfant son petit vêtement, l'ajuste pour qu'il soit présentable à sa femme.         

Les voilà tous à terre, y compris les brebis. "Et maintenant, allons-y" dit Pierre. Il est vraiment ému. Il donne la main à l'enfant qui, à son tour, est pris par l'émotion au point d'oublier les brebis dont Jean s'occupe. Il demande en un sentiment imprévu de peur : "Mais, voudra-t-elle de moi? Et est-ce qu'elle m'aimera bien ?" Pierre le rassure, mais peut-être la crainte est-elle contagieuse et il dit à Jésus : "Dis-le-lui, Toi, Maître, à
Porphyrée. Moi, j'ai peur de ne pas savoir le dire." Jésus sourit, mais promet de s'en occuper.   

4Ils ont vite fait de rejoindre la maison en suivant la grève. Par la porte ouverte, on voit que Porphyrée est occupée à ses besognes domestiques.         

"La paix à toi !" dit Jésus en s'avançant vers la porte de la cuisine où la femme est en train de ranger la vaisselle.           

Haut de page           

23> "Maître ! Simon !" La femme court se prosterner aux pieds de Jésus et puis à ceux de son mari. Ensuite elle se redresse et, avec son visage, aimable s'il n'est pas beau, dit en rougissant : "Il y a si longtemps que je vous attendais ! Êtes-vous tous en bonne santé ? Venez ! Venez ! Vous devez être fatigués..."

"Non. Nous venons de Nazareth où nous nous sommes arrêtés quelques jours et nous avons fait un autre séjour à Cana. À Tibériade, il y avait les barques. Tu vois que nous ne sommes pas fatigués. Nous avons avec nous un enfant et Judas de Simon affaibli par une maladie."

"Un enfant ? Un disciple si petit ?"    

"Un orphelin que nous avons recueilli en route."        

"Oh ! mon chéri ! Viens mon trésor, que je t'embrasse !"       

L'enfant, qui était resté craintif à moitié caché derrière Jésus, se laisse prendre par la femme qui s'est agenouillée comme pour être à sa hauteur et il se laisse embrasser sans réticence.

"Et maintenant vous l'emmenez avec vous, toujours avec vous, si petit ? Il se fatiguera..." La femme est toute apitoyée. Elle serre l'enfant dans ses bras et garde sa joue appuyée contre celle de l'enfant.        

"En réalité, j'avais une autre idée : celle de le confier à une femme disciple quand nous allons loin de la Galilée, du lac..."     

"À moi, non, Seigneur ? Moi, je n'ai jamais eu d'enfant, mais des neveux oui, et je sais comment m'occuper des enfants. Je suis la disciple qui ne sait pas parler, qui n'a pas assez de santé pour te suivre comme font les autres, qui... oh ! Tu le sais ! Je serai lâche, même, si tu veux, mais tu sais dans quelles tenailles je suis prise. Tenailles, ai-je dit ? Non, je suis entre deux cordages qui me tirent en directions opposées et je n'ai pas le courage d'en rompre un. Permets-moi, au moins de te servir un peu en étant la mère disciple pour cet enfant. Je lui apprendrai ce que les autres enseignent à tant de gens... À t'aimer, Toi..."

5Jésus lui pose la main sur la tête, sourit et dit : "On a amené l'enfant ici parce qu'ici il aurait trouvé une mère et un père. Voilà, faisons la famille." Jésus met la main de Margziam dans celle de Pierre, dont les yeux sont tout brillants, et de Porphyrée. "Et élevez saintement cet innocent."      

Pierre, qui est déjà au courant, s'essuie une larme du revers de la main, mais sa femme, qui ne s'y attendait pas, reste un moment muette de stupeur puis de nouveau s'agenouille et dit : "Oh ! mon Seigneur, tu m'as pris mon époux en me rendant, pour ainsi dire, veuve. Mais maintenant tu me donnes un fils... Tu rends donc toutes les roses à ma vie, non seulement celles que tu m'as prises, mais celles que je n'ai jamais eues. Que tu sois béni ! Plus que s'il était né de mes entrailles ce petit me sera cher, car c'est de Toi qu'il me vient." Et la femme baise le vêtement de Jésus et embrasse l'enfant, le prend ensuite sur son sein... Elle est heureuse...     

Haut de page           

24> "Laissons-la à ses épanchements" dit Jésus. "Reste, toi aussi, Simon. Nous allons en ville pour prêcher. Nous viendrons ce soir sur le tard te demander nourriture et repos."

Et Jésus sort, avec les apôtres, laissant en paix les trois...   

Jean dit : "Mon Seigneur, aujourd'hui Simon est heureux !"    

"Est-ce que tu veux aussi un enfant ?"          

"Non. Je voudrais seulement une paire d'ailes pour m'élever jusqu'aux portes des Cieux et apprendre le langage de la Lumière pour le redire aux hommes" et il sourit.

Ils attachent les brebis au fond du jardin près de la cabane des filets, ils leur donnent des feuilles, de l'herbe et de l'eau du puits, et s'en vont vers le centre de la ville. 

Haut de page           

 



[1] Voir l'indication à l'épisode précédent qui se passe une semaine avant celui raconté ici.

[2] Il s'agit d'une des brebis échangées (cf. Tome 3, chapitre 86) contre le bouc émissaire sauvé à Magdalgad (cf. Ibid, chapitre 82).