I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

 

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

                                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif                                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif                                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif                                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif                                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif  2.136. - Alla festa delle Encenie, in casa di Lazzaro, viene ricordata la nascita di Gesù.

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif  1.136. - The Feast of Dedication in Lazarus' House with the Shepherds.

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\CarrePP.jpg Contient des passages faisant références à : Matthieu 1,1-25 - Luc 2,1-14 - 2,40-50


Mercredi 29 décembre 27
(12 Tébeth)

Béthanie


                                 03-016 03-016 03-016     Vers l'index des thématiques

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Action de grâce pour le don de la Création

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Le chemin de la repentance et de la grâce

                 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les rachetés sont comme les étoiles

                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les ondes immatérielles des esprits

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Récit de la Nativité.

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gifL'Immaculée conception

                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif L'Annonciation

                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Le doute de Joseph

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif La fuite en Égypte

                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Jésus retrouvé au Temple

                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Tu m'aimais imparfaitement

                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les âmes des tout-petits sont les délices de Dieu

                  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les apôtres furent humiliés par leur défection

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Le chemin de Maria Valtorta


                                 03-016 03-016 03-016               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Jésus seul dans le jardin 612

- Discours (J'attends le bon vouloir des pécheurs.... 613

- La variété des âmes rachetées) ......................................... 614

- Lazare présente les cinq bergers ......................................... 615

- Dans la salle du banquet 616

- Les bergers évoquent des bribes de souvenirs .................. 617


- On veut en savoir plus sur la naissance de Jésus ...... 617

- Le récit de Jésus : (L'immaculée conception de Marie..... 618

- Sa vie au Temple et son mariage ......................................... 619


- L'Annonciation ............ 619

- La conduite de Joseph) 620

- Le récit des bergers : (L'annonce des anges aux bergers. 621

- Leur visite au nouveau-né 622


- La visite des Mages) ... 622

- Le récit de Jésus : (La conduite de Zacharie .................... 622

- La perte de Jésus au Temple) ......................................... 623

- Mathieu apprendra par cœur ces récits............................... 624


- La fête se termine par un psaume ......................................... 624

- [Commentaire de Jésus : Confiance en Dieu] ....... 626

- [Commentaire de MV : L'abandon par Dieu] ......................... 626


                               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les références de l'Ancien Testament sont de Davis Amos

                              I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif  Les commentaires de bas de page sont de Jean-François Lavère

                               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif  La conformité du texte à l'original italien a été corrigée par Emmanuel Vincent

                               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif  Voir aussi l'infographie de Carlos Martinez

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 2

 

2.103.
Les Encénies dans la maison de Lazare avec les bergers


 

612> La maison de Lazare, déjà splendide, est ce soir de toute splendeur. Elle semble embrasée par les innombrables lumières qui y brillent et leur clarté ressort à l'extérieur en cette nuit qui commence, débordant des salles dans l'atrium et de là dans le portique [1], s'allongeant pour revêtir d'or les pierres des sentiers, les plantes et les buissons des parterres, rivalisant, avec le clair de lune [2] et en triomphant pendant les premiers mètres avec sa jaune et charnelle splendeur, pendant qu'un peu plus loin tout devient angélique par le vêtement de pur argent que la lune étend sur toute choses.           

Haut de page   

613> Même le silence qui enveloppe le magnifique jardin, où l'on entend que l'arpège du jet d'eau dans le bassin, paraît augmenter la paix recueillie et paradisiaque de la nuit lunaire, pendant que près de la maison des voix joyeuses et nombreuses, accompagnées de la gaie rumeur des meubles qu'on met en place et de nappes qu'on porte sur les tables, rappellent que l'homme est l'homme et pas encore un esprit.            

Marthe circule rapide dans son ample vêtement splendide et pudique rouge violet et semble une fleur, une campanule ou un papillon qui s'agite entre les murs pourpres de l'atrium ou ceux parés de petits dessins qui rappellent un tapis, de la salle de banquet.

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Jésus, de son côté, se promène seul et absorbé près du bassin Il semble alternativement absorbé par l'ombre obscure que projette un laurier de grande taille, un vrai géant et par la lumière phosphorescente de la lune qui devient de plus en plus nette. Lumière si vive que le jet d'eau du bassin semble un plumet d'argent qui se brise ensuite en éclats de brillants qui retombent pour se perdre sur la surface tranquille du petit lac d'argent du bassin Jésus regarde et écoute les paroles de l'eau dans la nuit. Elles possèdent un son musical qui réveille un rossignol endormi dans le laurier touffu. Il répond à l'arpège lent des gouttes par un son aigu de flûte et puis il s'arrête comme pour prendre le ton et se mettre d'accord, enfin il attaque, en vrai roi du chant, son hymne de joie, parfait, varié, plein de douceur, de joie.

Jésus ne marche plus pour ne pas troubler par le bruit de ses pas la joie sereine du rossignol, sa joie aussi je crois, car il sourit la tête inclinée, du sourire d'une joie sereine. Le rossignol tient le module par tons ascendants, une note très pure. Je me demande comment un si petit gosier arrive ainsi à tenir une note, et puis son chant s'arrête. Jésus s'écrie : "Je te bénis, Père Saint, pour cette perfection et pour la joie que Tu m'as donnée !" Puis il reprend sa marche lente, lourde du poids de je ne sais quelle méditation.       

Simon le rejoint : "Maître, Lazare te prie de venir. Tout est prêt."        

Haut de page   

614> "Allons. Et qu'ainsi tombe aussi le dernier doute qu'ils me seraient moins chers à cause de Marie."

"Quel chagrin, Maître ! Seul un miracle secret de Toi a pu guérir cette douleur. Mais tu ne sais pas que Lazare a été pour fuir lorsqu'elle, à leur retour, est sortie de la maison en disant qu'elle abandonnait les tombeaux pour la joie [3]... et d'autres insolences ? Moi et Marthe, nous l'avons conjuré de ne pas le faire parce qu'aussi... on ne sait jamais la réaction d'un cœur. S'il l'avait trouvée, je crois qu'il l'aurait punie une fois pour toutes. Ils auraient voulu au moins le silence de sa part à ton sujet..."   

"Et un miracle immédiat de ma part pour elle. J'aurais pu le faire, mais je ne veux pas dans les cœurs une résurrection forcée. Je forcerai la mort, et elle me rendra sa proie, car je suis le Maître de la mort et de la vie.
                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Mais quand il s'agit des esprits, ce n'est pas une matière inanimée et sans vie, mais ce sont des essences immortelles capables de se redresser par leur propre volonté, je ne force pas leur résurrection. Je donne le premier appel et la première aide, comme quelqu'un qui ouvrirait un tombeau où on aurait enfermé une personne encore vivante. Il lui faudrait mourir à la longue si elle restait dans ces ténèbres asphyxiantes, et je laisse entrer l'air et la lumière... et puis j'attends. Si l'esprit a la volonté d'en sortir, il sort. S'il ne veut pas, il s'enténèbre encore plus et s'ensevelit. Mais, s'il sort !... Oh ! s'il sort, en vérité je te dis que personne ne sera plus grand que cet esprit ressuscité. Seule l'innocence absolue est plus grande que ce mort qui redevient vivant par la force de son propre amour et pour la joie de Dieu... Mes plus grands triomphes ! 

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Regarde le ciel, Simon. Tu y vois des étoiles plus ou moins grandes, et des planètes de différentes grandeurs. Toutes possèdent vie et splendeur par Dieu qui les a faites, mais toutes n'ont pas la même splendeur et la même taille. Dans mon Ciel, également, il en sera ainsi. Tous les rachetés posséderont par Moi, la vie, et par ma lumière, la splendeur [4]. Mais tous n'auront pas une égale splendeur, une égale grandeur. Certains ne seront qu'une simple poussière d'astres, comme celle qui fait lactée Galatée [5]. Ceux-là seront les innombrables qui du Christ auront eu ou plutôt auront aspiré le minimum indispensable pour n'être pas damnés, et qui seulement par l'infinie miséricorde de Dieu, après un long Purgatoire, viendront au Ciel. D'autres seront plus brillants et plus formés : ce seront les justes qui auront uni leur volonté - note bien, leur volonté, pas leur bonne volonté - à la volonté du Christ.     

Haut de page   

615> Et auront obéi, pour ne pas se damner, à mes paroles. Puis il aura les planètes, les volontés bonnes, oh ! d'une splendeur inouïe. Leur éclat sera celui du pur diamant ou celui des gemmes de diverses couleurs : le rouge du rubis, le violet de l'améthyste, le blond du topaze, la blancheur éclatante des perles : ceux qui seront enamourés jusqu'à en mourir, ceux qui auront embrassé la pénitence par amour, ceux qui auront agi par amour, ceux qui par amour seront restés sans taches.

Et il y en aura certains parmi ceux que représentent ces planètes, et ce seront mes gloires de Rédempteur, qui auront en eux la lumière du rubis, de l'améthyste, de la topaze et de la perle parce que tout leur être sera amour. Héroïques pour arriver à se faire pardonner de n'avoir pas su aimer dès le début de leur vie pénitents, pour se saturer d'expiation comme Esther avant de se présenter à Assuérus se satura de parfums
[6], eux les infatigables pour faire en peu de temps, le peu de temps qui leur reste, et qu'ils n'ont pas fait au cours des années qu'ils ont perdues dans le péché purs jusqu'à l'héroïsme pour oublier même dans leurs viscères et non seulement en leur âme et leur pensée que leurs sens existent. Ce seront eux qui attireront par leur multiforme splendeur les yeux des croyants, des purs, des pénitents, des martyrs, des héros, des ascètes, des pécheurs et pour chacune de ces catégories, leur splendeur sera parole, réponse, invitation, sécurité... Mais allons. Nous parlons et là-bas on nous attend."    

"C'est que, lorsque tu parles, on oublie d'être des vivants. Puis-je dire tout cela à Lazare ? Il me paraît qu'il y a là une promesse..."          

"Tu dois le dire. La parole de l'ami peut se poser sur leur blessure et ils ne rougiront pas d'avoir rougi devant Moi... Nous t'avons fait attendre, Marthe. Mais je parlais à Simon des étoiles et nous avons oublié toutes ces lumières. Vraiment ta maison est un firmament, ce soir ..."         

"Non seulement pour nous et les serviteurs, mais c'est aussi pour Toi et pour les hôtes, tes amis, que nous avons illuminé ainsi. Merci d'être venu pour la dernière soirée. C'est maintenant la fête, et justement la Purification..." Marthe voudrait parler encore, mais elle sent les larmes qui lui montent aux yeux, et elle se tait.         

"Paix à vous tous." dit Jésus, en entrant dans l'atrium où brillent des dizaines de lampes d'argent toutes allumées et disposées un peu partout.          

Haut de page   

616> Lazare s'avance, souriant. "Paix et bénédiction à Toi, Maître, et nombreuses années de sainte félicité." Ils s'embrassent. "Certains de nos amis m'ont dit que tu es né pendant que Bethléem étincelait d'une lointaine Encénie. Nous jubilons de te posséder ce soir, nous et eux. Tu ne demandes pas qui sont-ils ?"   

"Je n'ai d'autres amis qui ne soient pas mes disciples et mes chers amis de Béthanie, en dehors des
bergers. C'est donc eux. Ils sont venus ? Pourquoi ?"     

"Pour t'adorer, notre Messie.
Jonathas nous a annoncé ta présence et nous sommes ici [7]. Avec nos troupeaux qui sont maintenant dans les étables de Lazare, et avec nos cœurs, maintenant et toujours sous tes pieds saints." Isaac a parlé au nom d'Élie, de Lévi, de Joseph et de Jonathas qui sont tous prosternés à ses pieds. Jonathas a sa belle tenue d'intendant, il est très aimé de son maître, Isaac dans la sienne d'infatigable pèlerin, une épaisse laine marron foncé imperméable à l'eau. Lévi, Joseph, Élie, sont habillés de neuf par Lazare pour pouvoir prendre place aux tables sans le pauvre vêtement déchiré et imprégné par l'odeur des troupeaux des bergers.      

"C'est pour cela que vous m'avez envoyé au jardin ? Que Dieu vous bénisse tous ! Il ne manque que la
Mère à mon bonheur. Levez-vous, levez-vous. C'est mon premier anniversaire en l'absence de la Mère [8]. Mais votre présence m'enlève la tristesse, la nostalgie de son baiser."

Tout le monde entre dans la salle du banquet. Ici les lampes, en plus grande partie, sont en or. Le métal est avivé par la lueur de la lumière et la lumière semble plus brillante, réfléchie par tant d'or. La table a été disposée en U pour donner une place à tant de gens et pour faciliter le travail des écuyers tranchants et des serveurs. En plus de Lazare, il y a les apôtres, les bergers et Maximin, le vieux serviteur de Simon.            

Marthe surveille la répartition des places et voudrait rester debout. Mais Jésus s'y oppose : "Aujourd'hui, tu n'es pas l'hôtesse : tu es la sœur, et tu prends place avec Moi comme si nous étions du même sang. Nous sommes une famille. Les règles tombent pour laisser la place à l'amour. Ici, à mon côté, et près de toi
Jean. Moi avec Lazare. Mais, donnez-Moi une lampe. Entre Moi et Marthe qu'une lumière veille... une flamme, pour les absentes mais présentes à notre esprit. Pour celles que nous aimons, que nous attendons, pour les femmes qui nous sont chères et loin d'ici. Pour toutes.         

Haut de page           


617>                 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif La flamme a des paroles lumineuses, l'amour des paroles enflammées, et elles vont loin ces paroles, sur les ondes immatérielles des esprits qui se retrouvent toujours, au-delà des monts et des mers et apportent baisers et bénédictions... Elles apportent tout. N'est-il pas vrai ?"    

Marthe pose la lampe où Jésus veut, à une place qui reste vide... et Marthe, comprenant son intention, se penche pour baiser la main de Jésus qui la lui met sur sa tête brune, la bénissant et la réconfortant.

Le repas commence. Les trois bergers sont un peu gênés au début. Isaac est déjà plus sûr et Jonathas ne manifeste pas de gêne. Mais ils s'enhardissent à mesure que le repas avance, et après avoir gardé le silence ils commencent à parler. Et de quoi doivent ils parler, sinon de leur souvenir ?         

"Je m'étais retiré depuis peu, dit
Lévi, et j'avais tellement froid que je m'étais réfugié parmi les troupeaux. Je pleurais et j'aurais voulu être avec ma maman..."    

"
Moi, je pensais à la jeune Mère que j'avais rencontrée peu avant et je me disais: "Aura-t-elle trouvé une place ?" Si j'avais su qu'Elle était dans une étable ! Je l'aurais conduite dans notre parc !... Mais Elle était si gentille : un lis de nos vallées, que j'aurais cru l'offenser de lui dire : "Viens parmi nous". Mais je pensais à Elle... et je sentais encore plus le froid, en pensant qu'Elle devait en souffrir. Te rappelles-tu la lumière de ce soir-là ? Et ta peur ?"         

"Oui... mais ensuite... l'ange... Oh !... " Lévi, un peu perdu dans son rêve, sourit à son souvenir.      

"Oh ! écoutez, amis. Nous ne savons que peu et nous sommes mal renseignés. Nous avons entendu parler d'anges, de crèches, de troupeaux, de Bethléem... Pour nous, nous savons que Lui est Galiléen et menuisier ... Il n'est pas juste que nous ne soyons pas au courant, nous !
J'ai questionné le Maître à "La Belle Eau"... mais ensuite on a parlé d'autre chose. Celui-ci qui sait, ne m'a rien dit [9] ... Oui, c'est à toi que je parle, Jean de Zébédée. Tu as du beau respect pour moi qui suis âgé ! Tu gardes tout pour toi et me laisses grandir comme un disciple borné. Ne le suis-je déjà que trop !"        

On rit de l'indignation de
Pierre, mais lui se tourne vers son Maître : "Ils rient, mais c'est moi qui ai raison" et puis, s'adressant à Barthélemy, Philippe, Matthieu, Thomas, Jacques et André : "Allons, dites-le, vous aussi. Protestez avec moi ! Pourquoi ne savons-nous rien, nous ?"        

Haut de page   

618> "Vraiment... Où étiez-vous quand mourut Jonas [10] ? Où étiez-vous au Liban ?"

"Tu as raison, mais pour
Jonas, moi, du moins j'ai cru que c'était un délire de mourant, et au Liban... j'étais fatigué et endormi [11]. Pardonne-moi, Maître, mais c'est la vérité."  

"Et ce sera la vérité pour tant de gens ! Le monde de ceux qui ont été évangélisés répondra souvent au Juge Éternel, pour excuser son ignorance malgré l'enseignement de mes apôtres, il répondra ce que tu viens de dire : "Je croyais que c'était du délire... J'étais fatigué et endormi". Et souvent il n'admettra pas la vérité car il la prendra pour du délire et il ne se rappellera pas la vérité parce qu'il sera fatigué par trop de choses inutiles, passagères, coupables même. Une seule chose est nécessaire : connaître Dieu."     

"Eh bien, maintenant que tu nous as dit ce que nous méritons, raconte-nous les choses comme elles se sont passées... À ton Pierre. Ensuite, je le dirai aux gens. Sinon... je te l'ai dit : que puis-je dire ? Le passé, je l'ignore, les prophéties et le Livre, je ne sais pas les expliquer, l'avenir... oh ! pauvre de moi ! Et, qu'est-ce que je vais annoncer, alors ?"

"Oui, Maître. Qu'on sache nous aussi... Nous savons que tu es le Messie et nous le croyons. Mais, au moins, pour mon compte, j'ai eu du mal à admettre que de Nazareth il pouvait sortir quelque chose de bon
[12] ... Pourquoi ne nous as-tu pas fait connaître tout de suite ton passé ?" dit Barthélémy.     

"Pour éprouver ta foi et la luminosité de ton esprit. Mais maintenant je vais vous parler, bien plus : nous allons vous parler, de mon passé. Je dirai même ce que les bergers ne savent pas, et eux ce qu'ils ont vu. Et vous connaîtrez l'aube du Christ. Écoutez :    

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Le temps de la Grâce étant venu, Dieu prépara pour Lui sa Vierge. Vous pouvez bien comprendre comment Dieu ne pouvait résider là où Satan avait posé son signe ineffaçable. La Puissance travailla donc pour faire son futur tabernacle immaculé. Et par deux justes, d'âge avancé et contre les règles habituelles de la procréation, fut conçue Celle sur laquelle il n'y a aucune tache. Qui a déposé cette âme dans la chair embryonnaire qui reverdissait le vieux sein d'Anne d'Aaron, ma grand-mère ? Toi, Lévi, tu as vu l'Archange de toutes les annonciations, Tu peux dire : c'est celui-là.   

Haut de page   

619> Car la Force de Dieu [13] fut toujours le victorieux qui apporta la nouvelle de la joie aux saints et aux prophètes, l'indomptable sur lequel la plus grande force de Satan s'est brisée comme une tige de mousse desséchée, l'intelligent qui avec sa bonne et lucide intelligence a détourné les pièges de l'autre intelligent mais mal faisant en procurant avec promptitude l'exécution des ordres de Dieu.        

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Avec un cri de joie, lui l'Annonciateur qui déjà connaissait les chemins de la terre, parce qu'il était descendu pour parler au Prophètes, recueillit du Feu Divin l'étincelle immaculée qui était l'âme de l'Enfant Éternelle, et l'enfermant dans un cercle de flammes angéliques, celles de son amour spirituel, il la porta sur la terre dans une maison, dans un sein. Et à partir de ce moment, le monde posséda l'Adoratrice; et Dieu, à partir de ce moment, pu regarder un point de la terre sans en éprouver de dégoût. Et une petite créature naquit, l'Aimée de Dieu et de ses anges, la Consacrée à Dieu, saintement aimée par ses parents. "Et Abel donna Dieu les prémices de son troupeau [14]". Oh ! qu'en vérité les grands-parents de l'éternel Abel surent donner à Dieu les prémices de leur bien, tout leur bien, en mourant pour avoir donné ce bien à Celui qui le leur avait donné !      

Ma
Mère fut l'Enfant du Temple depuis l'âge de trois ans à quinze ans [15] et hâta la venue du Christ par la force de son amour. Vierge avant sa conception, vierge dans l'obscurité d'un sein, vierge dans ses vagissements, vierge dans ses premiers pas, la Vierge appartint à Dieu, à Dieu seul. Elle proclama son droit supérieur au décret de la Loi d'Israël, en obtenant de l'époux qui lui fut donné par Dieu de rester inviolée après les noces. [16] 

Joseph de Nazareth était un juste. À lui seulement pouvait être confié le Lis de Dieu et seul il le posséda. Ange, en son âme comme en sa chair, il aima comme aiment les anges de Dieu. L'abîme de cet amour fort qui eut toutes les tendresses conjugales sans dépasser la barrière du céleste feu au-delà de laquelle était l'Arche du Seigneur, sera compris par peu de personnes sur la terre. C'est le témoignage de ce que peut-être un juste pourvu qu'il le veuille de ce qu'il peut, car même l'âme encore blessée par la tache originelle possède des forces puissantes d'élévation, de souvenir et de retour à sa dignité de fille de Dieu, elle opère divinement pour l'amour du Père.        

Haut de page   

620>                 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Marie était encore dans sa maison dans l'attente de la cohabitation avec son époux, lorsque Gabriel, l'ange des divines annonciations, revint sur la terre et demanda à la Vierge d'être Mère. Déjà il avait promis le Précurseur au prêtre Zacharie qui ne l'avait pas cru. Mais la Vierge crut que cela pouvait se faire par la volonté de Dieu et, sublime dans son ignorance, demanda seulement : "Comment cela peut-il arriver ?". Et l'Ange Lui répondit : "Tu es la Pleine de Grâce, ô Marie. Ne crains donc pas car tu as trouvé grâce près du Seigneur même pour ce qui est de ta virginité. Tu concevras et enfanteras un Fils auquel tu donneras le nom de Jésus, car c'est Lui le Sauveur promis à Jacob et à tous les Patriarches et Prophètes d'Israël. Il sera grand et Vrai Fils du Très-Haut, car c'est par l'activité de l'Esprit Saint qu'il sera conçu. Le Père Lui donnera le trône de David, comme il est prédit et il régnera sur la maison de Jacob jusqu'à la fin des siècles, mais son vrai Règne n'aura jamais de fin. Maintenant, le Père, le Fils, l'Esprit Saint attendent ton obéissance pour accomplir la promesse. Déjà le Précurseur du Christ est dans le sein d'Élisabeth, ta cousine et, si tu consens, l'Esprit Saint va descendre sur toi et saint sera Celui qui naîtra de toi et portera son vrai Nom de Fils de Dieu. "        

Et alors Marie répondit : "Voici la Servante du Seigneur. Qu'il soit fait de moi selon sa parole". Et l'Esprit de Dieu descendit sur son Épouse et dans son premier embrassement lui donna ses lumières qui achevèrent de perfectionner les vertus de silence, d'humilité, de prudence et de charité dont Elle était pleine car Elle fut une seule chose avec la Sagesse, désormais inséparable de la Charité, et l'Obéissante, la Chaste se perdit dans l'océan d'Obéissance que Je suis et Elle connut la joie d'être Mère sans connaître le trouble d'être effleurée. Elle fut la neige qui devint toute fleur et s'offrit ainsi à Dieu..."       

"Mais le mari ?" demanda
Pierre étonné.       

"Le sceau de Dieu ferma les lèvres de Marie et Joseph ne connut le prodige qu'au moment où, de retour de la maison de
Zacharie, son parent, Marie apparut mère aux yeux de son époux."        

"Et lui, que fit-il ?"    

"Il souffrit... et Marie souffrit..."        

"Si c'eût été moi..."   

Haut de page   

621>                 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif "Joseph était un saint, Simon de Jonas. Dieu sait où il met ses dons... Il souffrit profondément et décida de l'abandonner, prenant sur lui la réputation d'injustice. Mais l'Ange descendit lui dire : "Ne crains pas de prendre Marie pour ton épouse. Car ce qui s'est formé en Elle, c'est le Fils de Dieu et c'est par le travail de Dieu qu'Elle est Mère. Et quand le Fils sera né, tu Lui donneras le nom de Jésus, car c'est Lui le Sauveur ".     

"Joseph était-il instruit ?" demande
Barthélemy.        

"Comme un descendant de David. " 

"Alors il aura eu tout de suite la lumière en se souvenant Prophète : "Voici qu'une Vierge concevra..."
[17].        

"Oui, il l'eut. À l'épreuve succéda la joie..."    

"Si c'eût été moi... reprend Simon Pierre, il n'arrivait rien bon, car auparavant j'aurais... Oh ! Seigneur, comme ç'a été bien que ce ne fut pas moi ! Je l'aurais brisée comme une tige sans lui donner le temps de parler. Et après, si je n'avais pas été assassin, j'aurais eu peur d'Elle... La peur d'Israël tout entier depuis des siècles, à l'égard du Tabernacle..."     

"Même Moïse eut peur de Dieu et pourtant il fut secouru, resta avec Lui sur la montagne... Joseph alla donc habiter dans la maison sainte de l'Épouse
[18] et pourvut aux besoins de la Vierge et de Celui qui devait naître. Et lorsque ce fut pour tous le temps de l'édit, il se rendit avec Marie, dans la terre des pères [19], et Bethléem les repoussa parce que le cœur des hommes est fermé à la charité. Maintenant, à votre tour de parler."         

"
Moi, je rencontrai, vers le soir une femme jeune et souriante montée sur un ânon. Un homme l'accompagnait. Il me demanda du lait et des renseignements. Et je lui dis ce que je savais... Puis la nuit arriva... et une grande lumière... et nous sortîmes... et Lévi vit un ange près du parc. Et l'Ange dit : "Le Sauveur est né" C'était la pleine nuit, et le ciel fourmillait d'étoiles. Mais la lumière se perdait dans celle de l'Ange et des milliers et milliers d'anges... (Élie pleure encore à ce souvenir). Et l'Ange nous dit : "Allez l'adorer. Il est dans une étable, dans une crèche, entre deux animaux... Vous trouverez un tout petit enfant enveloppé dans de pauvres langes..." Oh ! comme il étincelait, l'Ange, en disant ces paroles ! ...Mais te souviens-tu Lévi, comment ses ailes projetaient des flammes quand, après s'être incliné pour nommer le Sauveur, il dit : "...C'est le Christ Seigneur"?"           

"Oh ! Si je me souviens ! Et les voix des milliers ? Oh !... "Gloire à Dieu dans les Cieux Très Hauts et paix sur la terre aux homme de bonne volonté !" Cette musique est ici, elle est ici, et elle m'emmène au Ciel chaque fois que je l'entends" et Lévi lève un visage extatique sur lequel brille une larme.          

Haut de page   

622> "Et nous sommes allés, dit Isaac, chargés comme des bêtes de somme, joyeux comme pour des noces et puis... nous ne sûmes plus rien faire quand nous entendîmes la petite voix, et celle de la Mère. Nous poussâmes Lévi, qui était tout jeune, pour qu'il regarde. Nous nous sentions lépreux devant tant de candeur... Et Lévi écoutait, et il riait tout en pleurant, et il répétait, comme avec une voix d'agneau de sorte que la brebis d'Élie se mît à bêler. Et Joseph vînt à l'ouverture de l'étable et nous fit entrer... Oh ! comme tu étais petit et beau ! Un bouton de rose carnée sur le foin qui piquait... et tu pleurais... Puis tu souriais dans la tiédeur de la peau de brebis que nous t'offrîmes et pour le lait que nous avons trait... Ton premier repas... Oh !... et puis... et puis nous te baisâmes... Tu sentais l'amande et le jasmin... et nous ne pouvions plus te quitter ..."          

"Vous ne m'avez plus quitté, en effet. "        

"C'est vrai, dit
Jonathas. Tes traits restèrent en nous, et ta voix et ton sourire... Tu grandissais... tu étais de plus en plus beau... Le monde des bons venait jouir de Toi... et celui des méchants t'évitait... Anne... tes premiers pas... les trois Sages... l'étoile..."

"Oh ! cette nuit-là, quelle lumière ! Le monde paraissait enflammé par mille lumières. Le soir de ton arrivée, au contraire, la lumière était immobile et perlée... Puis, c'était la danse des astres, mais alors c'était l'adoration des astres. Et nous, d'une hauteur, nous voyions passer la caravane et nous la suivions pour voir si elle s'arrêtait... Et le lendemain, Bethléem toute entière vit l'adoration des Sages. Et puis... Oh ! ne parlons pas de
l'horreur !... N'en parlons pas !..." Élie pâlit à ce souvenir.       

"Oui, n'en parlons pas. Silence sur la haine..."           

"La plus grande douleur était de ne plus te posséder et d'être sans nouvelles de Toi. Zacharie ne savait rien non plus. Notre dernier espoir ...Plus rien."     

"Pourquoi, Seigneur, n'as-tu pas réconforté tes serviteurs ?"

"Tu demandes le pourquoi, Philippe ? Parce qu'il était prudent d'agir ainsi. Tu vois que même Zacharie, dont la formation spirituelle se compléta depuis cette heure, ne voulut pas soulever le voile. Zacharie..."            

"Mais, tu nous as dit que ce fut lui qui s'occupa des bergers. Et alors, pourquoi lui ne dit-il pas à eux d'abord, à Toi ensuite, que les uns cherchaient l'Autre ?"   

Haut de page   

623> "Zacharie était un juste, tout à tait homme. Il devint moins homme et plus juste au cours des neuf mois de mutisme, il se perfectionna dans les mois qui suivirent la naissance de Jean, mais il devint un esprit juste, lorsque sur l'orgueil de l'homme tomba le démenti de Dieu. Il avait dit : "Moi, prêtre de Dieu, je dis que c'est à Bethléem que doit vivre le Sauveur" et Dieu lui avait montré comment un jugement, même celui d'un prêtre, s'il n'est pas éclairé par Dieu, est un pauvre jugement. En pensant avec horreur : "Je pouvais faire tuer Jésus, avec mes paroles" Zacharie devint le juste qui maintenant repose en attendant le Paradis. Et la justice lui enseigna la prudence et la charité. Charité envers les bergers, prudence à l'égard du monde pour lequel le Christ devait être inconnu,                 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Quand, de retour dans la patrie, nous nous dirigeâmes vers Nazareth, avec la même prudence qui désormais guidait Zacharie, nous évitâmes Hébron et Bethléem, et c'est en côtoyant la mer que nous revînmes en Galilée [20]. Même le jour de ma majorité, il ne fut pas possible de voir Zacharie venu pour la même cérémonie et parti la veille avec son fils. [21]        

Dieu veillait, Dieu éprouvait, Dieu pourvoyait, Dieu perfectionnait. Avoir Dieu, c'est encore avoir l'effort, non seulement avoir la joie. Et mon père affectueux eut l'effort et aussi ma Mère, et de mon âme et de ma chair. Même ce qui était permis, on l'évita pour que le mystère couvrît d'ombre le Messie Enfant.
                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Et que ceci explique à beaucoup de gens qui ne comprennent pas la double raison de l'anxiété quand je fus égaré pendant trois jours : Amour maternel, amour paternel pour l'Enfant égaré; crainte de gardiens pour le Messie qui pouvait être découvert avant le temps ; terreur d’avoir mal protégé le Salut du monde et le grand don de Dieu. C'est le motif du cri insolite : "Fils, pourquoi nous as-tu fait cela ? Ton père et moi, angoissés, nous te cherchions !" Ton père, ta mère... Le voile jeté sur l'éclat du Verbe Incarné. Et la rassurante réponse : "Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas que je dois être occupé aux affaires de mon Père ?" Réponse recueillie et comprise par la Pleine de Grâce pour ce qu'elle veut dire. C'est à dire : "N'ayez pas de crainte. Je suis petit, un enfant Mais si, selon l'humanité je crois en taille, en sagesse et en grâce aux yeux des hommes, je suis le Parfait, en tant que Fils du Père et je sais donc me conduire parfaitement, servant le Père pour faire resplendir sa lumière, servant Dieu en Lui conservant le Sauveur" Et c'est ainsi que j'ai agi jusqu'à il y a maintenant un an. [22]   

Haut de page   

624> À présent, le temps est arrivé. Les voiles se lèvent. Et le Fils de Joseph se montre avec sa nature : le Messie de la Bonne Nouvelle, le Sauveur, le Rédempteur, le Roi du siècle à venir."          

"Et tu n'as jamais plus vu Jean ?"     

"Au Jourdain seulement, mon Jean,
quand je voulus le Baptême."     

"En sorte que tu ne savais pas que Zacharie avait rendu service à ceux-ci ?"

"Je te l'ai dit : après le bain de sang innocent, les justes devinrent saints, les hommes devinrent justes. Les démons seulement restèrent ce qu'ils étaient. Zacharie apprit à se sanctifier par l'humilité, la charité, la prudence, le silence."    

"Je veux me rappeler tout cela, mais le pourrai-je ?" dit Pierre.          

"Sois tranquille, Simon. Demain
je me le fais répéter par les bergers, tranquillement. Dans le verger. Une, deux, trois fois s'il le faut. J'ai bonne mémoire. Je l'ai développée à mon comptoir et j'en garderai le souvenir pour tout le monde. Quand tu voudras, je pourrai te répéter tout [23]. Je ne tenais pas de comptes à Capharnaüm, et pourtant..."  

"Oh ! non, tu ne te trompais pas d'un didrachme !... Je m'en souviens... Parfaitement ! Je te pardonne le passé, mais de tout cœur, si tu te souviens de ce récit... et si tu me le dis souvent. Je veux qu'il m'entre dans le cœur comme en ceux-ci... comme en Jonas... Oh ! mourir en disant son Nom !...
[24]".     

Jésus regarde Pierre et sourit. Puis il se lève et baise sa tête grisonnante.    

"Pourquoi, Maître, me donnes-tu ce baiser ?"            

"Parce que tu as été prophète. Tu mourras en disant mon Nom. J'ai baisé l'Esprit qui parlait en toi."         

Puis Jésus d'une voix forte entonne un psaume et tous, debout, Lui font écho : "Levez-vous et bénissez le Seigneur votre Dieu, d'éternité en éternité. Que soit béni son Nom sublime et glorieux par toute louange et toute bénédiction
[25]. Toi seul, Tu es le Seigneur. Tu as fait le Ciel et le Ciel des cieux et toute leur armée, la terre et tout ce qu'elle contient [26]" etc. (C'est l'hymne chanté par les lévites à la Fête de la Consécration du peuple, chapitre 9 du deuxième livre d'Esdras) et tout se termine avec ce long cantique [27]. Je ne sais s'il appartient au rite antique ou si Jésus le dit de Lui-même.      

Haut de page   


625> Me trouvant au repos depuis trois jours, j'ouvre la Bible. Je l'ouvre au hasard, pour lire seulement quelque chose qui soit encore une parole venant de Dieu. Je tombe sur les versets 25-31 du psaume 17 [28] au livre premier. Et le Seigneur parle.              

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif "N'est-ce pas, peut-être ce que tu peux dire de toi ? Il fut un temps où je t'aimais avec, de ma part, toute la perfection possible, mais toi, tu ne m'aimais pas le plus parfaitement que tu pouvais. En effet, au fond de ton cœur tu pensais aussi à Moi mais il s'y trouvait des affections plus fortes encore que celle que tu me donnais. Alors tu ne méritais pas que je te récompense. Te rappelles-tu ce temps ? Pour Moi je me le rappelle. Tu étais sortie du pensionnat toute parfumée de Dieu comme une vierge du Temple parfumée par l'encens rituel. Et Moi, je t'avais déjà choisie. Quand t'ai-je choisie ? Veux-tu le savoir ? C'était réellement quand ton âme fut créée, car aucune destinée humaine n'est inconnue pour la pensée éternelle. Mais la petite Marie gardée en vie par ma volonté, malgré les circonstances malheureuses de ta naissance et celles qui t'accompagnèrent pendant les mois où tu étais un petit ange qu'on allaite, cette petite fut mienne quand elle répandit ses premières larmes en me voyant descendu de la Croix. Tu m'as recherché. Et Moi, je me suis donné avec un sourire de complaisance. Ce sourire a répété pour toi au Ciel et Il a dit au Père et au Paraclet son ‘’Laissez venir à Moi les petits’’.                

Il n'y a que les lèvres des tout petits qui enlèvent la souffrance de ses blessures, de ceux qui sont tout petits par leur âge ou qui consentent à l'être, de ceux qui, par leur amour et leur obéissance au Maître ‘’deviennent semblable à des tout petits pour posséder le Royaume des Cieux’’ ... Les délices de Dieu, Marie, la Vierge Mère, c'est la parfaite Toute Petite qui jubile dans le Royaume des Cieux. Les âmes des adultes qui sont ‘’toutes petites’’, sont rares comme les perles parfaitement rondes et d'une mirifique grandeur.           

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Mais les tous petits par l'âge possèdent tous cette âme, comme si elle n'avait été pas encore profanée, qui fait les délices de Dieu et le soulagement du Christ. Et le Fils t'a voulue dès ce moment. Chaque larme innocente t'a valu un baiser à Lui, chaque baiser une grâce, chaque grâce t'a fiancée au Divin Amour. Ce n'est pas une erreur de regarder en arrière pour pouvoir entonner le Magnificat et le Miserere. Le Magnificat, tu pouvais le chanter jusqu'à ta sortie du pensionnat. Tu étais toute à Dieu. Un seul autel en toi, et un seul amour. Le lis au calice à peine entr'ouvert n'était comblé que par la rosée céleste et les rayons divins. Puis, le monde est venu et avec lui beaucoup d'autres autels et beaucoup d'autres amours. Ceux qui ont usurpé "ma’’ place. Et ils restèrent tant que je le voulus.            

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif J'aurais pu aussi ne pas vouloir. Il y aura quelqu'un pour dire : "Ç'a été une expérience dangereuse". Non, c'était nécessaire. Les apôtres furent humiliés par leur défection au Christ. À ce moment, toutes les branches de l'humanité corrompue prirent le dessus en eux et de nouveau tout ce qui trouble l'homme les saisit, les secoua et les excita. Ils comprirent alors que dans la mesure où ils étaient devenus différents, cela ne venait pas de leur unique mérite, mais du fait qu'ils étaient avec Jésus. En eux, l'orgueil, corrupteur de l'homme fut broyé. Il est nécessaire que cela soit fait pour tous ceux qui sont choisis en vue d'une destinée spéciale pour qu'ils ne perdent pas leur vocation en perdant mon amour. L'un après l'autre sont tombés ceux qui avaient usurpé ma place en toi. Et ton Dieu seul est redevenu ton Roi auquel tu as chanté le Miserere de ton sage repentir.          

Haut de page   

626>                 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Maintenant, ma fille, regarde le passé et le présent. Regarde le temps de tes multiples amours, pour l'homme, pour la science, pour toi-même, et regarde le moment actuel où, de nouveau, il n'y a plus pour toi qu'un seul amour. Pour Moi. Et dis-moi. Dis-le Moi avec ton âme, en n'écoutant qu'elle seule, car il n'y a qu'elle dont la voix est véridique et précieuse. Est-ce que tu n'as pas tout maintenant ? Depuis que tu es mienne, est-ce que tu n'as pas tout ? Beaucoup, les sots, diront : "Elle n'a rien ! Pas de santé, pas de joie, pas de bien-être" Mais ton âme, qui voit avec ses propres yeux, dit : "Je possède tout, même ce qui est un saint superflu". Si on peut appeler superflu ce qui sort de ce qui n'est pas strictement nécessaire pour monter vers Dieu. Tu as la mission particulière de porte-parole. Mais cela est un don et il n'est pas nécessaire de le posséder pour être préféré, tu possèdes l'assentiment de Dieu à tous tes désirs. Pourquoi ? Parce que, comme dit le psaume (XVII, 21-25) : "Le Seigneur m'a traité selon ma justice, selon la pureté de mes mains, qui n'échappe pas à ton regard"      

Je suis infiniment, divinement libéral avec les justes et ceux qui ont le cœur pur. Je suis bon avec les faibles, je suis parfaitement bon avec ceux qui savent être forts pour mon amour. Et, puisque je suis l'Amour, je dois me faire violence à Moi-même pour ne pas être faible même à l'égard de ceux qui ont des manquements. À ceux-ci, j'accorde la miséricorde de mon Fils. À mes fils, j'accorde la multitude de mes dons. Je les sauve, les illumine, les libère et les fortifie toujours plus. Je les conduis, en les tenants par la main, sur ma route immaculée, en les instruisant par ma Parole, trempée au feu de l'Amour Divin. Il en est ainsi pour toi, mon âme, qui as mis en Moi ton amour et toute ta confiance, N'aie pas peur, fleur de Dieu. Il n'en est pas une seule, des fleurs microscopiques des régions glacées aux fleurs géantes de la zone torride, que j'abandonne sans la rosée, la lumière et la chaleur nécessaire à leur vie gracieuse. Et ce ne sont que des tiges végétales ! Mais les fleurs de mes âmes, quels soins aura d'elles leur Créateur ? N'aie pas peur, fleur de Dieu, emperlée du Sang et des larmes du Fils et de la Vierge. Ornée de ces gemmes et de ta fidélité, tu m'es tellement chère ! Chante, et pour toujours le Magnificat. Le Père, le Fils, le Paraclet sont avec toi."

Oh ! Seigneur, Seigneur ! Tu le dis et c'est certainement la vérité. Tout aura été nécessaire. Mais qu'est-ce qui n'a pas été pour moi ton abandon de l'an dernier ! Tu le vois. Tu n'ignores pas les impressions des cœurs. Il y a des blessures qui font mal, même après leur cicatrisation dès qu'on les effleure avec la plus grande légèreté. Des blessures qui font souffrir par réaction nerveuse dès qu'on va les toucher ou qu'on va toucher le membre correspondant. Les nerfs coupés font souffrir, même après que la blessure est fermée. Ton abandon, même maintenant que Tu m'as reprise sur ton Cœur est une blessure qui me fait toujours souffrir car elle a coupé le nerf qui m'unissait à Toi. Je ne te demande pas : pourquoi l'as-Tu fait ? Mais je te dis seulement : Tu sais ce qu'a été pour moi ton abandon ! Aujourd'hui j'ai tremblé en écrivant 10 avril, car cela fait un an aujourd'hui que Tu as laissé ta fleur misérable sans rosée, sans lumière, sans chaleur. Peu s'en est fallu que je n'en sois morte. Car je t'ai tout donné et si je possédais encore quelque chose, je te le donnerais. Mais ne me donne plus jamais une semblable épreuve.             

Haut de page   

627> Tu vois que ma misère ne peut la supporter. Je chante, oui. Je chante mon Magnificat ! Je te dis aussi : je n'ai certainement pas mérité que Tu fasses en moi "de grandes choses." Mais mon chant est pour toujours mêlé de larmes. Comme un enfant, qui est passé par une période d'enfance abandonnée, n'a plus le sourire serein des enfants heureux, pareillement il m'est toujours présent ton abandon de l'an passé. Jésus a raison ! Marie a raison. Ce qu'on ne peut supporter dans "nos passions" c'est ton abandon, Père.

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

On rallume, pendant que j'écris cela, la petite lumière qui brûle toujours devant Jésus. La petite étoile qui brille avec mon cœur et devant mon Jésus Crucifié. Cela faisait une année qu'elle était éteinte..: Ma cellule, mon tabernacle, mon paradis n'avait plus de lumière. Et cela me peinait tant... J'ai tout eu de ton amour, mais tout aussi de ta rigueur. Ténèbres, solitude et aussi ce que ton Fils a appelé "enfer"… Je suis restée comme un oiseau qui par hasard a échappé à ses tortionnaires. J'ai peur... De tous côtés je vois filets et cages et torture. Seigneur, pitié...            

Haut de page   

 



[1] C'est le portique vu par M Valtorta un mois plus tôt, dans la vision reçue le 19/02/1945 (Cf. Chapitre 79, page 446 /vo 112.4)

[2] Ce clair de lune confirme l'hypothèse de J Aulagnier (Avec Jésus, au jour le jour). Il coexistait à cette époque deux calendriers. Selon le calendrier des Jubilés (liturgique), la fête des Lumières se déroulait à la pleine lune qui suit le 25ème jour du 9ème mois (25 Kisleu). Selon le calendrier hébraïque (usuel), cette année (an 27) elle tombe le 12 tebeth, date de naissance de Jésus.

[3] La mort de sa mère a eu lieu en pleine adolescence de Marie Madeleine

[4] Jésus évoque de nouveau cette conversation avec Simon au Tome 4, chapitre 104, page 92 /vo 241.4

[5] Galatée, "laiteuse" en grec, correspond à notre "voie lactée". Selon la mythologie romaine, Junon donna de son lait au jeune Hercule pour le rendre immortel; ce lait, tiré par Hercule, rejaillit dans le ciel et forma la voie lactée.

[6] Esther 5,1. Assuèrus (Xerxès 1er) est à nouveau évoqué par Pierre au Tome 4, chapitre 119, page 204 /vo 256.3

[7] C'est ainsi que les cinq bergers de la Nativité (sur douze), présents en Judée, ont pu se réunir.

[8] Confirmation que Jésus est parti en mission juste après son anniversaire de 30 ans.

[9] Jésus avait remarqué devant Pierre, à La Belle Eau, que Jean avait su se taire (Cf. chapitre 99, page 586 /vo 132.7)

[10] Jonas meurt dans la vision béatifique des anges de la Nativité (Cf. Tome 2, chapitre 76).

[11] C'était effectivement après une longue marche depuis Capharnaüm.

[12] Conforme aux propos rapportés par Jean 1,46.

[13] Force de Dieu, c'est justement l'étymologie du nom Gabriel. Voir aussi Daniel 8,15-27; 9,20-27

[14] Genèse 4,4

[15] Du Tome 1, chapitre 13 /vo 7.7 jusqu'au chapitre 20 /vo 12.2-6

[16] Cf. Tome 1, chapitre 19

[17] Isaïe 7,14

[18] Nouvelle affirmation que la maison de Nazareth est la maison de Joachim et Anne, héritage de Marie

[19] Bethléem, terre de David

[20] Zacharie était encore vivant à cette époque. De passage à Ascalon (Tome 3, chapitre 80 /vo 218.1), Jésus redira qu'il y est déjà venu… Ce que confirme la Vierge Marie à Marie Madeleine au Tome 4, chapitre 110 /vo 247.8

[21] Le 15 avril de l'an 9, le Baptiste avait 12 ans et 9 mois, donc l'âge requis pour l'examen de la Majorité (entre 12 et 13 ans). Cohérent avec l'affirmation de Jean-Baptiste rapportée au Tome 2, chapitre 19, page 88 /vo 56.5; Tome 7, chapitre 203, page 295 /vo 506.5 ou Ib°, chapitre 215, page 389 /vo 518.5

[22] Il y a juste un an que Jésus a commencé sa vie publique (Tome 2, chapitre 1 /vo 44.2)

[23] Encore une évocation de la vocation de Mathieu "Évangéliste"

[24] Voir la note n°2.

[25] Néhémie 9,5

[26] Néhémie 9,6

[27] Néhémie 9,7-37

[28] Psaume 18,25-31