L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

Accueil >> Plan du Site >> Index des personnages

Traduction automatique de cette fiche :
 -  -  -

Pierre (Simon, fils de Jonas)

Saint Pierre : apôtre et premier pontife.

 


 Présentation générale     
Haut de page           

C’est un galiléen de Bethsaïda. Il s'appelle Simon, mais Jésus le surnomme "pierre" (Képhas en araméen). Il est fils de Jonas, décédé au moment de la Vie Publique. Sa mère reste anonyme. On ne lui connaît qu'un frère : André. Ils possèdent tous deux une maison, au bord du lac de Tibériade, voisines l'une de l'autre (2.12). Pierre est marié à Porphyrée et n'a pas d'enfant.

 Caractère et aspect          
Haut de page           

Il est petit et trapu, à la voix légèrement rauque (2.58). Il paraît avoir quarante-cinq ans environ : ses cheveux grisonnants se hérissent plutôt qu'ils ne frisent. Ses yeux sont expressifs (8.38), ses mains, grosses et courtes, ont les veines saillantes. C'est "un grand vieux bambin" dit affectueusement Jésus (2.18).      

Pierre est volubile et assez facilement impulsif : il ne se maîtrise qu'au prix de gros efforts sur lui-même. Cela est particulièrement vrai envers
Judas qui a le don de l'énerver (6.92).     

Pierre est franc : "ce que j'ai sur le cœur, je l'ai sur les lèvres" est l'une de ses maximes (
2.62). Son esprit de répartie frise parfois l'impertinence (2.90). Il ne dissimule pas ses erreurs : "Ah ! Non ! Pas de secret pour le Maître. Je me suis trompé, je mérite le reproche et tout de suite" (6.133).   

Il est curieux et malin : cela amuse parfois Jésus (
2.99).        

Il est terre-à-terre et futé, mais au cœur généreux (
2.12).        

Il est autoritaire et parfois dominateur (
3.13). Son frère André a pris l'habitude de s'effacer devant lui. Pierre est facilement intransigeant (3.60).  

La Vierge Marie, à qui Jésus demande ses impressions sur les apôtres, le définit ainsi : "Pierre aussi est bon. Plus dur parce que plus âgé, mais franc et convaincu" (
2.66).

 L'apôtre   
Haut de page           

C'est le quatrième apôtre appelé par Jésus.  

Pierre s'impose dès le début et intervient souvent. Il commente les faits, prend des initiatives, distribue les rôles. Son caractère entier et sans détours s’accorde mal avec les interventions de Judas, comme avec celles des notables plus ou moins hostiles : les prises de bec sont nombreuses, mais il apprend progressivement à se dominer sous les recommandations de Jésus (
6.92).   

Appelé à des déplacements fréquents, il déménage de Bethsaïda à Capharnaüm ville de naissance de sa femme Porphyrée : elle sera ainsi proche de sa famille. Ce déménagement est l'occasion pour sa
belle-mère de reprendre la litanie des reproches envers son gendre chargé de tous les défauts (2.23). Le déménagement à Capharnaüm entraîne celui de Jacques et de Jean, les fils Zébédée, eux-mêmes apôtres. Le déménagement ne dure pas : la cohabitation du gendre et de la belle-mère est trop difficile. Le ménage revient s'installer à Bethsaïda.       

L'instinct paternel de Pierre souffre de n’avoir pas d’enfant. Il est donc comblé lors qu’il devient, grâce à l'intercession de
Marie, père adoptif de Margziam, futur saint Martial, un jeune disciple prodige (3.60).

Après l'élection des douze
apôtres, Jésus met progressivement Pierre en situation de chef des apôtres. Ce rôle est accepté spontanément par tous les apôtres, à l'exception de Judas. Pierre ne se sent pas sûr de lui dans cette fonction, même s'il y excelle.        

Jésus souligne ses qualités : son métier de pêcheur lui a donné des qualités dont Jésus se servira pour le faire "pêcheur d'hommes" : la constance, le courage, la vigilance, la force. "Et ça te paraît peu, Simon Pierre ? lui dit-il pour le réconforter. Tu as tout ce qu'il faut pour être ma "pierre". Il n'y a rien à ajouter, rien à enlever. Tu seras le pilote éternel, Simon" (
2.99).     

Jésus salue aussi ses sacrifices :     
"Que de sacrifices, n'est-ce pas, Simon ? lui dit Jésus.         
"- Sacrifices ? Lesquels ? s'étonne Pierre.     
"- Sacrifices de ne pas questionner, de ne pas parler, de supporter Judas... d'être loin de ton lac... Mais Dieu te donnera une compensation pour tout" explicite Jésus (
8.5).          

Cela n'empêche pas Pierre de se sentir indigne quand Jésus le charge de prendre, après lui, la direction de l'Église naissante. Il en est effrayé (
5.31). Cette distinction est suivie d'une humiliation : voulant dissuader Jésus de monter à Jérusalem pour y vivre sa Passion, il se fait accuser publiquement d'avoir les pensées de Satan[1].    

Pierre est le témoin de la plupart des grands évènements : La Transfiguration (
5.37), la dernière Cène (9.19), la Résurrection (10.12), l'Ascension (10.23), la Pentecôte (10.25), mais pas de la Crucifixion où il s'enfuit.     

Son triple reniement lors de la Passion est pour lui une véritable épreuve : elle confirme à ses yeux son indignité. Ce souvenir le torture. Jésus Ressuscité, pour toute réponse, le confirme dans sa fonction de Pontife après l'avoir forcé à confesser par trois fois son amour pour effacer son triple reniement
[2] (10.19).           

La venue du Saint-Esprit, le jour de la Pentecôte, transforme du tout au tout ce patron pêcheur au langage et aux mœurs rudes, en chef assuré de l'Église naissante
[3] (10.25). 

Après cela, Pierre instaure le culte dominical au Cénacle, première église de l'ère chrétienne, consacrée par Jésus lui-même lors de la Cène (
9.19). "Maintenant qu’il sait à quel usage Lazare a affecté la maison du Cénacle, il a décidé de commencer les agapes régulières et de célébrer les mystères réguliers le lendemain de chaque sabbat" rapporte Jean à la Vierge Marie (10.29).

 Sa mort   
Haut de page           

Malgré les conditions de sa mort, telle que le rapporte la Tradition (crucifié tête en bas), Pierre bénéficie d'une mort bienheureuse, prédite plusieurs fois par Jésus à Pierre dans l'œuvre de Maria Valtorta : "À l'heure de ton aurore, tu verras sur la voûte du ciel, ton Jésus qui te sourira pour te dire : "Je t'aime, viens", et ton entrée dans l'aurore te sera plus douce que l'entrée dans la chambre nuptiale..." (2.21).   

Et encore : "L'heure viendra où tu ne voudras plus qu'accomplir le dernier sacrifice. Et alors tu auras toute la force venant du Ciel et de toi-même. Je serai là plein d'admiration à te regarder" (
2.69). 

Plus loin, Jésus lui prédit : "Tu mourras en disant mon Nom" (
2.103).

 Son nom 
Haut de page           

Simon, comme Siméon (Chimon - Shim'ôn), veut dire "qui entend". Référence historique : le second fils de Jacob qui sera retenu en otage par son frère Joseph devenu intendant du Pharaon. 

Pierre (Céphas en araméen) est le surnom donné par Jésus : "Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirais mon Église"

 Où en parle-t-on dans l'œuvre ?  
Haut de page           

Pierre fait partie des Personnages centraux de l'œuvre, évoqués dans plus de la moitié des épisodes, soit plus de 350 fois.

 Tome 2 : Appel des premiers apôtres : 2.9 - 2.10 - 2.11 - 2.12 - 2.13 - 2.16 - 2.17 - 2.18 - 2.19 - Début de l'apostolat en Galilée : 2.20 - 2.21 - 2.23 - 2.24 - 2.25 - 2.27 - 2.28 - Voyage apostolique en Judée : 2.33 - 2.35 - Choix des derniers apôtres : 2.55 - 2.56 - 2.57 - 2.58 - 2.59 - 2.60 - 2.61 - 2.62 - Les derniers bergers : 2.63 - 2.64 - 2.65 - 2.66 - 2.68 - 2.69 - 2.70 - 2.71 - 2.75 - 2.76 - En Judée avant la vie commune : 2.77 - 2.78 - 2.79 - 2.82 - 2.83 - 2.84 - 2.85 - Enseignements sur les Dix Commandements : 2.86 - 2.87 - 2.88 - 2.89 - 2.90 - 2.91 - 2.92 - 2.93 - 2.94 - 2.95 - 2.96 - 2.97 - 2.98 - 2.99 - Les fêtes de fin d'année : 2.100 - 2.101 - 2.102 - 2.103 - 2.104 - 2.105 - 2.106 - 2.107. 
 Tome 3 : 3.1 - 3.2 - La samaritaine : 3.3 - 3.4 - 3.5 - 3.7 - 3.9 - L'apostolat féminin : 3.12 - 3.13 - 3.14 - 3.15 - 3.16 - 3.17 - 3.18 - En Galilée, le choix des apôtres : 3.20 - 3.21 - 3.22 - 3.24 - 3.25 - 3.26 - Le Sermon sur la Montagne : 3.29 - 3.30 - 3.31 - 3.32 - 3.33 - 3.34 - 3.36 - Apostolat en Galilée : 3.37 - 3.38 - 3.39 - 3.40 - 3.41 - 3.42 - 3.43 - 3.44 - 3.45 - 3.46 - 3.47 - Le second voyage pascal : 3.48 - 3.49 - 3.50 - 3.51 - 3.52 - 3.53 - 3.54 - 3.55 - 3.56 - 3.57 - 3.58 - 3.59 - 3.60 - 3.61 - 3.62 - 3.63 - 3.64 - Apostolat en Judée : 3.66 - 3.67 - 3.68 - 3.69 - 3.70 - 3.71 - 3.72 - 3.73 - 3.74 - 3.75 - 3.76 - 3.77 - Apostolat en Philistie : 3.78 - 3.79 - 3.80 - 3.81 - 3.82 - 3.83 - 3.84 - 3.85 - 3.86.       
 Tome 4 : 4.87 - La conversion de Marie-Madeleine : 4.89 - 4.91 - 4.92 - 4.93 - 4.94 - 4.96 - 4.100 - 4.101 - 4.102 - 4.103 - 4.104 - 4.105 - 4.106 - 4.107 - 4.110 - 4.111 - 4.112 - 4.113 - 4.114 - 4.115 - 4.116 - 4.117 - 4.118 - Envoi des apôtres et disciples en mission : 4.119 - 4.120 - 4.121 - 4.123 - 4.124 - 4.125 - 4.126 - 4.128 - 4.131 - 4.132 - 4.134 - 4.135 - 4.136 - 4.137 - 4.138 - 4.139 - 4.140 - 4.141 - 4.142 - 4.143 - 4.144 - Pérée, Galaad et Trachonitide : 4.145 - 4.146 - 4.148 - 4.149 - 4.150 - 4.151 - 4.152 - 4.153 - 4.154 - 4.155 - 4.156 - 4.157 - 4.158 - 4.159 - 4.160 - 4.161 - 4.162 - 4.165 - 4.166 - 4.167 - 4.168 - Les fêtes de fin d'année à Nazareth : 4.172 - 4.176 - 4.177 - 4.178.           
 Tome 5 : Le voyage des disciples à Antioche : 5.1 - 5.2 - 5.3 - 5.4 - 5.6 - 5.7 - 5.8 - 5.9 - 5.11 - 5.12 - 5.13 - 5.14 - Phénicie et Haute-Galilée : 5.20 - 5.21 - 5.22 - 5.23 - 5.24 - 5.26 - 5.28 - 5.29 - 5.30 - 5.31 - 5.32 - 5.33 - 5.34 - 5.35 - La Transfiguration et le Pain du Ciel : 5.36 - 5.37 - 5.38 - 5.39 - 5.40 - 5.42 - 5.44 - 5.45 - 5.46 - 5.47 - 5.48 - 5.49 - 5.50 - 5.51 - 5.52 - 5.53 - L'avant-dernière Pâque : 5.54 - 5.55 - 5.56 - 5.57 - 5.58 - 5.59 - 5.60 - 5.61 - 5.62 - 5.64 - 5.65 - 5.66 - 5.67 - 5.68 - En Judée : 5.69 - 5.70 - 5.71 - 5.72 - 5.73 - 5.74 - 5.75.    
 Tome 6 : Adieux en Judée : 6.76 - 6.77 - 6.78 - 6.79 - 6.80 - 6.81 - 6.82 - 6.83 - 6.84 - 6.87 - 6.88 - 6.89 - 6.90 - 6.91 - 6.92 - Plaine de Saron : 6.93 - 6.94 - 6.95 - 6.96 - 6.97 - 6.99 - 6.100 - 6.101 - Pentecôte, Décapole et Plaine d'Esdrelon : 6.102 - 6.103 - 6.104 - 6.105 - 6.106 - 6.109 - 6.110 - 6.111 - 6.112 - 6.113 - 6.114 - 6.115 - 6.1166.1176.118 - 6.119 - 6.120 - 6.122 - 6.123 - 6.124 - L'été à Nazareth : 6.127 - 6.128 - 6.132 - 6.133 - 6.135 - 6.136 - 6.137 - 6.138 - 6.139 - 6.140 - 6.141 - 6.142 - 6.143 - 6.144 - 6.145 - 6.146 - 6.147 - 6.148 - 6.149 - 6.150 - 6.151 - 6.152 - 6.153 - 6.154 - 6.155.        
 Tome 7 : 7.156 - 7.1577.158 - En Syro-Phénicie : 7.159 - 7.160 - 7.163 - 7.164 - 7.165 - 7.166 - 7.167 - 7.169 - 7.170 - 7.1727.176 - 7.178 - La fête des Tabernacles : 7.183 - 7.184 - 7.188 - 7.189 - 7.190 - 7.191 - En Moab et en Judée : 7.192 - 7.193 - 7.194 - 7.195 - 7.196 - 7.198 - 7.199 - 7.201 - 7.202 - 7.206 - 7.207 - 7.208 - 7.211 - 7.212 - 7.216 - 7.217 - 7.218 - 7.220 - 7.221 - 7.222 - La fête de la Dédicace : 7.224 - 7.225 - 7.226 - 7.228 - 7.229 - 7.230 - 7.231 - 7.233 - 7.234 - 7.235.    
 Tome 8 : La résurrection de Lazare : 8.5 - 8.7 - L'exil en Samarie : 8.12 - 8.13 - 8.14 - 8.15 - 8.16 - 8.17 - 8.22 - 8.27 - 8.28 - 8.29 - 8.32 - 8.34 - 8.35 - Le retour vers Jérusalem : 8.38 - 8.39 - 8.41 - 8.43 - 8.45 - 8.47.       
 Tome 9 : 9.1 - 9.3 - 9.6 - La Semaine Sainte : 9.8 - 9.9 - 9.11 - 9.13 - 9.14 - 9.15 - 9.16 - 9.17 - 9.19 - La Passion : 9.33 - 9.34 - 9.35.   
 Tome 10 : Le dimanche de la Résurrection : 10.1 - 10.2 - 10.5 - 10.9 - 10.12 - de la Résurrection à l'Ascension : 10.13 - 10.14 - 10.15 - 10.16 - 10.17 - 10.19 - 10.20 - 10.21 - 10.22 - 10.23 - Les temps apostoliques : 10.24 - 10.25 - 10.26 - 10.27 - 10.28 - 10.29 - 10.32 - 10.33 - 10.34.

 En savoir plus sur ce personnage          
Haut de page           

Extraits du Dictionnaire des personnages de l’Évangile, selon Maria Valtorta (Mgr René Laurentin, François-Michel Debroise, Jean-François Lavère, Éditions Salvator, 2012).  
-----------------------------------

Saint Pierre est fêté le 29 juin en même temps que saint Paul. Son nom est cité 150 fois dans les écrits du Nouveau Testament.         

On conserve de lui deux épîtres. La 2ème est parfois contestée. L'Évangile de Marc, son disciple, reflète son enseignement. Deux apocryphes du IIème siècle portent son nom: l'Évangile de Pierre et les Actes de Pierre.        

Selon les Actes des apôtres Pierre préside l'assemblée qui élit l'apôtre Matthias* en remplacement de Judas
[4]. Les baptêmes qu'il opère chez le centurion Corneille et sa famille, ouvre l'Église aux païens[5].

Vers 42, emprisonné par le roi Hérode Agrippa, il est miraculeusement délivré par un ange[6]. Pierre poursuit ensuite son activité en Judée et en Samarie. Puis à Antioche de Syrie, 3ème ville de l’empire, où un débat l’oppose à Paul[7].       

En 48/49, il préside avec Jacques le mineur, le premier concile de Jérusalem
[8].         

Ensuite de quoi on estime qu’il resta sept ans à Antioche de Syrie dont il fut le premier évêque, avant Rome. Il vient enfin à Rome par deux fois.

Vers 65/67, sous l'empereur Néron, il est arrêté. On le crucifie dans les jardins de l’empereur sur la colline du Vatican. À sa demande, l'exécution a lieu la tête en bas.    

L'empereur Constantin (IVème siècle) fit construire une Basilique au Vatican sur l'emplacement présumé de sa tombe. Elle est devenue la Basilique Saint-Pierre de Rome.         

En 1939, à l’initiative de Pie XII, des fouilles furent entreprises sous la Basilique afin de localiser le tombeau de Pierre. Elles aboutirent le 26 juin 1968 à la reconnaissance officielle par Paul VI des ossements qu’on y avait trouvés. Le squelette y est sans tête puisque celle-ci était vénérée depuis le IXème siècle à Saint Jean de Latran
[9].

Retour à l'index des personnages     
Fiche mise à jour le 07/06/2014

 



[1] Cf. Matthieu 16,23.

[2] Cf. Jean 21,15-17.

[3] Cf. Actes 2,1-13.

[4] Cf. Actes 1,15.

[5] Cf. Actes 11,1-17.

[6] Cf. Actes 12,1-19.

[7] Cf. Galates 2,11-16.

[8] Cf. Actes 15.

[9] André-Marie Gérard, Dictionnaire de la Bible, Robert Laffont 1989.