"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif 10.641 - Pietro celebra l'Eucarestia una riunione dei prime cristiani.

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif 5.637 - Peter Celebrates the Eucharist in a Meeting of the First Christians.

 7.641 - Pedro celebra la Eucaristía en una reunión de los primeros cristianos.

 12.702 - Petrus, nicht mehr der rauhe Fischer in seiner neuen Würde als Oberhirte.          

 Évangile :
-Actes des apôtres 2,42.



Fin mai, début juin 30
Jérusalem, au Cénacle.


   Vers l'index des thématiques

 Pierre se remémore la dernière Cène.

 Ils ont reçus l'Esprit-Saint.

 Les saintes reliques de la Passion.

Le premier Tabernacle.


   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Une assemblée nombreuse et variée............................. 228

- Discours de Pierre (Le sens de l'Eucharistie)................ 229

- On vénère les objets contenus dans le coffre.............. 230

- Consécration, communion et prières.......................... 231

- Marie vénère le coffre et en reçoit la clef ................. 232



Pierre.


Eucharistie.


Reliques : l’étonnante découverte.


Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 10


Tome 10, chapitre 26.

641.
Pierre, en qualité de Pontife, célèbre l’Eucharistie.


 

Vision du samedi 3 juin 1944

228> Conclusion de l’Œuvre, c’est-à-dire de la Pentecôte à l’Assomption de Marie Très Sainte. 1er épisode (3-6-44).


C’est une des toutes premières réunions de chrétiens, dans les jours qui ont suivi immédiatement la Pentecôte.            

Les douze apôtres sont de nouveau douze car
Mathias, déjà élu à la place du traître, est parmi eux. Et le fait que tous les douze sont là, montre qu’ils ne s’étaient pas encore séparés pour aller évangéliser selon l’ordre du Maître. La Pentecôte doit donc être arrivée depuis peu et le Sanhédrin ne doit pas encore avoir commencé ses persécutions contre les serviteurs de Jésus Christ. En effet, autrement, ils ne célébreraient pas avec tant de calme et sans prendre aucunes précautions, dans une maison qui n’est que trop connue à ceux du Temple, c’est-à-dire dans la maison du Cénacle, et précisément dans la pièce où fut consommée la dernière Cène, où fut instituée l’Eucharistie, et commencée la trahison vraie et totale, et la Rédemption.

La vaste pièce a pourtant subi une modification, nécessaire pour sa nouvelle destination d’église, et imposée par le nombre des fidèles.        

La table n’est plus près du mur de l’escalier, mais près, ou plutôt contre, celui qui est en face, de façon que ceux qui ne peuvent entrer dans le Cénacle déjà comble — dans le Cénacle, première église du monde chrétien — puissent voir ce qui y arrive, en se mettant, en s’entassant dans le corridor d’entrée, près de la petite porte, complètement ouverte, qui donne accès à la pièce.        

Haut de page           

229> Dans la pièce il y a des hommes et des femmes de tout âge. Dans un groupe de femmes, près de la table, mais dans un coin, se trouve Marie, la Mère, entourée de Marthe et Marie de Lazare, de Nique, Élise, Marie d'Alphée, Salomé, Jeanne de Chouza, en somme de beaucoup de femmes disciples, hébraïques et aussi non hébraïques, que Jésus avait guéries, consolées, évangélisées et devenues brebis de son troupeau. Parmi les hommes il y a Nicodème, Lazare, Joseph d'Arimathie, des disciples très nombreux parmi lesquels se trouvent Étienne, Hermas, les bergers, Élisée, fils du chef de la synagogue d’Engaddi, et d’autres très nombreux. Et il y a aussi Longin qui n’a pas sa tenue militaire mais un long et simple vêtements bis comme un habitant quelconque. Puis d’autres qui certainement sont entrés dans le troupeau du Christ depuis la Pentecôte et les premières évangélisations des Douze.         

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Pierre parle aussi maintenant, pour évangéliser et instruire ceux qui sont présents. Il parle encore une fois de la dernière Cène. Encore, car on comprend d’après ses paroles qu’il en a déjà parlé d’autres fois. Il dit: "Je vous parle encore une fois" et il appuie fortement sur ces mots "de cette Cène dans laquelle, avant d’être immolé par les hommes, Jésus Nazaréen, comme on l’appelait, Jésus Christ, Fils de Dieu et notre Sauveur, comme il faut le dire et le croire de tout notre cœur et de tout notre esprit, car en cette croyance réside notre salut, s’immola de sa propre volonté et par excès d’amour, en se donnant en Nourriture et en Boisson aux hommes et en nous disant, à nous ses serviteurs et ses continuateurs: "Faites ceci en mémoire de Moi". Et c’est ce que nous faisons. Mais, ô hommes, de même que nous, ses témoins, nous croyons qu’il y a dans le Pain et dans le Vin, offerts et bénits comme il l’a fait, en souvenir de Lui et pour obéir à son divin commandement, son Corps très Saint et son Sang très Saint, ce Corps et ce Sang qui appartiennent à un Dieu, Fils du Dieu Très-Haut, et qui ont été répandus et crucifiés pour l’amour et la vie des hommes, de la même façon, vous aussi, vous tous, entrés à faire partie de la véritable, nouvelle, immortelle Église prédite par les prophètes et fondée par le Christ, vous devez le croire. Croyez et bénissez le Seigneur qui à nous — qui l’avons crucifié sinon matériellement certainement moralement et spirituellement à cause de notre faiblesse en le servant, de notre manque d’ouverture pour le comprendre, de notre lâcheté en l’abandonnant par la fuite à son heure suprême, dans notre, non, dans ma trahison personnelle d’homme peureux et lâche au point de le renier, de ne pas le reconnaître et de nier que je suis son disciple, moi le premier même de ses serviteurs (et deux grosses larmes descendent le long du visage de Pierre) peu avant l’heure de prime, là, dans la cour du Temple — croyez et bénissez, disais-je, le Seigneur qui nous laisse ce signe éternel de son pardon.        

Haut de page           

230> Croyez et bénissez le Seigneur, qui à ceux qui ne l’ont pas connu quand il était le Nazaréen, permet qu’ils le connaissent maintenant qu’il est le Verbe Incarné revenu au Père. Venez et prenez. Lui l’a dit : "Celui qui mange ma Chair et qui boit mon Sang aura la Vie éternelle".    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Nous alors nous n’avons pas compris (et Pierre pleure de nouveau). Nous n’avons pas compris car nous étions lents pour comprendre. Mais maintenant l’Esprit-Saint a enflammé notre intelligence, fortifié notre foi, infusé la charité, et nous comprenons. Et au nom du Dieu Très-Haut, du Dieu d’Abraham, de Jacob, de Moïse, au nom très haut du Dieu qui a parlé à Isaïe, Jérémie, Ezéchiel, Daniel, et aux autres Prophètes, nous vous jurons que c’est la vérité et nous vous conjurons de croire pour que vous puissiez avoir la Vie éternelle."

Pierre est plein de majesté quand il parle. Il n’a plus rien du pêcheur un peu rustre d’il y a seulement quelque temps. Il est monté sur un tabouret pour parler et être mieux vu et entendu, car, avec sa petite taille, s’il était resté debout sur le sol de la pièce, il n’aurait pas pu être vu des plus éloignés et lui, au contraire, veut dominer la foule. Il parle avec mesure, une voix appropriée, et les gestes d’un véritable orateur. Ses yeux, toujours expressifs, sont maintenant plus éloquents que jamais. Amour, foi, autorité, contrition, tout transparaît par ce regard, annonce et renforce ses paroles.      

Il a maintenant fini de parler. Il descend du tabouret et il passe derrière la table entre celle-ci et le mur, et il attend.    

Jacques et Jude, c’est-à-dire les deux fils d’Alphée et cousins du Christ, étendent maintenant sur la table une nappe très blanche. Pour y arriver, ils soulèvent le coffre large et bas qui se trouve au milieu de la table, et étendent aussi sur son couvercle un linge très fin.      

L’apôtre Jean va maintenant trouver Marie et lui demande quelque chose. Marie enlève de son cou une sorte de petite clef et la donne à Jean. Jean la prend, revient au coffre, l’ouvre, en rabattant la partie antérieure qui vient se coucher sur la nappe et que l’on recouvre d’un troisième linge.         

Haut de page           

231>    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif À l’intérieur du coffre il y a une séparation horizontale qui le divise en deux compartiments. Dans le compartiment inférieur il y a un calice et un plat de métal. Dans le compartiment le plus élevé, au milieu, le calice qui a servi à Jésus à la Dernière Cène et pour la première Eucharistie, les restes du pain partagé par Lui, déposés sur un petit plat précieux comme le calice. À côté du calice et du petit plat qui est posé dessus, il y a d’un côté la couronne d’épines, les clous et l’éponge. De l’autre côté un des Linceuls enroulé, le voile avec lequel Nique avait essuyé le visage de Jésus, et celui que Marie avait donné à son Fils pour qu’il s’enveloppe les reins. Au fond il y a d’autres choses, mais comme elles restent plutôt cachées et que personne n’en parle ni ne les montre, on ne sait pas ce que c’est. Les autres, par contre, qui sont visibles, Jean et Jude d’Alphée les montrent à ceux qui sont présents et la foule s’agenouille devant elles. Cependant on ne les touche pas et on ne montre pas le calice et le petit plat qui contient le pain, et on ne déplie pas le Linceul, mais on montre le rouleau en disant ce que c’est. Peut-être Jean et Jude ne le déplient pas pour ne pas réveiller en Marie le souvenir douloureux des sévices atroces subits par son Fils.           

Une fois terminée cette partie de la cérémonie les apôtres, en chœur, entonnent des prières, je dirais des psaumes, car elles sont chantées comme les hébreux le faisaient dans leurs synagogues ou dans leurs pèlerinages à Jérusalem, pour les solennités prescrites par la Loi. La foule s’unit au chœur des apôtres qui de cette façon devient de plus en plus imposant.   

Enfin on apporte des pains et on les place sur le petit plat de métal qui était dans le compartiment inférieur du coffre, et aussi des petites amphores de métal elles aussi.           

Pierre reçoit de Jean, qui est agenouillé de l’autre côté de la table — pendant que Pierre est toujours entre la table et le mur, donc tourné vers la foule — le plateau avec des pains, l’élève et l’offre. Puis il le bénit et le pose sur le coffre.       

Jude d’Alphée, qui se tient aussi à genoux à côté de Jean, présente à son tour à Pierre le calice du compartiment inférieur et les deux amphores qui étaient d’abord près du petit plat des pains, et Pierre verse leur contenu dans le calice qu’il élève ensuite et offre comme il a fait pour le pain. Il bénit aussi le calice et le pose sur le coffre à côté des pains.       

Ils prient encore. Pierre fragmente les pains en nombreuses bouchées pendant que la foule se prosterne encore davantage, et il dit : "Ceci est mon Corps. Faites ceci en mémoire de Moi."

Haut de page           


232> Il sort de derrière la table, en portant avec lui le plateau chargé des bouchées de pain, va d’abord vers Marie et lui donne une bouchée. Il passe ensuite sur le devant de la table et il distribue le Pain consacré à tous ceux qui s’approchent pour le recevoir. Il reste quelques bouchées toujours sur leur plateau que l’on dépose sur le coffre.      

Maintenant il prend le calice et l’offre à ceux qui sont présents, en commençant toujours par Marie. Jean et Jude le suivent avec les petites amphores, et ajoutent des liquides quand le calice est vide, pendant que Pierre répète l’élévation, l’offrande et la bénédiction pour consacrer le liquide. Une fois que l’on a contenté tous ceux qui demandaient de se nourrir de l’Eucharistie, les apôtres consomment le pain et le vin qui restent. Ensuite on chante un autre psaume ou un hymne et, après cela, Pierre bénit la foule qui, après sa bénédiction, s’en va peu à peu.    

Haut de page           

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Marie, la Mère, qui est restée toujours à genoux pendant toute la cérémonie de la consécration et de la distribution des espèces du Pain et du Vin, se lève et va près du coffre. Elle se penche par dessus la table et touche du front le compartiment du coffre où sont déposés le calice et le petit plat qui a servi à Jésus à la Dernière Cène, et dépose un baiser sur leur bord. Le baiser est aussi pour toutes les reliques qui y sont rassemblées. Puis Jean ferme le coffre et rend la clef à Marie qui la remet à son cou.