"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

 4.287 - Da Ramot a Gerasa con la carovana del mercante.

 3.286 - From Ramoth to Gerasa.

 3.287 - De Ramot a Gerasa con la caravana del mercader.

 5.330 - Von Ramot nach Gerasa.



De Ramot à Gérasa.


Jeudi 19 octobre 28
(13 Marheshwân ou Boul 3789)
vers
Gérasa.


       Vers l'index des thématiques

 Jésus évangélise Alexandre Misace.

 La survivance de l’âme.


            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- La beauté de Ramot 429

- La dure marche de la caravane ...................... 430

- Un repas sur un haut plateau ........................................ 431

- Les biens terrestres ne sont pas tout ......................... 432

- La vie de l'au-delà ... 433


- Misace reste attaché à Jésus ........................................ 433



Alexandre Misace et la diaspora babylonienne dans Maria Valtorta.


 

Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 4


Tome 4, chapitre 151.

287.
De Ramot à Gerasa


 

Vision du mercredi 26 septembre 1945

429> Dans la lumière un peu crue d'un matin quelque peu venteux, apparaît dans toute son originale beauté le caractère singulier de ce pays posé sur une plate-forme rocheuse qui se dresse au milieu d'une couronne de pics plus ou moins élevés. On dirait un grand plateau de granit sur lequel sont posés des maisons, des maisonnettes, des ponts, des fontaines, qui se trouvent là comme pour divertir un enfant géant.         

Les maisons paraissent taillées dans la roche calcaire qui forme la matière base de cette région. Construites de blocs superposés, qui sans mortier, qui à peine équarris, semblent un jouet construit avec des cubes par un grand enfant ingénieux.      

430> Tout autour de ce petit pays, on contemple sa petite campagne boisée et fertile, avec ses cultures variées qui, vues d'en haut, sont comme un tapis où l'on distingue des carrés, des trapèzes, des triangles, les uns de terre brune que l'on vient de piocher, d'autres de couleur vert émeraude à cause de l'herbe qu'a fait repousser la pluie d'automne, d'autres rougies par les dernières feuilles des vignes et des vergers, d'autres vert gris avec les peupliers et les saules, d'autres d'un vert émaillé avec les chênes et les caroubiers, ou vert bronze avec les cyprès et les conifères, Très, très beau !

Et puis des routes qui s'en vont comme à partir d'un nœud de rubans, du pays à la plaine lointaine, ou bien vers des montagnes encore plus hautes et qui s'enfoncent sous des bois, ou bien séparent par un trait bistre les prés verdoyants et les terres brunes, des champs labourés.     

Et il y a un riant cours d'eau couleur d'argent au-delà du pays en allant vers la source, et qui du côté opposé devient couleur d'azur teinté de jade dans les descentes vers les vallées entre les gorges et les pentes, et qui apparaît et disparaît, capricieux, de plus en plus fort et plus azuré à mesure que le courant augmente en ne permettant plus aux roseaux du fond et aux herbes qui ont poussé dans son lit à la saison sèche de le teinter de vert. Maintenant il reflète le ciel, après avoir enseveli les tiges sous une épaisseur d'eau déjà profonde.         

Le ciel est d'un azur irréel : une écaille précieuse d'un émail d'azur foncé, sans une fêlure dans sa masse merveilleuse.            

La caravane se remet en marche avec les femmes encore à cheval car, dit le marchand, la route est fatigante au-delà du pays et il faut faire vite pour arriver à Gerasa avant la nuit. Emmitouflés, dispos après le repos, ils avancent rapidement sur la route. qui monte au milieu de superbes fourrés côtoyant les pentes plus élevées d'une montagne solitaire qui se dresse comme un bloc énorme au-dessus des autres monts en contrebas. Un véritable géant tel qu'on en rencontre aux points les plus élevés de notre Apennin.     

"Galaad
[1]" dit en le montrant du doigt le marchand resté près de Jésus, qui conduit toujours par la bride le mulet de, la Vierge. Et il ajoute : "Après cela, la route est meilleure. Es-tu jamais venu ici ?"        

"Jamais. Je voulais y venir au printemps, mais à
Galgala j'ai été repoussé[2]."            

"Te repousser ? Quelle erreur !"         

Jésus le regarde et se tait.    

Haut de page           

431> Le marchand a pris en selle Margziam qui vraiment peinait avec ses jambes courtes pour suivre le pas rapide des montures. Et Pierre le sait, qu'il est rapide ! Il avance, s'efforçant péniblement de suivre, imité par les autres, mais il est toujours distancé par la caravane. Il sue, mais il est content, car il entend rire Margziam, il voit la Madone reposée et le Seigneur heureux. Il parle haletant avec Mathieu et son frère André qui restent en queue comme lui et il les fait rire en leur disant que s'il avait des ailes comme il a les jambes, il serait heureux en cette matinée. Il s'est débarrassé de tout fardeau comme les autres, en attachant les sacs aux selles des femmes, mais la route est vraiment difficile sur les pierres que la rosée rend glissantes. Les deux Jacques avec Jean et le Thaddée sont plus braves et suivent de près les mulets des femmes. Simon le Zélote parle avec Jean d'Endor. Timon et Hermastée sont occupés eux aussi à conduire les mulets.            

Finalement le plus difficile est franchi et un tableau tout différent s'offre à la vue étonnée. La vallée du Jourdain est définitive- ment disparue. Maintenant l’œil découvre à l'orient un haut plateau d'une étendue imposante, sur laquelle seulement des rides de collines arrivent à peine à s'élever pour interrompre la monotonie du paysage. Je n'aurais jamais pensé qu'il y avait en Palestine quelque chose de semblable. Il semble qu'après la tempête rocheuse des montagnes, elle se soit pétrifiée et apaisée en un énorme flot resté suspendu entre le niveau du fond et le ciel, avec comme unique souvenir de sa furie première, ces lignes de collines, écume des crêtes solidifiées çà et là alors que l’eau du flot s'est étendu en une surface plane d'une merveilleuse magnificence. Et à cette région de paix lumineuse, on arrive par un dernier défilé sauvage comme l'est l'abîme entre deux vagues qui se heurtent, les deux dernières vagues d'une tempête. Au fond il y a un nouveau torrent qui court en écumant vers l’ouest. Il arrive de l'est dans un parcours tourmenté, rageur à travers les roches et les cascades contrastant ainsi avec la paix lointaine de l'énorme plateau.   

"Maintenant la route va être bonne. Si tu le permets, je vais commander la halte" dit le marchand.    

"Moi, je me laisse conduire par toi, homme. Tu es au courant." Ils descendent tous et se dispersent sur la pente afin de chercher du bois pour cuire de la nourriture, de l'eau pour les pieds fatigués, pour les gorges assoiffées. Les bêtes, que l'on a déchargées de leurs fardeaux, broutent l'herbe touffue ou descendent s’abreuver dans les eaux limpides du torrent. Une odeur de résine et de viande rôtie se dégage des petits feux allumés pour cuire les agneaux.    

Haut de page           

432> Les apôtres ont préparé un feu et y cuisent des poissons salés, lavés au préalable dans l'eau fraîche du torrent. Mais le marchand les voit et vient leur apporter un petit agneau ou un chevreau, et les force à l'accepter. Et Pierre se met en devoir de le rôtir après l'avoir farci d'aromates. Le repas est vite préparé et vite consommé. Et sous le soleil à pic de midi, on reprend la marche sur une route meilleure qui côtoie le torrent en direction nord-est, dans une région d'une fertilité merveilleuse et bien cultivée, riche de troupeaux de brebis et de porcs qui s'enfuient en grognant devant la caravane.     

 "Cette ville entourée de murs, Seigneur, c'est Gerasa. Ville de grand avenir. Maintenant elle est en train de se développer et je ne crois pas me tromper en disant qu'elle rivalisera vite avec Joppé et Ascalon, avec Tyr et beaucoup d'autres villes pour la beauté, le commerce et la richesse. Les romains en voient l'importance sur cette route qui va de la Mer Rouge, et par conséquent de l'Égypte, par Damas vers la Mer Pontique[3]. Ils aident les géraséniens à bâtir... Ils ont bon œil et bon flair. Pour le moment, elle a seulement de nombreux commerces, mais plus tard !... Oh ! elle sera belle et riche ! Une petite Rome avec des temples et des piscines, des cirques et des thermes. Moi, je n'y avais que des maisons de commerce. Mais j'ai déjà acquis beaucoup de terrain pour y installer des magasins, pour les revendre cher après les avoir achetés bon marché, peut-être pour construire une vraie maison de riche et venir m'y établir dans ma vieillesse quand Baldassar, Nabor , Félix, et Sidmia pourront respectivement tenir et diriger les magasins de Sinope, Tyr, Joppé et Alexandrie à l'embouchure du Nil. Pendant ce temps les trois autres garçons grandiront et je leur donnerai les magasins de Gerasa, d'Ascalon, de Jérusalem peut-être. Et les femmes, riches et belles, seront recherchées et feront de riches mariages et me donneront beaucoup de petits-fils..." le marchand rêve les yeux ouverts le plus heureux avenir.         

 Jésus demande calmement : "Et après ?" Le marchand se secoue, le regarde, perplexe et puis il dit : "Et après ? Ce sera tout. Après viendra la mort... C'est triste, mais c'est ainsi."          

"Et tu quitteras toute activité ? Tout magasin ? Toute affection ?"      

"Mais, Seigneur ! Moi, je ne le voudrais pas. Mais comme je suis né, je dois aussi mourir. Et je devrai tout quitter" et il pousse un soupir capable par son vent de pousser en avant la caravane...   

"Mais qui te dit qu'après la mort on quitte tout ?"      

"Qui ? Mais les faits ! Quand on est mort... plus rien. Plus de mains, plus d'yeux, plus d'oreilles..."  

"Tu n'es pas seulement mains, yeux et oreilles."        

Haut de page           

433> "Je suis un homme. Je le sais. J'ai autres choses. Mais tout finit avec la mort. C'est comme le coucher du soleil. Son coucher le fait disparaître..."          

"Mais l'aurore le recrée ou plutôt le ramène de nouveau. Tu es un homme, tu l'as dit. Tu n'es pas un animal comme celui que tu montes. Lui, une fois mort, est réellement fini. Toi, non. Tu as l'âme. Tu ne le sais pas ? Tu ne sais même plus cela ?"   

Le marchand entend le triste reproche, triste et doux, et il baisse la tête en murmurant : "Cela, je le sais encore..."     

"Et alors ? Tu ne sais pas que l'âme survit ?"            

"Je le sais."  

 "Et alors ? Tu ne sais pas qu'elle a toujours une activité dans la vie de 1'au-delà ? Sainte, si elle est sainte. Mauvaise, si elle est mauvaise. Elle a ses sentiments. Oh ! comme elle les a ! D'amour, si elle est sainte. De haine, si elle est damnée. De la haine, pour qui ? Pour les causes de sa damnation. Dans ton cas, les activités, les magasins, les affections uniquement humaines. D'amour, pour qui ? Pour les mêmes choses. Et que de bénédictions sur les enfants et sur les activités des enfants peut apporter une âme qui est dans la paix du Seigneur !"   

L'homme est pensif. Il dit ensuite : "Il est tard. Je suis vieux désormais." Et il arrête le mulet.          

Jésus sourit et répond : "Moi, je ne te force pas. Je te conseille" et il se retourne pour regarder les apôtres qui, pendant l'arrêt avant d'entrer dans la ville, aident les femmes à descendre et prennent leurs sacs.     

La caravane repart s'empressant d'entrer par la porte que gardent deux tours dans la ville affairée.       

Le marchand revient vers Jésus : "Veux-tu encore rester avec moi ?"

"Si tu ne me renvoie pas, pourquoi ne devrais-je pas le vouloir ?"     

"Pour ce que je t'ai dit. À Toi, saint, je dois inspirer le dégoût."         

"Oh ! non ! Je suis venu pour ceux qui sont comme toi. Je vous aime parce que c'est vous qui en avez le plus besoin. Tu ne me connais pas encore. Mais je suis l'Amour qui passe en mendiant l'amour."           

"Alors, tu ne me hais pas ?"  

"Je t'aime."   

Un éclair traverse le fond des yeux de l'homme. Mais il dit avec un sourire : "Alors nous allons rester ensemble. À Gerasa, je vais m'arrêter trois jours pour affaires. Là, je laisse les mulets pour les chameaux. J'ai la correspondance des caravanes dans les endroits de plus long parcours et j'ai un serviteur pour s'occuper des bêtes que je laisse à cet endroit. Et Toi, que vas-tu faire ?"         

Haut de page           

434> "J'évangéliserai pendant le sabbat. Je t'aurais quitté si tu ne t'étais pas fermé car le sabbat est sacré pour le Seigneur."  

L'homme plisse le front, réfléchit, et comme à regret se montre d'accord : "...Oui... C'est vrai. Il est sacré pour le Dieu d'Israël. Il est sacré. Il est sacré." Il regarde Jésus... "Je te le consacrerai, si tu permets."  

"À Dieu. Pas à son Serviteur."

"À Dieu et à Toi, en t'écoutant. Je ferai aujourd'hui les affaires et pendant la matinée de demain. Et puis, je t'écouterai. Viens-tu maintenant à l'hôtellerie ?"    

"Forcément. J'ai les femmes, et ici je suis inconnu."  

"Voici la mienne. C'est la mienne parce qu'ici sont mes écuries d'une année à l'autre. Mais j'ai de vastes pièces pour les marchandises. Si tu es d'avis..."          

"Dieu t'en récompense. Allons."        

Haut de page           

 



[1] Mont Galaad (Djebel Jele’ad). Le dernier entretien de Laban et de Jacob eut lieu sur la montagne de Galaad.

[2] Probablement référence à l’épisode des troupeaux de porcs précipités dans le lac à Gamala. 3.47.

[3] Le Pont-Euxin est le nom grec de la Mer Noire.