"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gifDescription : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gifDescription : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gifDescription : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gifDescription : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif 5.319. - Partenza da Tiro sulla nave del cretese Nicomede.

Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif 3.318. - Departure from Tyre on a Cretan Ship.

 4.319 - Partida de Tiro en la nave del cretense Nicomedes.

 5.364 - Abreise von Tyrus auf einem schiff aus Kreta.


Vendredi 15 décembre 28
(12 Tébeth 3789)
Tyr.


Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\Publication\TOME 05\Navire.gif
d'après le dessin de Dennis Lyall in "Jésus et son temps" - Sélection du Reader's Digest.


 Vers l'index des thématiques

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les qualités humaines de Pierre.


Description :  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Réveil de Pierre et de Jacques dans la barque .............. 43

- Un batelier indique le bateau de Nicodème ................. 43

- Arrivée des autres membres du groupe ....................... 44

- Mine de rien Pierre évangélise le batelier ....................... 45

- Éloge de Pierre par ses compagnons ................. 46


- La lettre de Lazare permet de partir ................................ 46


 Les commentaires de bas de page sont de Jean-François Lavère

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Voir aussi l'infographie de Carlos Martinez

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 5


Tome 5, chapitre 7.

319.
Le départ de Tyr dans le navire crétois.


 

Vision du dimanche 4 novembre 1945

43> 1Tyr s'éveille parmi des souffles de tramontane[1]. La mer est un frémissement de petites vagues, une splendeur bleue-blanche, agitée sous un ciel bleu, sous des cirrus blancs en mouvement là-haut, comme l'écume ici-bas. Le soleil jouit de sa journée de serein après tant de grisaille de mauvais temps.         

"J'ai compris, dit
Pierre se mettant debout dans la barque où il a dormi. Il est temps de bouger. Et "elle" (et il montre la mer qui entre agitée jusqu'au port) nous a donné l'eau lustrale... [2] Hum ! Allons faire la deuxième partie du sacrifice... Dis, Jacques... Ne te semble-t-il pas de porter au sacrifice deux victimes ? À moi, oui."     

"À moi aussi, Simon. Et... je remercie le Maître de l'estime qu'il a pour nous. Mais... moi, je n'aurais pas voulu voir tant de souffrance. Et je n'aurais jamais pensé voir cela..."    

"Moi non plus… Mais... Tu sais ? Je dis que le Maître ne l'aurait pas fait si le
Sanhédrin n'y avait fourré son nez…"         

"Il l'a dit, en effet... Mais qui a bien pu avertir le Sanhédrin ? C'est ce que je voudrais savoir..."

"Qui ? Dieu éternel, fais que je me taise et fais que je ne pense pas !
[3] Je l'ai fait, moi, ce vœu, pour éloigner ce soupçon qui me ronge. Aide-moi, Jacques, à ne pas penser. Parle d'autre chose."         

"Mais de quoi ? Du temps ?"            

"Oui, peut-être."        

"En fait de mer, moi je ne connais rien..."      

"Je crois que nous bougerons" dit Pierre en regardant la mer.           

"Non ! Quelques vagues, mais ce n'est rien. Hier, elle était plus mauvaise. Du haut du navire elle doit être très belle, cette mer ainsi agitée. Elle plaira à
Jean... Elle le fera chanter.           
2Quel sera le navire ?"           

Il se met debout lui aussi en regardant les navires qui se trouvent de l'autre côté
[4] et que l'on peut voir, avec leurs hautes superstructures, surtout quand la vague soulève le petit navire avec un mouvement de bascule. Ils regardent attentivement les divers navires, en faisant des pronostics... Le port s'anime.           

Pierre consulte un batelier, ou quelqu'un du même genre, qui trafique sur le quai : "Sais-tu s'il y a dans le port, ce port-là, le navire de... attends que je lis ce nom... (et il sort un parchemin lié qu'il a à la ceinture), voilà :
Nicomède Philadelphius de Philippe, crétois de Paleocastro... [5]"     

Haut de page           

44> "Oh ! le grand navigateur ! Et qui ne le connaît pas ? Je crois qu'il est connu non seulement du Golfe des Perles [6] aux Colonnes d'Hercule, [7] mais jusqu'aux mers froides, où on dit que c'est la nuit pendant des mois entiers ! Comment est-ce possible que tu ne le connaisses pas, toi qui es marin ?"   

"Non. Je ne le connais pas, mais bientôt je le connaîtrai car je le cherche pour notre ami
Lazare de Théophile, autrefois gouverneur en Syrie."

"Ah ! Quand je naviguais - maintenant je suis âgé - il était à Antioche... Le bon temps... Ton ami ? Et tu cherches le crétois Nicomède ? Vas-y sûr, alors. Tu vois ce navire-là, le plus haut, avec ces drapeaux au vent ? C'est le sien. Il lève l'ancre avant sexte
[8]. Il ne craint pas la mer, lui !..."          

"On ne doit pas la craindre, en effet. Ce n'est pas grand-chose" observe Jacques. Mais une brusque vague lui donne un démenti, en arrosant les deux de la tête aux pieds.        

"Hier elle était trop calme, aujourd'hui elle est trop agitée. Un peu trop folle ! Je préfère le lac..." bougonne Pierre en s'essuyant le visage.        

"Je vous conseille d'entrer dans les darses
[9]. Ils y vont tous, vous voyez ?"

"Mais nous devons partir, nous devons prendre le navire de... de... attends : Nicomède, avec tout le reste !" dit Pierre qui n'arrive pas à se rappeler les noms étranges du crétois.

"Vous n'allez pas charger même la barque dans le navire ?"  

"Non, cela se comprend !"    

"Alors dans les darses il y a de la place pour les gardes, et des hommes qui font la garde jusqu'au retour. Une pièce par jour jusqu'au retour, parce que je pense que vous devez revenir..."     

"Bien sûr. On va et on revient après avoir vu l'état des jardins de Lazare, voilà."        

"Ah ! vous êtes ses intendants ?"     

"Et davantage encore..."       

"Bien. Venez avec moi. Je vous montre l'endroit. Il est fait justement pour ceux qui laissent, comme vous, les barques..."            

"Attends...    
3Voilà les autres. Dans un moment nous te rejoindrons." Et Pierre saute sur le quai et court à la rencontre de ses compagnons qui arrivent.           

"Tu as bien dormi, frère ?" demande affectueusement
André.            

"Comme un enfant au berceau. On m'a même bercé et chanté la berceuse..."            

Haut de page           

45> "Il me semble que l'on t'a fait aussi la toilette" dit en souriant le Thaddée.           

"Oui ! La mer est... si bonne qu'elle m'a lavé le visage pour me réveiller."      

"Elle est un peu houleuse, me semble-t-il" objecte
Matthieu.  

"Oh ! si vous saviez avec qui on va ! Quelqu'un qui est connu jusque par les poissons des glaces."       

"Tu l'as déjà vu ?"     

"Non, mais m'en a parlé quelqu'un, qui m'a dit qu'il y a une place pour les barques, un dépôt... Venez décharger les coffres et allons-y car Nicodème, non, Nicomède le crétois va partir."          

"Dans le canal de Chypre, nous allons danser" dit
Jean d'Endor. [10]  

"Oui, hein !" demande Mathieu préoccupé.    

"Oui. Mais Dieu nous aidera."           

4Ils sont de nouveau près de la barque.        

"Voilà, homme. On sort toutes les affaires et puis on y va, puisque tu es si bon."     

"On s'aide..." dit celui de Tyr.           

"Hé ! oui ! On s'aide, on devrait s'aider. On devrait s'aimer, car c'est la Loi de Dieu..."           

"On m'a dit qu'un nouveau Prophète qui s'est levé en Israël enseigne cela. Est-ce vrai ?"       

"Si c'est vrai ! Cela et autre chose ! Et qui fait des miracles ! Allons
André, hisse, hisse, plus à droite. Allons, au moment où le flot monte la barque... Hop là ! C'est fait !... Je te disais, homme : et quels miracles ! Des morts qui ressuscitent, des malades qui guérissent, des aveugles qui voient, des voleurs qui se convertissent et jusque... Tu vois ? S'il était là, il dirait à la mer : "Tiens-toi tranquille" et la mer se calmerait... Tu y arrives, Jean ! Attends, je viens. Vous, tenez fort et tout près... Allons, allons... Encore un peu... Toi, Simon : prends la poignée... Attention à la main, Jude Allons, allons... Merci, homme... Attention à ne pas tomber dans l'eau, vous d'Alphée... Allons... nous y voilà ! Louange à Dieu ! Or s'est moins fatigué à les descendre qu'à les monter... Mais j'ai les bras rompus par le travail d'hier... Je parlais donc de la mer..."      

"Mais c'est bien vrai ?"         

"Vrai? J'y étais pour le voir !"            

"Oui ? Oh !… Mais où ?"       

"Sur le lac de Génésareth. Viens en barque pour que je t'en parle pendant que l'on va au dépôt..." et il s'en va avec l'homme et Jacques, en ramant, dans le canal qui va aux darses.

Haut de page           

46>   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif "Et Pierre dit qu'il ne sait pas y faire, observe le Zélote. Au contraire, il a l'art de faire connaître les choses simplement, et il fait plus que tous."     

"Ce qui me plaît tant en lui c'est son honnêteté" dit l'homme d'Endor.           

"Et sa constance" ajoute Mathieu.     

"Et son humilité. Regardez s'il s'enorgueillit alors qu'il sait qu'il est "le chef" ! Il se fatigue plus que tous, il se préoccupe davantage de nous que de lui..." dit
Jacques d'Alphée.     

"Et il est si vertueux dans ses sentiments. Un bon frère. Rien de plus..." achève Sintica.       

"Donc c'est bien dit ? C'est ainsi que vous vous dites ?" demande après quelque temps le Zélote aux deux disciples.    

"Oui, répond Sintica. C'est mieux. Et ce n'est pas mensonge mais vérité spirituelle. C'est pour moi un frère aîné, et d'un autre lit, mais du même père. Le Père, c'est Dieu, les lits différents : Israël et la Grèce. Et Jean est mon aîné et cela se voit par l'âge et - cela ne se voit pas, mais c'est réel - parce qu'il est disciple depuis plus longtemps que moi. Voici Simon qui revient..."

6"Tout est fait. Allons..." Ils se chargent des coffres et, par l'isthme étroit, ils passent à l'autre port[11]. L'homme de Tyr les accompagne, pratique comme il l'est, à travers les ruelles que font les tas de marchandises entassées sous de vastes hangars, jusqu'au puissant navire du crétois qui déjà est en train de faire les manœuvres du très proche départ, et il appelle les gens du bord pour qu'ils redescendent la passerelle qu'ils ont levée.            

"Impossible ! Le chargement est fait" crie le chef de la chiourme.      

"Il a une lettre à donner" dit l'homme en montrant
Simon de Jonas.   

"Une lettre ? De qui ?"          

"De Lazare de Théophile, autrefois gouverneur d'Antioche."  

"Ah ! Je vais chercher le maître."       

Simon dit à l'autre Simon et à Mathieu : "À vous d'agir, maintenant. Moi, je suis trop rustre pour traiter avec un tel homme..."     

"Non. Tu es le chef, et tu sais bien faire. Nous t'aiderons, si jamais. Mais il n'en sera pas besoin."       

"Où est l'homme de la lettre ? Qu'il monte" dit un homme brun comme un égyptien, maigre, beau, svelte, sévère, d'environ quarante ans, un peu plus, qui se penche du haut du bord, et il fait redescendre la passerelle. Simon de Jonas, qui a remis son vêtement et son manteau pendant qu'il attendait la réponse, monte avec dignité. Derrière lui, le Zélote et Mathieu.        

Haut de page           


47> "La paix à toi, homme" dit gravement Pierre.      

"Salut. La lettre où est-elle ?" demande le crétois.     

"La voici."    

Le crétois brise le sceau, la déroule et lit.      

"La bienvenue aux envoyés de la famille de Théophile ! Le crétois n'oublient pas celui qui était bon et gentil. Mais faites vite. Avez-vous beaucoup de bagages ?"   

"Ce que vous voyez sur le quai."      

"Et vous êtes ?"       

"Dix."           

"C'est bien. Nous ferons une place pour la femme. Vous, vous vous arrangerez au mieux. Allons, vite ! Il faut sortir et prendre le large avant que le vent ne soit trop fort, et après sexte, il en sera ainsi."        

Et il commande, par des coups de sifflets qui déchirent les oreilles, le chargement des coffres et leur mise en place. Puis les apôtres montent avec les deux disciples. On monte la passerelle, on ferme les hublots
[12], on largue les amarres, on lève les voiles. Et le navire avance avec un fort roulis au sortir du port. Puis les voiles se tendent en claquant, tellement le vent les gonfle, et avec un tangage prononcé le navire prend le large, en fuyant rapidement ver Antioche...

Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Malgré le vent violent, Jean et Sintica, l'un près de l'autre, se tenant à un palan, à la poupe, regardent la côte qui s'éloigne, la terre de Palestine, et ils pleurent...

Haut de page           

 



[1] Cohérent avec le vent du nord des épisodes précédents.

[2] Allusion à l'eau sacrée qui servait aux purifications.

[3] Pierre soupçonne Judas, mais lutte contre ce sentiment.

[4] Des fouilles menées à l'époque Napoléonienne ont prouvé que le port au nord était le plus important.

[5] Dans l'antiquité, les crétois étaient des marins réputés. Ils avaient exploré les contours de l'Afrique, jusqu'aux Indes. Paléo Castro est une localité peu connue située à l'extrême sud-est de l'île.

[6] Golfe persique.

[7] Détroit de Gibraltar.

[8] Sexte = Midi.

[9] Bassins des ports méditerranéens.

[10] Jean d'Endor est chypriote et ancien galérien.

[11] La distance est de 300 à 400 m entre le port sud et le port nord, selon les recherches archéologiques de Poulain de Bossay (1863).

[12] Il s'agit plutôt de sabords (ou de dalots) que de hublots, mais Maria Valtorta utilise son vocabulaire.