I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

Description : Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gifDescription : Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gifDescription : Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gifDescription : Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gifDescription : Description : I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif
 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif
 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

 10.601 – Introduzione.

 5.599 - The Passion: Spiritual Anguish and Mental Torment at Gethsemane.

 6.601 – Introducción.

 11.642 - Verschiedene Einführungen : I. «Der Sohn Gottes und der Frau ohne Makel war wie ein Wurm geworden».




d’après Lorenzo Ferri.



 Vers l'index des thématiques
 Aucune douleur ne m’a été épargnée.

 Ce que vous m'avez le plus blessé c'est le sentiment et l'esprit.

 Préfères ces contemplations sanglantes.


 

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome.

Ancienne édition : texte inédit ou dispersé.
Nouvelle édition : Tome 10, chapitre 601.

601
Passion et mort de Jésus.
Introduction.

Vision du jeudi 10 février 1944

11>  601.1 - Jésus dit :    

«Maintenant, viens. Même si, ce soir, tu sembles sur le point d’expirer, viens : je veux te conduire à mes souffrances. Long sera le chemin que nous devrons parcourir ensemble, car aucune douleur ne m’a été épargnée : ni celles de la chair, ni celles de l’esprit, ni celles du cœur, ni celles de l’âme. Je les ai toutes connues, j’ai fait de chacune d’elles ma nourriture et ma boisson, jusqu’à en mourir.     

Si tu posais ta bouche contre mes lèvres, tu sentirais qu’elles gardent encore l’amertume d’une telle souffrance. Si tu pouvais voir mon humanité sous son aspect aujourd’hui étincelant, tu te rendrais compte de l’éclat avec lequel rayonnent les milliers de blessures qui couvrirent comme d’un vêtement pourpre vivant mes membres lacérés, exsangues, battus, transpercés par amour pour vous.      

Aujourd’hui, mon humanité resplendit. Mais elle a été semblable à celle d’un lépreux, tant elle était frappée et humiliée. L’Homme
Dieu, dont la beauté physique atteignait la perfection, puisqu’il était Fils de Dieu et de la Femme sans tache, apparaissait bien laid aux yeux de ceux qui le regardaient avec amour, curiosité ou mépris : il était un “ver”, comme dit David, l’opprobre des hommes, le rebut du peuple.

Mon amour pour le Père et pour les créatures de mon Père m’a conduit à abandonner mon corps à ceux qui me frappaient, à offrir mon visage à ceux qui me giflaient et à ceux qui me crachaient à la figure, à ceux qui croyaient faire une bonne œuvre en s’en prenant à moi : ceux
-là m’arrachaient les cheveux, me tiraient la barbe, ils me transpercèrent la tête avec les épines, en rendant jusqu’à la terre et ses fruits, complices des tourments infligés à son Sauveur.        

Haut de page        

12> Ils disloquèrent mes membres, découvrirent mes os, m’arrachèrent mes vêtements, infligeant ainsi à ma pureté la plus grande des tortures, ils me crucifièrent sur le bois et m’élevèrent comme un agneau saigné sur des crochets de boucher, en aboyant, autour de mon agonie, comme une meute de loups faméliques que l’odeur du sang rend encore plus féroces.      

Je fus trahi, vendu, renié ; accusé, condamné, mis à mort ; abandonné par Dieu lui
-même, car sur moi pesaient les crimes que j’avais endossés ; rendu plus pauvre qu’un mendiant dévalisé par des brigands, car on ne me laissa pas un vêtement pour couvrir ma livide nudité de martyr. Même au-delà de la mort, l’insulte d’une blessure, puis les calomnies de mes ennemis ne me furent pas épargnées. Je fus submergé sous la fange de tous vos péchés, précipité jusqu’au fond de l’obscurité de la douleur, sans aucune lumière du Ciel pour répondre à mon regard de mourant, sans voix divine pour répondre à mon ultime invocation.   

 601.2 - Isaïe indique la raison d’un tel acharnement : “Vraiment, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé[1].”         

Nos douleurs ! Oui, c’est pour vous que je les ai subies ! Pour soulager les vôtres, pour les adoucir, pour les supprimer, si vous m’étiez restes fidèles. Mais vous ne l’avez pas voulu. Et qu’avezvous obtenu ? Vous m’avez considéré “comme un lépreux, un homme frappé par Dieu”. Oui, j’avais la lèpre de vos péchés infinis, comme un habit de pénitent, comme un cilice. Mais comment n’avezvous pas vu rayonner l’infinie charité de Dieu sous ce vêtement endossé pour vous sur sa sainteté ?        

“Couvert de plaies à cause de nos iniquités, brisé à cause de nos crimes”, dit Isaïe, dont les yeux de prophète voyaient le Fils de l’homme couvert de contusions pour soigner celles des hommes. Et s’il s’était agi seulement des plaies de ma chair !        

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Mais vos coups qui m’ont le plus fortement atteint s’en prenaient à mes sentiments et à l’esprit. Vous les avez pris pour cible. Vous m’avez blessé dans mon amitié pour vous, à travers Judas ; dans la fidélité que j’attendais de vous, à travers Pierre qui renie ; dans la reconnaissance pour mes bienfaits, à travers ceux qui me hurlaient “Meurs donc !” alors que je les avais guéris de tant de maladies ; dans l’amour, par la torture infligée à ma Mère ; à travers la religion, en me déclarant blasphémateur, moi qui, par zèle pour la cause de Dieu, m’étais remis entre les mains de l’homme en m’incarnant, en souffrant toute ma vie et en m’abandonnant à la férocité humaine sans prononcer le moindre mot ni élever la moindre plainte.          

Haut de page        

13> J’aurais pu réduire en cendres les accusateurs, les juges et les bourreaux en un clin d’œil. Mais j’étais venu de mon plein gré accomplir le sacrifice. Donc, comme un agneau — puisque j’étais l’Agneau de Dieu et que je le suis éternellement —, je me suis laissé mener pour être dépouillé et tué. C’est ainsi que j’ai fait de ma chair, votre Vie.      

Lorsque je fus élevé de terre, je me consumais déjà de souffrances sans nom, ou plutôt qui portaient tous les noms. C’est à
Bethléem que j’ai commencé à mourir, à la vue de la lumière de la terre : elle était si différente pour moi, le Vivant du Ciel, que cela m’angoissait. J’ai continué à mourir dans la pauvreté, la fuite, l’exil, le travail, l’incompréhension, la fatigue, la trahison, les arrachements dans mes affections, les tortures, les mensonges, les blasphèmes… Voilà ce que l’homme m’a donné, à moi qui venait le réconcilier avec Dieu !   

 601.3 - Maria, regarde ton Sauveur. Son vêtement n’est pas blanc, ses cheveux ne sont pas blonds. Il n’a pas les yeux de saphir que tu lui connais. Son vêtement est rouge de sang, il est lacéré, couvert d’immondices et de crachats. Son visage est tuméfié. Il a l’air hagard. Le sang et les larmes voilent son regard, et c’est à travers la croûte qu’ils forment, mélangée a la poussière qui alourdit ses paupières, qu’il pose les yeux sur toi. Mes mains — tu les vois ? — ne sont qu’une plaie et attendent la plaie ultime.          

Regarde, petit Jean
[2], comme ton frère Jean l’a fait. Je laisse des traces de sang sur mon passage. La sueur délave le sang qui reste de l’agonie au Jardin ou qui suinte des lacérations dues au fouet. Ce sont des lèvres brulantes et tuméfiées qui laissent passer ma parole, en un souffle haletant d’un cœur qui meurt sous toutes sortes de tortures.        

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Désormais, tu me verras souvent ainsi. Je suis le Roi de douleur, et je viendrai te parler de ma souffrance en vêtement royal. Suismoi malgré ton agonie. Puisque je suis le Miséricordieux, je saurai aussi mettre devant tes lèvres, intoxiquées par ma douleur, le miel parfumé des plus sereines contemplations. Tu dois néanmoins préférer celles du sang, car c’est grâce à elle que tu as la Vie et que tu la porteras aux autres. Baise ma main ensanglantée, et veille en méditant sur moi, ton Rédempteur.»

Haut de page        

14>  601.4 - Je vois Jésus tel qu’il se décrit. Depuis 19 h ce soir (il est maintenant 1 h 15), je suis réellement agonisante.

 601.5 - Jésus me dit ce matin — le 11 février, à 7 h 30 — :

«Hier soir, je n’ai pas voulu te parler d’autre chose que de mes souffrances, car j’en ai commencé la description et la vision. Hier, c’était l’introduction. Et tu étais si épuisée, mon amie ! Mais avant que l’agonie recommence, il me faut te faire un doux reproche.     

Hier matin, tu t’es montrée égoïste. Tu as dit au Père Migliorini
[3] : “Espérons que je vais pouvoir durer, car c’est moi qui souffre le plus.” Non, sa souffrance est plus grande que la tienne : non seulement elle est lourde, mais elle n’est pas compensée par le bonheur de voir et d’avoir Jésus présent, comme toi, dans sa sainte humanité. Ne sois jamais égoïste, même dans les plus petites choses. Un disciple, un petit Jean, doit être très humble et charitable, comme son Jésus.         

Et maintenant, viens avec moi. “Les fleurs se montrent… Le temps d’émonder est venu, le roucoulement de la tourterelle se fait entendre…
[4]” Ces fleurs ont poussé dans les mares du sang de ton Christ. Et celui qui sera coupé comme une branche élaguée, c’est ton Rédempteur. La voix de la tourterelle, qui appelle l’épouse à son banquet de noces douloureuses et saintes, c’est la mienne qui t’appelle.

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif
 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif
 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Lèvetoi et viens, comme le disent les textes de la messe d’aujourd’hui[5]. Viens contempler et souffrir. C’est le don que je fais à ceux que j’aime.»

Haut de page        

Fiche mise à jour le
02/04/2019.

 



[1] Isaïe 53,12.

[2] "Petit Jean" : surnom affectueux donné par Jésus à Maria Valtorta dans les dictées. Il fait référence à l'apôtre Jean

[3] Sa souffrance est expliquée en note en EMV 174.10.

[4] Cantique des Cantiques 2,10-12. Les références à David et à Isaïe, comme aussi d’autres que nous ne citerons pas en note, sont répertoriées dans l’Index thématique à la fin du volume.

[5] Nous ne disposons pas des textes de la messe du 11 février 1944, cependant, ce jour-là, on fait mémoire facultative de Notre-Dame de Lourdes.