"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

 

Accueil >> Plan du Site >> Index des personnages

Traduction automatique de cette fiche :
 -  -  -   

Jacques, fils d'Alphée.

dit le mineur, l'apôtre cousin de Jésus, premier évêque de Jérusalem.

 

Illustration ci-contre : portrait de Jacques d’Alphée réalisé par Lorenzo Ferri sur les indications de Maria Valtorta.


 Présentation générale     
Haut de page           

Ce cousin de Jésus est galiléen par sa mère, Marie, fille de Cléophas et judéen par son père, Alphée, fils de Jacob. Il est de descendance royale, comme Jésus (EMV 123).        

D'un caractère doux (
EMV 577), voire ascétique (EMV 639), Jacques contraste avec le caractère dominateur de son frère Jude. Sa tendance contemplative, son attitude "patiente et secrète" rappellent son oncle Joseph à qui il ressemble aussi physiquement (EMV 577). Jacques est très proche de Jésus : ils sont sensiblement du même âge. Dans leur enfance, ils ont partagés les mêmes enseignements de la Vierge Marie (EMV 38). En l’accueillant comme apôtre, Jésus le présente ainsi : "Mon parfait ami d'enfance, celui qui fut mon frère pendant notre jeunesse (EMV 95)".          

C'est le 11ème et avant-dernier
apôtre à rejoindre Jésus. Il est dit, pour cela "le mineur" par opposition à son homonyme, Jacques de Zébédée, "le Majeur", l'un des premiers à suivre Jésus.  

Cet engagement tardif est dû à son souci de convaincre sa famille hostile à Jésus.
Joseph, son frère aîné, est obtus et rigide. Simon, le second est versatile.         

Son père
Alphée, fulmine contre Jésus ("c'est un fou !" dit-il). Seuls sa mère Marie, fille de Cléophas et son frère Jude se montrent favorables à Jésus.           

La première, devenue veuve, suit Jésus jusqu'au pied de la croix, le second est déjà disciple. Jacques reste, tant qu'il le peut, auprès de son père mourant avant d'être mis en demeure de choisir entre sa famille et Jésus (
EMV 95). Il choisit Jésus. Son père meurt peu après.          

Sa douceur n'est pas exempte de courage : malgré son manque d'assurance, il est le premier des apôtres à prêcher le Messie (
EMV 130). Lors d’un entretien individuel sur le Carmel, Jésus lui révèle l'avenir et lui confie la future Église d’Israël (EMV 258). En descendant du mont Carmel, Jacques réalise son premier miracle en guérissant, au nom de Jésus, le jeune enfant d’un bûcheron (EMV 259).

Jacques est présent aux principaux évènements, mais pas à la crucifixion durant laquelle il s'enfuit (
EMV 621).         

Il devient le premier évêque de Jérusalem, l'un des tous premiers personnages de l'Église naissante (
EMV 638). Il craint de ne pas savoir s'acquitter de cette tâche. Jésus lui apparaît pour le réconforter selon 1 Corinthiens 15,7 (EMV 638).        

Avec d'autres, il recueille le corps
d'Étienne. Malgré la persécution naissante et les conseils de prudence, il reste à Jérusalem (EMV 646).

 Son nom 
Haut de page           

Jacob, Jacques (ז'אקיעקב) : Ya'aqob.      

Étymologiquement : "celui qui prend par le talon, qui supplante" (allusion à la naissance des jumeaux); on a aussi proposé l’étymologie suivante, abrégée de Ya'-cob-El : "Que Dieu protège" -

Référence historique : Jacob, le fils d’Isaac et de Rébecca, le frère jumeau d’Ésaü. Il prend le nom d’Israël après avoir lutté avec l’ange.  

Il est connu sous le triple vocable de Jacques, fils d'Alphée, de Jacques le mineur (devenu apôtre après Jacques "le majeur", le fils de Zébédée) ou Jacques le Juste en raison de sa réputation de sainteté comme évêque de Jérusalem pendant plus de trente ans, jusqu'à son assassinat en 62 sur l'ordre du Grand Prêtre Ananie II, le cinquième des fils du Grand Prêtre
Anne dit-on.

 Où en parle-t-on dans l'œuvre ?  
Haut de page           

Jacques le mineur fait partie des personnages centraux évoqués dans plus de la moitié des épisodes.         

 Tome 1 : 1.59 - 1.64 - 1.66.           

 Tome 2 : La préparation à la Vie Publique : 2.2 - Choix des derniers apôtres : 2.55 - 2.58 - 2.60 - 2.61 - 2.62 - Les derniers bergers : 2.63 - 2.64 - 2.65 - 2.66 - 2.68 - 2.69 - 2.70 - 2.71 - 2.73 - 2.75 - 2.76 - En Judée avant la vie commune : 2.77 - 2.78 - 2.79 - 2.82 - 2.83 - 2.84 - 2.85 - Enseignements sur les Dix Commandements : 2.86 - 2.87 - 2.88 - 2.89 - 2.90 - 2.91 - 2.92 - 2.93 - 2.94 - 2.95 - 2.96 - 2.97 - 2.98 - 2.99 - Les fêtes de fin d'année : 2.100 - 2.101 - 2.102 - 2.103 - 2.104 - 2.105 - 2.106 - 2.107.  

 Tome 3 : 3.1 - 3.2 - La samaritaine : 3.3 - 3.4 - 3.5 - 3.6 - 3.7 - 3.9 - L'apostolat féminin : 3.11 - 3.13 - 3.14 - 3.15 - 3.17 - 3.18 - En Galilée, le choix des apôtres : 3.20 - 3.22 - 3.24 - 3.26 - Le Sermon sur la Montagne : 3.29 - 3.30 - 3.31 - 3.32 - 3.33 - 3.34 - 3.36 - Apostolat en Galilée : 3.37 - 3.38 - 3.39 - 3.40 - 3.41 - 3.42 - 3.43 - 3.44 - 3.47 - Le second voyage pascal : 3.48 - 3.49 - 3.50 - 3.51 - 3.52 - 3.53 - 3.54 - 3.55 - 3.56 - 3.57 - 3.58 - 3.59 - 3.60 - 3.61 - 3.62 - 3.63 - 3.64 - Apostolat en Judée : 3.65 - 3.66 - 3.67 - 3.68 - 3.69 - 3.70 - 3.72 - 3.73 - 3.74 - 3.75 - 3.76 - 3.77 - Apostolat en Philistie : 3.78 - 3.79 - 3.80 - 3.81 - 3.82 - 3.83 - 3.84 - 3.85 - 3.86.     

 Tome 4 : 4.87 - La conversion de Marie-Madeleine : 4.88 - 4.90 - 4.91 - 4.93 - 4.94 - 4.96 - 4.100 - 4.101 - 4.102 - 4.103 - 4.104 - 4.105 - 4.106 - 4.107 - 4.108 - 4.109 - 4.110 - 4.111 - 4.112 - 4.113 - 4.114 - 4.115 - 4.116 - 4.117 - 4.118 - Envoi des apôtres et disciples en mission : 4.119 - 4.120 - 4.121 - 4.122 - 4.123 - 4.124 - 4.125 - 4.128 - 4.131 - 4.132 - 4.134 - 4.135 - 4.136 - 4.137 - 4.139 - 4.140 - 4.141 - 4.142 - 4.143 - 4.144 - Pérée, Galaad et Trachonitide : 4.145 - 4.148 - 4.149 - 4.150 - 4.151 - 4.152 - 4.153 - 4.154 - 4.156 - 4.157 - 4.158 - 4.160 - 4.161 - 4.162 - 4.165 - 4.166 - 4.167 - 4.168 - Les fêtes de fin d'année à Nazareth : 4.170 - 4.173 - 4.178.        

 Tome 5 : Le voyage des disciples à Antioche : 5.1 - 5.2 - 5.3 - 5.4 - 5.6 - 5.7 - 5.8 - 5.9 - 5.10 - 5.11 - 5.12 - 5.13 - 5.14 - Phénicie et Haute-Galilée : 5.15 - 5.16 - 5.17 - 5.18 - 5.19 - 5.20 - 5.21 - 5.22 - 5.23 - 5.24 - 5.26 - 5.27 - 5.28 - 5.29 - 5.30 - 5.31 - 5.32 - 5.33 - 5.34 - 5.35 - La Transfiguration et le Pain du Ciel : 5.36 - 5.37 - 5.38 - 5.39 - 5.40 - 5.42 - 5.44 - 5.45 - 5.46 - 5.47 - 5.48 - 5.49 - 5.50 - 5.51 - 5.52 - 5.53 - L'avant-dernière Pâque : 5.54 - 5.55 - 5.56 - 5.57 - 5.58 - 5.59 - 5.60 - 5.61 - 5.62 - 5.64 - 5.65 - 5.66 - 5.67 - 5.68 - En Judée : 5.69 - 5.70 - 5.71 - 5.72 - 5.73 - 5.74 - 5.75.        

 Tome 6 : Adieux en Judée : 6.76 - 6.77 - 6.78 - 6.79 - 6.80 - 6.81 - 6.82 - 6.83 - 6.84 - 6.87 - 6.88 - 6.91 - 6.92 - Plaine de Saron : 6.93 - 6.94 - 6.95 - 6.96 - 6.97 - 6.99 - 6.100 - 6.101 - Pentecôte, Décapole et Plaine d'Esdrelon : 6.102 - 6.103 - 6.104 - 6.105 - 6.106 - 6.109 - 6.110 - 6.111 - 6.112 - 6.113 - 6.114 - 6.115 - 6.1166.1176.118 - 6.119 - 6.120 - 6.121 - 6.123 - 6.124 - L'été à Nazareth : 6.125 - 6.127 - 6.128 - 6.132 - 6.133 - 6.135 - 6.136 - 6.137 - 6.138 - 6.139 - 6.140 - 6.141 - 6.142 - 6.143 - 6.144 - 6.145 - 6.146 - 6.147 - 6.148 - 6.149 - 6.150 - 6.151 - 6.152 - 6.153 - 6.154 - 6.155.       

 Tome 7 : 7.158 - En Syro-Phénicie : 7.159 - 7.160 - 7.163 - 7.164 - 7.165 - 7.166 - 7.167 - 7.169 - 7.170 - 7.172La fête des Tabernacles : 7.183 - 7.184 - 7.185 - En Moab et en Judée : 7.193 - 7.194 - 7.195 - 7.201 - 7.202 - 7.204 - 7.205 - 7.206 - 7.207 - 7.208 - 7.212 - 7.217 - 7.220 - La fête de la Dédicace : 7.224 - 7.225 - 7.226 - 7.229 - 7.232 - 7.235.    

 Tome 8 : La résurrection de Lazare : 8.7 - L'exil en Samarie : 8.12 - 8.13 - 8.15 - 8.16 - 8.17 - 8.27 - 8.28 - 8.29 - 8.32 - 8.35 - Le retour vers Jérusalem : 8.38 - 8.45 - 8.46 - 8.47.    

 Tome 9 : La Semaine Sainte : 9.9 - 9.12 - 9.15 - 9.16 - 9.18 - La Passion : 9.19.     

 Tome 10 : Le dimanche de la Résurrection : 10.7 - 10.12 - de la Résurrection à l'Ascension : 10.14 - 10.15 - 10.16 - 10.17 - 10.20 - 10.21 - 10.22 - 10.23 - Les temps apostoliques : 10.24 - 10.25 - 10.26 - 10.27 - 10.32 - 10.35.

 En savoir plus sur ce personnage          
Haut de page           

Extraits du Dictionnaire des personnages de l’Évangile, selon Maria Valtorta (Mgr René Laurentin, François-Michel Debroise, Jean-François Lavère, Éditions Salvator, 2012).        
-----------------------------------
Jacques d'Alphée est fêté le 3 mai avec Philippe l'apôtre*.   

Le théologien Jean Beleth
[1], affirme que son père Alphée était bien le frère de saint Joseph[2], mais pour Jacques de Voragine, ce frère était Cléophas[3]. Pour Maria Valtorta, ce Cléophas est le grand-père maternel de Jacques.    

Jacques est connu aussi comme "Jacques le Juste" en raison de sa réputation de sainteté comme évêque de Jérusalem pendant plus de trente ans.  

Sous la foi d'Hégésippe
[4], un personnage de la génération après les apôtres, Eusèbe de Césarée puis saint Jérôme le disent Naziréen (consacré à Dieu) dès sa naissance : "Il a toujours conservé sa virginité et sa pureté entière. Ses prostrations à terre dans la prière étaient si fréquentes que la peau de ses genoux s'était endurcie comme celle du chameau[5]".  

Jacques était une des "colonnes de l'Église" naissante. Saint Paul le nomme même avant Pierre[6]. C'est l'auteur présumé de la première des sept épîtres catholiques
[7]. Un apocryphe du IIème siècle, le Protévangile de Jacques, lui est attribué.   

Saint Jérôme et saint Épiphane confirment qu'il fut évêque de Jérusalem, à la demande expresse de Jésus
[8].           

Jacques fut lapidé en 62 sur l'ordre d'Ananias II, grand-prêtre en exercice, avec plusieurs de ses compagnons. Selon
Flavius Josèphe, il fut précipité du haut de la terrasse du Temple dans la vallée du Cédron où un foulon l'acheva à coup de bâton[9]. Selon Hégésippe, ses dernières paroles furent celles du pardon. Il fut enterré près du Temple, sur le lieu même de son martyre[10]. Une partie de ses reliques repose à Rome[11] avec celles de saint Philippe, mais de nombreuses églises se prévalent de fragments de ses reliques[12].

Retour à l'index des personnages      
Fiche mise à jour le 05/10/2016

 



[1] Un théologien français (v.1135-1182), recteur à Paris et Amiens après avoir été étudiant à Chartres. Il est connu pour sa "Summa de ecclesiasticis officiis" une des œuvres fondatrices de la liturgie chrétienne.

[2] Jean Beleth, Summa de ecclesiasticis officiis, chapitre 124.

[3] Jacques de Voragine, La légende dorée, Saint Jacques, apôtre (le mineur).

[4] Cinquième livre de ses Mémoires, selon Eusèbe de Césarée. Œuvre aujourd'hui perdue.

[5] Eusèbe de Césarée Histoire ecclésiastique, Livre 2, chapitre 23.

[6] Cf. Galates 2, 9.

[7] Benoît XVI, catéchèse du 28 juin 2006.

[8] St Jérôme, in Gal. p 164, et St Epiphane 78, c.7 (rapporté par Maistre, Histoire de St Jacques le mineur 1870, p 395).

[9] Flavius Josèphe Antiquités juives (20, 201sq).

[10] Eusèbe de Césarée Histoire ecclésiastique, Livre 2, chapitre 23.

[11] Dans la crypte de la basilique des Saints-Apôtres.

[12] Notamment : Cathédrale Saint-Sernin de Toulouse, Monastère de Saint-Zoïle de Compostelle, Église des Jésuites d’Anvers, Saint-Etienne de Forli, Cathédrale de Langres, Saint-Corneille de Compiègne...