"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

 7.433 - Arrivo a Nazareth. Lodi alla Vergine. Guarigione di Aurea.

 4.431 - Arrival at Nazareth.

 4.433 - Llegada a Nazaret. Alabanzas a la Virgen. Curación de Áurea.

 8.482 - In Nazareth.

Dimanche 17 juin 29
(19 Siwan 3789)
Nazareth


             Vers l'index des thématiques

 Comment vois-tu Marie ?

 Le Mal sent qu'il va être vaincu et il est furieux.

 Guérison d'Aurea.


             I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- La joie de retrouver Marie ........................................ 299

- On s'approche de sa maison ........................................ 300

- Divers motifs d'aimer Marie ........................................ 301

- Jésus ouvre les bras à sa mère ........................................ 302


- Qui ira voir Valeria à propos d'Aurea ......................... 302

- Que Jésus guérit de sa fièvre ........................................ 303


Les références de l’Ancien Testament sont de David Amos.

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 6


Tome 6, chapitre 125.

433.
À Nazareth


Vision du jeudi 9 mai 1946.

299> Quand on vient de Sephoris, on entre à Nazareth du côté nord-occidental, c'est-à-dire par le plus élevé et le plus pierreux. L'amphithéâtre, sur lequel s'étend en terrasses Nazareth, apparaît tout entier quand on rejoint la crête de la dernière colline en venant de Sephoris, qui descend plutôt rapidement par des ravins vers la petite ville. Si j'ai bon souvenir, car il s'est passé du temps, et beaucoup de sites montagneux se ressemblent, l'endroit où se trouve Jésus est le point précis où ses concitoyens essayèrent de le lapider et où il les arrêta par son pouvoir pour leur passer au travers (Luc chap. 4)[1]. 

Haut de page           

300> Jésus s'arrête à regarder sa chère ville qui Lui est hostile, et un sourire de contentement éclaire son visage. Quelle bénédiction, que les Nazaréens ignorent et ne méritent pas, ce sourire divin qui se déverse et s'étend en grâces sur la terre qui l'a accueilli enfant et l'a vu grandir, où est née la Mère et où elle est devenue Épouse de Dieu et Mère de Dieu !      

Ses deux cousins aussi regardent leur ville avec une joie visible, bien que celle du Thaddée soit tempérée par un sérieux austère, retenue, alors que celle de Jacques est plus ouverte et plus douce, plus semblable à celle de Jésus.       

Bien que ce ne soit pas sa ville, Thomas a le visage illuminé par la joie et il dit en montrant la petite maison de Marie, du four de laquelle la fumée monte en spirales : "La Mère est à la maison et elle fait le pain..." et il semble parler de sa mère avec toute l'affection d'un fils, si grand est son élan d'amour quand il dit ces paroles.

Le Zélote, plus calme à cause de son âge et de son éducation, sourit en disant : "Oui. Et sa paix arrive déjà jusqu'à nos cœurs."  

"Allons vite" dit Jacques. "Et passons par ce sentier pour arriver presque sans être vus des nazaréens. Ils nous retiendraient..."   

"Mais vous vous éloignez de votre maison. Votre mère aussi voudra vous voir."       

"Oh ! Tu peux être certain, Simon, que notre mère est chez Marie. Elle y est presque toujours... Et elle y sera car elles font le pain et à cause de la
fillette malade."          

"Oui, allons par ici. Nous passerons derrière le jardin d'Alphée pour arriver à la haie de notre jardin" dit Jésus.      

Ils descendent rapidement par le sentier très rapide au début, mais qui devient plus doux quand on approche de la ville. Ils passent par des oliveraies, puis par des petits champs dépouillés, et frôlent les premiers jardins de la ville. Ils sont tous entourés de haies hautes et feuillues sur lesquelles se penchent les frondaisons des arbres chargés de fruits, ou de murets en pierres sèches couverts à l'extérieur des branches des jardins. Aussi leur passage est inaperçu par les ménagères qui vont et viennent dans les jardins ou font la lessive ou l'étendent sur les petits prés près des maisons...  

Haut de page           

301> La haie qui d'un côté limite le jardin de Marie est en hiver tout un entrelacement d'épines, tout un fouillis de feuilles en été après la floraison de l'aubépine au printemps, ou l'apparition des baies rouges à l'automne. Maintenant, elle est embellie par un jasmin vigoureux et par l'ondulation des calices de fleurs, dont je ne connais pas le nom et qui de l'intérieur du jardin envoient des branches sur la haie pour la rendre plus fournie et plus belle. Une fauvette chante dans la haie et de l'intérieur arrive un roucoulement de colombes.

"La grille aussi est réparée et toute couverte de branches en fleurs" dit Jacques qui est accouru en avant pour regarder la grille rustique à l'arrière du jardin, restée des années sans servir et qui permit de faire entrer et sortir la charrette de Pierre pour Jean et Sintica.

"Nous allons passer par le sentier et frapper à la porte. Ma mère serait peinée de voir détruit cet abri" lui répond Jésus.    

"Son jardin clos !" s'écrie Jude d'Alphée.      

"Oui. Et elle en est la rose" dit Thomas.        

"Le lys parmi les épines" dit Jacques.           

"La fontaine scellée" dit le Zélote.     

"Mieux : la source d'eau vive qui en jaillissant impétueusement du beau mont donne l'Eau de Vie à la Terre et s'élance avec sa beauté parfumée vers le Ciel" dit Jésus.            

"D'ici peu elle va être heureuse de te voir" dit Jacques.         

"Mon Frère, dis-moi une chose que depuis longtemps je désire savoir.
 Comment vois-tu Marie ? Comme Mère ou comme sujette ? C'est ta Mère, mais c'est une femme et tu es Dieu..." dit le Thaddée.         

"Comme sœur et comme épouse, comme délice et repos de Dieu et comme réconfort de l'Homme. C'est tout que je vois et possède en Marie, comme Dieu et comme Homme. Celle qui était les Délices de la Seconde Personne de la Triade au Ciel, Délices du Verbe comme du Père et de l'Esprit, est les Délices du Dieu Incarné, et elle le sera de l'Homme-Dieu glorifié."       

"Quel mystère ! Dieu s'est donc privé deux fois de ses complaisances ? En Toi et en Marie et Il vous a donné à la Terre..." médite le Zélote.       

"Quel amour ! Devrais-tu dire. C'est l'amour qui a poussé la Triade à donner Marie et Jésus à la Terre" dit Jacques.         

"Et, non pas pour Toi qui es Dieu, mais pour sa Rose, Il ne craignit pas de la confier aux hommes, qui sont tous indignes de la protéger ?" demande Thomas.           

"Thomas, c'est le Cantique qui te répond : "Le Pacifique avait une vigne, et Il la confia aux vignerons qui, profanateurs poussés par le Profanateur, auraient donné de fortes sommes pour la posséder, c'est-à-dire toutes les séductions pour la séduire
[2], mais la Belle Vigne du Seigneur se garda par elle-même, et elle ne voulut donner son fruit qu'au Seigneur et ne s'ouvrir qu'à Lui, pour engendrer le Trésor sans prix : le Sauveur"[3].   

Haut de page           

302>
Ils sont arrivés à la porte de la maison. Jude d'Alphée commente alors que Jésus frappe à la porte fermée: "Ce serait le cas de dire: "Ouvre-moi, ma sœur, épouse, aimée, colombe, immaculée…[4] "     

Mais quand la porte s'entrouvre et qu'apparaît le doux visage de la Vierge, Jésus ne dit que la plus douce parole, en ouvrant les bras pour la recevoir : "Maman !"           

"Oh ! mon Fils ! Béni ! Entre et que la paix et l'amour soient avec Toi !"         

"Et à ma Mère, et à la maison, et à qui s'y trouve" dit en entrant Jésus, suivi des autres.

"Votre mère est à côté, pendant que les deux disciples sont au pain et à la lessive..." explique Marie, après les salutations respectives avec les apôtres et les neveux, qui, par discrétion, se retirent pour laisser la Mère seule avec son Fils.          

"Me voilà à toi, ma Mère. Nous allons rester quelque temps ensemble... Comme c'est doux le retour... la maison et toi surtout, ô Mère, après tant de voyages parmi les hommes..."

 "Qui te connaissent de plus en plus et, à cause de cette connaissance, se partagent en deux branches : ceux qui t'aiment... et ceux qui te haïssent... Et la plus grosse branche, c'est cette dernière..."           

"Le Mal sent qu'il va être
vaincu et il est furieux... et il rend furieux... Comment va la fillette ? "

"Légèrement mieux... Mais elle a failli mourir... Et cependant ses paroles, maintenant qu'elle ne délire plus, correspondent, bien que plus réservées, à celles qui lui sortaient dans le délire. Ce serait mentir de dire que nous n'avons pas reconstruit son histoire... Malheureuse !..."      

"Oui. Mais la Providence a veillé sur elle."     

"Et maintenant ? ..."  

"Et maintenant... Je ne sais pas.
Aurea ne m'appartient pas comme créature. Son âme est mienne, son corps appartient à Valeria. Pour le moment elle va rester ici, afin d'oublier..."

"Myrta voudrait bien l'avoir."

"Je le sais... Mais je n'ai pas le droit d'agir sans la permission de la romaine. Je ne sais même pas si elles l'ont acquise à prix d'argent ou si elles ont seulement employé l'arme de la promesse. .. Quand la romaine la réclamera..."      

Haut de page           

303> "Moi, j'irai à ta place, mon Fils. Il n'est pas bien que tu y ailles... Laisse faire à ta Maman. Nous femmes... êtres infimes pour Israël, on ne nous observe pas tant si nous allons parler à des gentils. Et ta Maman est si inconnue du monde ! Personne ne remarquera la femme du peuple hébraïque qui, enveloppée dans son manteau, va par les rues de Tibériade et frappe à la maison d'une dame romaine..."        

"Tu pourrais aller chez
Jeanne... et là parler à la dame..."       

"Je ferai ainsi, mon Fils. Que soit soulagé ton cœur, ô mon Jésus !... Tu es tellement affligé... Je le comprends... et je voudrais tant faire pour Toi..."        

"Et tu fais tant, Maman. Merci pour tout ce que tu fais..."      

"Oh ! je suis une aide bien pauvre, mon Fils ! Parce que je ne réussis pas à te faire aimer, à te donner... de la joie... tant qu'il t'est accordé d'en avoir un peu... Que suis-je donc alors ? Une bien pauvre disciple..."  

"Maman, Maman ! Ne parle pas ainsi ! Ma force me vient de tes prières. Mon esprit trouve le repos en pensant à toi et maintenant, voilà, mon Cœur trouve le réconfort en restant ainsi, la tête contre ton cœur béni... Maman !..." Jésus a attiré près de Lui sa Mère debout près de Lui qui est assis sur un coffre contre le mur, et il appuie son front sur la poitrine de Marie qui caresse doucement ses cheveux...         

Une pause toute d'amour. Puis Jésus se lève après avoir levé sa tête. Il dit : "Allons trouver les autres et la fillette" et il sort avec sa Mère dans le jardin.  

Les trois disciples, sur le seuil de la pièce où se trouve la fillette malade, parlent sans arrêt avec les apôtres, mais quand elles voient Jésus elles se taisent en s'agenouillant.    

"La paix à toi, Marie d'Alphée, et à vous, Myrta et Noémi. La fillette dort-elle ?"         

"Oui. La fièvre persiste, l'étourdit et la consume. Si cela continue, elle va mourir. Son tendre corps ne résiste pas à la maladie, et son esprit est troublé par les souvenirs" dit Marie d'Alphée.     

"Oui... et elle ne réagit pas, car elle dit qu'elle veut mourir pour ne plus voir les romains..." confirme
Myrta.        

"C'est une douleur pour nous qui l'aimons déjà !..." dit
Noémi.          

"Ne craignez pas !" dit Jésus en allant jusqu'au seuil de la chambrette et enlevant le rideau...

Haut de page           

304>  Sur le petit lit contre le mur, en face de la porte, apparaît le petit visage amaigri, d'un rouge feu aux pommettes, couleur de neige ailleurs, enseveli dans la masse des longs cheveux dorés. Elle dort fiévreusement, en murmurant entre ses dents des paroles incompréhensibles et, de sa main abandonnée sur les couvertures, elle fait de temps à autre un geste comme pour repousser quelque chose.          

Jésus n'entre pas. Il jette sur elle un regard de pitié. Puis il appelle à haute voix : "Aurea ! Viens ! Il y a ton Sauveur."    

La fillette s'assoit brusquement sur son petit lit, le voit, et en poussant un cri elle descend et court vers Jésus, dans sa tunique longue et floue, les pieds nus, et elle se jette à ses pieds en disant : "Seigneur ! Oui, maintenant tu m'as vraiment délivrée !"      

"Elle est guérie. Vous voyez ? Elle ne pouvait mourir car auparavant elle devait connaître la Vérité." Et il dit à la fillette qui Lui baise les pieds : "Lève-toi et vis en paix" et il lui pose la main sur la tête qui n'est plus fiévreuse.        

Aurea, dans son long vêtement de lin, peut-être un de la Vierge, si long qu'il lui fait une traîne, ses cheveux défaits retombant comme un manteau sur sa mince personne, avec ses yeux gris-bleu encore brillants de la fièvre qui vient de la quitter, et de la joie qui maintenant se manifeste, paraît un ange.

"Adieu ! Nous nous retirons dans l'atelier pendant que vous vous occupez de la fillette et de la maison..." dit le Maître et, suivi des quatre, il entre dans l'ancien atelier de Joseph pour s'asseoir avec les siens sur les établis qui ne servent plus...

Haut de page           

 



[1] Luc 4, 16-30 – Cf. Tome 2, chapitre 73.

[2] Cantique 8, 11.

[3] Cantique 8, 12.

[4]  Cantique 5, 2.