"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

 4.229 - Discorso ai cittadini di Betsaida sul gesto di carità di Simon Pietro.

 2.228 - Jesus Speaks at Bethsaida.

 3.229 -  Discurso a los habitantes de Betsaida sobre el gesto de caridad de Simón Pedro.

 4.269 - Jesus spricht in Bethsaida.



Mardi 30 mai 28
(19 siwan 3788)
Bethsaïda.


       Vers l'index des thématiques

 Dieu est le Père des orphelins.


            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Jugements opposés sur l'adoption de Margziam 24

- La fille de Jaïre est mourante .......................................... 25


- Discours : (Le jugement des bons ................................ 25

- Le souci pour l'orphelin) 26


Les références de l'Ancien Testament sont de David Amos.

 

Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 4


Tome 4, chapitre 90.

229.
Jésus parle à Bethsaïda.


 

Vision du mercredi 25 juillet 1945

24> 1Jésus parle de la maison de Philippe. Il y a beaucoup de gens rassemblés devant et Jésus est debout sur le seuil où l'on accède par un double perron.   

La nouvelle de l'adoption par
Pierre d'un enfant[1] qui est venu avec sa petite fortune de trois brebis[2] pour retrouver la grande richesse d'une famille, s'est répandue comme une tache d'huile sur un tissu. Tous en parlent et chuchotent en faisant des commentaires qui correspondent aux différentes mentalités. L'un, sincère ami de Simon et de Porphyrée, partage leur joie.      

Un autre, malveillant, dit : "Pour le faire accepter il a dû le pourvoir d'une dot."          

Un autre, brave homme, dit : "Tous nous aimerons bien ce petit que Jésus aime."     

Un autre dit méchamment : "La générosité de Simon ? Oui, bien sûr ! Ce sera pour lui un bénéfice, sinon !..."  

D'autres, avides : "Je l'aurais fait, moi aussi si j'avais eu un enfant avec des brebis. Trois, vous pensez !? Un petit troupeau. Et belles ! C'est la laine et le lait assurés, et puis les agneaux à vendre ou à garder ! C'est une richesse ! Et l'enfant peut être utile, travailler..."

Haut de page           

25> D'autres élèvent la voix : "Oh ! quelle honte ! Se faire payer une bonne action ? Simon n'y a sûrement pas réfléchi. Dans sa modeste richesse de pêcheur, nous l'avons toujours connu généreux envers les pauvres, surtout envers les enfants. Il est juste, maintenant que lui n'a plus le gain de la pêche et que sa famille compte une personne de plus, qu'il ait un peu de gain d'une autre façon."        

2Pendant que chacun fait ses commentaires en tirant de son propre cœur ce qu'il a de bon ou de mauvais, en l'habillant de paroles, Jésus parle avec un homme de Capharnaüm[3] qui est venu le rejoindre pour Lui dire de venir au plus tôt parce que la fille du chef de la synagogue[4] est mourante et aussi parce que, depuis quelques jours, une dame accompagnée d’une servante[5] est à sa recherche. Jésus promet de venir le matin suivant, ce qui afflige ceux de Bethsaïda qui voudraient le garder plusieurs jours.      

"Vous avez moins besoin de Moi que les autres. Laissez-moi aller. Du reste, maintenant, tant que dure l'été, je resterai en Galilée et souvent à Capharnaüm. Nous nous verrons facilement. Là-bas, il y a un père et une mère angoissés. C'est charité de les secourir. Vous approuvez la bonté de Simon envers l'orphelin. Ceux qui sont bons parmi vous. Mais seul le jugement des bons a de la valeur. Ceux qui ne le sont pas, il ne faut pas écouter leurs jugements toujours imprégnés de poison et de mensonge. Alors vous, les bons, devez approuver aussi ma bonté d'aller soulager un père et une mère. Gardez-vous de laisser stérile votre approbation, mais qu'elle vous porte à imiter.      

3Tout le bien qui vient d'un acte de bonté, ce sont les pages de l'Écriture qui le disent. Rappelons-nous Tobit. Il mérita que l'archange protégeât son Tobie[6] et lui montrât comment rendre la vue à son père[7]. Mais quelle charité, et sans penser au profit, avait accompli le juste Tobit[8] malgré les reproches de sa femme[9] et les dangers qui menaçaient sa vie ![10] Et, souvenez-vous des paroles de l'archange : "C'est une bonne chose que la prière accompagnée du jeûne, et l'aumône a plus de valeur que des montagnes d'or[11], car l'aumône délivre de la mort, purifie des péchés, fait trouver la miséricorde et la vie éternelle[12]... Quand tu priais tout en larmes et que tu ensevelissais les morts... je présentais tes prières au Seigneur[13]".          

Haut de page           

26>
 Mon Simon, en vérité je vous le dis, surpassera de beaucoup les vertus du vieux Tobit. Il vous restera pour être un tuteur de vos âmes en ma Vie, après que Moi je m'en serai allé. Et maintenant il commence sa paternité d'âme pour être demain le père saint de toutes les âmes qui me seront fidèles. Ne médisez donc pas, mais si un jour, comme un oiseau tombé du nid vous trouvez sur votre route un orphelin, recueillez-le. Ce n'est pas la bouchée de pain partagée avec l'orphelin qui appauvrit la table des vrais fils mais, au contraire, elle apporte à la maison les bénédictions de Dieu. Faites-le car Dieu est le Père des orphelins et c'est Lui-même qui vous les présente pour que vous les aidiez à se refaire le nid qui a été défait par la mort. Et faites-le car c'est l'enseignement de la Loi que Dieu a donnée à Moïse qui est notre législateur[14] car, en terre ennemie et idolâtre, il a trouvé pour sa faiblesse d'enfant un cœur qui, plein de pitié, s'est penché sur lui pour le sauver de la mort en le sauvant des eaux, à l'abri des persécutions[15], car Dieu l'avait destiné à être un jour le libérateur d'Israël[16]. Un acte de pitié a valu à Israël son chef. Les répercussions d'un acte bon sont comme les ondes sonores qui se répandent très loin du point où elles sont produites, ou si vous préférez, comme les ondes du vent qui transportent très loin les semences enlevées à des terrains fertiles.

Allez maintenant. La paix soit avec vous."     

---------------------------------

4Jésus dit ensuite : "Vous mettrez ici la vision de la résurrection de la fille de Jaïre, reçue le 11 mars 1944".         

Haut de page           

 



[1] Margziam : voir le chapitre précédent.

[2] Il s'agit d'une des brebis échangées (cf. Tome 3, chapitre 86) contre le bouc émissaire sauvé à Magdalgad (cf. Ibid, chapitre 82).

[3] Thomas de Capharnaüm. Probablement un parent éloigné de Jésus. Il l'héberge parfois lors de ses séjours à Capharnaüm.

[4] Miryam, la fille de Jaïre.

[5] Marthe de Béthanie et sa servante Marcelle.

[6] Tobie 5, 4 et Tobie 5, 7-9.

[7] Tobie 6, 3-9 et Tobie 11, 7-15.

[8] Tobie 1, 3 - 2, 8.

[9] Tobie 2,14.

[10] Tobie 1, 19-20.

[11] Tobie 12, 8.

[12] Tobie 12, 9.

[13] Tobie 12, 12.

[14] Deutéronome 10, 18 - Deutéronome 24, 17 - Deutéronome 27, 19.

[15] Exode 2, 1-10.

[16] Exode 3, 1-12.