I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

.5.330 - Giacomo e Giovanni "figli del tuono". Verso Aczib con il pastore Anna.

 3.329 - The Sons of Thunder. Going towards Achzib with the Shepherd Annas.

 4.330 -  Santiago y Juan "hijos del trueno". Hacia Akcib con el pastor Anás.

 5.375 - Der Hirte Ann begleitet Jesus nach Achsib.

 Автоматический перевод Google.

 Évangile :
-
Marc 3, 17b.








Jeudi 18 janvier 29
(17 Scébat 3789)
vers
Aczib.


   Vers l'index des thématiques

 Jean et Jacques reçoivent le surnom de "Fils du tonnerre".

 La colère.

 Le Messie.

 Miracle des brebis.



Les "fils du tonnerre" :


Jean,
fils de Zébédée.


Jacques,
fils de Zébédée.



 

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome.

Ancienne édition : Tome 5, chapitre 18.
Nouvelle édition : Tome 5.

330.
Jacques et Jean deviennent "les fils du tonnerre". Vers Aczib avec le berger Hanne.

Vision du mercredi 14 novembre 1945

236>  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 330.1 - Jésus traverse une région très montagneuse. Ce ne sont pas de hautes montagnes, mais une succession de montées et de descentes de collines et une quantité de torrents, joyeux en cette fraîche nouvelle saison, limpides comme le ciel, jeunes comme les premières feuilles de plus en plus nombreuses sur les branches.  

Mais bien que la saison soit belle, joyeuse, apte à soulager le cœur, il ne semble pas que Jésus ait l'esprit très soulagé, et les apôtres encore moins. Ils marchent silencieusement au fond d'une vallée. Seuls des bergers et des troupeaux se présentent à leurs yeux, mais Jésus ne paraît même pas les voir.     

C'est le soupir découragé de
Jacques, fils de Zébédée, et ses paroles inattendues, fruit d'une réflexion soucieuse, qui attirent l'attention de Jésus...      

Haut de page        

237>
Jacques dit :          

«Défaites sur défaites !... Il me semble que nous sommes maudits...» 

Jésus lui pose la main sur l'épaule :   

«Ne sais-tu pas que c'est le sort des meilleurs ?     

- Ah ! je le sais depuis que je suis avec toi ! Mais de temps en temps, il faudrait quelque chose de différent pour ragaillardir notre cœur et notre foi; avant, nous étions plus forts...     

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 330.2 - -Tu doutes de moi, Jacques ?»          

Quelle douleur fait trembler la voix du Maître !    

«Non !...»  

À vrai dire, ce "non" n'est pas très assuré.    

«Mais pour ce qui est de douter, tu doutes. De quoi, alors ? Tu ne m'aimes plus comme autrefois ? le fait de me voir chassé, ridiculisé, ou même seulement laissé de côté sur ces confins phéniciens, a-t-il affaibli ton amour ?»  

De L'émotion tremble dans les paroles de Jésus, bien qu'il n'y ait ni sanglots ni larmes. C'est vraiment son âme qui pleure.   

«Pour cela non, mon Seigneur ! Au contraire, mon amour pour toi augmente quand je te vois incompris, récusé, humilié, affligé. Et pour ne pas te voir ainsi, pour pouvoir changer le cœur des hommes, je serais prêt à donner ma vie en sacrifice. Tu dois me croire ! Ne me brise pas le cœur, déjà si affligé, en pensant que tu doutes de mon amour. Sinon... Sinon, je tomberais dans des excès. Je repartirais en arrière et je me vengerais de celui qui t'afflige, pour te prouver que je t'aime, pour t'enlever ce doute, et si j'étais pris et tué cela ne m'importerait en rien. Il me suffirait de t'avoir donné une preuve d'amour.     

- Oh ! le fils du tonnerre ! D'où te vient cette véhémence ? Veux-tu donc être une foudre exterminatrice ?»     

Jésus sourit de la fougue et des projets de Jacques.          

«Ah ! au moins je te vois sourire ! C'est déjà un fruit de mes projets. Qu'en dis-tu,
Jean ? Devons-nous mettre en pratique ce que je pense pour consoler le Maître, humilié par tant de refus ?       

- Oh, oui ! Allons-y, nous, et mettons-nous à parler. Et s'ils l'insultent encore en le traitant de roi en paroles, de roi de comédie, de roi sans argent, de roi fou, frappons dur pour qu'ils s'aperçoivent que le roi a aussi une armée de fidèles et qu'ils ne sont pas disposés à le laisser en butte au mépris. La violence est utile en certains cas. Allons-y, mon frère !»     

Haut de page        

238>
Lui qui est toujours doux, est tellement en colère qu'il paraît ne plus être lui-même.    

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 330.3 - Jésus s'interpose entre les deux hommes, les agrippe par le bras pour les retenir, et dit : 

«Mais écoutez-les! Qu'ai-je prêché pendant tellement de temps ? Ah ! la surprise est de taille ! Même Jean, ma colombe, s'est transformé en épervier ! Regardez-le, vous tous, voyez comme il est laid, agité, ébouriffé, déformé par la haine ! Quelle honte ! Et vous vous étonnez que des Phéniciens restent indifférents, que des Hébreux soient pleins de haine, que des Romains m'intiment l'expulsion, quand vous, les premiers, vous n'avez encore rien compris depuis deux ans que vous êtes avec moi, quand vous êtes devenus fiel, par la haine que vous avez dans le cœur, quand vous rejetez de votre âme ma doctrine d'amour et de pardon, quand vous l'expulsez comme une sottise et accueillez la violence comme une bonne alliée ! Oh, Père saint ! Cela, oui, c'est une défaite ! Au lieu d'être comme autant de faucons qui aiguisent leurs becs et leurs griffes, ne vaudrait-il pas mieux que vous soyez des anges qui prient le Père de réconforter son Fils ? Quand donc a-t-on vu un orage faire du bien par ses foudres et sa grêle ? Eh bien ! en souvenir de ce péché que vous avez commis contre la charité, en souvenir du moment où j'ai vu affleurer sur votre visage l'animal-homme au lieu de l'homme-ange que je veux toujours voir en vous, je vais vous surnommer "les fils du tonnerre."»     

Jésus est à moitié sérieux quand il s'adresse aux fils de Zébédée tout enflammés. Mais ses reproches ne durent pas devant leur repentir et, avec un visage que l'amour rend lumineux, il les serre contre son cœur en disant :      

«Ne soyez plus jamais mauvais comme cela. Et merci pour votre amour. Et aussi pour le vôtre, mes amis» dit-il en s'adressant à
André, à Matthieu et à ses deux cousins. «Venez ici que je vous embrasse vous aussi. Mais ne savez-vous pas que, si je n'avais pas d'autres joies que celle de faire la volonté de mon Père et votre amour, je serais toujours heureux même si le monde entier me giflait ? Je suis triste, non pas pour moi, pour mes défaites, comme vous dites, mais par pitié pour les âmes qui repoussent la Vie. Voilà, maintenant nous sommes tous contents, n'est-ce pas, espèces de grands enfants que vous êtes ? Alors, partons.  

Haut de page        

239>
 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 330.4 - Allez trouver ces bergers qui sont en train de traire le troupeau et demandez-leur un peu de lait au nom de Dieu. N'ayez pas peur» dit-il en voyant la réticence des apôtres. «Obéissez avec foi. Vous aurez du lait et non des coups de bâton, même si l'homme est phénicien.»        

Les six apôtres s'éloignent tandis que Jésus les attend sur la route. Et il prie pendant ce temps, ce Jésus affligé dont personne ne veut... Les apôtres reviennent avec un petit seau de lait et disent :     

«L'homme a demandé que tu ailles là-bas, il doit te parler, mais il ne peut laisser les chèvres capricieuses aux petits bergers.» Jésus répond :       

«Dans ce cas, allons manger notre pain là-bas.»    

Et ils se dirigent tous vers la pente sur laquelle s'accrochent les chèvres capricieuses.        

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 330.5 - «Je te remercie du lait que tu m'as donné. Que veux-tu de moi ?        

— Tu es le Nazaréen, n'est-ce pas ? Celui qui fait des miracles ?

— Je suis celui qui prêche le salut éternel. Je suis le Chemin pour aller au vrai Dieu, la Vérité qui se donne, la Vie qui vous vivifie. Je ne suis pas un sorcier qui fait des prodiges. Eux sont les manifestations de ma bonté et de votre faiblesse, qui a besoin de preuves pour croire. Mais qu'attends-tu de moi ?         

— Voilà... il y a deux jours, tu étais à
Alexandroscène ?    

— Oui. Pourquoi ?         

— Moi aussi, j'y étais avec mes chevrettes et, quand j'ai compris qu'il y avait des bagarres, j'ai filé, parce qu'on a l'habitude de les provoquer pour voler ce qui se trouve sur les marchés. Ce sont tous des voleurs, ces Phéniciens... comme les autres. Je ne devrais pas dire cela, car mon père était prosélyte et ma mère syrienne, et que je suis prosélyte moi aussi. Mais c'est la vérité. Bien. Revenons à notre récit. Je m'étais mis dans une étable avec mes bêtes, en attendant le char de mon fils. Et le soir, en sortant de la ville, j'ai rencontré une femme en larmes avec une fillette dans les bras
[1]. Elle avait fait huit milles[2] pour venir te trouver, parce qu'elle habite hors de la ville, dans la campagne. Je lui ai demandé ce qu'elle avait. C'est une prosélyte. Elle était venue pour vendre et acheter. Elle avait entendu parler de toi. Et l'espoir lui était venu au cœur. Elle avait couru chez elle et avait pris sa fillette. Mais avec un fardeau, on marche lentement ! Quand elle est arrivée au magasin des frères, tu n'y étais plus. Les frères lui ont dit : "Ils l'ont chassé.

Haut de page        

240>
Mais il nous a dit hier soir qu'il refera les escaliers de Tyr[3]. Moi — je suis père moi aussi —, je lui ai conseillé : "Alors va là-bas. Mais elle m'a répondu : "Et si, après ce qui est arrivé, il passe par d'autres chemins pour retourner en Galilée ?" Je lui ai dit : "Ah ! écoute : ce sera l'une des deux routes des frontières. Moi, je fais paître mes troupeaux entre Rohob et Lesemdan, justement sur la route des frontières entre ici et Nephtali. Si je le vois, je lui en parle. Parole de prosélyte." Et voilà, c'est fait.   

—Et que Dieu t'en récompense. J'irai trouver la femme.
 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 330.6 - Je dois retourner à Aczib.          

— Tu vas à Aczib ! Alors nous pourrons faire route ensemble si tu ne dédaignes pas un berger.          

— Je ne dédaigne personne. Pourquoi vas-tu à Aczib ?    

— Parce que j'y ai des agneaux. À moins que... je n'en aie plus.  

— Pourquoi ?      

— Parce qu'il y a la maladie... Je ne sais pas si c'est de la sorcellerie ou autre chose. Je sais que mon beau troupeau est tombé malade. C'est pour cela que j'ai amené ici les chèvres, qui sont encore saines, pour les séparer des brebis. Mes deux fils vont rester ici. En ce moment, ils sont à la ville pour les commissions. Mais je retourne là... pour les voir mourir, mes belles brebis couvertes de laine...»     

L'homme soupire... Il regarde Jésus et s'excuse :   

«Te parler de ces choses, à toi qui es Celui qui est
[4], et t'affliger, toi qui es certainement déjà affligé de la façon dont ils te traitent, c'est de la sottise. Mais les brebis, nous les aimons et c'est notre fortune, tu sais...           

— Je comprends, mais elles vont guérir. Ne les as-tu pas fait voir à des gens qui s'y connaissent ?        

— Ils m'ont tous recommandé la même chose : "Tue-les et vends leurs peaux. Il n'y a rien d'autre à faire", et ils m'ont même menacé si je les fais sortir... Ils ont peur de la maladie pour les leurs. Je dois les garder enfermées... et elles mourront en plus grand nombre. Les habitants d'Aczib sont méchants, tu sais...»       

Jésus dit simplement :  

«Je le sais.

— Moi, je suis sûr qu'ils me les ont ensorcelées...  

—Non. Ne crois pas ces sornettes... Vas-tu partir aussitôt que tes fils seront arrivés ?    

Haut de page        

241>
— Aussitôt. Ils vont être ici dans un moment.  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 330.7 - Et eux, ce sont tes disciples ? Il n'y a qu'eux ? 

— Non, j'en ai encore d'autres.

— Et pourquoi est-ce qu'ils ne viennent pas ici ? Une fois, près de Mérom, j'en ai rencontré un groupe. Ils avaient à leur tête un berger. C'est ce qu'on disait. C'était un homme grand, robuste, qui s'appelait Élie. C'était en octobre, me semble-t-il, avant ou après la fête des Tentes. Il t'a quitté, maintenant ?       

—Aucun disciple ne m'a quitté.          

—On m'avait assuré que...        

— Quoi ?   

— Que tu... que les pharisiens... En somme que les disciples t'avaient quitté par peur, et parce que tu étais un...    

— Un démon. Dis-le simplement. Je le sais. C'est un double mérite pour toi, qui crois malgré cela.         

— Et pour ce mérite, tu ne pourrais pas... mais je demande peut-être quelque chose de sacrilège...    

— Parle. Si c'est mauvais, je te le dirai.         

— Tu ne pourrais pas, en passant, bénir mon troupeau ?» L'homme est tout angoissé...    

«Je vais bénir ton troupeau. Celui-ci... — il lève la main pour bénir les chèvres éparses — ... et celui des brebis. Crois-tu que ma bénédiction les sauve ?      

— Comme tu sauves les hommes des maladies, tu pourras sauver les bêtes de la même façon. On dit que tu es le Fils de Dieu. Les brebis, c'est Dieu qui les a créées. Ce sont donc des créatures du Père. Moi... je ne savais pas s'il était respectueux de te le demander. Mais si c'est possible, fais-le, Seigneur, et je porterai au Temple de grandes offrandes de louange. Ou plutôt, non ! Je te les donnerai pour les pauvres et ce sera mieux.»      

Jésus sourit et se tait.   

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 330.8 - Les fils du berger arrivent, et peu après Jésus, ses disciples et le vieux berger partent, laissant les jeunes gens à la garde des chèvres.   

Ils marchent rapidement, dans l'intention d'arriver vite à
Cédès pour en sortir aussitôt en essayant de rejoindre la route qui va de la mer vers l'intérieur. Ce doit être la même que celle qu'ils ont parcourue pour aller à Alexandroscène, celle qui bifurque au pied du promontoire.      

Haut de page        

242>
C'est du moins ce que je comprends d'après les conversations du berger avec les disciples. Jésus marche seul à l'avant.       

«Mais n'aurons-nous pas d'autres ennuis ? demande
Jacques, fils d'Alphée.        

- Cédès ne dépend pas de ce centurion. Elle est hors des frontières phéniciennes. Les centurions, il suffit de ne pas les titiller, ils se désintéressent de la religion.  

- Et puis nous ne nous y arrêtons pas...        

- Est-ce que vous arriverez à faire plus de trente milles
[5] par jour ? demande le berger.        

- Oh ! nous sommes des pèlerins perpétuels !»       

Ils marchent sans arrêt... Ils arrivent à Cédès et la dépassent sans incidents. Ils prennent la route directe. Sur la borne est indiquée Aczib. Le berger la montre en disant :    

«Demain, nous y serons. Cette nuit, vous viendrez avec moi. Je connais des paysans des vallées, mais beaucoup sont à l'intérieur des frontières phéniciennes... C'est bien ! Nous sortirons des frontières, et on ne nous découvrira sûrement pas tout de suite... Ah ! la surveillance ! Il vaudrait mieux l'exercer contre les voleurs ! ...»         

Le soleil tombe et les vallées n'aident évidemment pas à garder sa lumière, boisées comme elles le sont. Mais le berger a de la pratique, et il avance avec assurance.   

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 330.9 - Ils arrivent à un petit village, plus exactement à une poignée de maisons.   

«Ils vont nous accorder l'hospitalité ici, ce sont des juifs. Nous sommes vraiment à la frontière. S'ils ne veulent pas de nous, nous irons dans un autre village qui est phénicien.           

- Je n'ai pas de préventions, homme.»          

Ils frappent à une maison.        

«C'est toi, Hanne ? Avec des amis ? Viens, viens et que Dieu soit avec toi dit une femme très âgée.          

Ils entrent dans une vaste cuisine que réjouit un grand feu. Une famille nombreuse de tous les âges est réunie à table, mais fait place poliment à ceux qui viennent d'arriver.     

«Voici
Jonas. Voilà sa femme, ses enfants, ses petits-enfants et les belles-filles. Une famille patriarcale, fidèle au Seigneur» dit le berger Hanne à Jésus.        

Puis, se tournant vers le vieux Jonas :          

Haut de page        

243>
«Et celui qui est avec moi, c'est le Rabbi d'Israël, celui que tu désirais connaître. 

- Je bénis Dieu qui me permet de lui donner l'hospitalité et d'avoir de la place, ce soir. Et je bénis le Rabbi d'être venu dans ma maison; je demande sa bénédiction.»  

Hanne explique que la maison de Jonas sert quasiment d'auberge pour les pèlerins qui vont de la mer vers l'intérieur.

Tous s'asseyent dans la cuisine chaude et les femmes servent les nouveaux arrivés. Il y a un tel respect qu'il en est paralysant. Mais Jésus détend la situation en prenant autour de lui, tout de suite après le repas, les nombreux enfants et en s'intéressant à eux, qui sympathisent aussitôt. Derrière eux, dans le bref espace de temps qui sépare le dîner du repos, les hommes de la maison s'enhardissent, racontent ce qu'ils ont appris sur le Messie et demandent des détails supplémentaires. Et Jésus rectifie, confirme, explique avec bienveillance, dans une paisible conversation, jusqu'à ce que pèlerins et gens de la famille aillent se reposer après avoir reçu la bénédiction de Jésus.   

Haut de page        

Fiche mise à jour le 15/06/17.

 



[1] La mère de la petite Jeanne paralysée. On en reparle au chapitre suivant.

[2] Près de 12 km.

[3] L'escalier de Tyr se trouvait à 15-20 kms au sud de Tyr sur le sentier le long de la côte. C'était un promontoire rocheux taillé en forme de marches d'escalier directement dans la montagne.

[4] "Je suis celui qui est." Nom par lequel Yahweh se désigne à Moïse. Exode 3,14.

[5] Près de 45 km.