I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

          I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif  1.13 - Sposalizio della Vergine con Giuseppe

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif  1.13 – Wedding of the Virgin and Joseph.

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\CarrePP.jpg Concordance avec l'Évangile:
Matthieu 1,18

 



     Choix de Joseph -tenant le rameau fleuri - comme époux de la Vierge Marie, d'après un tableau de Jacques Stella, Musée des Augustins, Toulouse
Jacques Stella – Musée des Augustins, Toulouse (France)


 

seconde quinzaine de février de l'an -6 (Début Adar)
Jérusalem, au Temple


                                           Vers l'index des thématiques

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Marie, héritière de la maison de David par Salomon

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Déclaration d’amour de Joseph qui fait vœu de chasteté absolue


                                          I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- La promise soulève l'admiration de ses compagnes .......................................... 84

- Discours d'Élisabeth (Tes vêtements sont la caresse de ta mère) .............................. 85

- Discours de Marie (Les gentillesses de Joseph) 86


- Joseph lui apporte des myrtes en fleurs ......................... 86

- Discours de Joseph (Vœu d'une chasteté absolue) 87

- Le Pontife préside le mariage .......................................... 88


- Marie, héritière de Joachim et d'Anne ............................. 88

- Les époux s'éloignent avec Zacharie et Élisabeth ... 89


      I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les références du Nouveau Testament (ci-dessus) sont d'Adèle Plamondon

                                              I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Voir aussi l'infographie de Carlos Martinez


Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 1


Tome 1, chapitre 20.

13.
Mariage de la Vierge avec Joseph


Vision du mardi 5 septembre 1944

84> Comme elle est belle, Marie, en ses vêtements d'épouse, parmi ses amies et ses maîtresses qui lui font fête ! Il y a aussi parmi elles Élisabeth.           

Toute vêtue de lin d'un blanc éclatant si soyeux et si fin qu'on dirait une soie précieuse. Une ceinture d'or et d'argent travaillée au burin; elle est faite entièrement de médaillons reliés par des chaînettes et chaque médaillon est une dentelle de fils d'or sur un fond d'argent que le temps a bruni. Elle serre sa taille fine et, sans doute parce qu'elle est trop longue pour elle encore toute jeunette, elle pend par devant avec les trois derniers médaillons, Elle descend entre les plis de la robe très ample avec une courte traîne, tellement elle est longue. À ses petits pieds, des sandales de peau très blanche avec des boucles d'argent. 

Au cou, la robe est retenue par une chaînette à rosettes d'or avec filigrane d'argent qui reprend en plus petit le motif de la ceinture et passe à travers les larges jours du large décolleté en réunissant les plis qui forment une sorte de petit jabot. Le cou de Marie émerge de la blancheur des plis avec la grâce d'une tige enveloppée d'une gaze précieuse et paraît encore plus mince et plus blanc : une tige de lys qui s'épanouit en un visage lilial encore plus pâle par l'émotion et plus pur. Le visage d'une hostie très pure. 

Les cheveux ne retombent plus sur les épaules. Ils sont gracieusement disposés en tresses entre-nouées, et des attaches précieuses d'argent bruni toutes faites en broderies à filigrane les maintiennent en place depuis le sommet. Le voile maternel est posé sur ces tresses et retombe en formant des plis agréables au dessous de la lame précieuse qui enserre le front très blanc. Il descend jusqu'aux hanches, parce que Marie n'est pas si grande que sa mère et les dépasse alors que pour Anne il s'arrêtait à la ceinture.

Haut de page           

85> Aux mains elle n'a rien. Aux poignets des bracelets, mais ils sont si fins ces poignets que les pesants bracelets de sa mère retombent sur le dessus des mains et peut-être que, si elle les secouait, ils tomberaient par terre. 

Ses compagnes la regardent dans tous les sens et l'admirent. C'est un gai gazouillement de passereaux avec leurs demandes et leurs cris d'admiration.  

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif "C'était à ta mère ?"          

"Anciens, vraiment ?"

"Comme elle est belle, cette ceinture,
Sara !"

"Et ce voile,
Suzanne ? Mais regarde quelle finesse et ces lys tissés sur la trame !"   

"Fais-moi voir les bracelets, Marie ! Ils étaient de ta mère ?"  

"Elle les mettait. Mais ils sont de la mère de
Joachim mon père."      

"Oh ! regarde. Ils ont le sceau de Salomon entrelacé dans des petites branches de palmier et d'olivier avec, parmi, des lys et des roses. Oh ! qui a exécuté un travail si parfait, si minutieux ?" 

"Ils sont de la maison de David" explique Marie. "D'un siècle à l'autre, les femmes mettent ces bijoux quand elles deviennent épouses et ils se transmettent par héritage."         

"Eh oui ! Tu es fille héritière..."          

"On t'a tout apporté de Nazareth ?"   

"Non. Quand ma mère mourut, ma cousine porta le trousseau dans sa maison pour le conserver intact. Maintenant, elle me l'a apporté."     

"Où est-il ? Où est-il? ? Montre-le à tes amies."         

Marie ne sait comment faire... Elle voudrait bien être courtoise mais elle voudrait bien aussi ne pas déranger toutes ses affaires rangées dans trois coffres pesants. Les maîtresses interviennent à son aide : "L'époux est sur le point d'arriver. Ce n'est pas le moment de mettre du désordre. Laissez-la, vous la fatiguez et allez vous préparer." L'essaim des bavardes s'éloigne, un peu boudeur. Marie peut se réjouir tranquillement avec ses maîtresses qui lui adressent des louanges et des bénédictions.        

Élisabeth aussi s'est approchée. Marie, émue, pleure parce qu'
Anne de Phanouel l'appelle : "Ma fille" et l'embrasse avec des sentiments vraiment maternels. Élisabeth lui dit : "Marie, ta mère n'est pas là, mais pourtant elle y est. Son esprit exulte de joie près du tien. Et regarde : les effets que tu portes te redonnent sa caresse.   

Haut de page           

86> Tu y trouves encore la saveur de ses baisers. Il y a longtemps, le jour même que tu es venue au Temple, elle me dit : "Je lui ai préparé ses vêtements et son trousseau d'épouse. Je veux que ce soit moi qui file le lin et qui fasse ses robes d'épouse, pour ne pas être absente le jour de sa joie". Et, sais-tu ? Les derniers temps, quand je prenais soin d'elle, elle voulait chaque soir caresser tes premières robes et celles que tu portes maintenant. Elle disait : "J'y sens l'odeur de jasmin de ma petite et je veux qu'elle y sente le baiser de sa maman". Combien de baisers à ce voile qui t'ombrage le front ! Plus de baisers que de fils !... Et quand tu mettras les linges qu'elle a tissés, pense que c'est moins le métier qui les a formés que l'amour de ta mère. Et ces colliers... Aux heures mêmes de l'épreuve, ils furent sauvés par ton père, pour ton amour, pour te faire belle, comme il convient à une princesse de David, à cette heure-ci. Sois joyeuse, Marie. Tu n'es pas orpheline car les tiens sont avec toi Et tu as un époux qui est pour toi, père et mère, tant il est parfait..."    

"Oh ! oui ! C'est vrai ! De lui je ne puis me plaindre, certainement. En moins de deux mois, il est venu deux fois, et aujourd'hui, c'est pour la troisième fois qu'il vient défiant pluies et vent, pour prendre mes ordres... Pense donc : mes ordres ! À moi qui suis une pauvre femme et de combien plus jeune que lui ! Et il ne m'a rien refusé. Et même, il n'attend pas que je demande. Il semble qu'un ange lui dise mes désirs et il m'en parle avant que j'ouvre la bouche. La dernière fois, il m'a dit : "Marie, je pense que tu préféreras rester dans la maison paternelle. Puisque tu es héritière, tu peux le faire si tu veux. Je viendrai dans ta maison. Mais seulement pour observer le rite, tu iras passer une semaine dans la maison d'Alphée, mon frère. Marie t'aime tant déjà. Et de là partira, le soir des noces, le cortège qui t'emmènera à la maison", N'est-ce pas gentil ? Il ne lui importe aucunement de faire dire aux gens que sa maison ne me plaît pas... À moi, elle aurait toujours plu, à cause de lui, si bon. Mais certainement... je préfère ma maison... à cause des souvenirs... Oh ! Il est bon, Joseph !"     

"Qu'a-t-il dit de ton vœu? Tu ne m'en as pas encore parlé. "  

"Il n'a pas fait d'objection. Même, quand il a su les raisons, il a dit: " J'unirai mon sacrifice au tien".       

"C'est un jeune saint !" dit Anne de Phanouel.           

Haut de page           

87> Le "jeune saint" entre à cet instant accompagné de Zacharie. Il est vraiment splendide. Tout en jaune or, il paraît être un souverain oriental. Une magnifique ceinture porte sa bourse et le poignard, l'une en maroquin avec broderies d'or, l'autre aussi dans une gaine de maroquin à rayures d'or. Sur la tête un turban, la coiffure de toile ordinaire qui sert de capuchon comme en portent encore certains peuples d'Afrique, les Bédouins par exemple, maintenu en place par un fin cercle d'or auquel sont attachés des petits bouquets de myrte. Il a un manteau tout neuf avec franges où il se drape majestueusement. Ses yeux pétillent de joie. Dans ses mains, des bouquets de myrte en fleurs.   

Il salue : "Paix à toi, mon épouse ! Paix à tous." Et après qu'on lui a répondu : "J'ai vu ta joie, le jour où je t'ai apporté le rameau de ton jardin. J'ai pensé t'apporter le myrte qui pousse près de la grotte qui t'est si chère. Je voulais t'apporter des roses qui commencent à fleurir contre ta maison. Mais les roses ne durent pas. En plus, les journées de voyage.., Je ne t'aurais plus apporté que les épines, et à toi, aimée, je ne veux offrir que des roses, et je veux joncher ton chemin de fleurs délicates et parfumées pour que tu puisses y poser le pied sans trouver aucune souillure et désagrément."          

"Oh ! merci, comme tu es bon ! Comment as-tu pu l'apporter jusqu'ici, aussi frais ?" 

"J'ai attaché un vase à la selle, et à l'intérieur j'ai mis les branches des fleurs encore en boutons. Le long du chemin elles ont fleuri. Les voici, Marie, que ton front s'orne de la guirlande, symbole de la pureté et symbole de l'épouse, mais d'une pureté toujours bien inférieure à celle de ton cœur." Élisabeth et les maîtresses ornent Marie de la guirlande en fleurs. Elles la forment en fixant au cercle précieux qui ceint le front, les touffes blanches de myrte alternant avec de petites roses blanches prises dans un vase qui se trouve sur un coffre. Marie est pour prendre son ample manteau blanc pour le mettre sur ses épaules, mais son époux devance son geste et l'aide à fixer le manteau en haut des épaules avec deux épingles d'argent. Les maîtresses disposent les plis avec grâce et amour.        

Tout est prêt. Pendant qu'on attend je ne sais quoi, Joseph dit en s'écartant un peu avec Marie :
     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif "J'ai pensé, ces temps-ci à ton vœu. Je t'ai dit que je le partage, mais plus j'y pense et plus je comprends que le nazireat temporaire, même renouvelé plusieurs fois, ne suffit pas. Je t'ai comprise, Marie.    

Haut de page           

88> Je ne mérite pas encore la parole de Lumière, mais un murmure me vient. Et cela me fait lire ton secret au moins dans ses lignes les plus fortes. Je suis un pauvre ignorant, Marie. Je suis un pauvre artisan. Je ne connais pas les lettres et ne possède pas de trésor. Mais je mets à tes pieds, mon trésor. Pour toujours. Ma chasteté absolue pour être digne d'être près de toi, Vierge de Dieu, "sœur mon épouse, jardin fermé, fontaine scellée [1]" comme l'a dit notre Aïeul qui peut-être écrivit le Cantique en te voyant, toi... Je serai le jardinier de ce jardin d'arômes où se trouvent les plus précieux fruits et d'où jaillit une source d'eau vive avec une suave impétuosité [2] : ta douceur, ô épouse, qui par ta candeur a conquis mon esprit, ô toute belle. Belle plus qu'une aurore, soleil resplendissant car c'est ton cœur qui resplendit, ô toi, qui es tout amour pour ton Dieu et pour le monde à qui tu veux donner le Sauveur par ton sacrifice de femme. Viens, mon aimée" et il la prend délicatement par la main en la conduisant vers la porte. Tout le monde les suit et à l'extérieur viennent s'unir ses compagnes en fête, toutes en blanc et revêtues d'un voile.

Ils vont à travers les cours et les portiques, au milieu de la foule qui les observe jusqu'à un endroit qui n'est pas le Temple mais qui paraît être une salle consacrée au culte. Il y a en effet des lampes et des rouleaux de parchemin comme dans les synagogues. Les époux se rendent jusqu'en face d'un pupitre élevé, une sorte de chaire et attendent. Les autres se mettent en rangs par derrière. D'autres prêtres et des curieux s'installent dans le fond.

Entre solennellement le
Grand Prêtre.

Il y a du bruit parmi les curieux : "C'est lui qui marie ?"          

"Oui. Elle est de maison royale et sacerdotale, fleur de David et d'Aaron. L'épouse est une vierge du Temple; L'époux est de la tribu de David." 

Le Pontife met la main droite de l'épouse dans celle de l'époux et les bénit solennellement : "Que le Dieu d'Abraham, Isaac et Jacob soit avec vous, qu'Il vous unisse et réalise en vous sa bénédiction en vous donnant sa paix et une nombreuse postérité ainsi qu'une longue vie et une mort bienheureuse dans le sein d'Abraham." Et puis il se retire, solennellement comme il est entré.   

On a échangé la promesse. Marie est l'épouse de Joseph.   

Tous sortent, et toujours en bon ordre ils vont dans une salle où est rédigé le contrat de mariage où il est dit que Marie, héritière de Joachim de David et d'Anne d'Aaron apporte en dot à son époux, sa maison avec les biens annexes, son trousseau personnel et d'autres biens qu'elle a hérité de son père. Tout est fini.         

Haut de page           

89> Les époux sortent dans la cour puis se dirigent vers la sortie près du quartier des femmes employées au Temple. Un lourd char bien agencé les attend. Il est recouvert d'une toile et les lourds coffres de Marie s'y trouvent déjà. 

Adieux, baisers et larmes, bénédictions, conseils, recommandations et puis Marie monte avec Élisabeth et s'assied à l'intérieur du char. Sur le devant Joseph et Zacharie. Ils ont enlevé les manteaux de fête et sont tous enveloppés dans des pèlerines foncées, Le char part, au trot pesant d'un gros cheval de couleur foncée. Les murs du Temple s'éloignent, puis ceux de la ville et voici la campagne toute renouvelée, fraîche et fleurie par le premier soleil du printemps, les blés hauts d'une palme au moins et paraissant de couleur émeraude avec leurs jeunes feuilles qui ondulent sous une brise légère qui sent les fleurs de pêchers et de pommiers, de trèfles et de menthe sauvage.

          I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Marie pleure doucement, doucement sous son voile et de temps à autre écarte la toile pour regarder le Temple lointain, la cité qu'elle a laissée... 

La vision se termine ainsi.     

Haut de page           

 



[1] Cantique des cantiques 4,12

[2] Idem 13-14