"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

Retour à l'index des thématiques

Accueil >> Plan du Site >> Index des thématiques

 

Amour, Aimer
Voir aussi l'antonyme Haïr


Accès direct aux rubriques
"l'Évangile tel qu'il m'a été révélé" - Les autres ouvrages de Maria Valtorta
- La Bible - Le catéchisme de l'Église catholique - Autres sources


Dans "l'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
Amour de Dieu et du prochain - Amour conjugal - Aimez vos ennemis - Enseignements sur l'amour


Amour de Dieu et du prochain
Haut de page

 Je vous donne cette consigne d'amour : "Aimez Dieu et le prochain". C'est la condition première pour accomplir tout autre bien [...] Ceux qui aimeront en Dieu, qui aimeront Dieu et dont Dieu sera le Seigneur, auront sur terre et au Ciel la paix qui sera pour eux une tente et une couronne. 2.28

 L'amour, c'est le cordage, le filin, la branche dont tu parles. Insister, insister... jusqu'à ce qu'il les saisisse... Une parole... un pardon... une plus grande indulgence pour la faute... seulement pour arrêter la descente et attendre le secours de Dieu... 2.49

 L'Amour est avide d'amour [...] M'aimer uniquement par amour sera le propre d'un petit nombre 2.53

 Ce ne sont pas les riches et les puissants, en tant que tels, qui auront des honneurs, mais seulement ceux qui auront toujours aimé Dieu en L'aimant plus qu'eux-mêmes et plus que toute autre chose comme l'argent, le pouvoir, la femme, la table; et en aimant leurs semblables que sont tous les hommes, riches comme pauvres, connus comme inconnus, savants ou sans culture, bons ou mauvais. 2.76

 Augmente ton amour  3.9

 L’amour du Christ, le suivre 3.26

 Le précepte de l'amour doit être obligatoire pour tous, mais il doit l'être trois fois pour les serviteurs de Dieu. 4.139

 Celui qui ferme son cœur à son frère, ferme son cœur à Dieu et Dieu à lui. 4.163


Amour conjugal, fidélité
Voir les antonymes : infidélité, adultère
Haut de page

 Amour conjugal 1.61

 Amour du mari, amour de Dieu.3.12

 Celui qui manque d'affection pour sa femme, et même pour sa propre fille, est quatre-vingt-dix fois sur cent responsable de la faute de sa femme ou de sa fille et en répondra pour elles. 7.190

 Aime avec patience et soumission ton époux troublé. Augmente ta douceur d’autant plus que fermente en lui l’amertume des peurs humaines. Augmente ta clarté spirituelle d’autant plus qu’il engendre de lui-même des ombres d’intérêts terrestres. Sois fidèle pour deux. 10.8


Aimez vos ennemis
voir la fiche Ennemis
Haut de page


Enseignements sur l'amour
Haut de page

 C'est l'amour qui rend facile toute entreprise 2.75

 L'amour est le rédempteur de l'individu. Celui qui aime commence sa rédemption. Le Fils de l'homme la complétera. 2.84

 Les différents degrés dans l’amour : de Dieu, de parent, d’époux - du prochain, de la science, du travail - Différence entre amours et faims 3.57

 L’amour parfait aime, avec les degrés qui s’imposent, tout le genre humain, et même les animaux et les végétaux, les étoiles et les eaux, parce qu’il voit tout en Dieu. 4.110

 L’amour, beaucoup plus que la crainte du châtiment, nous tient éloignés du mal 4.123

 "L’amour est le secret et le commandement de la gloire" 4.131

L'amour est constructeur. Il construit, affermit, maintient compact, préserve. L'amour apporte l'espérance en Dieu. L'amour fait fuir le mal. L'amour porte à la prudence envers sa propre personne. 4.159.  

 Aimez. Il n'y a pas d'autre vertu plus grande et plus semblable à sa Nature. Si vous aimez, vous pratiquerez toutes les vertus sans fatigue. 5.12

 On réussit quand on aime. On ne réussit que peu quand on aime chichement. On ne réussit pas du tout quand on n'aime pas. En n'importe quoi. A plus .forte raison dans les choses de Dieu 6.107


Dans les autres ouvrages de Maria Valtorta
Haut de page

Cahiers de 1943                                                                                          Voir le sommaire des "Cahiers" =>

  Catéchèse du 7 juin : Qu’y a-t-il d’extraordinaire à l’aimer maintenant qu’il m’aime si sensiblement ? À moins d’avoir le cœur de Judas, celui qui se sent aimé aime. Mais le plus haut amour est celui qui sait continuer d’aimer même s’il croit ne plus être aimé.

 Catéchèse du 30 juillet : En vérité, je te dis que mourir d’amour est la plus sanglante des morts parce qu’on souffre, non d’une seule chose, mais des choses de toute la création. On souffre pour l’intérêt de Dieu et du prochain. C’est la mort de ton Jésus, car, sache-le, le mot le plus juste au sujet de ma mort n’est pas flagellation, tortures, croix; c’est amour. C’est l’amour qui a sacrifié le Fils de Dieu. L’amour pour vous (page 198)

 Catéchèse du 7 octobre : Dieu est sans reproches à votre égard, d'où votre obligation absolue de l'aimer, puisqu'il vous donne l'amour, et l'amour demande l'amour en retour.


Dans les textes fondamentaux chrétiens

Dans la Bible
Haut de page

 Amour conjugal : Que tu es belle ma compagne, que tu es belle ! Que tu es beau mon Bien-aimé, oui, tu es plein d'attraits ! Cantique des cantiques  Trouve la joie dans la femme de ta jeunesse (Proverbes 5,1-23)  Femmes soyez soumises à vos maris comme il convient dans le Seigneur. Maris, aimez vos femmes (Colossiens 3,18-21)  Devoirs mutuels des époux (1Pierre 3,1-7)

Hymne à l'amour (1Corinthiens 13, 2-8)

Quand j’aurais le don de prophétie,
la science de tous les mystères et de toute la connaissance,
quand j’aurais la foi la plus totale, celle qui transporte les montagnes,
s’il me manque l’amour, je ne suis rien.
Quand je distribuerais tous mes biens aux affamés,
quand je livrerais mon corps aux flammes,
s’il me manque l’amour, je n’y gagne rien.
L’amour prend patience,
l’amour rend service,
il ne jalouse pas,
il ne plastronne pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de laid,
il ne cherche pas son intérêt,
il ne s’irrite pas,
il n’entretient pas de rancune,
il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il trouve sa joie dans la vérité.
Il excuse tout,
il croit tout,
il espère tout,
il endure tout.
L’amour ne disparaît jamais

Dans le Catéchisme de l'Église Catholique
Haut de page

Indication des sources à venir.


Dans d'autres sources
Haut de page

Les différents mots pour dire "amour" : note reprise de BibleOnLine                                        Haut de page

Ancien Testament : C’est l’expression la plus profonde de la personnalité et de l’intimité des relations personnelles (Genèse 22,2 ; 37,3). Dans son sens non religieux, le mot est employé couramment pour parler de l’amour entre un homme et une femme, son expression la plus sublime étant atteinte dans le Cantique des Cantiques. L’Ancien Testament affirme que Dieu aime son peuple, habituellement au sens collectif (par exemple Deutéronome 4,37). A trois reprises seulement un homme est décrit comme personnellement aimé de Dieu (2Samuel 12,24 ; Néhémie 13,26 ; Isaïe 48,14). L’amour de Dieu est plus profond que celui d’une mère (Isaïe 49,15). L’histoire d’Osée et de Gomer illustre sa fidélité (Osée 1-3). L’amour fait partie de son caractère, de sorte qu’il ne peut pas être influencé par la passion ou détourné par la désobéissance (Osée 11,1 et suivants). Bien qu’universel, son amour est aussi sélectif; il a choisi Israël entre toutes les nations uniquement à cause de son amour pour ce peuple (Deutéronome 4,37 ; 7,6 et suivants). En retour, il exige que l’homme l’aime de tout son être (Deutéronome 6,5) en une relation de piété personnelle créée et entretenue par l’œuvre de Dieu dans son cœur (Deutéronome 30,6). L’amour de l’homme est communion avec Dieu (Psaume 18,1), mise en œuvre dans une obéissance journalière (Josué 22,5). L’amour doit aussi être la norme dans les relations humaines (Lévitique 19,18) ; on doit aider ses ennemis même si on ne les aime pas (Exode 23,4).

Nouveau Testament : Le mot le plus commun pour toutes les formes d’amour, agapè, est l’un des moins fréquents du grec classique ; dans les rares occasions où il était employé, il désignait la forme la plus haute et la plus noble de l’amour, qui voit la personne aimée comme infiniment précieuse. La septante l’utilise dans 95 % des cas pour traduire le mot hébreu correspondant. 

Un autre mot qui évoque l’amitié (le verbe philéô) est aussi employé, avec un sens peu différent. La relation entre Dieu le Père et Dieu le Fils est une relation d’amour (Jean 3,35 ; 14,31 ; 15,9). Jésus n’a pas employé le mot lui-même pour exprimer l’amour de Dieu pour les hommes, mais il l’a révélé en guérissant avec compassion (Luc 7,13), par son enseignement sur le pardon de Dieu (Luc 15.11 et suivants) et en montrant de l’amitié à ceux qu’on rejetait (Luc 7,34). Jean déclare que l’œuvre de salut de Jésus est la preuve de l’amour de Dieu (Jean 3,16). Comme dans l’Ancien Testament, son amour est sélectif, son objet le "nouvel Israël," l’Église (Éphésiens 5,25), et sous la nouvelle alliance son amour s’étend aux membres individuels de l’Église (Galates 2,20). L’amour de Dieu vise à transformer l’état naturel de l’homme, qui est ennemi de Dieu (Romains 5,10), en une relation d’amour (1Jean 4.19). Jésus voulait que les hommes aiment Dieu (Luc 11,42) mais il préférait employer le mot de "foi" pour parler de la relation de l’homme avec Dieu (Matthieu 9,22), peut-être parce que la foi exprime davantage l’humilité et la confiance que ne le fait le terme "d’amour". L’amour envers le prochain ne doit pas se calculer (Luc 10.25 et suivants), affirmait Jésus; il faut aimer même ses ennemis (Matthieu 5,44). Cette nouvelle attitude est rendue possible par l’action de l’Esprit de Dieu dans le cœur humain (Galates 5,22 et suivants). Les chrétiens doivent être unis par l’amour fraternel (Romains 12,10) comme membres de la famille de Dieu (Luc 22,32 ; Jean 13,34 ; 15,12). C’est une conséquence de l’amour de Jésus (Éphésiens 5. et suivants) qui se manifeste dans une unité de pensée (Romains 15,5 et suivants) et une entraide mutuelle (Romains 12,9 et suivants). Cet amour est la preuve de l’authenticité de la foi du chrétien (1Jean 2,9 ; 3,10 ; 4,20).

Simone Weil (1909 – 1943)                                                                                                         Haut de page

Il y avait là un jeune Anglais catholique qui m'a donné pour la première fois l'idée d'une vertu surnaturelle des sacrements, par l'éclat véritablement angélique dont il paraissait revêtu après avoir communié. Le hasard - car j'aime toujours mieux dire hasard que Providence - a fait de lui, pour moi, vraiment un messager. Car il m'a fait connaître l'existence de ces poètes anglais du XVIIe siècle qu'on nomme métaphysiques. Plus tard, en les lisant, j'y ai découvert le poème dont je vous ai lu une traduction malheureusement bien insuffisante, celui qui est intitulé Amour . Je l'ai appris par cœur.

AMOUR
L'Amour m'accueillit ; pourtant mon âme recula
Coupable de poussière et de péché.
Mais l'Amour clairvoyant, me voyant hésiter
Dès ma première entrée,
Se rapprocha de moi, demandant doucement
S'il me manquait quelque chose.
"Un invité, répondis-je, digne d'être ici."
L'Amour dit : "Tu seras lui."
Moi, le méchant, l'ingrat ? Ah ! mon aimé,
Je ne puis te regarder.
L'Amour prit ma main et répondit en souriant
"Qui a fait ces yeux sinon moi ?
- C'est vrai, Seigneur, mais je les ai souillés ; que ma honte aille où elle mérite.
- Et ne sais-tu pas, dit l'Amour, qui en a pris sur lui le blâme ?
- Mon aimé, alors je servirai.
- Il faut t'asseoir, dit l'Amour, et goûter à mes mets."
Ainsi je m'assis et je mangeai.

Souvent, au moment culminant des crises violentes de maux de tête, je me suis exercée à le réciter en y appliquant toute mon attention et en adhérant de toute mon âme à la tendresse qu'il enferme. Je croyais le réciter seulement comme un beau poème, mais à mon insu cette récitation avait la vertu d'une prière. C'est au cours d'une de ces récitations que, comme je vous l'ai écrit, le Christ lui-même est descendu et m'a prise.

Dans mes raisonnements sur l'insolubilité du problème de Dieu, je n'avais pas prévu la possibilité de cela, d'un contact réel, de personne à personne, ici-bas, entre un être humain et Dieu.

"L'attente de Dieu" – éditions La Colombe/Livre de poche – Paris 1963 - p. 44-45

 


Retour à l'index des thématiques
Fiche mise à jour le
23/04/2016