L'œuvre de Maria Valtorta.

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

Accueil > Sommaire du dossier Maria Valtorta.

Traduction automatique de cette fiche :
 -  -  -    

Le visage reconstitué du Rédempteur.
«C’est bien moi».





DOSSIERS CONNEXES
















Jésus dit, dans l’œuvre :           

«Le voile de Véronique est aussi un point d’achoppement pour votre esprit sceptique. Hommes rationnels, tièdes, à la foi vacillante, vous qui procédez par d’arides analyses, comparez le visage du Voile à celui du Saint Suaire. L’un est la face d’un vivant, l’autre celle d’un mort. Mais la longueur, la largeur, les caractères somatiques, la forme, les caractéristiques sont identiques. Superposez les images, vous verrez qu’elles correspondent. C’est bien moi. J’ai voulu rappeler comment j’étais et ce que je suis devenu par amour pour vous. Si vous n’étiez pas des hommes perdus, aveugles, ces deux visages devraient suffire à vous porter à l’amour, au repentir, à Dieu.»           

Sans doute inspiré par ce passage, Jean-François Lavère a eu l’intuition de superposer les deux reliques célèbres :         

 Tout d'abord, le voile de Véronique, ou Sainte-Face.

On commémore le geste de Véronique (
Nique dans Maria Valtorta) essuyant le visage de Jésus sur la Via Dolorosa avec la 6ème station du chemin de croix, bien que l'Évangile ne le mentionne pas. C'est dire la vigueur de cette tradition, reconnue de fait comme authentique.

La dernière ostension de cette relique date de 1854, l'image s'est tellement estompée qu'une nouvelle ostension est devenue impossible. Toutefois, la relique fut maintes fois reproduite, notamment par Domenico Fetti vers 1615. C'est une des représentations les plus célèbres.        

 Ensuite le Suaire de Turin qui ne révéla tout son secret qu'avec le premier négatif photo.  

Jean-François Lavère a donc confronter ces deux représentations d'un même visage. Normalement pour effectuer cette superposition, il faut techniquement 20 points de superposition, au minimum. Trois seulement lui ont suffi pour brusquement voir revivre le visage du Christ, marqué d'ecchymoses mais gardant dans le regard, l'émouvante douceur du Rédempteur.        

Chrétiens Magazine a publié l'histoire de cette étonnante découverte dans son numéro 268, d'avril 2014.

Haut de pageNous contacter
Fiche mise à jour le 15/05/17