03-016 03-016 03-016 03-016               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

          03-016 03-016 03-016 03-016               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif          03-016 03-016 03-016 03-016               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif          03-016 03-016 03-016 03-016               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif          03-016 03-016 03-016 03-016               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif          03-016 03-016 03-016 03-016               I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif  3.168. - Aglae in casa di Maria a Nazareth.

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif  2.168. - Aglae in Mary's House at Nazareth.


Dimanche 13 février 28 (30 Scébat)
Nazareth


          03-016 03-016 03-016 03-016    Vers l'index des thématiques

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Aglaé raconte son chemin de rédemption

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Marie co-rédemptrice

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif La haine fait mal autant que le péché


                        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Marie travaille à une toile 131

- Une inconnue implore sa pitié ......................................... 132

- Elle est la femme voilée de La Belle Eau ........................ 132

- Elle pleure depuis huit mois ......................................... 133

- Le récit de sa vie : J'admirais les mimes de Syracuse ....... 134


- J'étais belle et j'étais folle 134

- Je m'attachai à un dégoûtant patricien......................... 135

- Je menai une vie de débauche et de servitude................... 136

- Sa rencontre avec Jésus à Hébron........................... 137


- Sa fuite à la recherche de Jésus ......................................... 137

- Le séjour à La Belle Eau 138

- Sa fuite vers la Galilée 138

- Dis-moi ce que je dois faire ?........................................ 139

- Mon Fils est la Grande Victime ......................................... 139

- Discours de Marie (C'est l'Amour de Dieu qui t'a conduite) 140

- Aglaé passera la nuit dans la chambre de Joseph ...... 141


          03-016 03-016 03-016 03-016                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les commentaires de bas de page sont de Jean-François Lavère

                                            I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Voir aussi l'infographie de Carlos Martinez

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 3

 

3.28.
Aglaé dans la maison de Marie à Nazareth


Vision du dimanche 20 mai 1945 (Pentecôte)

131> Marie travaille paisiblement à une toile. C'est le soir. Toutes les portes sont fermées, une lampe à trois becs [1] éclaire la petite pièce de Nazareth et surtout la table près de laquelle la Vierge est assise. La toile, peut-être un drap, retombe du coffre et de ses genoux jusqu'à terre et Marie, vêtue de bleu foncé; semble émerger d'un tas de neige. Elle est seule. Elle coud avec agilité, la tête penchée sur son travail, et la lampe éclaire le haut de sa tête en y produisant des reflets d'or clair. Le reste du visage est dans la pénombre.        

132> Dans la pièce bien rangée règne le plus grand silence. Et même de la rue, déserte pendant la nuit, n'arrive aucun bruit. Et du jardin non plus. La lourde porte qui, de la pièce où Marie travaille, celle où elle prend habituellement ses repas et où elle reçoit les amis, donne sur le jardin, est fermée. Elle empêche de pénétrer même au bruit de la fontaine dont l'eau se déverse dans le bassin [2]. C'est vraiment le silence le plus profond. Je voudrais savoir où se trouve la pensée de la Vierge pendant que ses mains travaillent activement...        

Un coup discret à la porte qui donne sur la rue. Marie lève la tête, écoute... Mais le coup a été si léger que Marie doit penser qu'il est produit par un animal nocturne ou par un peu de vent qui a secoué la porte. Elle penche de nouveau la tête sur son travail. Mais le coup se fait entendre plus distinctement. Marie se lève et va vers la porte. Elle demande avant d'ouvrir : "Qui frappe ?"        

Une faible voix répond: "Une femme. Au nom de Jésus, pitié pour moi." Marie ouvre tout de suite en soulevant la lampe pour voir qui est cette pèlerine. Elle voit un tas d'étoffe, un enchevêtrement d'où rien ne transparaît. Un pauvre enchevêtrement qui reste courbé dans une profonde inclination quand elle dit: "Salut, Maîtresse !" et elle répète encore : "Au nom de Jésus, pitié pour moi."     

"Entre et dis-moi ce que tu veux. Je ne te connais pas."       

"Personne ne me connaît et beaucoup me connaissent, Maîtresse. Le Vice me connaît. Et la Sainteté me connaît. Mais j'ai besoin que maintenant la Pitié m'ouvre les bras. Et tu es la pitié..." et elle pleure.            

"Mais, entre donc... Et dis-moi... Tu m'en as dit assez pour que je comprenne que tu es une malheureuse... Mais, qui tu es, je ne le sais pas encore. Ton nom, ma sœur..."          

"Oh ! non ! Pas ma sœur ! Je ne puis être ta sœur... Tu es la Mère du Bien... moi... moi, je suis le Mal..." et elle pleure toujours plus fort sous son manteau qui la cache toute entière.         

Marie pose la lampe sur un siège, prend la main de l'inconnue agenouillée sur le seuil et la force à se lever.       

Marie ne la connaît pas... moi, oui : C'est
la femme voilée de "La Belle Eau". Elle se lève, humiliée, tremblante, secouée par ses pleurs et elle hésite encore à entrer en disant : "Je suis une païenne, Maîtresse. Pour vous hébreux : ordure, même si j'étais sainte. Mais deux fois ordure car je suis une prostituée. [3]"       

Haut de page   

133> "Si tu viens à moi, si tu cherches mon Fils à travers moi, tu ne peux être qu'un cœur qui se repent. Cette maison accueille tout ce qui s'appelle Douleur." et elle l'attire à l'intérieur en fermant la porte, remet la lampe sur la table, lui offre un siège en lui disant : "Parle."         

Mais la femme voilée ne veut pas s'asseoir. Un peu penchée, elle continue de pleurer. Marie est devant elle, douce et majestueuse. Elle attend, en priant, que son chagrin se calme. Je la vois qui prie par toute son attitude bien que rien en elle ne révèle qu'elle prie : ni les mains qui tiennent toujours la petite main de la Voilée, ni les lèvres qui sont closes.            

Enfin les larmes s'arrêtent. La femme s'essuie le visage avec son voile et dit ensuite : "Et pourtant, je ne suis pas venue de si loin pour rester inconnue. C'est l'heure de ma rédemption et je dois me découvrir pour... pour te montrer de combien de plaies est couvert mon cœur. Et... et tu es une mère... et sa Mère... Tu auras donc pitié de moi."          

"Oui, ma fille."          

"Oh ! oui ! Appelle-moi ma fille !... J'avais une mère... et je l'ai abandonnée... On m'a dit depuis qu'elle est morte de chagrin... J'avais un père... il m'a maudite... et il dit aux gens de la ville : "Je n'ai plus de fille"... (elle a une crise violente de larmes. Marie devient pâle de peine. Mais elle lui met la main sur la tête pour la réconforter.) La femme reprend : "Je n'aurai plus personne qui m'appelle : ma fille !... Oui, ainsi, caresse-moi ainsi, comme le faisait ma maman... quand j'étais pure et bonne... Permets-moi de baiser cette main et d'essuyer avec elle mes larmes. Mes larmes seules ne me lavent pas. Combien j'ai pleuré depuis que j'ai compris !... Auparavant j'avais pleuré aussi, car c'est horrible de n'être qu'une chair vendue, insultée par l'homme. Mais ce n'était que les plaintes d'un animal brutalisé qui hait et se révolte contre celui qui le torture et le souille toujours plus car... je changeais de maître, mais c'était toujours la même bestialité... Depuis huit mois je pleure
[4] ... parce que j'ai compris... J'ai compris ma misère, ma pourriture. J'en suis couverte, saturée et j'en ai la nausée... Mais mes pleurs toujours plus conscients ne me lavent pas encore. Ils se mélangent à ma pourriture et ne la lavent pas. Oh ! Mère ! Essuie mes larmes, et je serai purifiée de façon à pouvoir approcher mon Sauveur !"      

Haut de page   

134> "Oui, ma fille, oui. Assieds-toi, ici, avec moi et parle paisiblement. Abandonne tout ce poids ici, sur mes genoux de Mère" et Marie s'assied.          

Mais la femme glisse à ses pieds et veut parler ainsi. Elle commence doucement : "Je suis de Syracuse... J'ai vingt-six ans... J'étais la fille d'un intendant diriez-vous, nous nous disons du procurateur d'un grand seigneur romain. J'étais fille unique. Je vivais heureuse. Nous habitions près de la plage dans une très belle villa dont mon père était l'intendant. De temps à autre le propriétaire de la villa venait, ou sa femme, et ses enfants... Ils nous traitaient bien et ils étaient gentils avec moi. Les filles jouaient avec moi... Ma maman était heureuse... elle était fière de moi. J'étais belle... j'étais intelligente... tout me réussissait... Mais j'aimais davantage les choses frivoles que les bonnes. À Syracuse, il y a un grand théâtre. Un grand théâtre... beau... vaste...
[5] Il sert aux jeux et aux comédies... Dans les comédies et les tragédies qu'on y donne, on emploie beaucoup les mimes. Elles soulignent par leurs danses muettes ce qu'exprime le chœur. Tu ne sais pas... mais même avec les mains, avec les mouvements du corps, nous pouvons exprimer les sentiments de l'homme agité par quelque passion... On forme dans une palestre contiguë au théâtre [6] des adolescents et des adolescentes au métier de mime. Ils doivent être beaux comme des dieux et agiles comme des papillons... J'aimais beaucoup aller sur une éminence qui dominait cet endroit et regarder les danses des mimes. Et puis je les refaisais sur les prés fleuris, sur le sable blond de ma terre, dans le jardin de la villa. Je paraissais une statue artistique ou bien un vent qui survole, tant je savais me fixer dans des poses statuaires ou voler sans presque toucher le sol. Mes riches amies m'admiraient... et ma maman en était fière..."         

La femme voilée parle, se remémore, revoit le passé comme en un songe, et elle pleure. Les sanglots ponctuent ses dires.    

"Un jour... c'était en mai... Syracuse était tout en fleurs. Les festivités étaient terminées depuis peu
[7] et j'étais restée enthousiaste d'une danse exécutée au théâtre... Mes maîtres m'y avaient conduite avec leurs filles. J'avais quatorze ans... Dans cette danse, les mimes devaient représenter les nymphes du printemps accourant pour adorer Cérès. Elles dansaient couronnées de roses, vêtues de roses... De roses seulement, car leur vêtement était un voile très léger, un filet de fil d'araignée sur lequel étaient éparses les roses... Dans leur danse, elles semblaient des Hébés ailées [8], tant elles couraient avec légèreté.   

Haut de page   

135> Leurs corps splendides se voyaient à travers les écharpes de voile fleuri qui formaient des ailes derrière elles... J'étudiai cette danse... et un jour... un jour..." La femme voilée pleure encore plus fort... Puis elle se reprend : "J'étais belle. Je le suis. Regarde." Elle se dresse debout, rejetant rapidement son voile en arrière et laissant retomber son manteau. Et moi, je reste ébahie car je vois surgir des étoffes qu'elle a repoussées Aglaé, très belle dans son humble vêtement, avec sa simple coiffure à tresses, sans joyaux, sans étoffe de prix, une vraie fleur de chair, svelte et pourtant parfaite, avec un très beau visage, brun clair et des yeux veloutés mais pleins de feu.      

Elle se remet à genoux devant Marie: "J'étais belle, pour mon malheur et j'étais folle. Ce jour-là, je m'habillai avec des voiles. Les filles de mon maître m'aidèrent. Elles aimaient me voir danser... Je m'habillai dans un coin de la plage blonde, en face de la mer azurée. Sur la plage, déserte en ce lieu, il y avait des fleurs sauvages, blanches et jaunes au parfum pénétrant d'amandier, de vanille
[9], de chair à peine pure. Des agrumes, il arrivait aussi des bouffées de parfum pénétrant, les roses de Syracuse exhalaient leurs odeurs, et aussi la mer, et aussi le sable. Le soleil faisait exhaler des odeurs de toutes choses... Un vague sentiment de panique me montait à la tête. Je me sentais nymphe, moi aussi, et j'adorais... quoi ? La Terre féconde ? Le Soleil qui la fécondait ? Je ne sais. Païenne parmi les païens, je crois que j'adorais le Sens, mon roi despotique, que je ne pensais pas avoir en moi, mais qui était puissant, plus qu'un dieu... Je me couronnai de roses que j'avais prises dans le jardin... et je dansai... J'étais ivre de lumière, de parfums, du plaisir d'être jeune, agile et belle. Je dansai... et on me vit. Je vis qu'on me regardait. Mais je n'eus pas honte de paraître nue devant les deux yeux avides d'un homme. Au contraire, je me complus à surfaire mes vols... Le plaisir d'être admirée me donnait vraiment des ailes... Et ce fut ma ruine. Trois jours après je restai seule car les maîtres étaient partis pour regagner leur demeure patricienne de Rome. Mais, je ne restai pas à la maison... ces deux yeux admirateurs m'avaient dévoilé autre chose que la danse... Ils m'avaient dévoilé le sens et le sexe."          

Marie a un geste involontaire de dégoût qu'Aglaé remarque. "Oh ! mais tu es pure et peut-être je suis pour toi un être répugnant..."       

"Parle, parle, ma fille. Il vaut mieux que ce soit à Marie qu'à Lui. Marie, c'est la mer qui lave...
[10]"     

Haut de page   

136> "Oui, il vaut mieux que ce soit à toi, c'est ce que je me suis dit aussi quand je sus qu'il avait une Mère... Car, tout d'abord, le voyant si différent de tout autre homme, le seul qui soit tout esprit - maintenant je sais que l'esprit existe et ce que c'est - tout d'abord je n'aurais pu dire de quoi était fait ton Fils, ainsi pur de sensualité tout en étant homme, et en moi même je pensais qu'il n'avait pas de mère, mais qu'il était descendu ainsi sur la terre pour sauver les horribles misères dont je suis la plus grande...         

Tous les jours je revins en cet endroit espérant revoir cet homme, jeune, brun, beau... Et après quelque temps, je le revis... Il me parla. Il me dit : "Viens avec moi à Rome. Je t'amènerai à la cour impériale, tu seras la perle de Rome". Je dis : "Oui, je serai ton épouse fidèle. Viens chez mon père". il se mit à rire, moqueur, et me donna un baiser. Il dit : "Non pas épouse, mais déesse, et moi, ton prêtre, je te dévoilerai les secrets de la vie et du plaisir". J'étais folle, j'étais jeune, mais bien que jeune, je n'ignorais pas ce qu'est la vie... j'étais rusée. J'étais folle, mais pas encore dépravée... et je fus dégoûtée de sa proposition. Je m'échappai de ses bras et courus à la maison... mais je n'en parlai pas à ma mère... et je ne sus pas résister au désir de le revoir... Ses baisers m'avaient rendue encore plus folle... et je revins. J'étais à peine revenue sur cette plage solitaire qu'il m'embrassa, me baisant avec frénésie, une pluie de baisers, de paroles amoureuses, de questions : "Est-ce que tout n'est pas dans cet amour ? N'est-ce pas plus doux que le lien du mariage ? Que veux-tu d'autre ? Peux-tu vivre sans cela ?"           

Oh ! Mère... Je m'enfuis le soir même avec le dégoûtant patricien. Je fus un chiffon piétiné par son animalité... Non pas déesse : fange. Non pas perle : fumier. Il ne me révéla pas la vie, mais l'ordure de la vie, l'infamie, le dégoût, la douleur, la honte, l'infinie misère de ne même plus m'appartenir... Et puis... la chute totale. Après six mois d'orgie, fatigué de moi, il passa à de nouveaux amours et je fus dans la rue. J'exploitai mes talents de danseuse ... Je savais désormais que ma mère était morte de chagrin. Je n'avais plus de maison, plus de père... Un maître de danse m'accueillit dans son gymnase. Il me perfectionna... il m'exploita. ..il me lança comme une fleur au courant de tous les arts sensuels au milieu du patriciat corrompu de Rome. La fleur déjà souillée tomba dans un égout. Ce furent dix années de descente dans l'abîme
[11]. Toujours plus bas. Puis on m'amena ici pour charmer les loisirs d'Hérode et je fus prise par un nouveau maître. Oh ! il n'y a pas de chien enchaîné qui soit plus enchaîné que l'une de nous ! Et il n'y a pas d'éleveur de chiens plus brutal que l'homme qui possède une femme ! Mère... tu trembles ! Je te fais horreur !"  

Haut de page           


137> Marie s'est porté la main au cœur comme si elle avait reçu un coup. Mais elle répond: "Non, pas toi. Ce qui me fait horreur, c'est le Mal qui domine tant la terre. Continue, pauvre enfant !"       

"Il m'amena à Hébron... J'étais libre ? J'étais riche ? Oui, parce que je n'étais pas en prison et que j'étais couverte de bijoux. Non, parce que je ne pouvais voir que ceux que lui voulait et je ne pouvais même plus disposer de moi.           

Un jour il vint à Hébron un homme : l'Homme, ton Fils
[12]. Cette maison Lui était chère. Je le sus et l'invitai à entrer. Sciammai n'était pas là [13]... et par la fenêtre j'avais déjà entendu des paroles et vu une personne qui m'avaient bouleversé. Mais, je te jure, ô Mère, que ce ne fut pas la chair qui me poussa vers ton Jésus. Ce fut une chose que Lui me révéla qui me poussa sur le seuil, méprisant les plaisanteries du vulgaire, pour Lui dire : "Entre". Ce fut mon âme dont j'eus alors la révélation. Il me dit: "Mon nom veut dire : Sauveur. Je sauve ceux qui ont un vrai désir d'être sauvés. Je sauve en enseignant à être pur, à vouloir la souffrance mais l'honneur, le Bien à tout prix. Je suis Celui qui cherche ceux qui sont perdus, Celui qui donne la Vie. Je suis Pureté et Vérité". Il me dit que j'avais moi aussi une âme et que je l'avais tuée par ma manière de vivre. Mais il ne me maudit pas, ne se moqua pas de moi. Il ne me regarda pas un instant ! Le premier homme qui ne me dévisagea pas d'un regard avide, car j'ai la terrible malédiction d'attirer l'homme... Il me dit que qui le cherche le trouve parce que Lui se trouve où l'on a besoin de médecin et de remèdes. Et il est parti. Mais ses paroles étaient ici, et elles ne sont plus sorties.           03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Il m'a dit que son Nom voulait dire Sauveur comme pour commencer à me guérir. Ses paroles m'étaient restées ainsi que ses amis les bergers. Et je fis le premier pas en leur donnant l'obole et en demandant leur prière [14]... Et puis... Je me suis enfuie...      

Oh ! sainte fugue que celle-là ! J'ai fui le péché, à la recherche du Sauveur. Je suis allée le chercher, certaine de le trouver parce que Lui me l'avait promis. On m'envoya auprès d'un homme du nom de Jean
[15], en me disant que c'était Lui. Mais ce n'était pas Lui. Un hébreu me dirigea vers "La Belle Eau" [16]. Je vivais en vendant l'or que j'avais en grande quantité. Pendant les mois où j'étais à sa recherche [17], j'avais dû me couvrir le visage pour n'être pas reprise et parce que, réellement, Aglaé était ensevelie sous ce voile. Morte la vieille Aglaé. Il y avait sous ce voile sa pauvre âme blessée et exsangue qui cherchait son médecin. Bien des fois, j'ai dû fuir l'homme qui me poursuivait bien qu'ainsi camouflée dans mon vêtement. Même un des amis de ton Fils …[18]   

Haut de page   

138> À "La Belle Eau" je vivais comme une bête : pauvre mais heureuse. Les averses et le fleuve me purifièrent moins que ses paroles. Oh ! Aucune ne s'est perdue. Une fois il pardonna à un assassin [19]. J'entendis et je fus sur le point de Lui dire : "Pardonne-moi, à moi aussi". Une autre fois il parla de l'innocence perdue... Oh ! quels pleurs de regret ! Une autre fois il guérit un lépreux [20]... et je fus sur le point de crier : "Purifie-moi de mon péché..." Une autre fois il guérit un fou et c'était un romain [21]... et je pleurai... et il me fit dire que les patries passent mais que le Ciel reste. Un soir de tempête, il m'accueillit dans la maison [22]... et puis il me fit trouver un logement par le régisseur... et il me fit dire par un enfant : "Ne pleure pas"... Oh ! sa bonté ! Oh ! ma misère ! Si grandes toutes les deux que je n'osai pas apporter ma misère à ses pieds... bien que l'un des siens m'eût instruit, la nuit, sur l'infinie miséricorde de ton Fils [23]. Et puis il fut exposé aux pièges de gens qui voulaient voir un péché dans le désir qu'avait une âme de renaître. Mon Sauveur est parti... et moi je l'ai attendu... Mais l'attendait aussi la vengeance de gens bien plus indignes que moi de le regarder. Car moi, j'ai péché en païenne contre moi-même, alors qu'eux pèchent, connaissant déjà Dieu, contre le Fils de Dieu... et ils m'ont frappée et plus que leurs pierres m'a blessée leur accusation, plus que dans ma chair, ils m'ont blessée dans ma pauvre âme en l'amenant à désespérer.   

Oh ! la lutte terrible avec moi-même ! Déchirée, sanglante, blessée, fiévreuse, privée de mon Médecin, sans toit, sans pain, j'ai regardé en arrière, devant moi... Le passé me disait : "Reviens", le présent me disait: "Tue-toi", l'avenir me disait : "Espère". J'ai espéré... Je ne me suis pas tuée. Je le ferais si Lui me chassait car je ne veux plus être ce que j'étais !... Je me suis traînée jusqu'à un pays à la recherche d'un abri... Mais j'ai été reconnue. Comme une bête, j'ai dû fuir, ici, là, toujours poursuivie, toujours méprisée, toujours maudite parce que je voulais être honnête et parce que j'avais déçu ceux qui, par mon intermédiaire, voulaient frapper ton Fils. En suivant le fleuve je suis remontée jusqu'en Galilée et suis venue ici... Tu n'y étais pas. Je suis allée à Capharnaüm. Tu venais d'en partir
[24]. Mais un vieil homme m'a vue. Un de ses ennemis, et il m'a fait un texte d'accusation pour Lui, ton Fils, et comme je pleurais sans réagir, il m'a dit... il m'a dit... "Tout pourrait changer pour toi si tu voulais être ma maîtresse et ma complice pour accuser le Rabbi nazaréen. Il suffit que tu dises, devant mes amis, que Lui était ton amant..."Je me suis enfuie comme quelqu'un qui verrait s'ouvrir un buisson de fleurs sous un nid de serpents [25].  

Haut de page   

139> J'ai compris, de cette façon, que je ne puis aller à ses pieds... et je viens aux tiens. Voici : piétine-moi, je ne suis que boue. Voici : chasse-moi, je suis la pécheresse. Voici : dis-moi mon nom : prostituée. J'accepterai tout de toi, mais aie pitié de moi, Mère. Prends ma pauvre âme souillée et porte-la à Lui. C'est un péché que de remettre entre tes mains ma luxure. Mais il n'y a que là qu'elle sera protégée du monde, qui la veut, et deviendra pénitence. Dis-moi comment je dois faire. Dis-moi ce que je dois faire. Dis-moi quels moyens je dois mettre en œuvre pour n'être plus Aglaé. Que dois-je mutiler en moi ? Qu'est-ce que je dois m'arracher pour n'être plus péché, plus séduction, pour n'avoir plus rien à craindre de moi-même et de l'homme ? Dois-je m'arracher les yeux ? Dois-je me brûler les lèvres ? Dois-je me couper la langue ? Les yeux, les lèvres, la langue m'ont servi à faire le mal. Je ne veux plus le mal et je suis disposée à me punir et à les punir en les sacrifiant. Ou veux-tu que je m'arrache ces reins avides qui m'ont poussée à des amours dépravés ? Ces entrailles insatiables dont je crains toujours le réveil ? Dis-moi, dis-moi comment l'on fait pour oublier que l'on est femme et comment l'on fait pour faire oublier que l'on est femme !"         

Marie est bouleversée. Elle pleure, elle souffre, mais les seuls signes de sa douleur ce sont les larmes qui tombent sur la repentie.          

"Je veux mourir pardonnée. Je veux mourir sans autre souvenir que mon Sauveur. Je veux mourir avec sa Sagesse pour amie... et je ne peux plus l'approcher car le monde nous guette Lui et moi pour nous accuser..." Aglaé pleure, jetée parterre comme une vraie loque.         

Marie se lève en murmurant toute angoissée :
          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif "Comme il est difficile d'être rédempteurs !" [26]    

Aglaé, qui entend ce murmure et voit sa réaction, gémit : "Tu le vois ! Tu vois qu'à toi aussi j'inspire le dégoût ? Maintenant je m'en vais. C'est fini pour moi !"     

"Non, ma fille. Non, ce n'est pas fini. Pour toi maintenant, c'est le commencement. Écoute, pauvre âme. Ce n'est pas pour toi que je gémis, mais pour le monde cruel. Je ne te laisse pas partir, mais je te recueille, pauvre hirondelle que la bourrasque a abattue contre mes murs. Je t'amènerai à Jésus, et Lui t'indiquera le chemin de la rédemption..."

Haut de page   

140> "Je n'espère plus... Le monde a raison. Je ne puis être pardonnée."     

"Par le monde, non. Mais par Dieu, oui. Laisse-moi te parler au nom du Suprême Amour qui m'a donné un Fils pour que je le donne au monde. Il m'a sortie de la bienheureuse ignorance de ma virginité consacrée pour que le monde ait le Pardon. Il m'a tiré le sang non de l'enfantement, mais du cœur en me révélant que mon Fils est la Grande Victime. Regarde-moi, ma fille. Il y a dans ce cœur une grande blessure. Elle gémit depuis trente ans et plus. Elle s'élargit de plus en plus et me consume. Sais-tu quel nom, elle a ?"       

"Douleur."    

"Non. Amour. Et c'est cet Amour qui me saigne pour que le Fils ne soit pas seul à opérer le salut. C'est l'amour qui met en moi un feu pour que je purifie ceux qui n'osent pas aller vers mon Fils. C'est l'amour qui me donne les pleurs pour que je lave les pécheurs. Tu voulais mes caresses. Je te donne mes larmes qui déjà te blanchissent pour que tu puisses regarder mon Seigneur. Ne pleure pas ainsi. Tu n'es pas la seule pécheresse qui vient au Seigneur et repart rachetée. Il y en a eu d'autres, et il y en aura d'autres.       

Doutes-tu que Lui puisse te pardonner ? Mais ne vois-tu pas en tout ce qui t'est arrivé une mystérieuse volonté de la Bonté Divine ? Qui t'a amenée en Judée ? Qui t'a conduite dans la maison de Jean ? Qui t'a mise à la fenêtre ce matin-là ? Qui a allumé une lumière pour éclairer ses paroles ? Qui t'a donné la capacité de comprendre que la charité, unie à la prière de celui qui reçoit un bienfait, obtient l'aide de Dieu ? Qui t'a donné la force de t'enfuir de la maison de Sciammai ? Qui t'a donné la force de persévérer les premiers jours jusqu'à son arrivée ? Qui t'a conduite sur sa route ? Qui t'a rendue capable de vivre en pénitente pour purifier toujours plus ton âme ? Qui t'a rendu l'âme d'une martyre, l'âme d'une croyante, une âme persévérante, une âme pure ? ...  

Oui, ne secoue pas la tête. Crois-tu qu'il n'y a de pur que celui qui n'a pas connu le sens ? Crois-tu que l'âme ne puisse plus jamais redevenir vierge et belle ? Oh ! ma fille ! Mais entre ma pureté qui est toute entière grâce du Seigneur et ton héroïque ascèse pour retourner vers le sommet de ta pureté perdue, crois que c'est la tienne qui est la plus grande. C'est toi qui la construis: contre le sens, le besoin et l'habitude. Pour moi, c'est un don naturel comme la respiration. Toi, tu dois briser au vif dans ta pensée, tes affections, la chair, pour ne pas te souvenir, pour ne pas désirer, pour ne pas seconder. Moi...  

Haut de page   

141> Oh ! est-ce qu'une petite enfant de quelques heures peut désirer la chair ? Et en a-t-elle le mérite de ne pas le faire ? Ainsi pour moi. Je ne sais pas ce qu'est cette tragique faim qui a fait de l'humanité une victime. Je ne sais autre chose que la très sainte faim de Dieu. Mais, toi, tu ne la connaissais pas, et c'est par toi-même que tu l'as apprise. Mais toi, l'autre faim, tragique et horrible, tu l'as domptée pour l'amour de Dieu, ton unique amour maintenant. Souris, fille de la miséricorde divine ! Mon Fils fait en toi ce qu'il t'a dit à Hébron. Il l'a déjà fait. Tu es déjà sauvée car tu as eu la volonté sincère de te sauver, parce que tu as appris la pureté, la douleur, le Bien. Ton âme est revenue à la vie. Oui. Il te faut sa parole pour te dire au nom de Dieu : "Tu es pardonnée". Moi, je ne peux la dire, mais je te donne mon baiser comme une promesse, comme un commencement de pardon...   

O Esprit Éternel, un peu de Toi est toujours en ta Marie ! Permets qu'elle te répande, Esprit Sanctificateur, sur la créature qui pleure et espère. Au nom de notre Fils, ô Dieu d'amour, sauve celle qui attend de Dieu le salut. Que la Grâce, dont l'Ange m'a dit que Dieu m'a comblée, se pose miraculeusement sur celle-ci et la soutienne, jusqu'à ce que l'absolve Jésus, le Sauveur Béni, le Prêtre Suprême au nom du Père, du Fils et de L'Esprit…  

Il fait nuit, ma fille. Tu es fatiguée et brisée. Viens. Repose-toi. Demain tu partiras... Je t'enverrai dans une famille de gens honnêtes
[27], car ici il vient maintenant trop de monde. Et je te donnerai un vêtement, tout comme le mien. On te prendra pour une israélite. Je dois revoir mon Fils en Judée, car la Pâque approche et à la nouvelle lune d'Avril, nous serons à Béthanie. Je parlerai alors de toi. Viens à la maison de Simon le Zélote, Tu m'y: trouveras et je te conduirai à Lui." [28]       

Aglaé pleure encore, mais paisiblement. Elle s'est assise par terre. Marie aussi s'est assise de nouveau. Aglaé met sa tête sur les genoux de Marie et baise sa main... Puis, elle gémit : "On me reconnaîtra..."          

"Oh ! non, ne crains pas. Ton vêtement était désormais trop connu, mais je te préparerai pour ce voyage que tu feras vers le Pardon. Et tu seras comme la vierge qui va à ses noces : différente et inconnue à travers la foule ignorante du rite. Viens. J'ai une petite chambre près de la mienne. Elle a abrité des saints et des pèlerins désireux d'aller vers Dieu. Elle t'abritera toi aussi."           

Haut de page   

142>           03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Aglaé veut reprendre son manteau et son voile. "Laisse-les. Ce sont les habits de la pauvre Aglaé perdue. Elle n'existe plus... et d'elle il ne doit même pas rester ce vêtement. Il a reçu trop de haine … et la haine fait mal autant que le péché."

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

          03-016 03-016 03-016 03-016    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Elles sortent dans le jardin obscur, elles entrent dans la petite chambre de Joseph. Marie allume la lampe qui est sur une petite table, caresse encore la repentie, ferme la porte et avec sa triple flamme s'éclaire pour voir où elle peut porter le manteau déchiré d'Aglaé pour qu'aucun visiteur ne le voie le lendemain.      

Haut de page   

 



[1] Quoiqu'un peu moins connues que les classiques lampes à huile romaines à un ou deux becs, les lampes à trois becs étaient déjà utilisées 3 siècles avant J-C.

[2] La fontaine et le bassin ont souvent été évoqués. C'est Joseph qui les installa, trente ans plus tôt (Tome1, chapitre 22, page 95 /vo 14.5, puis Tome 1, chapitre 40, page 152 /vo 25.7 et Tome 1, chapitre 42, page 155 /vo 26.2)

[3] Tout à fait conforme aux innombrables témoignages bibliques concernant l'avis que l'on portait sur les païens et les prostituées. Par exemple : Genèse 38,24-25; Lévitique 21,9, Ézéchiel 23,30 ou 1 Corinthiens 6,15

[4] Cf. Tome 2, chapitre 41 rencontre d’Aglaé avec Jésus dans la maison du Baptiste à Hébron.

[5] Exact: Le grand théâtre grec de Syracuse était le plus grand de toute la Sicile, plus grand que le célèbre théâtre d'Épidaure en Grèce.

[6] La palestre est une sorte de gymnaste, fréquent dans les cités grecques. L'existence d'une palestre à Syracuse est évoquée par les archéologues italiens. Sa présence dans le quartier archéologique Neapolis, au nord du théâtre grec, où subsistent les traces d'un stade, est très probable, mais reste à découvrir.

[7] Parfaitement crédible: les festivités célébrant Cérès s'achevaient le 19 avril. Elles comprenaient des manifestations théâtrales (selon Ovide)

[8] Crédible: Hébé: fille de Zeus et d'Héra, déesse personnifiant la Jeunesse, la Vitalité et la Vigueur.

[9] Le commerce des épices était pratiqué dès l'antiquité avec la Perse, l'Arabie et même l'Inde et la Chine. Mais il ne semble pas qu'il y ait de trace indiquant que la vanille fut connue à cette époque… Le mot apparaît en Europe au 16e siècle. Les autres parfums sont typiques de la Sicile.

[10] Conforme à la tradition qui depuis St Jérôme, interprète le mot Marie: mara étoile et jam mer.

[11] Cohérent: plus haut Aglaé a dit qu'elle a 26 ans, et plus loin, que sa déchéance a commencé quand elle avait 14 ans.

[12] Rencontre décrite au Tome 2, chapitre 41 /vo 77.5/6

[13] Il s'agit, comme on l'a appris au Tome 2, chapitre 90 /vo 123.7, d'un débauché, ami d'Hérode. Il ne doit pas être confondu avec le rabbi Shammaï.

[14] C'est conforme à ce que Élie rapporte à Jésus en Tome 2, chapitre 43, page 230 /vo 79.4. L'obole, est celle qui permit l'évasion de Jean…

[15] Effectivement, on sait depuis le Tome 2, chapitre 94, page 551 /vo127.3, qu'Aglaé est allée à Enon rencontrer la Baptiste.

[16] Ce pourrait être par exemple Doras, justement présent à Enon ce jour-là.

[17] Plus précisément de juin à novembre 27

[18] À Jéricho, Judas s'était renseigné à son sujet (Tome 2, chapitre 79, page 444 /vo 112.2)

[19] Cf. Tome 2, chapitre 86, page 491 /vo119.2. Jésus est à l'écart, mais à une dizaine de mètres d'Aglaé lorsque l'assassin avoue son crime. Elle seule a pu entendre !

[20] Cf. Tome 2, chapitre 95, page 556 /vo128.1-2

[21] Cf. Tome 2, chapitre 96, page 563 /vo 129.2

[22] Cf. Tome 2, chapitre 91, page 533 /vo 124.4

[23] Au Tome 3, chapitre 59, page 342 /vo 198.11, Jésus confirme à Marie qu'il s'agissait d'André

[24] Cohérent: Marie était à Capharnaüm le 1er février... et Elle est retournée à Nazareth le 6 février. Aglaé passa à Nazareth entre le 2 et le 6 février, puis à Capharnaüm vers le 7 février, pour finalement revenir à Nazareth le 13.

[25] Il ne peut s'agir que d'un des deux plus virulents ennemis de Jésus à Capharnaüm: soit Joachim du sanhédrin, soit Éli, qui aurait vite oublié la guérison de son petit-fils Élysée.

[26] Marie se souvient de cette parole devant Jésus, au Tome 4, chapitre 125, page 250 /vo 262.7

[27] Marie va adresser Aglaé à Cana, chez Suzanne. On l'apprend au Tome 3, chapitre 59, page 342 /vo 198.11, et Jésus en remercie Suzanne au Tome 4, chapitre 106, page 106 /vo 243.3

[28] La rencontre à Béthanie a lieu au Tome 3, chapitre 61, page 355 /vo 200.1/5