I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano.

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous ?

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif


Texte original.


TEXTES DELA MESSE.

Introït : Je suis ressuscité et je suis encore avec vous, alléluia : vous avez étendu votre main sur moi, alléluia : votre sagesse s’est montré admirable, alléluia, alléluia. Ps : Seigneur, vous m’avez mis à l’épreuve et vous connaissez mon repos et ma résurrection. Gloire au Père …

Collecte : Dieu qui, sous un sacrement admirable, nous as laissé le mémorial de ta Passion, accorde-nous une telle vénération pour les mystères sacrés de ton Corps et de ton Sang que nous ressentions sans cesse en nous les effets de ta rédemption. Par N.S.J.C.

Épître :
1 Corinthiens 5,7-8.

Graduel : Psaume 117  (Hébreu 118), 24.1.

Alléluia : 1 Corinthiens 5,7.

Séquence: Victimae paschali laudes immolent christiani[1].

Évangile:
Marc 16,1-7.

Offertoire : Psaume 75 (Hébreu 76), 9-10.

Secrète : " Accueille, Seigneur, les prières de ton peuple avec l'offrande de ce sacrifice, afin que ce qui a trouvé un commencement dans les mystères de Pâques devienne pour nous, sous l'action de ta grâce, remède d'éternité. Par N.S.J.C. "

Communion :
1 Corinthiens 5,7-8.

Postcommunion : " Pénètre-nous, Seigneur, de ton esprit d'amour ; et de tes fidèles, que tu as rassasiés du sacrement de Pâques, fais, par ta bonté, un seul corps uni dans la charité. Par N.S.J.C. "
















Dimanche 21 avril 1946.

67> Azarias dit :  

 Mon Seigneur m'ordonne de te dire : «Je te dis la parole de l'introït (voir ci-contre) pour ton réconfort, comme si je la disais à mon Père. Crois ma parole. Je suis ressuscité et je suis encore avec toi».         

Avoir le Seigneur avec soi, c'est avoir la certitude d'être aidé et la paix de ne pas avoir démérité. Reste dans cette union et ne crains pas.       

Cela fait plus de deux mois que, dans nos saintes messes, je te dis : "Ne crains pas
[2]". Un ange ne donne pas de vains espoirs. Il dit ce qui est vrai. Au nom de Dieu, moi, ton ange gardien, je t'assure que tu n'as pas à craindre parce que Jésus très saint est avec toi, sa main transpercée est posée sur toi pour te défendre et lui, la Sagesse incarnée, t'instruit et te parle avec la merveilleuse sagesse qui surpasse toute sagesse.   

Haut de page        

68>  Pour conserver ces dons tu n'as qu'à te garder de manière à toujours pouvoir dire en vérité devant celui qui ne peut être trompé : "Seigneur tu me scrutes et me connais : que je m'assoie ou que je me lève, tu le sais[3]. Tu sais, ô Dieu, si je m'assieds, c'est-à-dire si je me laisse envahir par la paresse spirituelle, ou bien si je me dresse pour la continuelle bataille contre les forces du Mal qui voudraient t'éteindre en moi, et éteindre ma lumière qui vient de toi pour faire de moi une 'ténèbre'. Tu sais la vérité de mes actions et de mes souffrances, et, au nom et par le souvenir de toutes les fois où ton Verbe incarné fut mal jugé parce que méconnu, je te prie de me soutenir et de me défendre contre les tribulations qui viennent des hommes obtus qui oublient le 'Ne jugez pas[4]' enseigné par ton Verbe, et jugent même ce qu'ils ignorent.   

 C'est le destin de ceux qui sont 'mis à part', selon le mot de Paul
[5], que d'être incompris. Mon Seigneur t'en a parlé il y a longtemps et, par révérence, je ne te répète pas la leçon[6]. Mais tu peux la lire pour comprendre et plaindre l'incapacité des hommes à comprendre ceux qui sont mis à part par Dieu. Au ciel, où il n'y aura plus de différence car toute l'intelligence, toute la sagesse, toute la justice, toute la charité seront données en égale mesure à l'égale possession de Dieu, tous se comprendront, ceux qui ont été incompris parce qu'ils parcouraient une voie extraordinaire comme ceux qui sont parvenus au même Royaume de Dieu par une voie ordinaire.       

Pour l'instant, l'incapacité de se comprendre existe et persiste encore, comme elle exista pour le Christ et ses contemporains, et comme elle exista entre les premiers apôtres et disciples, même s'ils étaient unis et tendus vers un même but
[7]. Les Actes des Apôtres en parlent[8]. Pourtant ils s'aimaient. Ils s'aimaient dans un unique Christ. Ils voulaient sa gloire. Mais ils étaient de grands esprits dans des corps d'hommes et pour cette raison encore esclaves des réactions et misères de l'homme, de cet homme qui ne meurt jamais complètement et qui, même chez les plus saints, prend le dessus de façon imprévisible. C'est ainsi que s'expliquent tant de désaccords et incompatibilités qui, bien que demeurant à la superficie du magnifique bloc de base de l'Église apostolique, l'ont rayé en donnant prise à ses ennemis pour la critiquer et de tenter de la rabaisser.          

Haut de page        

69>  Mais l'homme est toujours homme. Et Dieu permet que des parcelles d'humanité résistent, même chez les meilleurs et les bien-aimés, dans le but de les stimuler à une vertu toujours plus héroïque, provoquant ainsi des réactions non blâmables à ses yeux mais aptes à leur attirer des critiques, des blâmes, des railleries, des offenses et des jugements malveillants de la part du monde très imparfait, et qui se croit plus parfait que les serviteurs de Dieu. Ces parcelles d'humanité ne nuisent pas au dessein de Dieu et de l'âme de tendre à la perfection et de porter à la perfection ; au contraire, en l'humiliant, elles aident l'âme car elles l'émondent de la branche toxique, la plus toxique, née de la plus mauvaise plante de Lucifer : l'orgueil.       

 L'union des mérites infinis de Jésus à la bonne volonté de l'homme et à l'humilité que vos faiblesses et imperfections mêmes nourrissent, vous accorde de pouvoir accomplir, par la grâce, inspiratrice des saints désirs, et par la douloureuse mort et la glorieuse résurrection du Fils unique de Dieu, les aspirations que Dieu vous a mises dans le cœur. Elle vous permet aussi de parvenir à l'heureux Règne qui ne connaît pas de fin par les portes de l'éternité, rouvertes par la Victime immolée, par le Triomphateur éternel.    

 Mais, comme dit saint Paul, il faut "se purifier du vieux levain
[9]". Le levain des passions se renouvelle avec davantage de vivacité que le levain mélangé à la farine par la ménagère pour faire lever le pain. L'âme de bonne volonté l'enlève sans cesse et sans cesse le retrouve. Le monde, les événements, les désillusions, les constatations, les joies, les peines, tout tend à mettre clans l'âme un levain de malice, d'impureté, de mensonge, de révolte. Non, non, chères âmes. Un seul levain doit être en vous : le saint, le pur, le vrai levain de la Parole de Dieu, de l'amour de Dieu. Parce que la Parole est amour. La Parole s'est immolée aussi afin de pouvoir vous instruire à présent ; pour cela aussi, pour vous instruire ! La Parole s'est immolée, se faisant homme pour pouvoir parler aux hommes, leur donner la vraie Parole et relever ainsi le niveau de la véritable connaissance de la Loi, qui est amour, au lieu de l'acide levain impur, malicieux, méchant qu'il était désormais devenu, vieux et nocif, chez les fils de Dieu.   

Haut de page        

70> La Parole s'est immolée, se faisant Victime pour pouvoir faire venir le Paraclet[10]. Celui-ci est le levain d'amour par lequel toutes les parcelles du froment-Jésus peuvent gonfler, avec ses innombrables paroles, et ainsi faire lever les intelligences humaines en pureté, en vérité, en sagesse, en compréhension et en sainteté.

Mais si le bon levain vient à être mélangé au mauvais et vieux levain, le mauvais ne s'améliore pas mais, au contraire, corrompt le bon, et ainsi le saint levain qui vient de Dieu a été reçu inutilement. C'est pour cela qu'il faut enlever toute parcelle de mauvais levain et se rendre purs, nouveaux comme des bébés à peine nés, et le faire continuellement, pour empêcher l'œuvre de Satan et de la chair, le faire avec une surveillance assidue, sans découragement, sans paresse, sans présomption. Il faut le faire sans relâche, parce que Satan, la chair et le monde œuvrent tant que l'homme est sur la terre, et toujours recevoir dans un cœur purifié le saint levain, afin que vous soyez sans cesse une pâte nouvelle, sans moisissure ni corruption, formée selon la forme de Dieu et digne de lui.         

 Ce jour, comme toute chose qui existe, a été fait par Dieu. Mais c'est véritablement un jour parfait, un jour qui dépasse tout autre jour créateur, si en lui resplendit dans tout leur éclat la puissance et la miséricorde éternelles de Dieu.         

Seul un Dieu pouvait pousser la miséricorde jusqu'à devenir victime pour les pécheurs, et seul un Dieu pouvait se ressusciter lui-même pour témoigner qu'il est vrai Dieu, et pour dire que la Vie - c'est-à-dire Dieu - est plus forte que la mort - Satan -, que l'Auteur de tout ne peut être tué, éliminé par une partie. Dieu, auteur de tout, ne put être tué par l'homme et le rester. En effet, s'il est vrai qu'il a goûté à la cendre amère de la mort par amour de l'homme, il est également vrai qu'il a vaincu la mort et pour toujours ; toutes les forces du mal, qu'elles aient le nom du grand Satan ou des petits satans, ne pourront jamais plus tuer le Vivant.

Maria, petite Maria de Jésus, toi aussi, avec la grande
Marie de Lazare, "tu as vu le sépulcre du Christ vivant et la gloire du Ressuscité, les anges témoins, le suaire et le linceul" comme dit la séquence pascale[11].

Haut de page        

71>  Par ce don, que te soit douce chaque peine amère qui te vient de tous, sauf de Dieu. Que chaque don qui t'est fait te soit une aide pour parvenir au ciel, en n'imitant pas ceux qui utilisent un bienfait donné gratuitement avec orgueil, désobéissance, et imprudence ; ceux-là se croient déjà assurés parce qu'un don leur a été accordé, sans penser que le don est une épreuve et qu'il peut être enlevé comme il a été donné si, au lieu de produire l'amour de la vérité, de l'obéissance et de la justice, il fait fermenter le mensonge, l'orgueil et la désobéissance; si l'ingratitude de celui qui a reçu ce don atteint la gravité, alors c'est pour l'éternité que la possession de la récompense, c'est-à-dire Dieu lui-même, lui sera enlevée.        

Les juifs, les princes des prêtres, les scribes et les pharisiens eurent le temps de se raviser et de se rendre propice le don infini du Verbe fait homme en Israël, avant que la justice ne dise : "Cela suffit". Ensuite seulement, après que la doctrine, la mort, les signes des éléments, l'accomplissement des prophéties et le nouveau sursaut de la création au retour du souffle dans le Corps inanimé furent inefficaces pour faire plier les esprits orgueilleux d'Israël à la Vérité, "Dieu se leva pour faire justice
[12]".     

Patiente, la justice marqua la séparation nette des chevreaux d'avec les boucs
[13] : d'un côté ceux qui repoussèrent absolument le don, de l'autre ceux qui, à l'instar de Gamaliel et d'autres, se frappèrent la poitrine après le dernier souffle du Christ en disant: "Nous avons péché ! Il était bien ce qu'il avait dit être ! Que Dieu ait pitié de nous[14]". Pas encore agneaux mais déjà prédisposés à le devenir, ils furent séparés en toute justice, justice divine, des boucs indomptés et infernaux qui, dans leur ruine, fluaient tourné le dos au don de Dieu.       

Parmi ceux qui, de chevreaux, surent devenir agneaux et auxquels la miséricorde accorde le pardon en raison de leur repentir, combien sont au nombre des saints qui, avec la Vierge Mère, avec les apôtres et les martyrs nommés dans la Préface, sont rappelés aujourd'hui et invoqués afin qu'ils aident les vivants de la terre à devenir les "vivants" du ciel, en s'unissant par la prière et l'offrande, afin que les jours des fidèles s'écoulent dans la paix spirituelle, qu'ils ne soient pas frappés d'éternelle damnation, mais comptés au nombre du troupeau des élus.       

Haut de page        

72>  Ils ont même conquis le Royaume, eux qui étaient chevreaux ! Dieu, en effet, peut tout pourvu que l'homme y mette de la bonne volonté. Pour cette raison, ne craignez pas, vous, chères voix, et ne prêtez pas attention aux insinuations du monde qui trop souvent se croit savant uniquement parce qu'il a de nombreuses théories dans la tête, et qui se demande : "Est-il donc possible qu'une nullité devienne quelque chose, si nous-mêmes ne le devenons pas ?"  

Cette raison, toute constituée de l'orgueil du 'moi', est déjà la réponse à la question. Elle répond d'elle-même : «Si, il est possible que cela existe ; d'abord parce que tout est possible et permis à Dieu, ensuite parce que, pour confondre les orgueilleux, Dieu choisit précisément ce qui est nullité, et il en fait ce qu'il veut, lui».    

Cette vérité a été dite par Marie, pleine de grâce : «Il disperse les superbes et élève les humbles».       

Il pèche par orgueil, celui qui voudrait mettre des limites à Dieu, ou suggérer à Dieu les actions à faire. Que ce ne soit pas l'orgueil, mais la charité qui soit en vous, les juges, comme en vous, les jugés. Car qui perd la charité perd Dieu. N'ayez pas en vous une pensée simplement humaine mais de la foi dans la puissance du Seigneur. N'ayez pas d'orgueil en vous, mais abdiquez votre jugement devant le Jugement parfait. Faites preuve de charité dans l'acceptation, dans l'investigation, dans le besoin de supporter. Faites preuve de charité pour ne pas augmenter le poids qui pèse sur ceux qui ont un don extraordinaire, au point de les effrayer et de leur faire redouter de connaître la mort de l'esprit à cause de ce don. Montrez de la charité en pensant que celui qui dit "fou" à son frère fait un péché
[15] ; car, à vue humaine, ceux qui ne sont que des personnes "mises à part" pour le service de Dieu apparaissent trop souvent comme des fous ou des possédés. Montrez encore de la charité en pensant que la condamnation que vous prononcez sans avoir de justes preuves vous serait bien fâcheuse si elle était prononcée contre vous. 

Haut de page        

73>  Quant à vous, voix crucifiées, je vous dis : charité ! Faites preuve de charité en pardonnant à celui qui parle sans savoir ce qu'il dit, à celui qui juge sans en avoir le droit et pour cette raison sans lumière spirituelle, à celui qui vous afflige de mille manières. Charité et silence. Enfermés dans votre cœur, comme les apôtres au Cénacle, faites grandir votre foi. Ne reniez pas le don par peur des hommes. Ainsi vous recevrez le Paraclet qui déjà s'annonce pour vous aider à convertir les orgueilleux et à répondre à ceux qui vous persécutent. Jésus l'a dit avant d'aller à la mort ; il vous le répète maintenant qu'il est sorti de la mort. Il le fera parce que Jésus, Dieu, ne ment pas.

     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit.          

Haut de page        

Fiche mise à jour le 24/11/2017.

 



[1] À la Victime pascale, que les chrétiens offrent un sacrifice de louanges. L’agneau a racheté les brebis ; le Christ innocent a réconcilié les pécheurs avec son Père. La mort et la vie se sont livré un combat admirable ; l’Auteur de la vie étant mort, revit et règne. Dites-nous, Marie : qu’as-tu vu en chemin ? J’ai vu le tombeau du Christ vivant, la gloire du Christ ressuscité. J’ai vu les témoins angéliques, le suaire et les linceuls. Il est ressuscité, le Christ, mon espérance ; il vous précédera en Galilée. Nous savons que le Christ est véritablement ressuscité d’entre les morts. Toi donc, Ô Roi victorieux, aies pitié de nous, Ainsi soit-il.

[2] Cf. Dimanche de la Quinquagésime, p. 14 ; 1er dimanche de carême, p. 20 et 22 ; 3ème dimanche de carême, p. 33 : Dimanche des rameaux, p. 62.

[3] Cf. Psaume 138 (Hébreu 139).

[4] Matthieu 7, 1 - Luc 6, 37, Romains 2,1-3 ; 1 Corinthiens 4,1-5 ; Jacques 4,11-12.

[5] Romains 1,1 "Paul, serviteur du Christ Jésus, appelé à être Apôtre, mis à part pour l’Évangile de Dieu". Compris en rapprochant Actes 9,15-16, (Maria valtorta devra souffrir comme Paul pour sa mission d’évangélisateur) et d’Actes 13,2 (Paul est mis à part sur demande de l’Esprit saint).

[6] Peut-être la leçon du 27 juin 1944, p. 408-409.

[7] Galates 2, 11-14.

[8] Actes 15, 2 et 36-40.

[9] 1 Corinthiens 5,7.

[10] Jean 16,7.

[11] Voir la note n°1 ci-dessus. Maria Valtorta a déjà vu la Passion et le Résurrection à cette date.

[12] Psaume 75 (Hébreu 76), 9.

[13] Romains 1,1 – Voir aussi Actes des apôtres 13,2 et Matthieu 25, 31-33.

[14] Paroles du centurion : cf. Matthieu 7,4 – Marc 15, 39 – Luc 23, 47-48. Pour Gamaliel, voir EMV 609.

[15] Matthieu 5, 22.