I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif 10.645 - Il processo a Stefano e la sua lapidazione. Le opposte vie di Saulo e di Gamaliele alla santità.

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif 5.641 - The Martyrdom of Stephen. Saul and Gamaliel.


 7.645 - El proceso y la lapidación de Esteban. Los caminos opuestos de Saulo y Gamaliel hacia la santidad.

 12.706 - Das Martyrium des Stephanus.

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\CarrePP.jpg Évangile :
- Actes des apôtres, du chapitre 6,8 jusqu'au chapitre 8,1.


    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\Publication\TOME 10\Lapidation.jpg
d'après une illustration
de Walter Rane.


Fin de l'année 31 ou début de l'année 32
Jérusalem.


    Vers l'index des thématiques

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Lapidation d'Étienne.

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Voir aussi, en complément, la vision du 7 août 1944.


    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Devant le Sanhédrin Étienne est malmené ............... 249

- Dialogue de Gamaliel avec Saul ............................... 250

- Gamaliel désapprouve le jugement ...................... 250

- Il veut être le protecteur de la justice ........................... 251

- Regrette de n'avoir pas cru plus tôt ................................... 252

- La lapidation d'Étienne 253

- Autorisation à Saul de persécuter les chrétiens 254



Étienne.


Saul.


Gamaliel.


 

Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 10


Tome 10, chapitre 30.
645.
Le martyre d’Étienne


Vision du lundi 7 août 1944

249> La salle du Sanhédrin, pareille pour la disposition et pour les personnes à ce qu’elle était, dans la nuit du jeudi au vendredi, pendant le procès de Jésus. Le Grand Prêtre et les autres sont sur leurs sièges. Au centre, dans l’espace vide, devant le Grand Prêtre, où était Jésus durant le procès, il y a maintenant Étienne. Il doit déjà avoir parlé pour confesser sa foi[1] et apporter son témoignage sur la vraie Nature du Christ et sur l’Église, car le tumulte est à son comble et dans sa violence il est en tout semblable à celui qui s’agitait contre le Christ dans la nuit fatale de la trahison et du déicide.            

Coups de poing, malédictions, blasphèmes horribles sont lancés contre le diacre Étienne qui, sous les coups brutaux, vacille et chancelle alors que férocement ils le tirent çà et là.

Mais lui garde son calme et sa dignité et même plus encore, Il est non seulement calme et digne, mais même bienheureux, presque en extase. Sans se soucier des crachats qui coulent sur son visage, ni du sang qui descend de son nez brutalement frappé, il lève à un certain moment son visage inspiré et son regard lumineux et souriant pour regarder fixement une vision connue de lui seul
[2].         

Haut de page           

250> Ensuite il ouvre ses bras en croix et les lève comme pour embrasser ce qu’il voit. Après cela il tombe à genoux en s’écriant : "Voici que je vois les Cieux ouverts et le Fils de l’Homme, Jésus, le Christ de Dieu, que vous avez tué, qui siège à la droite de Dieu."

Alors le tumulte perd le minimum d’humanité et de légalité qu’il gardait encore, et avec la furie d’une meute de loups, de chacals, de fauves enragés, tous s’élancent sur le diacre, le mordent, le piétinent, le saisissent, le relèvent en le soulevant par les cheveux, le traînent, le faisant tomber de nouveau, la furie s’opposant à la furie, car dans la rixe ceux qui cherchent à entraîner le martyr dehors sont contrariés par ceux qui le tirent dans une autre direction pour le frapper, le piétiner de nouveau.         

Parmi les furieux des plus furieux il y a un jeune homme de petite taille et laid, qu’on appelle
Saul. Il est impossible de décrire la férocité de son visage.   

Dans un coin de la salle se tient
Gamaliel. Il n’a jamais pris part à la bagarre, ni jamais adressé la parole à Étienne, ni à aucun puissant. Son dégoût devant la scène injuste et féroce est bien visible. Dans un autre coin, dégoûté et étranger au procès et à la mêlée, se trouve Nicodème, qui regarde Gamaliel dont le visage a une expression plus claire que toute parole. Mais tout à coup, et précisément quand il voit que pour la troisième fois on soulève Étienne par les cheveux, Gamaliel s’enveloppe dans son ample manteau et il se dirige vers une sortie opposée à celle vers laquelle on traîne le diacre.          

Son action n’échappe pas à Saul qui crie : "Rabbi, tu t’en vas ?"       

Gamaliel ne répond pas. Saul qui craint que Gamaliel n’ait pas compris que la question s’adressait à lui, répète et précise : "Rabbi Gamaliel, tu te détournes de ce jugement ?"

Gamaliel se tourne tout d’une pièce et, avec un regard terrible tellement il est dégoûté, hautain et glacial, il répond seulement : "Oui." Mais c’est un “oui” qui a plus de portée qu’un long discours.          

Saul comprend tout ce qu’il y a dans ce “oui” et, abandonnant la meute féroce, il court vers Gamaliel, le rejoint, l’arrête et lui dit : "Tu ne voudrais pas me dire, ô rabbi, que tu désapprouves notre condamnation."

Gamaliel ne le regarde pas et ne lui répond pas. Saul poursuit : "Cet homme est doublement coupable pour avoir renié la Loi en suivant un samaritain possédé par Belzébuth, et pour l’avoir fait après avoir été ton disciple."        

Haut de page           

251> Gamaliel continue à ne pas le regarder et à se taire. Saul, alors, demande : "Mais serais-tu peut-être, toi aussi, un partisan de ce malfaiteur appelé Jésus ?"     

Gamaliel parle maintenant et dit : "Je ne le suis pas encore. Mais si Lui était ce qu’il disait, et en vérité beaucoup de choses tendent à prouver qu’il l’était, je prie Dieu de le devenir."

"Horreur !" crie Saul.

"Aucune horreur. Chacun a une intelligence pour s’en servir et une liberté pour l’appliquer. Que chacun s’en serve donc d’après la liberté que Dieu a donnée à tout homme et la lumière qu’il a mise dans le cœur de chacun. Les justes, maintenant ou plus tard, emploieront ces deux dons de Dieu pour le Bien, et les mauvais pour le Mal." Et il s’en va en se dirigeant vers la cour où se trouve le trésor et il va s’appuyer contre la même colonne contre laquelle Jésus avait parlé de la pauvre veuve qui donne au Trésor du Temple tout ce qu’elle a : deux piécettes. Il est là depuis peu de temps quand Saul le rejoint de nouveau et se plante devant lui.    

Il y a entre les deux un très grand contraste. Gamaliel grand, à l’aspect noble, beau, aux traits fortement sémitiques, un front haut, des yeux très noirs, intelligents, pénétrants, longs et très enfoncés sous les sourcils épais et droits, aux côtés d’un nez droit, long et fin qui rappelle un peu celui de Jésus. La couleur de la peau, aussi, la bouche aux lèvres fines, rappellent celles du Christ. Seulement les moustaches et la barbe de Gamaliel, autrefois très noires, sont maintenant grisonnantes et plus longues.           

Saul, au contraire, est petit, trapu, presque rachitique, avec des jambes courtes et grosses, un peu écartées aux genoux que l’on voit bien car il a enlevé son manteau et a seulement un vêtement à tunique courte et grise. Il a les bras courts et musclés comme les jambes, le cou court et trapu qui porte une tête grosse, brune, avec des cheveux courts et rêches, des oreilles plutôt écartées, un nez camus, de grosses lèvres, des pommettes hautes et grosses, un front bombé, des yeux sombres, plutôt bovins, sans douceur, mais très intelligents sous des sourcils très arqués, épais et hérissés. Les joues sont couvertes d’une barbe hirsute comme les cheveux et très épaisse, qu’il garde courte. Peut-être à cause de son cou si court, il paraît légèrement bossu ou avec des épaules très voûtées.         

Haut de page           

252> Il se tait un moment en fixant Gamaliel, puis il dit quelque chose à voix basse. Gamaliel lui répond d’une voix bien nette et forte : "Je n’approuve pas la violence. Pour aucun motif. Tu n’auras jamais de moi une approbation pour un dessein violent. Je l’ai même dit publiquement, à tout le Sanhédrin, quand on a pris pour la seconde fois Pierre et les autres apôtres et qu’ils ont été amenés devant le Sanhédrin pour être jugés. Et je répète la même chose : "Si c’est un dessein et une œuvre humaine, il périra par lui-même; si cela vient de Dieu, les hommes ne pourront le détruire, mais au contraire ils pourront être frappés par Dieu". Ne l’oublie pas."  

"Es-tu le protecteur de ces blasphémateurs, disciples du Nazaréen, toi, le plus grand rabbi d’Israël ?"     

"Je suis le protecteur de la justice. Et elle enseigne à être prudent et juste dans les jugements. Je te le répète : si c’est une chose qui vient de Dieu, elle résistera, sinon elle tombera d’elle-même. Mais moi, je ne veux pas me tacher les mains avec un sang dont je ne sais pas s’il mérite la mort."         

"C’est toi, toi, pharisien et docteur, qui parles ainsi ? Tu ne crains pas le Très-Haut ?"

"Plus que toi. Mais je réfléchis. Et je me souviens... Tu n’étais qu’un enfant, pas encore un fils de la Loi, et j’enseignais déjà dans ce Temple avec
le rabbi le plus sage de ce temps... et avec d’autres qui étaient sages, mais pas justes. Notre sagesse eut, dans ces murs, une leçon qui nous donna à réfléchir pour le reste de notre vie. Les yeux du plus sage et du plus juste de notre temps se fermèrent sur le souvenir de cette heure, et son esprit sur l’étude de ces vérités, entendues des lèvres d’un enfant qui se révélait aux hommes, spécialement aux justes. Mes yeux ont continué à veiller, et mon esprit à réfléchir, en coordonnant les événements et les choses...J’ai eu le privilège d’entendre le Très-Haut parler par la bouche d’un enfant qui fut ensuite un homme juste, sage, puissant, saint, et qui fut mis à mort justement à cause de ces qualités. Les paroles qu’il a dites alors ont pu être confirmées par des faits arrivés plusieurs années après, à l’époque dite par Daniel... [3] Malheureux que je suis de n’avoir pas compris avant ! D’avoir attendu le dernier terrible signe pour croire, pour comprendre ! Malheureux peuple d’Israël qui n’a pas compris alors et ne comprend pas, même maintenant ! La prophétie de Daniel et celle d’autres prophètes et de la Parole de Dieu continuent, et elles s’accompliront pour Israël entêté, aveugle, sourd, injuste, qui continue de persécuter le Messie dans ses serviteurs !"        

"Malédiction ! Tu blasphèmes ! Vraiment il n’y aura plus de salut pour le peuple de Dieu si les rabbis blasphèment, reniant Jéhovah, le Dieu vrai, pour exalter et croire un faux Messie !"     

Haut de page           

253> "Ce n’est pas moi qui blasphème, mais tous ceux qui ont insulté le Nazaréen, et continuent de le mépriser, en méprisant ses fidèles. Toi, oui, tu le blasphèmes parce que tu le hais, en Lui et dans les siens. Mais tu as parlé juste en disant qu’il n’y a plus de salut pour Israël. Mais ce n’est pas parce qu’il y a des israélites qui passent dans son troupeau, mais parce que Israël l’a frappé à mort, Lui."

"Tu me fais horreur ! Tu trahis la Loi, le Temple !"      

"Alors dénonce-moi au Sanhédrin, pour que j’aie le même sort que celui que l’on va lapider. Ce sera le commencement et la fin heureuse de ta mission. Et moi, à cause de mon sacrifice, je serai pardonné de n’avoir pas reconnu et compris le Dieu qui passait, Sauveur et Maître, parmi nous, ses fils et son peuple."           

Saul, avec un geste de colère, s’éloigne impoliment, pour retourner dans la cour qui donne sur la salle du Sanhédrin et où continue la clameur de la foule exaspérée contre Étienne. Saul rejoint les argousins dans cette cour, s’unit à eux, qui l’attendaient, et il sort avec les autres du Temple, et puis des murs de la ville. Insultes, moqueries, coups, continuent à l’adresse du diacre qui avance déjà épuisé, blessé, chancelant vers le lieu du supplice.

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Hors des murs, il y a un espace inculte et pierreux, absolument désert. Arrivés là, les bourreaux forment un cercle en laissant le condamné seul au milieu, avec des vêtements déchirés et couverts de sang en plusieurs parties du corps à cause des blessures déjà reçues. Ils les lui arrachent avant de s’écarter. Étienne reste avec une tunique très courte. Tous enlèvent leurs vêtements longs pour rester avec les seules tuniques courtes comme celle de Saul, à qui ils confient leurs vêtements. Saul ne prend pas part à la lapidation soit qu’il ait été impressionné par les paroles de Gamaliel, soit qu’il sait qu’il est incapable de viser.           

Les bourreaux ramassent des grosses pierres et des silex coupants qui abondent en ce lieu, et ils commencent la lapidation.

Étienne reçoit les premiers coups en restant debout, et avec un sourire de pardon sur sa bouche blessée. Un instant avant le début de la lapidation il a crié à Saul, occupé à rassembler les vêtements des bourreaux : "Mon ami, je t’attends sur le chemin du Christ."

À quoi Saul lui avait répondu : "Porc ! Obsédé !" en unissant aux injures un vigoureux coup de pied dans les jambes du diacre qui est sur le point de tomber par le coup et la souffrance.  

Après plusieurs coups de pierre qui l’atteignent de tous côtés, Étienne tombe à genoux, appuyé sur ses mains blessées et,
se rappelant certainement un lointain épisode, il murmure en touchant ses tempes et son front blessés : "Comme Lui me l’avait prédit ! La couronne.., les rubis.., ô mon Seigneur, mon Maître, Jésus, reçois mon esprit !"

Haut de page           


254> Une autre grêle de coups sur sa tête déjà blessée l’allongent complètement sur le sol qui s’imprègne de son sang. Pendant qu’il s’abandonne au milieu des pierres, toujours sous une grêle d’autres pierres, il expire en murmurant : "Seigneur... Père, pardonne-leur... ne leur garde pas rancune pour leur péché... Ils ne savent pas ce que..." La mort coupe la phrase sur ses lèvres. Un dernier sursaut le pelotonne sur lui-même et il reste ainsi. Mort.     

Les bourreaux s’avancent, lancent sur lui une autre charge de pierres sous lesquelles ils l’ensevelissent presque. Puis ils reprennent leurs habits et s’en vont, en revenant au Temple, pour rapporter, ivres d’un zèle satanique, ce qu’ils ont fait.    

Pendant qu’ils parlent avec le
Grand Prêtre et d’autres personnages puissants, Saul va à la recherche de Gamaliel. Il ne le trouve pas tout de suite. Il revient, enflammé de haine contre les chrétiens, va trouver les Prêtres, parle avec eux, se fait donner un parchemin avec le sceau du Temple qui l’autorise à persécuter les chrétiens. Le sang d’Étienne doit l’avoir rendu furieux comme un taureau qui voit du rouge, ou un vin généreux donné à un alcoolique.

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Il va sortir du Temple quand il voit Gamaliel sous le Portique des Païens. Il va vers lui. Peut-être veut-il commencer une discussion ou se justifier. Mais Gamaliel traverse la cour, entre dans une salle, ferme la porte au nez de Saul qui, offensé et furieux, sort en courant du Temple pour persécuter les chrétiens.           

Haut de page           

 



[1] Cf. Actes des apôtres 7, 2-53 : "Frères et pères, écoutez ! Le Dieu de gloire est apparu à notre père Abraham […] Vous qui aviez reçu la loi sur ordre des anges, vous ne l’avez pas observée".

[2] Actes des apôtres 7, 55-56 : Mais lui, rempli de l’Esprit Saint, fixait le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu". Cette vision lui avait été annoncée par Jésus à l'Ascension : "Tu seras couronné d’un diadème que tu ne connais pas encore mais que t’annonceront les anges" Cf. le chapitre 23.

[3] Daniel 9,1 et suivants.