I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

S'opposer à Dieu

Accueillir humblement les dons humbles

La pureté de foi

CHAPITRE I      

Exposé du sujet. Les fautes des païens.      

14 Je suis débiteur aux Grecs et aux Barbares, aux sages et aux ignorants, 15 donc, (quant à moi) je suis prêt à annoncer l'Évangile à vous aussi qui êtes à Rome.
16 Car je n'ai pas honte de l'Évangile : C'est une force de Dieu, c'est le salut de tout croyant, d'abord du Juif, puis du Grec.
17 En lui (dans l'Évangile) se manifeste la justice de Dieu qui vient de la foi et qui tend à la foi, ainsi qu'il est écrit : "Le juste vit de foi".

RETOURS AUX FICHES

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif 

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif 

Dimanche 4 janvier 1948

Romains 1, 17. "… En lui (dans l'Évangile) se manifeste la justice de Dieu qui vient de la foi et qui tend à la foi, ainsi qu'il est écrit : "Le juste vit de foi".        

L'Auteur Très-Saint dit :        

"Le juste vit de foi"
[1]. 

 En citant ces paroles l'Apôtre, autrefois orgueilleux de sa science rabbinique, se fait "enfant"
[2]. Il devient humble et simple. Il confesse et même il professe : "Je n'ai pas honte de l'Évangile, parole puissante de Dieu et salut de tout croyant (...). C'est en lui que se manifeste la justice de Dieu qui nous vient de la foi et qui est destinée à la foi".       

Il fut un temps où Paul, plutôt que d'avoir personnellement honte de croire à l'Évangile, avait honte de l'Évangile comme d'un opprobre jeté parmi les paroles inspirées, les savantes paroles de la sagesse d'Israël. Pour effacer cet opprobre inscrit dans les esprits des disciples du Nazaréen, il persécutait ces derniers, convaincu de vaincre. Il essayait d'éteindre en même temps et les paroles évangéliques, et la vie. Mais la Parole éternelle, celle que ne peuvent étouffer ni la force humaine ni la force diabolique, le terrassa sur la route de Damas, en lui demandant: "Pourquoi me persécutes-tu?"
[3].    

Les savants de l'heure actuelle savent comment les êtres qui parlent au nom de Dieu étaient appelés dans l'Ancien Testament, et quelle était leur mission
[4]. Ces êtres qui parlent au nom de Dieu sont et seront toujours, jusqu'à la fin des temps, les hérauts de Dieu parmi les foules aveugles. Ceux qui aujourd'hui oppriment les petites voix qui parlent au nom de Dieu devraient beaucoup méditer sur ce "Pourquoi me persécutes-tu?". Ils devraient apprendre à craindre de persécuter le Verbe, et trembler à cette idée.       

Dans l'instrument de Dieu, c'est Dieu qui vit. Il y vit non d'une manière ordinaire mais d'une manière extraordinaire.         

Ici la personnalité humaine n'est rien que le voile qui cache le Saint des Saints
[5]. Dieu n'est jamais inactif sur son trône, et il œuvre au-delà du voile.       

 Après que les Chaldéens, répandus en hordes féroces, eurent vaincu les Israélites dans la ville-capitale, non satisfaits de la victoire, ils brûlèrent la maison de Dieu et emportèrent les richesses et les objets sacrés du Temple
[6]. Et lorsque les puissantes légions romaines, confirmant la prophétie de Jésus Christ[7], détruisirent pour toujours le Temple sur le Moria[8], contre qui se lancèrent-elles en réalité? Contre l'édifice, le sacerdoce, les objets du Temple, ou contre l'immatérielle Entité qui, dans l'esprit des Israélites, emplissait d'elle ce Temple[9] ? 

Je dis "dans l'esprit des Israélites" parce que depuis l'heure de none
[10] de cette Parascève[11], qui est abîme de Miséricorde et abîme de Délit[12], l'Esprit de Dieu avait abandonné le Saint des Saints, et la gloire du Tabernacle était vide, même à l'heure de l'encens[13]. Mais l'Idée subsistait. Et pour Israël cette Idée était tout.[14]        

Contre qui s'acharna l'ennemi ? Contre les hommes et les pierres ou contre l'Idée? Contre l'Idée. Pour frapper le peuple, il frappa l'Idée. Il détruisit. Il dispersa. 

Oh ! Malheureux, malheureux hommes superficiels ! Même si vous êtes catholiques pratiquants, vous êtes si tièdes pour l'Idée, si tièdes pour le Christianisme et pour l'Église, qui sont l'Idée : force, puissance, cohésion, victoire et salut contre les armées humaines et extrahumaines des serviteurs du Dragon
[15] ! Méditez cette grande leçon qui vient des événements : lorsque l'inertie, le péché, ou l'adhésion aux doctrines sataniques permettent que les ennemis de Dieu et des esprits assaillent, détruisent, dispersent l'Idée unique, sainte, vraie et éternelle – Dieu – en ce qui l'annonce et le représente, tout, absolument tout, vient à être dispersé et détruit, même ce que vous ne voudriez pas qui soit dispersé ou détruit : votre bien personnel égoïste, la fortune familiale, la tranquillité, parfois la famille elle-même. 

 Dressez-vous, ô chrétiens! À Jésus qui dormait on cria un jour : "Maître, réveille-toi, nous périssons !"
[16]. Mais aujourd'hui c'est Dieu qui vous crie : "Réveillez-vous, ô chrétiens, car si vous ne vous réveillez pas vous périrez ! La tempête est au-dessus de vous ! ". Pour rassembler autrefois le vieil Israël à la défense de la religion et de la patrie, on lui disait: "À tes tentes, ô Israël!"[17]. À vous, Moi-même je crie : "À tes tabernacles, ô peuple chrétien ! À ta foi ! À ton Seigneur Jésus-Christ ! Auprès de la Victorieuse qui triomphe de Satan[18] ! Debout ! Rallume ta lampe et le feu de la foi et de la charité ! Dépouille-toi de tes vêtements trop charnels qui te rendent obtus et paresseux, et revêts-toi de justice ![19] ".

Tu dois te sauver, toi, par toi-même. Ta victoire est dans ta volonté. Dieu t'observe, mais ne te sauve plus par sa volonté à lui. Il l'a fait tant de fois, et toi, de la victoire du salut, tu t'es fait des marches pour descendre dans les ténèbres, le gel et le vice. Je l'ai déjà dit au petit Jean
[20] au début de ce travail. Vous avez ri, vous vous êtes moqués, vous avez maugréé contre la petite voix qui vous répétait mes paroles. Mais beaucoup de ces paroles, parce que divines, se sont déjà réalisées.         

Ne riez pas, ne vous moquez pas, ne maugréez pas contre ces paroles. Accueillez-les. Protégez-vous, défendez vos familles, votre tranquillité, votre bien-être, en défendant l'Idée divine, l'Église, la Foi. Satan et ses serviteurs cherchent à détruire l'Idée : l'Église, la Foi, c'est-à-dire le cœur, le sang, le souffle qui maintiennent en vie votre propre existence. Existence douloureuse, existence fatigante, oui. Mais si Satan en venait à triompher dans un monde sans Dieu, trois fois malheur à vous. 

Vous ne savez pas. Je ne lève pas le voile sur cette horreur qui est déjà en action et qui serre ses rangs pour passer à l'attaque
[21]. Je vous indique ce qui est haut : le Ciel, Dieu. Je vous montre le cœur de la Chrétienté : Rome vaticane. Je vous indique le tabernacle. Protégez-les, pour être protégés. Et méditez bien mes paroles.     

En persécutant Jésus-Christ dans ses petites voix, vous risquez de ressembler, singulièrement, à ceux qui se préparent à persécuter Dieu dans son Idée, dans l'Église de Rome, dans la Foi. Je vous le dis : ne persécutez pas le Christ. C'est à vous, à vous qui opprimez ses instruments, que le Christ s'adresse lorsqu'il dit dans sa divine et juste sincérité: "Pourquoi me persécutes-tu?".       

Oui. C'est lui-même que vous persécutez en persécutant ceux à qui vous niez la paix. Oui. C'est lui que vous persécutez en niant que le Verbe puisse parler en eux, en niant que puisse parler en eux l'Esprit Saint qui est toujours l'auteur de tout enseignement divin.         

 Imitez l'apôtre Paul dans la deuxième période de sa vie mortelle, puisque vous savez l'imiter dans son premier rôle, lorsqu'il était encore Saul de Tarse, de la tribu de Benjamin, pharisien et persécuteur des chrétiens
[22]. N'ayez pas honte, vous les nouveaux rabbins, d'apprendre par une petite voix des choses de foi et de sagesse que vous avez ignorées jusqu'ici.      

Comparé au riche puissant et imposant Gamaliel, qui ressemblait à un roi par son faste et ses courtisans, livre vivant de la sagesse d'Israël
[23], le doux Maître de Nazareth devait apparaitre bien méprisable à Saul de Tarse qui connaissait sa condition sociale, sa méthode d'enseignement et sa manière de vivre... Mais lorsque les écailles du pharisaïsme quittèrent Saul de Tarse[24], en tombant non pas des pupilles de ses yeux mais de celles de son esprit, et qu'après une application décennale son esprit pénétra dans la sagesse de l'Évangile, "vertu de Dieu et salut de tout croyant", Paul reconnut que dans l'Évangile "se manifeste la justice qui vient de la foi et est destinée à la foi".      

Cette justice, rendue lumineuse et compréhensible par la bonté de la Parole de Dieu elle-même, qui a pitié de vous, cette justice se manifeste dans le don que la petite voix vous a fait en notre Nom.    

Les justes aiment. Et l'amour est lumière. La lumière permet de voir et de reconnaître. Les justes croient. Et ils ont une soif ardente de croire toujours plus. Ils comprennent que la connaissance aide énormément à croire. Ils ont l'intuition que croire c'est vivre, parce que croire est charité
[25]. Et la Charité est vie, car la charité est Dieu - le Vivant - accueilli en eux, et eux accueillis en Dieu.          

 Voilà. Par un long détour nous avons rejoint la première proposition de la dictée d'aujourd'hui: "Le juste vit de foi". Et plus le juste a un cœur d'enfant, plus il sait vivre de foi. C'est pour cela que le divin Maître a dit: "Si vous ne devenez pas semblables à des petits enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux"
[26]. L'enfant sait croire; par son savoir croire il parvient à connaître Dieu et à mériter de jouir éternellement de sa possession, même s'il meurt avant de devenir un grand savant comme vous.       

Il est difficile que l'abondance du savoir soit salut
[27]. Ne serait-ce qu'à cause du fait que "à celui qui a plus reçu, il sera plus demandé"[28], et aussi à cause du fait que "pour celui qui s'est emparé d'un trésor il est difficile de ne pas être assailli par les larrons". Mais ce proverbe ancien vous ne le connaissez pas encore, et vous ne savez pas non plus de quels larrons je vous parle. Vous, qui êtes savants, tâchez de les connaître. Si vous parvenez à les découvrir, vous pourrez vous protéger contre la mort qu'ils sont résolus et prêts à vous donner.

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

 

Mais les "petits enfants" ne courent pas ces dangers. Ils savent "vivre de la foi". Tout simplement. Ils ont confiance dans le Seigneur. Il est dit que celui qui met sa confiance dans le Seigneur comprend la vérité[29]. C'est donc dire qu'ils comprennent même sans savoir de façon scientifique. Ils comprennent: par la charité qui vit en eux et parce qu'ils ont pour maîtres la Charité et leur ange gardien.

 



[1] Cf. aussi Habacuc 2,4

[2] Cf. Matthieu 11, 25-30 – Matthieu 18, 1-4 – Marc 10, 13-15 – Luc 10, 21-22

[3] Cf. Actes 9, 4 – Actes 22, 7 – Actes 26, 14

[4] Voir aussi le discours de Jésus sur les scribes et les pharisiens qui enseignent dans la chaire de Moïse (Cf. Matthieu 23, 1-12(

[5] Le Saint des Saints était l'endroit le plus sacré du Temple de Jérusalem. Il contenait les tables de la Loi et l'Arche d'Alliance.

[6] Cf. 2 Rois 25, 13-21

[7] Matthieu 23, 37-39 – Luc 13, 34-35

[8] Le mont Moriah est le lieu où, selon la tradition, Isaac fut lié par Abraham en vue du sacrifice. Le Temple y fut construit et plus particulièrement le Saint des Saints. Il correspond à l'actuel Dôme du rocher.

[9] Cf. Exode 40, 34-35 – 1 Rois 8, 10-11

[10] 15 heures (6 heures du matin + 9 heures)

[11] La parascève est le jour précédant le shabbat chez les juifs. Ainsi appelé parce qu'il prépare la fête (du grec Paraskevi = préparation). Ici Jésus fait allusion au vendredi de sa Passion. Pour mémoire, la parascève allait du jeudi 18 heures au vendredi 18 heures, selon l'organisation juive des jours. Elle inclut donc la dernière Cène.

[12] Cf. Matthieu 27, 45-54 – Marc 15, 33-39 – Luc 23, 44-47 – Jean 19, 28-30

[13] Offrande qui clôturait la journée (18 heures). Les Psaumes s'en font l'écho : "Que ma prière soit devant ta face comme l'encens, et l'élévation de mes mains comme l'offrande du soir!" (Psaume 140 (141), 2).

[14] Cf. Exode30, 1-10

[15] Cf. Daniel 7 – Apocalypse 12-13

[16] Cf. Matthieu 8, 23-27 – Marc 4, 35-41 – Luc 8, 22-25

[17] Cf. 2 Samuel 20,1 – 1 Rois 12,16

[18] La Vierge Marie

[19] Cf. Ephésiens 6, 10-20

[20] Appellatif attribué par Jésus à Maria Valtorta. Par sa spiritualité et sa mission elle se voit parfois rapprochée du grand S. Jean, apôtre et évangéliste.

[21] Allusion à un grand mouvement antichrétien et surtout anticatholique (voir le contexte suivant). Matérialisme ? Communisme ? … en 1948, le nazisme et le fascisme étaient déjà abattus.

[22] Cf. Philippiens 3, 4-6

[23] Cf. Actes 5, 34-42 – Actes 22, 1-5

[24] Cf. Actes 9, 18

[25] Cf. 1 Jean 4, 16

[26] Cf. Matthieu 18, 3 – Marc 10, 15 – Luc 18, 17

[27] Cf. 1 Colossiens 8, 1 – Matthieu 6, 19-21 – Luc 12, 33-34

[28] Cf. Luc 12, 48

[29] Cf. Sagesse 3, 9