I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

              I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

              I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

              I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

              I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif  2.148. - Gesù visita il Battista presso Enon.

              I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif  2.148. - Jesus Visits the Baptist near Ennon.


Vendredi 7 janvier 28 (22 Tébeth)
Ennon


     03-016 03-016 03-016I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- Les deux près de la grotte du Baptiste ............................ 32

- Premier martyr des temps nouveaux ......................... 33

- Il donne ses disciples à Jésus ........................................... 33

- Vis et meurs en paix pour tes disciples .......................... 34


    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les commentaires de bas de page sont de Jean-François Lavère

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Voir aussi l'infographie de Carlos Martinez

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 3

 

3.8.
Jésus rend visite au Baptiste près d’Ennon


Vision du vendredi 27 avril 1945

32> Une nuit avec un clair de lune [1] si limpide qu'il révèle tous les détails du terrain et, avec le jeune blé en herbe, les champs semblent des tapis de peluche vert-argenté [2] traversés par les rubans sombres des sentiers et gardés par les arbres tout éclairés du côté de la lune, tout noirs à l'opposé.   

Jésus chemine, tranquille et seul. Il suit très rapidement son chemin jusqu'à ce qu'il trouve un cours d'eau qui descend en bouillonnant vers la plaine en direction nord-est [3]. Il le remonte jusqu'à un endroit solitaire près d'une pente boisée. Il tourne encore, grimpe un sentier et arrive à un abri naturel au flanc de la colline.          

Haut de page   

33> Il entre et se penche sur un être couché qu'on distingue à peine au clair de la lune qui éclaire le sentier mais ne pénètre pas dans la grotte. Il l'appelle : "Jean"        

L'homme se réveille et s'assoit, encore pris par le sommeil. Mais vite, il comprend quel est Celui qui l'appelle et se lève vivement, pour ensuite se prosterner à terre en disant : "Comment se fait-il que mon Seigneur soit venu jusqu'à moi ?"         

"Pour réjouir ton cœur et le mien. Tu m'as désiré, Jean. Me voici. Lève-toi. Sortons au clair de lune et assoyons-nous, pour parler, sur ce rocher près de la grotte."        

Jean obéit, se lève et sort. Mais, quand Jésus est assis, lui, dans sa peau de brebis qui couvre mal son corps amaigri, se met à genoux en face du Christ, renvoie en arrière ses cheveux longs et en désordre, qui lui retombent sur les yeux, pour mieux voir le Fils de Dieu.            

Cela fait un très grand contraste. Jésus, pâle et blond, aux cheveux soyeux et peignés, avec une barbe courte au bas du visage. L'autre qui n'est qu'un buisson de poils très noirs d'où émergent seulement deux yeux enfoncés, je dirais fiévreux, tant ils brillent de leur couleur noir de jais.  

"Je suis venu te dire "merci". Tu as accompli et tu accomplis, avec toute la perfection de la Grâce qui est en toi, ta mission d'être mon Précurseur. Quand l'heure viendra, tu entreras au Ciel à mes côtés, car tu auras tout mérité de Dieu. Mais, en attendant, tu seras déjà dans la paix du Seigneur, mon ami bien aimé"          

"Bientôt j'entrerai dans la paix. Mon Maître et mon Dieu, bénis ton serviteur pour le fortifier dans la dernière épreuve. Je n'ignore pas qu'elle est désormais très proche et que je dois encore donner un témoignage: celui du sang
[4]. Et à Toi, plus encore qu'à moi, ce n'est pas chose inconnue que mon heure va arriver. Ta venue, C'est la miséricordieuse bonté de ton cœur de Dieu qui l'a voulue pour fortifier le dernier martyr d'Israël et le premier martyr des temps nouveaux. Mais dis-moi seulement: aurai-je à attendre beaucoup ta venue ?" [5]        

"Non, Jean, pas beaucoup plus qu'il ne s'est écoulé de temps de ta naissance à la mienne"        

"Que le Très-Haut en soit béni. Jésus... puis-je t'appeler ainsi ?"        

"Tu le peux, à cause des liens du sang et de ta sainteté. Ce nom, que disent même les pécheurs, peut être dit par le saint d'Israël. Pour eux c'est le salut, pour toi la douceur. Que veux-tu de Jésus, ton Maître et ton cousin ?"            

Haut de page   

34> "Je vais mourir. Mais comme un père se préoccupe de ses enfants, je me préoccupe de mes disciples. Mes disciples... Tu es Maître et tu sais combien vif est en nous l'amour pour eux. L'unique peine de ma mort, c'est la crainte qu’ils se perdent comme des brebis sans berger. Recueille-les Toi. Je te rends les trois qui sont à Toi et qui furent pour moi de parfaits disciples, en t'attendant [6], Toi. En eux et spécialement en Mathias, la Sagesse est réellement présente. J'en ai d'autres, et ils viendront à Toi. Mais ceux-ci, permets que je te les confie nommément. Ce sont les trois qui me sont les plus chers."           

"Et ils me sont chers; à Moi aussi. Pars tranquille, Jean. Ils ne périront pas. Ni ceux-ci, ni les autres qui sont tes vrais disciples. Je recueille ton héritage et je veillerai sur lui comme sur le trésor le plus cher qui me vient de mon parfait ami et du serviteur du Seigneur.
[7]"         

Jean s'abaisse jusqu'à terre et, chose qui paraît impossible chez un personnage si austère, il pleure secoué par de forts sanglots de joie spirituelle.       

Jésus lui met la main sur la tête: "Tes pleurs, qui sont joie et humilité, se rencontrent avec un chant lointain au son duquel ton petit cœur a tressailli de joie. Ce chant et ces pleurs sont le même hymne de louange à l'Éternel qui a fait de grandes choses, Lui qui est puissant chez les esprits humbles. Ma Mère aussi, va de nouveau entonner son cantique qu'elle chanta alors. Mais ensuite, pour Elle aussi viendra la plus grande gloire, comme pour toi, après le martyre. Je t'apporte aussi son salut. Tous les souhaits et tous les réconforts. Tu les mérites. Ici ce n'est que la main du Fils de l'homme qui se tient sur ta tête, mais du Ciel ouvert descend la Lumière et l'Amour pour te bénir, Jean."

"Je ne mérite pas tant. Je suis ton serviteur."            

"Tu es mon Jean. Ce jour-là, au Jourdain, je fus le Messie qui se manifestait; ici, maintenant, c'est le cousin et le Dieu qui veut te donner le viatique de son amour de Dieu et de parent. Lève-toi, Jean. Donnons-nous le baiser d'adieu."  

"Je ne mérite pas tant... Je l'ai toujours désiré, pendant toute ma vie, mais je n'ose faire cet acte sur Toi. Tu es mon Dieu."          

"Je suis ton Jésus. Adieu. Mon âme sera proche de la tienne, jusqu'à la paix. Vis et meurs en paix pour tes disciples. Je ne puis te donner que cela, à présent. Mais au Ciel je te donnerai le centuple, car tu as trouvé toute grâce aux yeux de Dieu."            

Haut de page   

              I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

              I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

              I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

35> Il l’a relevé et l'a embrassé en le baisant sur les joues et en recevant ses baisers. Puis Jean s'agenouille encore et Jésus lui met les mains sur la tête et prie en tournant les yeux vers le Ciel. Il semble qu'il le consacre. Il est imposant. Le silence se prolonge ainsi pendant quelque temps. Puis Jésus lui fait ses adieux avec son doux salut: "Que ma paix soit toujours avec toi" et il prend le chemin du retour.

 



[1] Premier quartier le 23/12/27; Pleine lune le 29/12/27, soit le 13 tebeth, dernier quartier le 5/1/28. Jésus se déplace dans la nuit de jeudi à vendredi (environ 2x12 km de nuit).

[2] Description des champs de blé conforme à celle du chapitre 3, page 17 /vo 143.5. Voir la note n°15

[3] Détail permettant de préciser la localisation de la grotte près d'Ennon

[4] La mort de Jean, au Tome 4, chapitre 133, page 315 /vo 270.3, est datée vers le 25 aout 28, soit dans à peine 8 mois

[5] Soit moins de vingt mois entre la mort du Baptiste et la Passion. Six mois séparent les deux naissances

[6] Mathias (Tobie), Jean et Siméon. Le Baptiste ne peut ignorer que deux d'entre eux furent témoins de la Nativité.'ils furent

[7] Jésus fait allusion à cet "héritage" au chapitre suivant, page 37 /vo 149.4