L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

Accueil >> Plan du Site >> Index des personnages

Traduction automatique de cette fiche :
 -  -  -    

Jean le baptiste.

Le précurseur.

Illustration ci-dessus d'après un dessin de Renato Ammanito.
Voir aussi le
dessin original de Lorenzo Ferri.


 Présentation générale     
Haut de page           

Jean est un judéen d’Hébron, cousin de Jésus : Élisabeth et Marie, leurs mères, sont en effet parentes. Sa naissance (1.36) est annoncée par l’ange Gabriel à Zacharie, un prêtre du Temple de la lignée d'Abdias. À cause de son manque de foi, il devient muet jusqu'à la circoncision de son fils (1.38). Naissance venue sur le tard, que son père avait peine à croire, puisque son épouse Élisabeth était stérile, mais "rien n'est impossible à Dieu[1]".       

La naissance, six mois plus tard, de son cousin Jésus entraîne le
massacre des innocents perpétré par Hérode le grand, un souverain paranoïaque. Aux premières rumeurs, vite colportées, les parents du Baptiste, craignant de nouvelles atrocités, cachent Jean (8.38). 

À l'âge de treize ans, à peine devenu "fils de la Loi" (Bar-Mitsva), il se retire dans les cavernes des montagnes en face du désert
[2]. "Là, il grandit, s'entretenant avec Dieu. Élise (Élisabeth) et Zacharie sont morts et lui n'est pas venu. Dieu pour lui était Père et mère" (2.41). Jean fait distribuer, par son serviteur Joël, les revenus de la propriété d'Hébron, dont il hérite, aux pauvres.       

Avant leur première rencontre à
Béthanie du Jourdain, pour le baptême de Jésus (2.3), les deux cousins ne s'étaient donc jamais rencontrés comme le rapporte saint Jean[3].    

Il est arrêté une première fois par Hérode Antipas. Selon l'Évangile l'hostilité avait pour origine les éternels reproches adressés par le Baptiste sur son mariage adultérin avec Hérodiade
[4]. Sa propriété d'Hébron est confisquée, le serviteur, chassé et le tombeau de ses parents, rasé (2.41). Deux bergers disciples du Baptiste, Jean et Matthias, soudoient un officier jaloux avec un forte somme obtenue par une collecte auprès des disciples du Baptiste que complète opportunément la vente des bijoux d'Aglaé, une courtisane convertie par sa rencontre avec Jésus.       

L'officier enivre son rival et ouvre la prison. En répression, le gardien négligent est décapité à la place de l'évadé (
2.69). Le Baptiste se retire alors dans la grotte d’Énon (Aennon)[5], proche du Jourdain, mais hors de la juridiction d'Hérode Antipas. Jésus vient visiter le Baptiste et lui annonce sa fin prochaine (3.8) qu'il accepte en lui recommandant ses disciples.  

Il est arrêté pour la deuxième fois, juste avant Pâque. Le traquenard a été monté par des pharisiens de Galilée :
Éli, Joachim et Simon (3.42). Un de ses disciples s'est servi du nom de Jésus pour attirer le Baptiste hors de son refuge (3.40). Enfermé dans la forteresse de Machéronte, il envoie ceux de ses disciples qui doutent, demander à Jésus : "Es-tu le messie ?[6]" (4.129). Puis il meurt dans les conditions que l’on connaît[7] (4.133) laissant à Jésus de nombreux disciples : les apôtres Jean, Jacques et André, le passeur Salomon, les bergers de la Nativité Jean, Siméon et Matthias et aussi Manaën compagnon d'enfance d’Hérode Antipas, etc.      

Matthias, le futur apôtre, rapporte un extrait de son enseignement, principalement centré sur l'ascétisme : les sens, les organes et l'intelligence doivent servir l'esprit et non le dominer ou le troubler (
7.235).           

Né six mois avant Jésus, Jean Baptiste meurt, vingt mois avant lui, à l'âge de 32 ans et 2 mois.

 Caractère et aspect          
Haut de page           

Lors du Baptême de Jésus, le Baptiste apparaît ainsi à Maria Valtorta : "Hirsute aux cheveux noirs qui retombent à plat sur les épaules et taillés en escalier, avec une barbe noire coupée à ras qui lui couvre presque tout le visage qui n'empêche pas de découvrir ses joues creusées par le jeûne, des yeux noirs fiévreux, la peau bronzée par le soleil et les intempéries et le poil épais qui la couvre, demi-nu avec son vêtement de peau de chameau retenu à la taille par une ceinture de peau et qui lui couvre le torse, descendant à peine au-dessous de ses flancs amaigris et laissant à droite les côtes découvertes, les côtes sur lesquelles se trouve, unique tissu, la peau tannée par l'air" (2.3).

 Son nom 
Haut de page           

Yohanân veut dire "l’Éternel a fait grâce, a été favorable". Baptiste vient de sa forme d'apostolat : le baptiseur.

 Où en parle-t-on dans l'œuvre ?  
Haut de page           

Le Baptiste fait partie des personnages fondamentaux, cités plus de 50 fois dans l'œuvre.

 Tome 1 : 1.15 Naissance, 1.34 - 1.35 - 1.36 - 1.37 Circoncision, 1.38 1.401.51.      
 Tome 2 : Le Baptiste au Jourdain, 2.3 - 2.4 - 2.7 - 2.8 - 2.13 - 2.22 - 2.30 - 2.39La première arrestation, 2.41 - 2.45 - 2.61 - 2.69 - 2.78 - 2.86 - 2.88 - 2.89 - 2.94.           
 Tome 3 : Séjour à Enon, 3.2 - 3.8 - 3.18 - 3.26 - Le Baptiste est de nouveau arrêté, 3.40 - 3.42 - 3.55 - 3.59 - 3.62 - 3.65 - 3.73 - 3.77.   
 Tome 4 : 4.87 - 4.112 - 4.119 - Qu’êtes-vous allés voir au désert ? 4.129Décapitation du Baptiste, 4.133 - 4.139 - 4.140 - 4.145.          
 Tome 5 : 5.22 - C’est Jean-Baptiste revenu d’entre les morts ! 5.36 - 5.49 - 5.52.   
 Tome 6 : 6.147.    
 Tome 7 : Nous, nous ne l'avons pas trahi, 7.177 - 7.178 - C'est pour cela, qu'avant Moi, Jean est venu pour préparer les chemins des cœurs, 7.181 - 7.2337.235.    
 Tome 8 : Le Baptiste, était-il en sécurité ? 8.14 - J'ai moissonné où avait semé mon Précurseur, 8.32 - Je vais à Enon, saluer l'endroit du Baptiste, 8.34 Souvenirs du massacre des innocents, 8.38.        
 Tome 9 : 9.11.     
 Tome 10 : 10.24.

 En savoir plus sur ce personnage          
Haut de page           

Extraits du Dictionnaire des personnages de l’Évangile, selon Maria Valtorta (Mgr René Laurentin, François-Michel Debroise, Jean-François Lavère, Éditions Salvator, 2012).  
-----------------------------------

Jean Baptiste est fêté le 24 juin, date supposée de sa naissance.     

Un manuscrit de Qûmran indique que sa naissance fut annoncée à Zacharie fin septembre
[8]. Elle eut donc lieu neuf mois plus tard, vers la fin juin, et celle de Jésus, six mois plus tard, en décembre.       

L'épisode de la décollation de Jean-Baptiste, après la danse de Salomé, est mentionné par Matthieu et Marc
[9]. Luc et Jean évoquent seulement sa mort. Selon Flavius Josèphe le prophète fut décapité aux alentours du mois de mars 29, dans la citadelle de Machaerous (Machéronte), près de la Mer morte.

En 36, la défaite d'Hérode Antipas par les troupes d'Arétas IV (son ex beau-père) serait, pour l'opinion de l'époque, un châtiment de Dieu pour le meurtre du prophète
[10].     

Certains ont contesté l'authenticité de ce passage : ce serait une interpolation chrétienne. Mais l'historien juif Simon Dubnow (1860-1941) croit, au contraire, que ces lignes sont de la main de Flavius Josèphe
[11].

Retour à l'index des personnages     
Fiche mise à jour le 03/12/2016

 



[1] Luc 1, 37.

[2] Luc 1, 80.

[3] Jean 1, 31.

[4] Cf. Matthieu 14, 3-4 ; Marc 6, 17-18.

[5] Cf. Jean 3, 23.

[6] Cf. Matthieu 11,1-27; Luc 7, 18-35.

[7] Matthieu 14, 3-12 - Marc 6, 17-29.

[8] Qûmram, Manuscrit 4 Q 321.

[9] Matthieu 14, 1-12 -  Marc 6, 14-29.

[10] Flavius Josèphe, Antiquités juives,  XVIII, 116-119.

[11] Simon Dubnow, Histoire du Peuple Juif.