I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

Le remords

Les paradis artificiels

Enfer et Paradis

Universalité du Salut

CHAPITRE 2    

Chacun sera jugé selon les œuvres.            

9 (Oui,) tribulation et angoisse pour tout âme d'homme qui fait le mal, pour le Juif d'abord, ensuite pour le Grec; 10 gloire, honneur et paix pour quiconque fait le bien, pour le Juif d'abord, puis pour le Grec. 11 Car Dieu ne fait pas acception des personnes.        

RETOURS AUX FICHES

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif 

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif 

Mercredi 14 janvier 1948.      

Romains 2, 9-11.      


L'Auteur Très-Saint dit :        

 La tribulation et l'angoisse sont toujours les compagnes de l'âme de l'homme qui fait le mal, même si cela n'apparaît pas aux yeux des hommes.      

Le coupable ne jouit pas de la paix, fruit d'une conscience tranquille, car les satisfactions de la vie, quelles qu'elles soient, ne suffisent pas à donner la paix. Le monstre du remords assaille les coupables de façon soudaine aux heures les moins attendues et il les torture. Parfois il les pousse au repentir, parfois au contraire il les rend encore plus coupables en les poussant à défier Dieu, à le chasser aussi loin que possible de leur propre moi. Car le remords vient de Dieu, mais aussi de Satan. Le premier éveille l'homme pour le sauver, le deuxième pour finir de le détruire, par haine et par raillerie.    

Haut de page   

 Mais l'homme coupable, déjà proie de Satan, ne s'imagine Iras que c'est son roi ténébreux qui le tourmente après l'avoir séduit et rendu esclave. Alors il accuse Dieu, Dieu seulement, des remords qui l'agitent. Il cherche à se convaincre qu'il ne craint pas Dieu. Il essaye de l'effacer, et pour cela il augmente ses fautes sans peur, avec la même manie malsaine avec laquelle le buveur augmente ses doses tout en sachant que le vin lui est dommageable; avec la même frénésie avec laquelle le luxurieux augmente son repas de plaisirs sordides, et l'habitué des drogues augmente leur dose pour jouir toujours plus de la chair et des drogues stupéfiantes. Tout cela avec l'intention de s'enivrer, s'étourdir. S'enivrer de vin, de drogue, de luxure. S'abêtir au point de ne plus être en état de ressentir le moindre remords, et dans l'intention coupable d'étouffer cette voix par celle de triomphes plus ou moins grands, plus ou moins passagers.

Mais l'angoisse demeure. La tribulation persiste. Des aveux de ce genre le coupable ne veut pas se les faire, il les évite; ou bien il attend le dernier moment, lorsque tout ce qui est scénario truqué tombe à terre et l'homme se retrouve seul et nu devant le mystère de la mort et de la rencontre avec Dieu. Si c'est son cas il aura encore de la chance, car après une juste expiation l'âme obtient la paix dans l'autre vie. Parfois la paix est immédiate, comme dans le cas du bon larron qui a atteint le regret parfait au dernier moment de sa vie
[1].

Mais il est très difficile que les grands larrons parviennent au parfait repentir. Pour les grands larrons – tout grand coupable est un grand larron, premièrement parce qu'il enlève à Dieu une âme, la sienne de coupable, et plusieurs autres encore, celles des personnes qu'il a entraînées à la faute; il sera appelé à répondre de celles-ci encore plus sévèrement que de la sienne, puisque ces dernières étaient parfois bonnes et innocentes avant de rencontrer le coupable et devenir pécheresses suite à cette rencontre; deuxièmement, tout grand coupable est un grand larron parce qu'en plus de voler le salut éternel à son âme, il le vole aussi aux âmes qu'il entraîne au mal – pour le grand larron obstiné, dis-je, il est difficile de parvenir au parfait regret au dernier moment. Souvent il ne parvient même pas au regret partiel, soit parce que la mort le frappe à l'improviste, soit parce qu'il repousse le salut jusqu'au moment suprême.      

Haut de page   

 La tribulation et l'angoisse de cette vie ne sont qu'une image vraiment très réduite de la tribulation et de l'angoisse de l'au-delà. L'enfer, la damnation sont des horreurs dont la description, même la plus exacte et donnée par Dieu lui-même, est toujours inférieure à leur réalité. Vous n'êtes pas en mesure de concevoir vraiment ce que c'est que la damnation, ce que c'est que l'enfer, même par description divine. De même que ni visions, ni leçons divines ne peuvent vous donner la perception exacte de la joie infinie du jour éternel des justes au Paradis, de même ni visions, ni leçons divines ne peuvent vous donner l'idée de l'horreur infinie qu'est l'Enfer. Des limites ont été posées pour que vous, les vivants, ne puissiez connaître l'extase du Paradis ou l'angoisse de l'Enfer. Car la connaissance de ces réalités telles qu'elles sont vous ferait mourir d'amour ou d'horreur.   

Haut de page   

 Châtiment ou récompense seront donnés avec juste mesure au juif comme au grec, c'est-à-dire à celui qui croit au vrai Dieu, comme à celui qui est chrétien mais séparé du tronc de la Vigne éternelle[2], à l'hérétique comme à celui qui suit d'autres religions révélées, ou la sienne propre s'il s'agit d'une créature à laquelle toute religion est inconnue.

Récompense à celui qui suit la justice, châtiment à celui qui fait le mal. Car chaque homme est doté d'une âme et de raison. Il a donc en lui ce qui suffit pour lui être guide et loi. Dans sa justice Dieu donnera récompense ou châtiment en proportion de ce que l'homme a su. Il sera plus sévère envers l'esprit et la raison des êtres humains civilisés, c'est-à-dire de ceux qui auront été en contact des prêtres ou des ministres chrétiens, ou des religions révélées, et tiendra compte de leur foi. Que si un être humain croit fermement que sa foi est la bonne, sa foi le justifie, même s'il est dans une église séparée ou schismatique. S'il opère le bien pour gagner Dieu, Bien Suprême, un jour il aura la récompense de sa foi et de sa droiture, et elle lui sera accordée avec une bénignité divine plus grande que celle réservée aux catholiques. Dieu tiendra compte de combien d'efforts supplémentaires auront dû faire les membres séparés du Corps Mystique, les musulmans, les bouddhistes, les hindouistes, les païens, pour demeurer justes, eux qui n'ont ni la Grâce, ni la Vie, et qui par conséquent ne possèdent pas mes dons, ni les vertus qui découlent de ces dons.

       I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

 

Dieu ne fait pas acception des personnes. Il jugera chacun selon les actions accomplies, et non d'après les origines des Hommes. Il y en aura plusieurs qui, se croyant choisis parce que très catholiques, se verront précédés par beaucoup d'autres qui auront servi le vrai Dieu, sans le connaître, en pratiquant la justice.     

Haut de page   

 



[1] Luc 23, 39-43

[2] Jean 15, 1-6