"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif  1.22.6 - Le giornate ad Ebron. I frutti della carità di Maria verso Elisabetta.

 1.22. 6 – Mary and Elizabeth Speak of their Children.

 1.22. 6 - Las jornadas en Hebrón. Los frutos de la caridad de María hacia Isabel.

 1.34 - Maria spricht von ihrem Kind.



Juin de l'an -5
(Tammouz 3756)
Hébron.


Vers l'index des thématiques

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif J'emprunte l'idée que je me fais de Lui à toutes les beautés que me suggère la terre


- Marie file et tisse ...... 132

- Elle imagine ce que sera son enfant ........................... 132

- Dieu révélera le mystère à Joseph.......................... 133

- Il ne l'a pas révélé à Zacharie ........................................ 134


- Marie dit à Zacharie qu'il parlera .......................... 134

- Le Messie naîtra à Bethléem ........................................ 134

Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 1


Tome 1, chapitre 34.

22.6
Marie parle de son enfant.


Vision du dimanche 2 avril 1944

132> Je vois Marie qui file, vite, vite, sous la tonnelle où le raisin grossit. Il a dû passer un certain temps parce que les pommes commencent à rougir sur les arbres et les abeilles ronronnent près des fleurs du figuier déjà mûres.      

Élisabeth est tout à fait grosse et marche lourdement. Marie la regarde avec une attention affectueuse. Marie, elle-même quand elle se lève pour ramasser le fuseau tombé trop loin, paraît s'arrondir sur les côtés et l'expression du visage est changée. Elle est plus mûre. C'était une jeune fille. Maintenant c'est une femme.   

Les femmes entrent dans la maison parce que le jour baisse et à l'intérieur on allume les lampes. En attendant le souper, Marie tisse.

"Mais ne te fatigue-t-il pas réellement ?" demande Élisabeth en montrant du doigt le métier à tisser.        

"Non, sois tranquille."           

"Pour moi, cette chaleur me fatigue. J'ai été sans souffrir, mais maintenant le poids est lourd pour mes reins vieillis."            

"Prends courage, tu seras bientôt libérée. Comme tu seras heureuse, alors ! Pour moi, je ne vois pas l'heure de ma maternité. Mon Enfant ! Mon Jésus ! Comment sera-t-il ?"      

"Beau, comme toi, Marie."    

Haut de page           

133> "Oh ! non ! Plus beau ! Lui est Dieu, je suis sa servante. Mais j'ai voulu dire: sera-t-il blond ou brun ? Aura-t-il les yeux comme un ciel tranquille ou comme les cerfs de montagnes ?     I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Moi, je me le représente plus beau qu'un chérubin, avec une chevelure couleur d'or avec les yeux de la couleur de notre mer de Galilée quand les étoiles commencent à se lever sur l'horizon du ciel, une bouche petite et rouge comme une tranche de grenade quand elle s'ouvre à maturité, et les joues, et bien voilà comme le teint rosé de cette rose pâle, et deux petites mains qui tiendraient dans le calice d'un lys, tant elles sont petites et belles, et deux pieds petits au point de remplir le creux de la main et gracieux et veloutés plus qu'un pétale de fleur. Vois. J'emprunte l'idée que je me fais de Lui à toutes les beautés que me suggère la terre. Et j'entends sa voix. En pleurant - il pleurera un peu, de faim ou de lassitude, mon Petit et ce sera toujours grande douleur pour sa Maman qui ne pourra... oh ! non, elle ne pourra le voir pleurer sans avoir le cœur transpercé - son cri sera comme le bêlement qui nous arrive de ce petit agneau qui vient de naître et qui cherche la mamelle de sa mère et pour dormir la chaleur de sa toison. Son rire emplira de ciel mon cœur épris de ma Créature. Je puis être énamourée de Lui, parce qu'il est mon Dieu et mon amour d'amante ne s'oppose pas à ma consécration virginale. Son rire sera comme le roucoulement joyeux d'une petite colombe rassasiée et satisfaite dans la tiédeur de son nid. Je pense à ses premiers pas... un oiseau sautillant sur un pré fleuri. Le pré sera le cœur de sa Maman qui soutiendra ses petits pieds roses avec tout son amour pour qu'il ne rencontre rien qui le fasse souffrir. Comme je l'aimerai mon Enfant ! Mon Fils ! Joseph aussi l'aimera !"        

"Mais tu devras le lui dire à
Joseph !"           

Marie s'assombrit et soupire, "Je devrais pourtant le lui dire... J'aurais voulu que le Ciel le lui fasse savoir car c'est très difficile d'en parler."     

"Veux-tu que je lui en parle ? Que je le fasse venir pour la circoncision de
Jean ? ..."

"Non. J'ai remis à Dieu le soin de l'instruire de son heureux sort de nourricier du Fils de Dieu. Il s'en chargera. L'Esprit m'a dit ce soir : "Tais-toi, laisse-Moi le soin, je te justifierai". Et Il le fera. Dieu ne ment jamais. C'est une grande épreuve, mais avec l'aide de l'Éternel elle sera surmontée. En dehors de toi à qui l'Esprit l'a révélé, personne ne doit connaître par ma bouche la bienveillance du Seigneur à l'égard de sa servante."    

Haut de page           

134> "J'ai toujours gardé le silence, moi aussi avec Zacharie qui en aurait éprouvé une grande joie. Il croit à ta maternité naturelle."  

"Je le sais et je l'ai aussi voulu par prudence. Les secrets de Dieu sont saints. L'ange du Seigneur n'avait pas révélé à Zacharie ma maternité divine. Il aurait pu le faire, si Dieu l'avait voulu car Dieu savait qu'était imminente l'époque de l'Incarnation de son Verbe en moi. Mais Dieu a tenu cachée cette joie lumineuse à Zacharie qui refusait comme impossible votre fécondité tardive. Je me suis conformée à la volonté de Dieu. Et, tu le vois, tu as su ce secret vivant en moi... Lui, n'a rien remarqué. Tant que ne tombera pas le voile de son incrédulité à l'égard de la puissance de Dieu, il vivra à l'écart de la lumière surnaturelle."

Élisabeth soupire et garde le silence. Zacharie entre. Il présente des rouleaux à Marie. C'est l'heure de la prière avant le souper. C'est Marie qui prie à haute voix à la place de Zacharie. Puis ils prennent place à table.         

"Quand tu ne seras plus ici, comme nous pleurerons de n'avoir personne qui nous dise les prières." dit Élisabeth en regardant son mari muet.    

"Tu prieras alors, Zacharie" dit Marie.            

Il secoue la tête et écrit : "Je ne pourrai plus jamais prier pour les autres. J'en suis devenu indigne, du moment où j’ai douté de Dieu."   

"Zacharie: tu prieras. Dieu pardonne." Le vieillard essuie une larme et soupire.           

Après le repas, Marie retourne au métier à tisser. "C'est assez !" dit Élisabeth. "Tu te fatigues trop."          

"Le temps est très proche, Élisabeth. Je veux faire à ton enfant un trousseau digne de celui qui précède le Roi de la race de David."       

Zacharie écrit : "De qui naîtra-t-il ? Et où ?"   

Marie répond : "Là où les Prophètes l'ont dit
[1] et de qui l'Éternel fera choix. Tout est bien fait de ce que fait notre Seigneur, le Très-Haut."

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Zacharie écrit : "À Bethléem, donc ! En Judée. Nous irons le vénérer, femme. Toi aussi, tu viendras à Bethléem avec Joseph."  

Et Marie baissant la tête sur son métier : "Je viendrai." C'est la fin de la vision.         

Haut de page           

 



[1] Michée 5, 1-3 "Et toi, Bethléem, Éphrata, (nom primitif de Bethléem où est enterrée Rachel) petite parmi les clans de Juda, c’est de toi que sortira pour moi celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent au temps jadis, aux jours antiques. C’est pourquoi il les abandonnera jusqu’au temps où aura enfanté celle qui doit enfanter. Alors le reste de ses frères reviendra aux enfants d’Israël. Il se dressera, il fera paître son troupeau par la puissance de Yahvé, par la majesté du nom de Yahvé, son Dieu. Ils s’établiront, car alors il sera grand jusqu’aux confins de la terre."