I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano.

 

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous ?

                                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif                                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif                                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif                                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif                                I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

                               Vers l'index des thématiques

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Immaculée conception.

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Le "surhomme" de Dieu et le péché originel.


                                          I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les références de l'Ancien Testament sont de Davis Amos.

             I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Les commentaires de bas de page sont de Jean-François Lavère, de François-Michel Debroise et de l’éditeur.

Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 1

Ancienne édition : Tome 1, chapitre 6.
Nouvelle édition : Tome 1, chapitre4.

1.4.5.
Anne annonce sa maternité par un cantique. Son sein porte l’âme immaculée de Marie
(suite et fin).

Catéchèse du jeudi 24 août 1944.

29>    ;: I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 4.5 - Jésus dit :       

«Après les avoir éclairés par les songes de la nuit, la Sagesse descendit elle-même, en “effluve de la puissance de Dieu, une émanation toute pure de la gloire du Tout-Puissant
[1]” et se fit Parole pour la femme stérile. Moi, le Christ, le petit-fils d’Anne, qui voyais désormais s’approcher le temps de la rédemption par la Parole – près de cinquante ans plus tard –, j’accomplirai des miracles sur les personnes stériles ou malades, possédées, affligées, sur toutes les misères de la terre. 

En attendant, tout à la joie d’avoir
une mère, je murmure une parole cachée dans l’ombre du Temple qui renfermait les espérances d’Israël, ce Temple qui atteignait désormais la fin de son existence puisqu’un Temple nouveau et véritable allait apparaître sur la terre, un Temple qui ne renfermerait plus les espérances d’un peuple, mais l’assurance du paradis pour la population de la terre entière, pour les siècles des siècles jusqu’à la fin du monde.      

Et cette Parole accomplit ce miracle de rendre fécond le sein stérile
[2]. Elle me donne une mère qui n’eut pas seulement une perfection naturelle, comme ce devait être le cas en naissant de deux saints ; elle n’allait pas avoir seulement une âme bonne comme beaucoup d’autres, pas seulement un développement continu de cette bonté grâce aux excellentes dispositions de sa volonté, pas seulement un corps immaculé : seule entre toutes les créatures, elle eut une âme immaculée[3].         

   ;: I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 4.6 - Tu as vu la génération continuelle des âmes par Dieu[4]. Imagine donc quelle devait être la beauté de cette âme que le Père avait désirée dès avant l’existence du temps, de cette âme qui faisait les délices de la Trinité qui brûlait de l’orner de ses dons pour s’en faire don à elle-même. Ô femme toute sainte que Dieu créa pour lui-même et, en second lieu, pour le salut des hommes ! Parce que tu devais porter le Sauveur, tu fus l’origine du salut. Paradis vivant, par ton sourire tu as commencé à sanctifier la terre.        

L’âme créée pour être celle de la Mère de Dieu ! Lorsque cette étincelle de vie jaillit d’un tressaillement vivant de l’Amour trinitaire, les anges en éprouvèrent une joie extraordinaire, car jamais le Paradis n’avait vu une lumière aussi vive.         

Haut de page        

30> Comme un pétale de rose céleste, un pétale immatériel et précieux qui était joyau et flamme, qui descendait animer[5] une chair bien autrement que pour les autres et dont le feu était si puissant que le péché originel ne put l'atteindre ne put l’atteindre, elle traversa les espaces et alla s’enfermer dans un sein sanctifié.   

Sans le savoir encore, la terre possédait sa fleur, la vraie, la fleur unique qui fleurit éternellement : lys et rose, violette et jasmin, hélianthe et cyclamen réunis, et avec eux toutes les fleurs de la terre fondues en une seule Fleur, Marie, en qui s’unissent toutes vertus et toutes grâces
[6].

En avril, la terre de Palestine ressemblait à un immense jardin où parfums et couleurs faisaient les délices du cœur des hommes. Mais la plus belle rose était encore ignorée. Déjà elle fleurissait pour Dieu dans le secret du sein maternel
[7], car ma mère aima dès le premier instant de sa conception.        

C’est seulement au moment où la vigne donne son sang pour qu’on en fasse du vin
[8], où l’odeur sucrée et forte du moût emplit les cours de ferme et les narines qu’elle allait sourire, d’abord à Dieu puis au monde, et dire avec son sourire innocent : “Voilà, la Vigne est parmi vous, la Vigne qui vous donnera la Grappe destinée à être foulée au pressoir pour devenir le remède éternel de votre mal.”

J’ai dit : “Ma Mère aima dès le premier instant de sa conception.”       

Qu’est-ce qui donne à l’esprit lumière et connaissance ? La grâce. Qu’est-ce qui la fait disparaître ? Le péché originel et le péché mortel. Marie, l’Immaculée, ne fut jamais privée du souvenir de Dieu, de sa proximité, de son amour, de sa lumière, de sa sagesse. Il s’ensuit qu’elle put comprendre et aimer quand elle n’était encore qu’une chair qui se formait autour d’une âme immaculée
qui continuait à aimer.       

   ;: I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif 4.7 - Plus tard, je te ferai contempler en esprit la profondeur de la virginité de Marie. Tu en éprouveras un vertige céleste comme lorsque je t’ai fait considérer notre éternité. En attendant, considère comment le fait de porter en son sein un être exempt de la faute originelle – qui prive de Dieu – peut procurer à sa mère qui l’a seulement conçu naturellement, humainement, une intelligence supérieure et en fait un prophète : le prophète de sa fille, qu’elle appelle “Fille de Dieu”. Imagine également ce qu’il en aurait été si vos premiers parents innocents avaient engendré des enfants innocents, selon la volonté de Dieu.

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

        I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

31> Voilà, ô hommes qui prétendez approcher du “surhomme” mais qui, par vos vices, approchez uniquement du “super démon”, quel était le moyen d’arriver au “surhomme” : vous aviez là le moyen d’échapper à l’influence néfaste de Satan pour laisser à Dieu l’administration de la vie, de la connaissance, du bien, sans rien désirer de plus – et c’était à peine moins que l’infini – que ce que Dieu vous avait donné, pour pouvoir engendrer, en une continuelle évolution vers la perfection, des enfants qui soient physiquement des hommes et spirituellement des fils de l’Intelligence ; ils auraient ainsi été triomphants, c’est-à-dire forts, c’est-à-dire des géants contre Satan, qui aurait été cloué à terre des milliers de siècles avant l’heure où il le sera, et avec lui tout le mal qui est en lui.»         

Haut de page        

Fiche mise à jour le
16/12/2017.

 



[1] Sagesse 7,25.

[2] Cf. la prière d’Anne au Temple, au chapitre précédent.

[3] Cf. Le Dogme de l'Immaculée Conception proclamée le 8 décembre 1854 par le Pape Pie IX dans la constitution apostolique Ineffabilis Deus. La proclamation dogmatique est en fin de document

[4] Dans la vision du 25 mai 1944. Voir Les cahiers de 1944.

[5] "Souffle de Dieu" (alito di Dio). L'expression a été corrigée par Maria Valtorta sur une copie dactylographiée. Dans un premier temps, elle avait écrit "Partie de Dieu" (parte di Dio)

[6] "Marie, plaine de grâces". À rapprocher de ce qu'indique St Alphonse de Liguori :"Selon saint Bernardin, tous les dons, toutes les vertus et toutes les grâces, sont dispensés par les mains de Marie, à qui elle veut, quand elle veut, et comme elle veut." (Saint Alphonse-Marie de Liguori, Les Gloires de Marie, chapitre 5).

[7] En avril, Marie était conçue depuis 4 mois (voir le chapitre précédent).

[8] Confirmation que la naissance de Marie eut lieu en septembre (voir le EMV 5).