"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous


 Évangile.

Première expulsion :
-
Jean 2, 13-21.

Seconde expulsion :
-
Matthieu 21, 1-17.
-
Marc 11, 1-18.
- Luc 19, 28-46.

-
Jean 12, 12-19.



RETOURS






VOIR AUSSI










Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 9


Additif au Tome 9, chapitre 9.

Le dimanche des rameaux selon le récit des principales voyantes.

Marie d'Agréda (1602-1665)     
"La Cité mystique de Dieu" – Livre 6, Chapitre 7

 L'entrée triomphale de Jésus.  Jésus n'est pas reconnu par tous.  Adoration universelle du Sauveur.  Victoire sur les démons et seconde expulsion des marchands du Temple.  Marie suivait en pensée l'entrée triomphale.

Haut de page   

§ 1121 – L'entrée triomphale de Jésus.          

457> Lorsque fut arrivé le jour qui répond au dimanche des Rameaux, le Sauveur s'approcha de Jérusalem avec ses disciples, accompagné d'une grande multitude d'anges qui bénissaient la charité si tendre qu'il manifestait envers les hommes, et son zèle si ardent pour leur salut éternel. Et, ayant marché environ deux lieues, il ne fut pas plutôt arrivé à Bethphagé, qu'il envoya, deux de ses disciples chez un homme de considération dont la maison n'était pas éloignée[1], et avec son agrément ils amenèrent à leur Maître une ânesse et son poulain, que, personne n'avait encore monté.    

458> Et, après que les disciples les eurent couverts de leurs manteaux, le Sauveur prit le chemin de Jérusalem et se servit dans ce triomphe de l'ânesse et de l'ânon, ainsi que l'avaient prédit les prophètes Isaïe et Zacharie plusieurs siècles auparavant[2], afin que les prêtres et les docteurs de. la loi ne puissent prétexter leur ignorance. Les quatre, évangélistes ont aussi décrit ce triomphe merveilleux de Jésus-Christ et racontent ce que virent ceux qui y assistèrent[3]. Pendant que le Rédempteur s'avançait, les disciples et tout le peuple avec eux, le reconnaissaient par leurs acclamations pour le Messie, pour le fils de David, le Sauveur du monde et le véritable Roi. Les uns disaient : "La paix soit dans le ciel et la gloire dans les lieux les plus hauts; béni soit le Roi qui vient au nom du Seigneur"; les autres disaient : "Hosanna, Fili David ! Sauvez-nous, Fils de David; béni soit le règne de notre père David, qui est déjà arrivé". Tous. coupaient des palmes et des branches d'arbres en signe de triomphe et d'allégresse, et les répandaient en étendant leurs manteaux sur le chemin par où devait passer le nouveau triomphateur des armées, notre Seigneur Jésus-Christ.       

Haut de page   

§ 1122 – Jésus n'est pas reconnu par tous.    

 
459> Toutes ces marques de culte et d'admiration, toutes ces acclamations que les hommes donnaient au Verbe incarné prouvaient le pouvoir de sa Divinité, d'autant plus que c'était le moment auquel les prêtres et les pharisiens l'attendaient dans cette même ville pour le faire mourir. Car s'ils n'eussent été mus et excités intérieurement par la vertu divine qui éclatait dans les miracles qu'il avait faits, il n'eût pas été possible que tant de gens réunis, dont beaucoup étaient idolâtres et les autres ses ennemis déclarés, l'eussent publiquement reconnu pour le véritable Roi, pour le Sauveur et le Messie, et se fussent soumis à un homme pauvre, humble et persécuté, qui venait sans pompe guerrière, sans armes, sans escorte, sans richesses, sans chars de triomphe ni chevaux superbes. En apparence, tout lui manquait; il entrait sur un petit ânon; il paraissait n'avoir rien que de méprisable dans l'opinion d'un monde plein de vanité; son air, toujours grave, serein, majestueux, répondait seul à sa dignité cachée, mais tout le reste était contraire à ce que le monde estime et applaudit. Ainsi l'on découvrait par ses effets la puissance divine, qui mouvait par sa force les cœurs des hommes et les contraignait à se soumettre à leur Créateur et Restaurateur.       

Haut de page   

§ 1123 – Adoration universelle du Sauveur.   

Mais, outre le mouvement universel que l'on remarqua dans Jérusalem à cause de la divine lumière dont le Seigneur éclaira l'esprit de tous ses habitants, afin qu'ils reconnussent notre Sauveur, ce triomphe s'étendit sur toutes les créatures, ou sur plusieurs plus capables de raison, pour accomplir ce que le Père éternel avait promis à son Fils, comme on l'a vu plus haut.    

460> Car, tandis que notre Sauveur Jésus-Christ faisait son entrée dans Jérusalem, l'ange saint Michel fut envoyé aux limbes pour donner connaissance de ce mystère aux saints, aux patriarches et aux prophètes qui s'y trouvaient; ils eurent tous en même temps une vision particulière de cette entrée et de ses circonstances, de sorte que du fond de leur retraite ils adorèrent notre divin maître, le reconnurent pour le véritable Dieu et le Rédempteur du monde, et lui firent de nouveaux cantiques de gloire et de louanges pour son triomphe admirable sur la mort, sur le péché et sur l'enfer. Le pouvoir divin s'étendit aussi sur les cœurs de beaucoup d'autres personnes qu'il toucha dans l'univers entier. Ainsi ceux qui avaient quelque connaissance de Jésus-Christ, non-seulement dans la Palestine et dans les lieux circonvoisins, mais en Égypte et en d'autres royaumes, se sentirent poussés à adorer en esprit le Rédempteur en cette heure solennelle, comme ils le firent avec une joie singulière que leur causa l'influence de la divine lumière qu'ils reçurent à cet effet, quoiqu'ils ne comprissent bien ni le principe ni le but de l'impulsion à laquelle ils obéissaient. Elle ne leur fut pourtant pas inutile, car elle les fit singulièrement avancer dans la foi et dans la pratique des bonnes couvres. Et, afin que le triomphe que notre Sauveur remportait dans cette occasion sur la mort fût plus glorieux, le Très-Haut ne permit pas qu'elle eût en ce jour le moindre droit sur la vie d'aucun des mortels; il ne mourut donc personne dans le monde ce jour-là, quoique bien des gens fussent naturellement morts, si le Tout-puissant ne l'eût empêché, afin que le triomphe de Jésus-Christ fût tout à fait prodigieux.      

Haut de page   

§ 1124 – Victoire sur les démons et seconde expulsion des marchands du Temple. 

461> Cette victoire que le Sauveur remporta sur la mort fut suivie de celle qu'il remporta sur l'enfer; et celle-ci fut beaucoup plus glorieuse, quoiqu'elle fût plus cachée. Car dans le même temps que les hommes commencèrent à invoquer notre divin Maître et à le reconnaître pour le Sauveur et pour le Roi qui venait au nom du Seigneur, les démons sentirent le pouvoir de sa droite qui les chassa du monde tous tant qu'ils étaient, et les précipita dans les profonds cachots de l'enfer, de sorte que durant le peu de temps que Jésus-Christ continua encore sa marche, il ne resta aucun esprit malin sur la terre : tous roulèrent dans les abîmes, aussi pleins de terreur que de rage. Dès lors ils craignirent plus qu'ils n'avaient encore fait, que le Messie ne se trouvât dans le monde, et se communiquèrent le sujet de cette crainte, comme je le dirai dans le chapitre suivant. Le triomphe du Sauveur dura jusqu'à ce qu'il fût entré dans Jérusalem, et les saints anges qui l'accompagnaient adressèrent à sa divinité, dans un concert d'harmonie ineffable, de nouvelles hymnes de louanges. En entrant dans la ville au milieu des applaudissements de tous ses habitants, il descendit de l'ânon, et dirigea ses pas du côté du Temple, où il opéra les merveilles que les évangélistes racontent, et qui excitèrent une admiration universelle. Il renversa les tables de ceux qui vendaient et achetaient dans le Temple, témoignant le zèle qu'il avait pour l'honneur de la maison de son Père, et en chassa ceux qui en faisaient une maison de négoce et une caverne de voleurs[4].          

462> Mais aussitôt que le triomphe fut achevé, la droite du Seigneur suspendit l'influence qu'elle avait fait sentir aux cœurs des habitants de cette ville. Les justes en profitèrent en restant justifiés ou en devenant meilleurs; les autres reprirent leurs vices et leurs mauvaises habitudes, parce qu'ils n'usèrent pas de la lumière et des inspirations que la bonté divine leur envoya. Et parmi tant de personnes qui avaient reconnu publiquement notre Seigneur Jésus-Christ pour le roi de Jérusalem, il n'y en eut pas une seule qui s'offrît à le loger, et qui le reçût dans sa maison[5].        

Haut de page   

§ 1125 – Marie suivait en pensée l'entrée triomphale.

Le Sauveur demeura dans le Temple, où il instruisit le peuple jusqu'au soir. Et pour attester le respect que l'on devait avoir pour ce saint lieu, pour cette maison de prière, il ne voulut pas permettre qu'on lui apportât même un vase d'eau pour boire; et sans avoir pris ce rafraîchissement ni aucune nourriture, il s'en retourna ce même soir à Béthanie, d'où il était parti, et continua ensuite de se rendre les jours suivants à Jérusalem jusqu'à sa Passion
[6]. La bienheureuse Vierge passa ce jour-là à Béthanie retirée dans sa solitude, d'où elle voyait par une vision particulière tout ce qui arrivait dans le triomphe admirable de son Fils et de son Maître.

463> Elle vit ce que les anges faisaient dans le ciel, ce que les hommes faisaient sur la terre, ce qu'éprouvaient les démons dans l’enfer, et comment en toutes ces merveilles le Père éternel accomplissait les promesses qu'il avait faites à son Fils incarné et lui donnait l'empire sur tous ses ennemis. Elle vit aussi tout ce que notre Sauveur fit dans ce triomphe et dans le Temple. Elle entendit cette voix du Père qui vint du ciel d'une manière intelligible pour tous les assistants, et qui, répondant à notre Seigneur Jésus-Christ, lui dit : "Je vous ai glorifié, et je vous glorifierai de nouveau"[7]. Ces paroles faisaient connaître qu'outre la gloire et le triomphe que le Père avait donnés ce même jour au Verbe incarné, il le glorifierait de nouveau et l'exalterait après sa mort : car les paroles du Père éternel renferment tout cela ; et c'est ce que l'auguste Marie entendit et pénétra avec une joie inexprimable.

Haut de page   

Anne-Catherine Emmerich (1774–1824)          
"Visions" – Tome 3 – Vie publique de Notre Seigneur, Troisième année - Chapitre 58 : Entrée triomphante du Rédempteur à Jérusalem.   

 L'ânesse et l'ânon.  Enseignement sur la prudence.  Le cortège. Jérusalem pavoise.  Les pierres crieront.  La foule en liesse.  Seconde expulsion des marchands du Temple.

Haut de page   

L'ânesse et l'ânon.      

75> Le lendemain, de bonne heure, Jésus fit venir Erémenzear et Silas, et leur enjoignit d'aller à Jérusalem, non par la grande route, mais par un chemin détourné, qui passait par Bethphagé au travers des jardins et des champs. Ils devaient frayer la route et ouvrir les barrières qui empêchaient le passage. Près d'une hôtellerie, en avant de Bethphagé, ils trouveraient, dans une prairie, une ânesse avec son ânon. Ils devaient délier l'ânesse, et, si quelqu'un leur disait quelque chose, répondre que telle était la volonté du Seigneur. Ensuite ils fraieraient le chemin jusqu'au Temple, et reviendraient aussitôt à Bethphagé.

Les deux disciples partirent sur-le-champ ; ils firent des trouées dans les haies, et ôtèrent du chemin tout ce qui faisait obstacle. Les ânes appartenaient à des gens qui étaient allés au Temple, et les avaient laissés là. Les disciples attachèrent l'ânesse : l'ânon resta libre. Je les vis ensuite arriver au Temple. Les marchands de comestibles que le Seigneur en avait chassés dernièrement s'y étaient de nouveau installés
[8]. Les disciples se rendirent auprès d'eux et leur ordonnèrent de se retirer, parce que le Seigneur allait faire son entrée. Lorsqu'ils eurent pris toutes ces dispositions, ils retournèrent à Bethphagé par la grande route, en passant de l'autre côté de la montagne des Oliviers.    

Haut de page   

Enseignement sur la prudence.         

Jésus, avant divisé les disciples en deux troupes, envoya d'avance à Jérusalem, par le grand chemin, les plus anciens, qui étaient d'ordinaire avec les apôtres. Ils devaient aller par petits groupes et se rendre chez Marie mère de Marc, chez Véronique, Nicodème, les fils de Siméon et d'autres amis de Jésus, pour leur annoncer l'entrée du Seigneur. Jésus prit avec lui les apôtres et les plus jeunes disciples ; les sept femmes, ayant Marie à leur tête, suivirent à quelque distance. Il y avait sur le chemin, près d'une maison de plaisance, un jardin planté de beaucoup d'arbres ; Jésus s'y arrêta, et envoya deux de ses disciples
jusqu'à Bethphagé pour chercher l'ânesse, et dire que le Seigneur en avait besoin.

76> Jésus s'arrêta là assez longtemps. Il y avait autour de lui une foule de gens qui écoutaient son instruction. La salle où il parlait, debout sur une estrade, était ornée de verdure et de guirlandes de fleurs, et on avait suspendu au plafond un dais de feuillage fort élégant. La salle était soutenue par des colonnes lisses, entre lesquelles je vis les saintes femmes l'écouter. La cour qui précédait la maison était pleine de disciples et d'autres personnes. Jésus enseigna les disciples sur la prévoyance et sur la nécessité d'agir avec discernement, car ils lui avaient demandé pourquoi il avait pris le chemin détourné. Il répondit que c'était pour éviter un danger inutile, ajoutant qu'il fallait prendre toutes ses précautions, et ne pas tout laisser au hasard : c'était aussi pour cela qu'il avait fait d'avance attaché l'ânesse dans cet endroit.      

Haut de page   

Le cortège.     

Cependant, les deux disciples envoyés a Bethphagé avaient délié l'ânesse, et attendaient, entourés de beaucoup de monde, l'arrivée du seigneur et de sa suite. Alors Jésus régla l'ordonnance du cortège. Il dit aux apôtres que, dès ce moment, comme après sa mort, ils devaient être partout à la tête des fidèles ; puis il les fit marcher devant lui deux à deux. Pierre était le premier ; après lui venaient ceux qui plus tard annoncèrent l'Évangile aux contrées les plus lointaines. Jean et Jacques le Mineur précédaient immédiatement Jésus.  

Quand les deux disciples qui attendaient à Bethphagé virent le cortège de Jésus approcher, ils allèrent au-devant de lui avec les deux animaux. Les disciples mirent sur le dos de l'ânesse les manteaux et les couvertures qu'ils avaient apportés de chez Lazare. Ensuite, le Seigneur revêtit une robe de fête, que portait l'un de ses disciples ; elle était de fine laine blanche et avait par-derrière une espèce de queue : il mit aussi une large ceinture, sur laquelle il y avait des lettres, et se passa autour du cou une étole qui lui descendait jusqu'aux genoux, et aux extrémités de laquelle était brodée, en couleur brune, quelque chose qui ressemblait à deux écussons. Les deux disciples, placés des deux côtés de l'ânesse, aidèrent le Seigneur à monter. L'animal n'avait pas de bride ; sa tête était découverte ; il avait autour du cou une bande d'étole assez étroite, qui pendait en avant. Je ne saurais dire si Jésus monta sur l'ânesse ou sur l'ânon, car tous deux étaient de même taille : quoi qu'il en soit, l'un des deux animaux marchait librement à côté de l’autre
[9].  

77> Les apôtres et les disciples avaient à la main des rameaux de palmiers, cueillis dans le jardin qu'ils venaient de quitter. Éliad marchait de l'un des côtés du Seigneur, Silas de l'autre, Erémenzear derrière lui ; puis venaient tous les nouveaux disciples. Dès que le cortège se fut mis en marche, les femmes s'y joignirent deux par deux, ayant à leur tête la sainte Vierge, qui d'ordinaire se tenait en arrière, et se regardait comme la dernière de toutes. Ils entonnèrent aussitôt des cantiques, et les gens de Bethphagé les suivirent en foule[10].       

Haut de page   

Jérusalem pavoise.    

Cependant à Jérusalem ces marchands et ces gens, qu'Érémenzear et Silas avaient pressés d'évacuer le Temple, parce que le Seigneur y voulait faire son entrée, s'étaient mis tout joyeux à décorer le chemin : ils enlevèrent le pavé et plantèrent des arbres dont les cimes attachées ensemble formaient des arcades, et auxquels pendaient des fruits jaunes ressemblant à de grosses pommes. Les disciples qui étaient allés, le matin même, à Jérusalem, prévenir les amis de Jésus, une foule nombreuse d'étrangers venus à Jérusalem pour la fête (tous les chemins étaient couverts de voyageurs, enfin beaucoup de Juifs qui avaient entendu le dernier discours de Jésus, se portèrent en masse du côté de la ville où il devait entrer. Il y avait là aussi des gens de contrées lointaines, qui avaient appris la résurrection de Lazare, et qui désiraient voir le Sauveur.  

Lorsqu'en venant de Bethphagé on arrivait sur le mont des Oliviers, on voyait, entre les hauteurs qui bordaient le chemin, le Temple s'élever en face de soi. Le chemin qui conduisait de là à Jérusalem passait au milieu de plantations et de jardins, et était fort agréable.  

Haut de page   

Les pierres crieront.   

78> Les apôtres et les disciples qui accompagnaient jésus chantaient et poussaient des cris d'allégresse, tandis que le peuple, venant de la ville, se pressait en foule au-devant de lui. Cependant, plusieurs vieux prêtres en habits sacerdotaux barrèrent le chemin aux apôtres, qui furent intimidés et n'osèrent rien dire : ils accusèrent en même temps jésus de ne pas contenir ses partisans dans l'ordre, et lui demandèrent pourquoi il ne leur interdisait pas tout ce bruit. Jésus leur répondit que si ces derniers gardaient le silence, les pierres du chemin elles-mêmes crieraient. Sur quoi ils se retirèrent.       

De leur côté, les princes des prêtres tinrent conseil ; ils mandèrent devant eux les maris et les parents dont les femmes et les enfants étaient sortis de Jérusalem pour aller au-devant de Jésus, les firent enfermer dans la grande cour du tribunal, et envoyèrent des gens pour espionner.       

Haut de page   

La foule en liesse.      

Cependant le peuple coupait des branches d'arbres et en jonchait le chemin; on se dépouillait de ses manteaux, qu'on étendait par terre ; on chantait, on poussait des cris de joie. Les enfants avaient quitté les écoles malgré leurs maîtres, et joignaient leurs acclamations à celles de la multitude. Véronique en avait deux auprès d'elle ; elle jeta son voile, et ôta à l'un des enfants une partie de ses vêtements, qu'elle étendit sur le chemin. Elle se joignit aux saintes femmes qui fermaient la marche. Le chemin était tellement couvert de branches d'arbres et de vêtements, que le cortège ne cessa de marcher comme sur un tapis moelleux, sous les guirlandes de verdure qu'on avait suspendues entre les maisons. Jésus avait dit aux disciples de faire attention à ceux qui étendraient leurs vêtements devant lui, qui y jetteraient des branches d'arbres ou qui feraient l'une et l'autre chose. Les derniers étaient ceux qui sacrifieraient, non seulement leurs biens, mais leurs personnes mêmes à son service.  

Haut de page   

Jésus pleure sur la ville.        

Jésus versa des larmes, et les apôtres pleurèrent aussi, quand il dit que beaucoup de ceux qui maintenant l'acclamaient si joyeusement, l'accableraient bientôt d'outrages, et que l'un d'eux le trahirait. En même temps il regarda la ville et pleura sur sa destruction prochaine.

Lorsqu'il eut passé la porte, l'allégresse fut à son comble, et on lui amena un grand nombre de malades. Jésus s'arrêta à plusieurs reprises, descendit de sa monture, et les guérit tous sans exception. Il y avait dans la foule beaucoup de ses ennemis, qui criaient et faisaient grand bruit.      

79> Plus on approchait du Temple, plus la décoration du chemin s'embellissait. Des deux côtés, on voyait des barrières, derrière lesquelles de petits animaux à longs cous, des chevreaux et des agneaux avec des guirlandes autour de la tête, bondissaient au milieu des arbustes comme dans de petits jardins. Il y avait toujours là, mais particulièrement vers le temps de la Pâque, des animaux sans tache, destinés au sacrifice. Le cortège mit près de trois heures à se rendre de la porte de la ville au Temple, par un chemin d'une demi-lieue environ.           

Haut de page   

Seconde expulsion des marchands du Temple.        

Lorsqu'ils furent arrivés au Temple, on ramena l'âne où on l'avait pris. Les vendeurs du Temple étaient couchés sur des bancs derrière leurs marchandises ; il y en avait aussi par-derrière et au-dessus d'eux. Dans les cours, on voyait beaucoup de bétail ; ce jour-là le Seigneur chassa les vendeurs avec plus de vivacité que la première fois, et il resta longtemps dans les parvis, car ils étaient là en grand nombre, avec des gens de mauvaise vie. Ensuite il enseigna longtemps, assis sur un banc d'échangiste, d'où il avait chassé ceux qui s'y tenaient. Plusieurs personnes vinrent à lui, accompagnées d'enfants et de malades qu'il guérit. La foule nombreuse qui l'entourait en poussa des cris de joie. Je vis, plus avant dans le Temple, une belle porte qui brillait comme de l'or, derrière laquelle plusieurs Juifs très âgés étaient assis et priaient.           

Au moment où Jésus s'approcha de cette porte, ces vieux prêtres se retirèrent dans la partie du Temple où était l'autel des sacrifices. Marie et les autres femmes allèrent seulement jusqu'à l'entrée puis elles se mirent à l'écart pour éviter la foule.           

Les Juifs avaient fait fermer toutes les maisons, ainsi que les portes de la ville ; aussi, lorsque le Seigneur eut mis pied à terre devant le Temple, et que les disciples voulurent ramener l'ânesse, ils furent obligés d'attendre jusqu'au soir que la porte fût rouverte. Tout ce monde dut rester à jeun la journée entière, car toutes les maisons de cette partie de la ville étaient barricadées. Madeleine était fort triste de ce que Jésus ne trouvait rien à prendre pour se soutenir.     

80> Le soir, on ouvrit les portes. Les saintes femmes retournèrent à Béthanie les premières ; Jésus et les apôtres les y suivirent peu de temps après. Madeleine, qui se tourmentait de ce que le Seigneur et les siens n'avaient rien pris à Jérusalem, leur prépara elle-même un repas. Quand le Seigneur, à la nuit tombante, entra dans la cour de la maison de Lazare, elle apporta de l'eau dans un bassin, lui lava les pieds et les essuya avec un linge, qu'elle portait sur son épaule. Ensuite, tandis que Jésus prenait un peu de nourriture, elle s'approcha de sa personne et répandit sur sa tête un parfum. J'entendis Judas murmurer quand Madeleine passa devant lui ; mais elle répondit qu'elle ne pourrait jamais assez reconnaître ce que le Seigneur avait fait pour elle et pour son frère.  

Haut de page   

 

Commentaires des récits synoptiques des voyantes.

Dans les récits ci-dessus, on peut remarquer que :       

 Marie d'Agréda et Anne-Catherine Emmerich, situent bien, comme Maria Valtorta, deux expulsions des marchands du Temple. Cette deuxième expulsion est conforme aux évangiles synoptiques (Matthieu, Marc et Luc).    

 Aucune des deux voyantes ne reprend, pour la seconde expulsion, les évènements propres à la première : le fouet, l'annonce de la résurrection, l'altercation sur la datation du Temple.           

 Seule Maria Valtorta cite la deuxième admonestation de Jésus "Il est écrit : Ma maison sera appelée maison de prière. Pourquoi donc en avez-vous fait une caverne de voleurs ?" Cette admonestation fait écho à la première sans lui être identique toutefois.            

- Ainsi Jean cite pour la première admonestation : "Otez tout cela d’ici et ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic."       

- Les synoptiques citent unanimement pour la seconde :          

- "Il est écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites un repaire de brigands !" (Matthieu)            

- "N’est-il pas écrit : Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations ? Mais vous, vous en avez fait un repaire de brigands !" (Marc)    

- "Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Mais vous, vous en avez fait un repaire de brigands !" (Luc).     

Avertissement de ne pas faire dans le premier cas, constat de dépravation dans le second.

 Aucunes des deux voyantes ne reprend la précision apportée par Marc qui situe au lendemain du dimanche des rameaux l'expulsion des marchands du Temple (Marc 11, 11-12).           

 Aucunes ne reprend l'intégralité du dialogue envoyant les disciples (anonymes, sauf pour Anne-Catherine Emmerich) chercher l'ânesse et son ânon à Betphagé, comme dans les évangiles synoptiques :           

- "Rendez-vous au village qui est en face de vous; et aussitôt vous trouverez, à l’attache, une ânesse avec son ânon près d’elle; détachez-la et amenez-les-moi. Et si quelqu’un vous dit quelque chose, vous direz: "Le Seigneur en a besoin, mais aussitôt il les renverra" (Matthieu)

- "Allez au village qui est en face de vous, et aussitôt, en y pénétrant, vous trouverez, à l’attache, un ânon que personne au monde n’a encore monté. Détachez-le et amenez-le. Et si quelqu’un vous dit: "Que faites-vous là ?" Dites : "Le Seigneur en a besoin et aussitôt il va le renvoyer ici." (Marc)     

- "Allez au village qui est en face et, en y pénétrant, vous trouverez, à l’attache, un ânon que personne au monde n’a jamais monté; détachez-le et amenez-le. Et si quelqu’un vous demande : "Pourquoi le détachez-vous ?" Vous direz ceci : "C’est que le Seigneur en a besoin" (Luc).           

- Marie d'Agréda mentionne : "Et, ayant marché environ deux lieues, il ne fut pas plutôt arrivé à Bethphagé, qu'il envoya, deux de ses disciples chez un homme de considération dont la maison n'était pas éloignée, et avec son agrément ils amenèrent à leur Maître une ânesse et son poulain, que, personne n'avait encore monté" (ci-dessus, page 457).      

- Pour Anne-Catherine Emmerich "Près d'une hôtellerie, en avant de Bethphagé, ils (Erémenzear et Silas) trouveraient, dans une prairie, une ânesse avec son ânon. Ils devaient délier l'ânesse, et, si quelqu'un leur disait quelque chose, répondre que telle était la volonté du Seigneur. Ensuite ils fraieraient le chemin jusqu'au Temple, et reviendraient aussitôt à Bethphagé". La voyante précise "Les ânes appartenaient à des gens qui étaient allés au Temple, et les avaient laissés là" (ci-dessus, page 75). 

- Maria Valtorta rapporte seule le dialogue, mais il est laconique : "Voilà Sion là-bas au fond. Allez prendre l'ânesse et l'ânon. Dites à l'homme : "Il les faut pour le Rabbi Jésus". Le propriétaire, un certain Cléanthe, était connu et sympathisant (Tome 9, Chapitre 8, Page 45).

 D'autre part, on a argué qu'il ne pouvait y avoir deux expulsions des marchands du Temple. Jésus, à la fin de son ministère, serait un être traqué et condamné qui n'aurait pu commettre une telle bravade. Une telle analyse va à l'encontre du récit des rameaux qui montre Jésus venant au grand jour et au milieu d'une foule en liesse, dans le repaire de ses adversaires.     

Une telle analyse est aussi incompatible avec la suite de l'Évangile qui décrit un Jésus enseignant au grand jour et en toute tranquillité au milieu du Temple… jusqu'à son arrestation de nuit.

Haut de page           

Fiche mise à jour le
05/06/2015

 



[1] Matthieu 21, 1.

[2] Isaïe 62, 11 – Zacharie 9, 9.

[3] Matthieu 21, 1 – Marc 11, 8 – Luc 19, 36 -  Jean 12, 18.

[4] Matthieu 21, 12 – Luc 19, 45.

[5] Marc 11, 11.

[6] Matthieu 21, 17-18.

[7] Jean 12, 28.

[8] La veille.

[9] Note de l'éditeur : Celui des deux animaux qui portait Jésus représentait la loi.

[10] Dans le temps même où l'on introduisit à Jérusalem les agneaux pour la Pâque, Notre-Seigneur voulut y faire son entrée solennelle, afin de nous apprendre qu'il était la grande victime attendue dès l'origine du monde et préparée par toute la loi ancienne. L'ordonnance de son cortège rappelle manifestement sa marche triomphale à travers les nations. Ce sont les apôtres qui le précèdent et lui ouvrent, par leur ministère, l'entrée des cœurs. Puis à vient lui-même en personne apporter la lumière, l'amour et la paix, suivi de la Vierge des vierges et de tout le cortège des âmes fidèles qu'il s'est acquises.