I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gifI:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif 4.274.5 - La sua prontezza nel soccorrere chi lo invoca.

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\English.gif 2.273.5 - Jesus Walks on the Water.


 3.274.5 - Su prontitud en socorrer a quien le invoca.

 5. 317 - Wenn ihr Glauben habt, komme ich und bringe euch ausser Gefahr.


 Vers l'index des thématiques

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Rien ne m'est plus douloureux que de ne pouvoir intervenir

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Je commençais par la chair , mais au contraire de Satan, j’en partais pour les conduire au Ciel

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif Après avoir obtenu l'aide, l'homme ne sait pas dire merci


   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- L'Éternel Veilleur ...... 336

- La foule, des élèves en retard ........................................ 337


- La prière de Jésus ... 337

- J'ai quitté l'Amour pour l'amour ........................................ 338

- Pierre était encore homme ........................................ 338

- Je veux que vous ayez la foi] ........................................ 339

Accueil >> Plan du site >> Sommaire du Tome 4


Tome 4, chapitre 138.

274.
Si vous avez la foi, je viens et je vous soustrais au danger.


 

Catéchèse du 4 samedi mars 1944

336> 5Jésus dit :      

"Bien des fois, je n'attends même pas qu'on m'appelle quand je vois un de mes fils en danger. Et bien des fois j'accours aussi pour celui qui est envers Moi un fils ingrat.  

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Vous dormez, ou bien vous êtes pris par les occupations de la vie, par les soucis de la vie. Moi, je veille et je prie pour vous. Ange de tous les hommes, je me tiens penché sur vous et rien ne m'est plus douloureux que de ne pouvoir intervenir parce que vous refusez mon secours, en préférant agir par vous-mêmes ou, ce qui est pire, en demandant de l'aide au Mal. Comme un père qui s'entend dire par un fils : "Je ne t'aime pas. Je ne veux pas de Toi. Sors de ma maison", je reste humilié et affligé comme je ne l'ai pas été pour les blessures. Mais si seulement vous ne me commandez pas : "Va-t-en" et si vous êtes seulement distraits par la vie, je suis l'Eternel Veilleur, prêt à venir... avant même d'être appelé. Et si j'attends que vous me disiez une parole, parfois je l'attends, c'est pour m'entendre appeler. Quelle caresse, quelle douceur de m'entendre appeler par les hommes ! Sentir qu'ils se souviennent que je suis "le Sauveur".        

Et je ne te dis pas quelle joie infinie me pénètre et m'exalte quand il y a quelqu'un qui m'aime et m'appelle sans attendre l'heure du besoin. Il m'appelle parce qu'il m'aime plus que toute autre chose au monde et sent qu'il se remplit d'une joie semblable à la mienne rien qu'à m'appeler: "Jésus, Jésus", comme font les enfants quand ils appellent: "Maman, maman" et qu'il leur semble
que du miel s'écoule sur leurs lèvres parce que le seul mot "maman" apporte avec lui la saveur des baisers maternels.   

Haut de page           

337> 6Les apôtres voguaient, obéissant à mon commandement d'aller m'attendre à Capharnaüm. Et Moi, après le miracle des pains, je m'étais isolé de la foule, non par dédain pour elle ou par lassitude. Je n'avais pas de dédain pour les hommes, même s'ils étaient méchants avec Moi. C'est seulement quand je voyais la Loi piétinée et la maison de Dieu profanée que j'arrivais à m'indigner. Mais alors, ce n'était pas Moi qui étais en cause, mais les intérêts du Père. Et Moi, j'étais sur la terre le premier des serviteurs de Dieu pour servir le Père des Cieux.    

Je n'étais jamais las de me dévouer aux foules, même si je les voyais fermées, lentes, humaines, au point de faire perdre cœur à ceux qui sont les plus confiants dans leur mission. Et même justement, parce qu'ils étaient si déficients, je multipliais mes explications à l'infini, je les prenais vraiment comme des élèves en retard, et je guidais leurs esprits dans les découvertes et les initiations les plus rudimentaires, comme un maître patient guide les petites mains maladroites des écoliers pour tracer les premières lettres, pour les rendre toujours plus capables de comprendre et de faire. Que d'amour j'ai donné aux foules !
   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Je les sortais de la chair pour les amener à l'esprit. Je commençais Moi aussi par la chair, mais alors que Satan part de celle-là pour les amener à l'Enfer, j'en partais pour les conduire au Ciel.      

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Je m'étais isolé pour remercier le Père du miracle des pains. Ils avaient été plusieurs milliers de personnes à en manger et j'avais recommandé de dire : "Merci" au Seigneur. Mais après avoir obtenu l'aide, l'homme ne sait pas dire "merci". Je le disais pour eux.

7Et après,.. Et après, je m'étais fondu avec mon Père pour lequel j'avais une infinie nostalgie d’amour. J'étais sur la terre, mais comme une dépouille sans vie. Mon esprit s'était jeté à la rencontre de mon Père que je sentais penché sur son Verbe et je Lui disais: "Je t'aime, ô Père Saint !". C'était ma joie de Lui dire : "Je t'aime". Le Lui dire comme homme en plus de le Lui dire comme Dieu. Lui humilier mon sentiment d'homme, comme je Lui offrais ma palpitation de Dieu. Il me semblait être l'aimant qui attirait à Lui tous les amours de l'homme, de l'homme capable d'aimer Dieu quelque peu, de les accumuler, de les offrir dans le creux de mon Cœur. Il me semblait être Moi seul : l'Homme, c'est-à-dire la race humaine qui revenait, comme aux jours de l'innocence, converser avec Dieu dans la fraîcheur du soir.      

Haut de page           

338> Mais bien que ma béatitude fût complète, parce que c'était une béatitude de charité, elle ne m'éloignait pas des besoins des hommes et je remarquai le danger de mes fils sur le lac. Et je quittai l'Amour pour l'amour. La charité doit être empressée.        

Ils m'ont pris pour un fantôme. Oh ! que de fois, pauvres fils, vous me prenez pour un fantôme, pour un épouvantail ! Si vous pensiez toujours à Moi, vous me reconnaîtriez tout de suite. Mais vous avez tant d'autres phantasmes dans le cœur et cela vous donne le vertige. Mais Moi, je me fais connaître. Oh ! si vous saviez m'écouter !         

8Pourquoi Pierre s'enfonce-t-il, après avoir marché pendant plusieurs mètres ? Je l'ai dit : parce que l'humanité domine son esprit.         

Pierre était très homme. Si c'était Jean, il n'aurait pas eu tant d'audace et n'aurait pas, par inconstance, changé d'idée. La pureté donne de la prudence et de la fermeté. Mais Pierre était "homme" dans toute l'acception du mot. Il désirait se distinguer des autres, faire voir que "personne" n'aimait le Maître comme lui. Il voulait s'imposer et, pour la seule raison qu'il était un des miens, il se croyait déjà au-dessus des faiblesses de la chair. Au contraire, pauvre Simon, dans les épreuves, il donnait des contre-épreuves qui n'avaient rien de sublime. Mais c'était nécessaire pour qu'il fût, par la suite, celui qui perpétuerait la miséricorde du Maître dans l'Eglise naissante.          

Pierre non seulement se laisse dominer par la peur pour sa vie en danger, mais il devient uniquement, comme tu l'as dit, "une chair qui tremble". Il ne réfléchit plus, il ne me regarde plus.            

Vous aussi vous vous comportez de même. Et plus le danger est imminent et plus vous voulez agir par vous-mêmes. Comme si vous pouviez faire quelque chose ! Jamais comme dans les heures où vous devriez espérer en Moi et m'appeler, vous vous éloignez, me serrez le cœur et même me maudissez.       

Pierre ne me maudit pas, mais il m'oublie et je dois libérer le pouvoir de volonté pour appeler à Moi son esprit : pour lui faire lever les yeux vers son Maître et Sauveur. Je l'absous d'avance de son péché de doute parce que je l'aime cet impulsif qui, une fois confirmé en grâce, saura aller de l'avant, sans plus se troubler ou se lasser, jusqu'au martyre, en jetant inlassablement jusqu'à la mort son filet mystique pour amener les âmes à son Maître. Et quand il m'appelle, je ne marche pas, je vole à son secours et je le tiens étroitement pour le conduire en lieu sûr.        

Haut de page           

339> Plein de douceur est mon reproche, parce que je comprends tout ce qui atténue les faiblesses de Pierre. Je suis le meilleur défenseur et le meilleur juge qui soit et qui n'aura jamais été. Pour tous.          

9Je vous comprends, mes pauvres fils ! Et même si je vous dis un mot de reproche, mon sourire vous l'adoucit. Je vous aime. Voilà tout.       

Je veux que vous ayez foi. Mais, si vous l'avez, je viens et je vous soustrais au danger. Oh ! si la Terre savait dire : "Maître, Seigneur, sauve-moi !" II suffirait d'un cri, mais de toute la Terre, pour qu'instantanément Satan et ses séides tombent vaincus. Mais vous ne savez pas avoir foi. Je vais, multipliant les moyens pour vous amener à la foi. Mais ils tombent dans votre vase comme une pierre dans la vase d'un marais et ils y restent ensevelis.

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Vous ne voulez pas purifier les eaux de votre esprit, vous aimez être une fange putride : Peu importe. Je fais mon devoir de Sauveur Éternel. Et si même je ne peux sauver le monde parce que le monde ne veut pas être sauvé, je sauverai du monde ceux qui, parce qu'ils m'aiment comme je dois être aimé, n'appartiennent plus au monde[1].    

Haut de page           

 



[1] Marta Soler d'Argentine, sur son site, fait le rapprochement avec ce message de Jésus reçu par le Père Melvin Doucette le mardi 27 avril 2010 :               
"Je te bénis, toi ainsi que tous mes frères et toutes mes sœurs de partout sur la terre. Un soir que je me trouvais avec les apôtres de l’autre côté de la mer de Galilée, je décidai d’aller prier sur la montagne pendant qu’eux, à bord d’une barque, traversaient en direction de Capernaüm. Durant la nuit je décidai de franchir l’étendue d’eau à pied pour rejoindre les apôtres, qui avaient du mal à avancer en raison des forts vents. Quand ils m’aperçurent marchant sur les eaux, ils eurent peur, mais je leur dis des paroles rassurantes. Ils atteignirent le rivage peu après.               
"Voilà un autre de mes miracles visant à montrer aux apôtres que j’ai un pouvoir divin et que je peux donc accomplir bien des choses qui leur sont impossibles. C’est un fait que j’ai une nature humaine et que je peux faire tout ce qui est propre à un être humain. Cependant, je possède aussi une autre nature, qu’aucun humain ne possède, et cette nature s’appelle divine. C’est la nature de Dieu. Comme je suis la Deuxième Personne de la Trinité, tous ceux qui croient en moi me reconnaissent comme Dieu. Vraiment je suis le Fils de Dieu, venu dans le monde afin de souffrir et de mourir pour votre salut.      
"Vous pouvez avoir une image de moi puisque je suis un humain. Vous aimez tous conserver des photos de vos êtres chers et vous prenez plaisir à les regarder. Elles évoquent pour vous bien des souvenirs et vous rappellent tout l'amour que vous avez pour eux. Ayez chez vous une image de moi, et je bénirai votre foyer. »