03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

"L'Évangile tel qu'il m'a été révélé"
de Maria Valtorta

© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

           I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

    I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\italiano.gif  1.7.7 - Sulle sue labbra è già la Sapienza del Figlio.


  03-016                            Vers l'index des thématiques

  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BaliseBleue.gif La Sagesse de Dieu manifestée dans les jeunes enfants


  03-016                           I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Resume.gif

- [Commentaires de Jésus : Des enfants précoces 54

- L'intelligence affaiblie par le péché 54

- L'intelligence de Marie, la Super Ève] 55

  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\Publication\TOME 01\Imelda.jpg
Sainte Imelda Lambertini

  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\Publication\TOME 01\Rose.jpg
Sainte Rose de Viterbe

  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\Publication\TOME 01\Organ.jpg
Vénérable Nellie Organ

  03-016 Antonietta MEO (Nenolina)
Vénérable Antonietta Meo (Nenolina)

Accueil >> Plan du Site >> Sommaire du Tome 1

 

1.12.
'Le Fils n'aurait-il pas mis sur les lèvres de sa Mère sa propre sagesse ?'


Catéchèse du mardi 29 août 1944

54> Jésus dit: 

"J'entends déjà les commentaires des maîtres de la chicane : "Comment une enfant qui n'a pas encore trois ans peut-elle parler ainsi ? C'est une exagération". On ne réfléchit pas qu'on fait de moi un phénomène en attribuant à mon enfance la conduite de l'âge adulte.

L'intelligence ne vient pas à tous de la même façon et au même âge. L'Église a fixé à 7 ans l'âge de la responsabilité parce que c'est l'âge où un enfant, même retardé, peut distinguer, au moins d'une façon rudimentaire, le bien et le mal. Mais il y a des enfants qui, bien plus tôt, peuvent discerner, se proposer et vouloir avec une raison déjà suffisamment développée.   03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Les petites Imelda Lambertini [1], Rose de Viterbe [2], Nellie Organ [3], Nennolina [4] vous donnent un exemple probant, ô docteurs exigeants, pour amener à croire que ma Mère ait pu penser et parler ainsi. Je n'ai pris que quatre noms au hasard, parmi des milliers d'enfants saints qui peuplent mon Paradis, après avoir raisonné comme des adultes sur la terre pendant plus ou moins d'années.

Qu'est-ce que la raison ? Un don de Dieu. Dieu peut l'accorder dans la mesure qu'Il veut, à qui Il veut et quand Il veut la donner. La raison est aussi une des choses qui nous font le plus ressembler à Dieu : Esprit doué d'Intelligence et de Raison. La raison et l'intelligence furent des dons gratuits accordés à l'Homme au Paradis Terrestre. Et comme elles étaient vivantes quand la Grâce vivait encore, encore intacte et active dans l'esprit des deux premiers parents !

55> Dans le livre de Jésus Bar Sirac, il est dit : "Toute sagesse vient du Seigneur Dieu et elle a été toujours avec Lui même avant tous les siècles" [5]. Quelle sagesse auraient donc possédé les hommes s'ils étaient restés des fils à Dieu ? Vos lacunes dans l'intelligence sont le fruit naturel de votre déchéance, en fait de Grâce et d'honnêteté. Et perdant la Grâce, vous avez éloigné, pour des siècles, la Sagesse. Comme un météore qui se cache à l'intérieur d'une nébulosité gigantesque, la Sagesse ne vous est plus arrivée avec des nets reflets, mais à travers des obscurités que vos prévarications rendent toujours plus épaisses.

Puis est venu le Christ et il vous a rendu la Grâce, don suprême de l'amour de Dieu. Mais la savez-vous garder nette et pure, cette perle ? Non. Lorsque vous ne la brisez pas avec la volonté individuelle de péché, vous la souillez par de continuels péchés moins graves, manquements, attaches vicieuses et aussi des sympathies qui, si elles ne sont pas de vraies alliances avec les sept vices capitaux, affaiblissent la clarté de la lumière de Grâce et de son activité. Vous avez ensuite, pour assombrir la magnifique clarté de l'intelligence que Dieu avait donnée aux premiers parents, des siècles et des siècles de corruption qui ont exercé leur action délétère sur les forces corporelles et les facultés intellectuelles.

Mais Marie n'était pas seulement la Pure, la nouvelle Ève récréée pour la joie de Dieu : c'était la Super Ève, le chef d’œuvre du Très-Haut, c'était la Pleine de Grâce, c'était la Mère du Verbe dans la pensée de Dieu.

"La source de la Sagesse" dit Jésus Bar Sirac "est le Verbe" [6]. Le Fils n'aurait-il donc pas mis sur les lèvres de la Mère sa propre Sagesse ?

Si à un prophète, chargé de dire les paroles que le Verbe, la Sagesse en personne, lui inspirait de dire aux hommes, les lèvres ont été purifiées avec un charbon ardent, est-ce que l'Amour n'aurait pas donné à son Épouse encore enfant qui devait porter en elle la Parole, la précision et l'élévation du langage ? Car il ne s'agit plus d'enfant et puis de femme, mais d'une créature céleste fusionnée en la grande lumière et sagesse de Dieu.

Le miracle ne réside pas dans l'intelligence supérieure manifestée dès l'enfance par Marie, comme ensuite par Moi; le miracle est dans le fait de contenir l'Intelligence Infinie, qui y habitait, sans qu'elle frappe d'émerveillement les foules, .et sans qu'elle éveille l'attention satanique.

           I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Precedent.gif

  03-016 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Suivant.gif

Je parlerai encore sur ce sujet qui rentre dans la catégorie des "souvenirs" que les saints ont de Dieu."

 



[1] Bienheureuse Imelda LAMBERTINI (1521-1533), fêtée le 12 mai          
Dès le berceau elle manifesta une intelligence précoce qui s'ouvrait naturellement aux lumières de la foi.      
On ne constata jamais en elle de difficulté à obéir, ni de ces caprices qui rendent pénible l'éducation des enfants. Au premier signe, Madeleine quittait le jeu le plus animé pour se mettre au travail. Elle s'était aménagé un petit oratoire qu'elle ornait de ses mains. Tout son bonheur consistait à s'y retirer pour prier.
La splendeur de la maison paternelle pesait à cette âme qui comprenait déjà le néant des choses créées. Suivant un usage très ancien dans l'Église, on recevait parfois les enfants dans les monastères. Ils étaient revêtus de l'habit religieux, mais cela n'engageait en rien leur avenir et ces enfants n'étaient assujettis qu'à une partie de la Règle. À l'âge de dix ans, la petite Madeleine pria ses parents avec tant d'instance de lui octroyer cette grâce, qu'ils finirent par se rendre à ses désirs et l'emmenèrent chez les Dominicaines de Valdiprétra, près de Bologne.          
La jeune enfant prit l'habit avec joie et échangea son nom pour celui d'Imelda, qui signifie: donnée au monde comme du miel, sans doute à cause de sa douceur et de son extrême amabilité. Novice, elle voulut observer la Règle tout entière bien qu'elle n'y fut pas obligée. Sa constance au service de Dieu ne se démentit pas un instant, aucune austérité ne l'effrayait, et elle s'appliquait en tout à ressembler à Jésus crucifié.            
La sainte enfant passait des heures en adoration devant Jésus-Hostie, sans ressentir plus de lassitude que les anges devant Dieu. Durant le Saint Sacrifice de la messe, elle versait d'abondantes larmes, surtout lorsque les religieuses quittaient leurs stalles pour aller communier. Dans l'ingénuité de son amour, elle disait parfois: "Je vous en prie, expliquez-moi comment on peut recevoir Jésus dans son cœur sans mourir de joie". Les religieuses étaient grandement édifiées de sa particulière dévotion envers le Saint Sacrement

[2] ] Sainte Rose de VITERBE - Vierge du Tiers Ordre de St François - (v. 1235-1252) – fêtée le 4 septembre          
Les noms de Jésus et Marie furent les premiers mots qui sortirent de la bouche de cette candide créature. Elle avait trois ans lorsque Dieu manifesta Sa toute-puissance en ressuscitant par son intermédiaire une de ses tantes qu'on portait au cimetière. Lorsqu'elle fut capable de marcher, elle ne sortait que pour aller à l'église ou pour distribuer aux pauvres le pain qu'on lui donnait. Au lieu de s'amuser comme toutes les fillettes de son âge, elle passait la plus grande partie de son temps en prière devant de saintes images, les mains jointes, immobile et recueillie. À l'âge de sept ans, elle sollicita instamment la permission de vivre seule avec Dieu dans une petite chambre de la maison. La petite recluse s'y livra à une oraison ininterrompue et à des austérités effrayantes qu'elle s'imposait, disait-elle, pour apaiser la colère de Dieu. Entre autres mortifications, sainte Rose marchait toujours les pieds nus et dormait sur la terre.

[3] Vénérable Nellie ORGAN (1903-1908), jeune irlandaise d’origine, convaincue d’une sainteté peu commune. Elle a vécu sans interruption en présence "du Dieu Saint", et sa faim pour le recevoir la sainte Communion était si intense que l'évêque de Liège lui a permis de faire sa Communion à l'âge de quatre et demi, permission peu commune à cette époque. Elle est morte le 2 février 1908. Sa vie a été un des éléments qui a incité St Pie X à promouvoir la communion précoce.

[4] Vénérable Antoinette MEO (1930-1937) "la crucifiée avec Marie". Jeune romaine morte en odeur de sainteté à 7 ans, le 3 juillet 1937. Certains souhaitent en faire une Docteure de l’Église. Antonietta MEO a été déclarée Vénérable par le Pape Benoît XVI le 17 décembre 2007. Elle repose dans une crypte de Sainte Croix de Jérusalem à Rome, basilique qui renferme les reliques de la Passion découvertes par l'impératrice Hélène, Mère de l'empereur Constantin.

[5] Ecclésiastique (Siracide - deutérocanonique) 1,1

[6] Ecclésiastique (Siracide - deutérocanonique) 1,5