I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

Accueil >> Plan du Site >> Les dossiers de maria-valtorta.org

Traduction automatique de cette fiche :
 -  -  -

L'œuvre donnée à Maria Valtorta.
Voir aussi : Maria Valtorta dans l’œuvre.

Dans "l'Évangile tel qu'il m'a été révélé".











 Différence entre visions vues et visions vécues 1.49         

 Maria Valtorta est renseignée sur des détails par une " seconde voix" qui lui parle "en" son esprit 1.68         

 Jésus explique à Maria Valtorta pourquoi il ne donne pas les visions dans un ordre chronologique 1.72   

 Les raisons et l’organisation du livre 2.2    

 Plus tu seras attentive et précise dans la description des visions et plus important sera le nombre de ceux qui viennent vers Moi. 2.4

 La façon dont Maria Valtorta procède : ses différents travaux pour le compte de Jésus (dictées, visions, ...) 2.21     

 Jésus corrige les erreurs faites par Maria Valtorta dans les transcriptions 2.72       

 Consignes à Maria Valtorta sur la nécessité de reporter le moindre détail de ses visions. 4.99 

 Jésus cite des passages de l’Évangile justifiant des nombreux miracles rapportés dans l’œuvre de Maria Valtorta. Il les justifie aussi par sa nature de Dieu Incarné 4.163       

 J'affirme en conscience que ce que j'écris, parce que je le vois ou je l'entends, je l'écris pendant que je le vois ou l'entends. 5.51      

 Fin de la 3ème année de Vie publique et préparation de la Passion : Tout ce qui a précédé, et qui peut-être pour certains épisodes a paru sans but pour des lecteurs mal disposés ou superficiels, s'éclaire ici d'une lumière sombre ou resplendissante. Et surtout les figures les plus importantes. Celles que beaucoup ne veulent pas reconnaître utiles à connaître, justement parce que s'y trouvent les leçons pour les maîtres de maintenant qui ont plus que jamais besoin d'être instruis pour devenir de vrais maîtres de l'esprit. […] il n'est rien de superflu dans ce travail. Ni les figures resplendissantes ni celles qui sont faibles et ténébreuses. […]   
Comprendra-t-elle tout cela, la société de maintenant à laquelle je donne
cette connaissance de Moi-même pour la rendre forte contre les assauts de plus en plus violents de Satan et du monde ? Aujourd'hui aussi, comme il y a maintenant vingt siècles, il y aura la contradiction parmi ceux pour qui je me révèle.    
Je suis encore une fois un signe de contradiction. Mais non pas Moi, par Moi-même, mais par rapport à ce que je suscite en eux. Les bons, ceux de bonne volonté, auront les réactions bonnes des bergers et des humbles. Les autres auront des réactions mauvaises comme les scribes, les pharisiens, les sadducéens et les prêtres de ce temps Chacun donne ce qu'il a. Le bon qui vient au contact des mauvais déchaîne en eux un bouillonnement de plus grande perversité. Et le jugement sera déjà fait pour les hommes, comme il le fut le Vendredi de la Parascève, d'après la manière dont ils auront jugé, accepté et suivi le Maître qui. dans une nouvelle tentative d'infinie miséricorde, s'est fait connaître une fois encore. À ceux qui ouvriront les yeux et me reconnaîtront et diront : "C'est Lui ! Était-ce pour cela que notre cœur brûlait dans notre poitrine pendant qu'il nous parlait et nous expliquait les Écritures ?". 7.237

Dans les autres ouvrages de Maria Valtorta.           
Haut de page   

Cahiers de 1943
Voir le sommaire

 

 Catéchèse du 27 août : Les dictées ne se contredisent pas entre elles. Il faut savoir les lire avec foi et un cœur simple (p. 261).

Cahiers de 1944
Voir le sommaire

 

 Catéchèse du 24 septembre :  Un zèle excessif peut tout gâcher.  Si vous saviez quel esclavage c’est que d’être instrument de Dieu.  Respecter le porte-parole.  Douceur, prudence et réserve.  Qu’est-ce qui a gâché l’œuvre vraiment sainte de Maria de Agreda ?  Ce ne sont pas seulement vos intérêts qui sont en jeu ici, mais ceux de Dieu.  Les diverses instructions pour la diffusion et l'utilisation de l'œuvre.  Sur Anne-Catherine Emmerich.

 Catéchèse du 25 novembre : Tu n'es rien. Mais je suis entré dans ton "rien", et j’ai dit "Vois, parle, écris." Ce rien est devenu mon instrument. Or ce qui est à moi est toujours consacré et doit être traité comme tel (p. 616).

Cahiers de 1945 à 1950
Voir le sommaire

 

 Catéchèse du 19 décembre 1945 : Sache que j’adapte les manifestations à l’environnement et au but pour lesquels je les ai suscitées. Tu as eu pour mission d’être une voix mondiale. Tu dois chanter l’hymne de la Miséricorde et de l’Amour, de la Sagesse et de la Perfection, pour toutes les oreilles et tous les cœurs, pour toutes les intelligences et toutes les âmes. Voilà pourquoi, après t’avoir préparée à cette capacité — n’en tire pas orgueil car, tout ce que tu as, je te l’ai donné pour cette mission, même la maladie, même ta solitude, absolument tout —, j’ai fait de toi une "voix" parfaite, un géant, toi qui es pygmée. Mais ce n’est pas toi, c’est moi en toi. C’est donc moi le géant, ma petite Christophe qui porte le Christ mais es aussi portée par lui (p. 116).      

 Catéchèse du 21 janvier 1946 :  Jésus reprend le fil des instructions pour la diffusion de l’œuvre et des manquements qu’il réprouve.  Je ne puis permettre que l’on traite ce travail comme une plaisanterie.  Jésus n’a pas suivi l’ordre chronologique de l’Évangile pour communiquer les visions.  Maria Valtorta ne peut rien d’elle-même.  Leçon au Père Migliorini sur ses agissements.  Il y a deux surnaturels : celui qui vient de Dieu et celui qui vient de l’Ennemi de Dieu.  Lorsque j’instruis, tout se métamorphose chez la personne instruite.  Les fausses mystiques se bercent dans l’orgueil d’être "quelqu’un".  Dieu se retire des histrions de la sainteté.  Romualdo, fais attention au clinquant.      

 Catéchèse du 2 juin 1946 :  Jésus confie l'œuvre à l'ordre des Servites de Marie  Ce que Jésus veut pour l'œuvre  Distribuez ce pain : Comment ?  Le travail sur l'œuvre n'est pas encore fini  Publiez avec l'approbation de l'Église.         

 Catéchèse du 28 janvier 1947 :  Voir Dieu est possible pour tous les simples justes  Reproches aux Servites de Marie en charge de l’œuvre  L’œuvre a été minutieusement scrutée.           

 Catéchèse du 18 février 1947 :  Cet ouvrage (L'Évangile tel qu'il m'a été révélé), c’est moi. Non seulement c’est moi qui l’ai dicté et expliqué, mais c’est moi qui le vis, qui me présente à vous tel que j’étais quand j'étais un mortel  Je suis le Verbe éternel, le Verbe plein de sagesse qui accomplit une nouvelle œuvre d’amour et de salut par pitié pour tous ceux, trop nombreux, qui meurent d’inanition spirituelle, qui se perdent parce qu’ils ne me connaissent pas.         

 Catéchèse du 6 décembre 1947 : Que se passe-t-il dans ces cas ? Certains passages sont interrompus et quelques phrases omises. Le porte-parole essaie de s’en souvenir tout en me suivant — moi ou d’autres voix —, pour les ajouter une fois la vision terminée. Mais quand il le fait, il n’y parvient plus avec exactitude et oublie les mots prononcés, ou bien il les écrit mal, pas tels qu’ils ont été dictés (p.441).        

[…] C’est alors que le Maître vient à son secours. C’est pourquoi nous venons à l’aide de l’instrument de Dieu nous complétons les passages restés interrompus, comblons les lacunes des phrases ou dictons à nouveau, du début à la fin, ces passages que la volonté, bonne mais ignorante, du porte-parole a altérés, et nous reconstruisons les leçons telles qu’elles ont été données et entendues. Il s’ensuit — et je vous ordonne de le croire — que l’Œuvre rapporte exactement ma pensée, mes actes, mes manifestations, ainsi que les paroles et actes de ma Mère, des Douze et de tous ceux qui m’entouraient et nous entouraient tous. Acceptez l’Œuvre en toute tranquillité tel que je vous l’ai fait donner. Elle est juste, et elle est surnaturelle (p.442).     

[…] Si le démon n’essaie pas de corrompre les paroles de l’Œuvre en y crachant son venin, c’est aussi qu’il est conscient que ce serait un travail inutile, puisque je veille et protège ma Parole comme mon instrument. En outre, j'ai fixé au Destructeur des limites que le Maudit ne peut franchir (p. 443).   

[…] Il est aussi dit et établi que, bien que la révélation faite par Dieu à une âme choisie pour une mission surnaturelle et extraordinaire soit toujours parfaite, elle peut néanmoins être interprétée et rapportée avec des erreurs secondaires de la créature, et cela parce que la perfection divine ou céleste se mêle et se confond à l’insuffisance de la créature, de sorte que certains détails peuvent en être altérés. C’est pour cette raison que je veille, tout comme l’ange gardien du petit Jean, pour rétablir la pensée telle qu’elle a été dictée et lorsqu’elle a été interrompue par des causes extérieures puis involontairement mal rétablie par le porte-parole. Mais je le répète: telle qu’elle vous a été livrée, l’Œuvre rapporte la vérité exacte et complète de mon enseignement (p. 444).         

 Catéchèse du 6 janvier 1948 : Ce ne sont pas là des pages qui leur sont destinées. Je t’ordonne de les retirer d’ici et d’en faire un fascicule à part à donner à qui tu sais, de la manière que tu sais. Ils ont reçu ce qui était nécessaire pour obtenir l’approbation de l’Œuvre de Jésus. Le reste est un trésor qu’il faut mériter. Certains l’ont mérité en ayant fait notre volonté sur toi avec une charité parfaite et sans avoir la moindre prétention sur son œuvre à ton égard. Il y a aussi une autre raison de la providence divine qui justifie cet ordre. (p. 472).

 Catéchèse du 23 décembre 1948 :  Cette dictée révèle les pressions qu’a dû subir le Souverain Pontife après son soutien à la publication de l’œuvre de Maria Valtorta (28 février 1948). Dieu le Père l’encourage à tenir bon dans des termes d’une très grande fermeté et lui révèle la dimension eschatologique de "l’Évangile tel qu’il m’a été révélé".        

 Catéchèse de mars 1949 : L'ouvrage dont je suis l'auteur et toi celle qui en a formé le corps avec tant de souffrances […] En termes modernes et scientifiques, ils (les détracteurs habiles) veulent te traiter de psychopathe. […] Ne savent-ils donc pas que, généralement, on juge en fonction de ce que l'on est soi-même ? Le psychopathe – je dirais plutôt le lunatique, pour reprendre l'ancien terme – est un terrain splendide pour les invasions de Satan. Il est presque toujours en relation avec le diabolique, il l'aime et en possède les signes certains : habitude du mensonge, de l'orgueil, de la désobéissance, de la sensualité. Ces éléments se retrouvent-ils donc en toi ? (p. 513)      

Mon cœur souffre, comme s'il était encore sur la croix, de ce qui est commis contre moi, l'Auteur de l'Œuvre, contre toi, mon instrument, et contre les âmes si nombreuses qui sont privées de la Parole qui est vie. (p. 515)           

 Catéchèse du 28 avril 1948 : Au milieu d’intenses effluves de parfum, le jour du 1er anniversaire de la fin de l’Œuvre, Marie promet des consolations à l’écrivain.    

"Ma fille, de l’Annonciation à l’Assomption, les roses de l’Amour éternel elles-mêmes furent pour moi un buisson d’épines. C’est pourquoi, devant ton propre buisson d’épines, réjouis-toi de ressembler à ta Mère et Reine. C’est seulement cette période terminée que nous cueillerons sur ce roncier changé en rosier les roses éternelles qui ne procurent rien d’autre qu’une joie ineffable, indescriptible et perpétuelle.        

Prie beaucoup, afin que mon Épiphanie puisse resplendir partout et attirer des âmes innombrables à l’Étoile de Dieu, et afin que ma Pentecôte s’accomplisse et que le cœur des hommes se renouvelle, donnant paix à l’Eglise et au monde, salut aux hommes dans cette vie et dans l’autre, et gloire à Dieu. Ne t’étonne de rien de ce qui peut arriver d’extraordinaire en mai. Je veux te récompenser spirituellement de bien des choses. Mais recherche la solitude, car le voile étendu sur les mystères de l’Amour ne peut être levé en présence de tous, mais seulement devant ceux à qui l’Amour infini permet de voir, de goûter, de connaître...      

Reste dans une attente ardente, dans ton minuscule cénacle, comme je l’ai fait dans le nôtre. Aime et prie." (p. 474 – 475)     

 Catéchèse du 16 août 1949 :  Jésus fait de sévères reproches aux dénégateurs de l’œuvre   Ils ont reçu toutes les preuves qu’il faut  Qu’ils ne commettent pas de blasphème contre l’Esprit  Ne faites pas comme eux  Maintenant encore ils ne m’accueillent ni ne me reconnaissent. 

 Catéchèse du 5 septembre 1949 : Jésus dit à l’écrivain, lasse de devoir se battre contre les ennemis de l’Œuvre: "L’offrande de toi-même a plus de valeur que mille prières récitées simplement des lèvres" (p.530)

Livre d’Azarias
Voir le sommaire

 

À venir.

Leçons sur l’épître de saint Paul aux romains
Voir le sommaire

 

À venir.

Dans les textes fondamentaux chrétiens.    
Haut de page   

Dans la Bible
Haut de page

Indication des sources à venir.

 

Dans le catéchisme de l'Église catholique
Haut de page

Indication des sources à venir.

 

Dans d'autres sources.      
Haut de page   

 

 

 

Retour à l'index des thématiques.
Fiche mise à jour le
24/02/2015.