L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano.

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous ?

   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif   I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroductionGaucheT.gif
Retour à l'index des thématiques

Accueil >> Plan du Site >> Index des thématiques.

Traduction automatique de cette fiche :
 -  -  -     

Les limbes.
voir aussi Paradis - Enfer - Purgatoire.


Les Limbes


« …est descendu aux enfers » - d’après un tableau de Nicolaï Koshelev, 1900.





 La tradition des Limbes.    

L’existence des limbes était, semble-t-il, une croyance assez répandue dans le Judaïsme aux 1er et 2ème siècle avant Jésus-Christ[1].Il s’agit d’un lieu où les justes, les innocents et les patriarches attendaient la délivrance du Messie. Le Nouveau Testament s’en fait écho par plusieurs périphrases : le sein d’Abraham, les prisonniers de la mort, etc.        

Le Credo (symbole) des apôtres, l’atteste dans son cinquième article : «Il est descendu aux enfers», ce que le catéchisme de Pie X traduisait par «les limbes»
[2].     

Dans ses visions
[3], sainte Françoise romaine (1384-1440) les définissaient comme «une prison où toutes les âmes justes de la terre attendirent si longtemps la venue du Libérateur. Ce lieu, quoique contigu à l’Enfer, n’a aucune communication avec lui».        

Limbus, veut dire : bordure, frontière. Il s’agit du séjour des Patriarches (Limbus patrum) vidé de ses occupants par la Passion qui en ouvrit les portes au profit du Ciel. Vidé ne veut pas dire supprimé. Jusqu’alors, le Ciel n’était rempli que d’anges
[4], mais vide des bienheureux qui le peuplent maintenant.

Selon les visions de Françoise Romaine, le lieu existe toujours.   

Tardivement, on a réservé ce lieu aux seuls enfants morts sans baptême (Limbus infantium : Limbes des nourrissons). Cette notion a fini par éclipser le reste des Limbes. Longtemps, ils firent partie de l’enseignement catholique officiel, mais en 2007, la commission théologique internationale s’est éloignée de la croyance ancestrale sur le séjour des enfants morts sans baptême, tout en reconnaissant que le Limbe des enfants «demeure une opinion théologique possible
[5]». À noter que la commission ne traite que du sujet particulier des enfants morts sans baptême et qu’elle lui préfère un long développement théologique qui tranche avec la brièveté du catéchisme dit de saint Pie X :

100° Ou vont les enfants morts sans baptême ?  
Les enfants morts sans baptême vont aux limbes, ou il n’y a ni récompense surnaturelle, ni peine ; comme ils ont le péché originel et celui-là seulement, ils ne méritent pas le paradis, mais ne méritent pas non plus l’enfer ou le purgatoire.

Saint Augustin ne l’envisageait pas, mais saint Thomas d’Aquin le défendait. Le Catéchisme de l’Église catholique de 1992 n’aborde pratiquement plus la question des Limbes.        

Sans l’ériger en dogme, l’Église a plusieurs fois
[6] évoqué ce lieu proche de l’Enfer, mais distinct et séparé de lui, cependant. Progressivement s’est insinuée l’idée que l’Enfer étant éternel, les Limbes le seraient aussi. Il n’en est rien : les Limbes, comme le Purgatoire, disparaîtront à la fin du monde. Tous ses occupants rejoindront le Ciel.

Le limbe des justes.

Sainte François Romaine affirmait que le Limbe des justes demeurait après avoir été vidé de ses occupants par la Rédemption. C’est ce que confirme Maria Valtorta.       

En effet, il est logique que les justes qui "sans qu’il y ait de leur faute, ignorent l’Évangile du Christ et son Église, mais cherchent pourtant Dieu d’un cœur sincère et s’efforcent, sous l’influence de sa grâce, d’agir de façon à accomplir sa volonté telle que leur conscience la leur révèle et la leur dicte", puissent arriver au salut éternel
[7].        

En affirmant cela, le saint concile reprenait un enseignement antérieur exprimé notamment par
Lettre du Saint-Office à l'archevêque de Boston, 8 août 1949, dans la suite du concile de Trente.

On ne peut imaginer en effet que des personnalités comme Anouar El Sadate ou le Mahatma Gandhi subissent les peines de l’Enfer. Ils ne peuvent pas non plus bénéficier du Paradis, n’étant pas incorporés au Christ. On ne peut non plus les soumettre aux flammes du Purgatoire en raison du martyre qu’ils ont subi pour la paix et la fraternité. Il faut bien que le Limbe des justes les accueille dans l’attente des derniers temps.

 Ce qu’en dit Maria Valtorta.         
Haut de page.

Elle affirme l’existence des Limbes jusqu’à la fin des temps et ne les réserve pas spécifiquement aux enfants morts sans baptême. Les Limbes accueillent les justes d’autres religions : «ceux qui suivent la justice pour honorer le Dieu de leur foi, et pour s’approcher de lui, tel qu’ils le connaissent, de toutes leurs forces[8]».       

Les Limbes sont distincts du Purgatoire. Ils sont un lieu de «purification des âmes qui auront vécu en justes dans d’autres religions (non-catholiques est-il précisé par ailleurs, mais cela doit être pris au sens élargi de notre point de vue) mais n’auront pas pu entrer dans la vraie Foi ayant connu pourtant son existence et la preuve de sa réalité
[9]».  

Le Purgatoire est pour ceux qui auront cru au Dieu vrai mais n’auront pas su être héroïquement saints. Pour certains, le Purgatoire ne se terminera qu’à la fin du monde
[10].   

Les justes des Limbes seront absous et justifiés à la fin des temps et recevront alors la récompense des vertus pratiquées sur terre.

Leur baptême, dit Jésus, adviendra par le baiser que l’Éternel leur donnera quand, dépouillés de la prison de la chair, ils voleront vers Dieu, leur but, leur nid, la préoccupation de tout leur séjour en exil sur terre[11].

Ils auront alors le baptême dont ils n’ont pas voulu en toute sincérité de leur vivant. Dans les Limbes, ils auront été, selon les propos de Pie VI[12], privés de la vision béatifique (peine du dam), mais non pas punis du «feu de l’Enfer».

Le Salut universel aux voies différenciées.       
Haut de page.

Les précisions apportées par Maria Valtorta associent donc tous les croyants dans un même plan de Salut aux voies différenciées. Ce que proclame la constitution apostolique Lumen Gentium vingt ans après : seul le Christ est médiateur et voie du Salut. La vie éternelle est ouverte par le Baptême. Mais, dit le Catéchisme de l’Église catholique «ceux qui, sans qu’il y ait de leur faute, ignorent l’Évangile du Christ et son Église, mais cherchent pourtant Dieu d’un cœur sincère et s’efforcent, sous l’influence de sa grâce, d’agir de façon à accomplir sa volonté telle que leur conscience la leur révèle et la leur dicte, eux aussi peuvent arriver au salut éternel[13]». C’est une expression extensive de l’adage : «Hors de l’Église, point de salut». Le salut n’est plus restreint aux murs d’une église, c’est l’Église qui s’étend aux dimensions du salut universel.  

Le
catéchisme de Pie X abordait déjà cette notion extensive, bien que façon plus restreinte :

Mais celui qui, sans qu'il y ait de sa faute, se trouverait hors de l'Eglise, pourrait-il être sauvé ?        
Celui qui, se trouvant hors de l'Eglise sans qu'il y ait de sa faute ou de bonne foi, aurait reçu le Baptême ou en aurait le désir au moins implicite ; qui chercherait en outre sincèrement la vérité et accomplirait de son mieux la volonté de Dieu, bien que séparé du corps de l'Eglise, serait uni à son âme et par suite dans la voie du salut.

L’existence des Limbes résout, pour partie, l’apparent paradoxe entre l’universalité du Salut et l’unique Sauveur.   

Les Limbes décrits par Maria Valtorta font écho aux différents niveaux du Purgatoire décrits par Françoise Romaine et que confirme la Vierge de Medjugorje :

Au purgatoire, il y a des niveaux : les plus bas, ceux qui sont les plus proches de l’enfer, et ensuite des sphères de plus en plus élevées qui se rapprochent du Ciel[14].

Si la porte du Purgatoire s’ouvre à la fin de la purification, celle des Limbes ne s’ouvrira qu’à la fin des temps. Les justes reposent dans la paix, non dans la jubilation qu’il leur faudra attendre.

Dans "l'Évangile tel qu'il m'a été révélé"     
Haut de page

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Je sais que je n'y irai pas vers Dieu, si le Messie ne vient. La maman nous dit que pour l'heure, nous les gens d'Israël, nous sommes comme autant de Moïses et mourrons en vue de la Terre Promise. Elle dit que nous devrons attendre pour y entrer et que seul le Messie nous permettra d'y entrer. 2.10           

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Qu'est-ce que la vie ? C'est un temps d'attente, je dirais les limbes 2.41           

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Ceux qui sont morts dans le Seigneur, déjà tressaillent de joie pour leur prochaine libération des Limbes. 2.53

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Dans les Limbes, les saints innocents font la joie des patriarches et des justes 3.70  

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif En vérité, je te dis que la mort sera bonté suprême pour beaucoup qui de cette façon connaîtront jusqu'à quel point l'homme devient démoniaque pour arriver à un point où la paix les consolera de cette connaissance et la changera en hosanna parce qu'elle sera unie à l'inexprimable joie de la libération des Limbes. 4.177      

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Jésus à des gentils : "Oh ! Seigneur ! Nous avons l'âme enveloppée de formules et d'erreurs. Comment ferons-nous pour lui ouvrir les portes du Ciel ?" - "Moi, je desserrerai les portes de l'Enfer. J'ouvrirai les portes de votre Hadès et de mes Limbes. Et je ne pourrai pas ouvrir les vôtres ? Dites : "Je veux" et comme une serrure faite d'ailes de papillons, elles tomberont en poussière au passage de mon Rayon." 6.95           

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Mais quelle attente avant qu'un païen vertueux arrive à cette récompense (le Paradis) ! ...Vous n'y pensez pas ? Et cette attente, spécialement du moment où la Rédemption avec tous les prodiges consécutifs se sera produite et où l'Évangile sera annoncé au monde, sera la purification des âmes qui auront vécu en justes dans d'autres religions mais n'auront pas pu entrer dans la vraie Foi ayant connu son existence et la preuve de sa réalité. Pour eux, les Limbes pendant des siècles et des siècles jusqu'à la fin du monde. Pour ceux qui auront cru au Dieu vrai et n'auront pas su être héroïquement saints, le long Purgatoire; et pour certains, il pourra se terminer à la fin du monde. (6.136 - p.368)   

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Dans l'Enfer, la haine et la punition provoquent un aveuglement féroce. Dans le Purgatoire, la soif d'expiation anéantit toute autre pensée. Dans les Limbes, la bienheureuse attente des justes n'est profanée par aucune sensualité. 6.148   

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Sintica écrit à Jésus d'Antioche pour lui annoncer la mort de Jean d'Endor : "Je connais le Livre comme une vraie Israélite. Mais je sais aussi ce que le Livre ne spécifie pas : que désormais ta passion ne tardera pas à s'accomplir puisque Jean (d'Endor) est mort et que tu lui as promis un court séjour dans les Limbes" 6.153    

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Vous ne comprenez pas que si j'acceptais la couronne, la royauté comme vous la comprenez, j'avouerais que je suis un faux Christ, je mentirais à Dieu, je me renierais Moi-même, et je renierais le Père, et je serais pire que Lucifer, car je priverais Dieu de la joie de vous avoir, je serais pire que Caïn pour vous, car je vous condamnerais à être perpétuellement exilé de Dieu dans les Limbes sans espérance de Paradis ? (7.173 - p. 122).         

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif "Mais si tu meurs, tu ne verras plus (le Fils de Dieu). Tu seras dans les Limbes..." - "Pour peu de temps. Tu dois te rendre compte toi aussi que le temps est arrivé. Et elle va arriver l'heure où l'Agneau prendra sur Lui tous les péchés du monde et portera tous nos maux et toutes nos douleurs, et pour ce motif sera transpercé et immolé pour que nous soyons guéris et en paix avec l'Éternel. Et alors, pour les esprits aussi, ce sera la paix... Je l'espère en me confiant à la miséricorde de Dieu." 7.217       

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Jésus commente le "est descendu aux enfers" : "Tu as dit que certains deviendront tout de suite glorieux au Ciel. Le Ciel n'est-il pas fermé ? Est-ce que les justes ne sont pas dans les Limbes en attendant d'y entrer ?" - "C'est ainsi : le Ciel est fermé, et il ne sera ouvert que par le Rédempteur. 7.231           

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Jésus rencontre sa Mère après la Résurrection : J’ai senti venir à Moi tes prières. Elles sont venues avec Moi sur la Croix et dans les Limbes. 10.04           

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\Balise.gif Pense, Jean, quelle félicité s’est répandue dans tous les royaumes de Dieu”. Je lui ai demandé : “Quels royaumes ?”. Je pensais qu’elle connaissait quelque merveilleuse révélation sur le royaume de son Fils qui avait vaincu même la mort. Elle m’a répondu : “Dans le Paradis, dans le Purgatoire, dans les Limbes. Le pardon pour ceux du Purgatoire, la montée au Ciel de tous les justes et des pardonnés. Le Paradis peuplé de bienheureux. 10.16

 

Dans les autres ouvrages de Maria Valtorta        
 Cahiers de 1943  Cahiers de 1944  Cahiers de 1945 à 1950  Livre d’Azarias  Leçons sur l’épître de saint Paul aux romains
Haut de page

Cahiers de 1943
Voir le sommaire

 

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF 16 août : C’est moi qui ai vaincu la mort et la mort (de l’âme). Moi qui ai rappelé à la vie les morts des Limbes. Ils dormaient. Tels que Lazare, dont la résurrection voile celle-ci, plus vraie. Je les ai appelés. Et ils sont ressuscités…

Cahiers de 1944
Voir le sommaire

 

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF 15 janvier : Je vous le dis, moi qui pourtant ai créé cet endroit (l’Enfer) : quand j’y suis descendu pour tirer des limbes ceux qui attendaient ma venue, j’ai eu horreur, moi qui suis Dieu, de cette horreur (l’Enfer), et, si une chose faite par Dieu n’était immuable parce que parfaite, j’aurais voulu le rendre moins atroce, car je suis l’Amour et j'ai souffert de cette horreur.           

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF 29 mai, page 324 : Voyons les grandes catégories pour lesquelles il faut souffrir, celles pour lesquelles j’ai souffert, moi aussi, dans ma Passion: le clergé, les désespérés, les pécheurs, les idolâtres, les âmes en attente de retourner à Dieu, en d’autres termes, pour toi, les âmes du purgatoire; pour moi, il s’agissait alors des justes des limbes.  

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF 11 juin : Pour pouvoir vivre la vie de victime d’une manière équilibrée, il faut se placer résolument au niveau spirituel et oublier absolument ce qui n’est pas à ce niveau.         
J’ai parlé d’ "équilibre" car, dans les réalités de la terre, ce terme est utilisé pour désigner une chose ou une personne qui est placée sur son axe de façon si ajustée qu’aucune secousse quelle qu’elle soit ne saurait la faire tomber. Même si elle en subit, puisqu’il est naturel qu’elle en subisse, elle supporte le choc avec un léger vacillement qui, loin d’être de la faiblesse, prouve au contraire sa stabilité, puisqu’il ne tourne pas à la catastrophe mais aboutit à un retour à la même position qu’avant.       
Il en va de même des réalités non terrestres, et par conséquent spirituelles. L’âme placée sur son axe de façon ajustée ne tombe pas sous les chocs qu’elle peut endurer. Elle subit l’assaut, elle en souffre puisque c’est une irruption de forces mauvaises dans l’atmosphère de paix surnaturelle qui l’entoure, un vacarme de voix basses qui dominent un instant les harmonies célestes dont elle fait ses délices; comme la tige d’une plante sous la tempête, sa couronne fleurie ondule, mais elle ne se déracine pas puis, une fois l’assaut passé, elle se stabilise à nouveau dans sa paix, tout occupée à écouter les mots que l’amour de Dieu ne cesse de murmurer à son esprit.    
Où se trouve ce niveau spirituel ? Ah, bien haut! Là où l’humanité n’arrive pas. Celle-ci est encore perceptible, car l’âme n’est pas aveugle et sa vie dans l’atmosphère vitale ne la rend pas stupide. Non, car cela accroît au contraire sa capacité à voir et à entendre. Mais la raison en est qu’elle vit déjà dans l’atmosphère de l’Amour, puisque le niveau spirituel est l’antichambre du paradis bienheureux: les limbes actuels de ceux qui ne sont pas encore nés à la vie éternelle, mais dont l’âme attend déjà d’y entrer, en enfants spirituels.           

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF 4 août, page 494 : Au temps de Job, le ciel était uniquement peuplé d’anges. Les justes attendaient le Christ dans le séjour des limbes pour devenir citoyens des cieux. Mais maintenant, les processions des saints du ciel et de la terre se joignent aux anges.

Cahiers de 1945 à 1950
Voir le sommaire

 

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF 25 décembre 1946, page 304 : Certains de mes humbles bergers (de la Nativité) sont morts avant que je ne sois devenu le Maître, et n’ont pu faire davantage que m’adorer cette nuit-là de tout leur être, inclinés devant ma mangeoire et mon berceau, puis de toute leur âme durant quelques jours ou quelques années, jusqu’à leur mort, après que la férocité d’Hérode m’eut séparé d’eux: mais croyez-vous qu’ils jouissent tous au ciel d’une gloire et d’une joie moindres que celle des trois Sages d’Orient qui furent les chefs de file de tous les savants et les puissants qui allaient m’aimer par la science, au cours des siècles? Non, au contraire, Je vous le dis: nombre de personnes instruites, après m’avoir aimé, se sont perdues pour avoir voulu me connaître par une science excessive, ou bien purifient encore leur culte scientifique et compliqué — ce culte assailli par les rafales glacées de la science — dans le feu purificateur qui leur apprend à aimer sans vouloir analyser l’amour ni l’Objet de l’amour; mais les bergers qui m’ont servi comme disciples sont tous passés de la mort à la Vie, et ceux qui se sont éteints avant que je ne monte vers le Père, de la mort à une paisible attente de moi dans les limbes.    

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF 31 janvier 1947, page 340 : Dans la dictée du 15 janvier 1944 à ma Maria, j’ai dit: “Lorsque j’y suis descendu pour tirer des limbes ceux qui attendaient ma venue, cette horreur m’a fait horreur et, si ce que fait Dieu n’était immuable parce que parfait, j'aurais voulu le rendre moins atroce, car je suis l’Amour et j'ai souffert devant une telle horreur." Je voulais parler des différents lieux d’outre-tombe où se trouvaient les défunts pris en général et appelés "enfer" par opposition au paradis, où se trouve Dieu.           
Lorsque, dans ma surabondance de joie après que le Sacrifice eut été consommé, je pus ouvrir les Limbes aux justes et tirer du purgatoire une foule d’âmes, j'ai frémi d’horreur en contemplant en esprit que seul le lieu de damnation ne connaissait ni rédemption ni transformation de l’horreur. Mais je n’y suis pas entré. Il n’était ni juste ni utile de le faire.
Vous vous étonnez que j'aie pu faire sortir une foule d’âmes du purgatoire? Pensez donc: si une messe peut délivrer des âmes du purgatoire et leur sert toujours à abréger et adoucir leur purification, que n’aura pas été le Sacrifice réel de l’Agneau de Dieu pour elles? Moi, qui suis Prêtre et Victime, je leur ai appliqué mes mérites et mon Sang, et cela a blanchi les étoles pas encore complètement purifiées par le feu blanc de la charité purificatrice (Cf. Apocalypse 7, 13-14).

Livre d’Azarias
Voir le sommaire

 

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF Fête du Christ-Roi : Il ne convenait pas que l'esprit de l'homme, accordé par Dieu, émanation de Dieu, germe de Dieu, se perde après la mort de la chair. Il ne convenait pas non plus qu'un perpétuel exil retienne les esprits des justes loin de la demeure du Père, dans les limbes éternels. La première chose ne convenait pas en raison de la dignité de tout ce qui vient de Dieu, la seconde en raison de la justice de Dieu. Les justes devaient avoir une récompense. Laquelle, sinon le paradis ? Mais il ne pouvait entrer au paradis des âmes blessées par la faute originelle qu'aucun purgatoire ne peut effacer. Il s'ensuit qu'il était nécessaire d'effacer cette faute. Il fallait donc qu'un Dieu rétablisse l'ordre et le rende même encore plus beau afin que, désormais, la purification de la faute ne vienne plus seulement d'un héritage tel qu'aurait été celui des hommes issus d'un Adam et d'une Ève fidèles, mais du sacrifice d'un Dieu-Homme, de ses mérites infinis et de son enseignement qui, s'il est accueilli par des âmes de bonne volonté, leur communique la capacité d'imiter le Fils de Dieu dans ses œuvres et dans ses vertus.

Leçons sur l’épître de saint Paul aux romains
Voir le sommaire

 

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF Leçon n°9 : Les Gentils. À présent on utilise ce terme pour désigner ceux qui ne sont pas chrétiens catholiques. Nous continuerons à employer ce terme le temps de notre méditation sur les paroles de Paul. Les Gentils, qui même sans connaître la Loi font naturellement ce que la Loi impose, sont loi à eux-mêmes. À leur manière, ils témoignent que leur esprit aime la vertu et tend au Bien suprême. Lorsque Dieu, dans la personne de Jésus-Sauveur, jugera les actions secrètes des hommes, ces Gentils seront justifiés.       
Ceux-là sont nombreux. Leur nombre est vraiment considérable. Ils sont la foule immense... rassemblée de toutes nations, langues, tribus, peuples, sur lesquels au dernier jour sera imprimé le sceau du Dieu vivant, signe de salut et de récompense, avant le jugement dernier, qui est sans appel (Cf. Apocalypse 5, 9-10). Tous ceux-là seront sauvés grâce aux mérites infinis du Christ, qui a accepté d'être immolé en versant sang et sérum jusqu'aux dernières gouttes; c'est grâce à lui que tous ceux-là seront sauvés.          
La vertu de ces Gentils, leur obéissance spontanée à la loi de la vertu, les aura baptisés sans autre baptême; elle les aura consacrés sans autre chrême que les mérites infinis du Sauveur. Les limbes ne seront plus la demeure de ces justes en attente. De même qu'au soir du Vendredi-Saint les justes ont quitté les limbes, car le Sang versé par Jésus-Rédempteur les avait purifiés de leur tache originelle (
Cf. Genèse, chapitre 3 - Romains 5,12-21), de même, au soir du Temps, quand les mérites du Christ auront triomphé de tous ses ennemis, les justes, qui par ferme conviction d'être dans la juste religion auront appartenu à un troupeau non catholique, seront par lui absous et justifiés. Ils recevront la récompense des vertus pratiquées sur terre.    
S'il n'en était pas ainsi, Dieu aurait trompé ces justes qui se sont donnés une loi de justice, et ont défendu la justice et la vertu. Or Dieu ne trompe jamais. Sa récompense, même si parfois elle se fait attendre, est toujours certaine.       

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF Leçon n°24 : Le jour viendra, ce sera lors du Jugement dernier, où le Purgatoire sera aboli et ses occupants passeront au Royaume de Dieu. Les Limbes, eux aussi disparaîtront car le Rédempteur a racheté tous les hommes qui suivent la justice pour honorer le Dieu de leur foi, et pour s'approcher de lui tel qu'ils le connaissent, de toutes leurs forces.
Mais, qu'il sera long pour eux le chemin de l'exil après leur vie terrestre ! Qu'il sera long aussi pour ceux qui, bien que catholiques, font le strict minimum pour garder allumée la flamme de leur amour, se contentant de faire à peine le nécessaire pour ne pas mourir en état de péché mortel ! 
Quelle différence entre ces derniers, — sauvés plus que par leurs mérites, par les mérites infinis du Sauveur, par l'intercession de Marie, par les trésors de la communion des Saints, les prières et les sacrifices des justes — et ceux qui auront voulu la gloire non par égoïsme mais par amour de Dieu !          

 I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\BouleBleue.GIF Leçon n°46 : Adam est une figure emblématique de ce qu’il advient lorsqu’on tombe dans la réprobation de Dieu. Pour son péché il a dû attendre aux enfers pendant des siècles et des millénaires, malgré la longue expiation qu'il avait déjà fait sur la Terre. Après il a pu être au moins admis au lieu où Enoc et Élie jouissaient déjà depuis des siècles de l'heureuse amitié de Dieu.


Dans les textes fondamentaux chrétiens

Dans la Bible
Haut de page

La Bible n'en parle pas, ou du moins explicitement.

Dans le catéchisme de l'Église catholique
Haut de page

La croyance aux Limbes fit partie, pendant longtemps, de l’enseignement catholique, principalement pour les enfants morts sans baptême, mais le Catéchisme de l’Église catholique, publié en 1992, n’en parle pas.

En 2007, le Pape Benoît XVI a relancé la question des Limbes (Limbo en tialien) en demandant à une Commission Théologique Internationale (CTI) de réfléchir à la question. Cette commission rappelle l'affirmation des théologiens du Moyen-âge et invite à aller plus loin dans la réflexion sur laquelle elle ne statue pas. En effet, le Concile Vatican II a évoqué les Limbes. Le CEC de 1992 n'en parle pas. Mais ce n'est pas parce qu'il n'en parle pas qu'il condamne le concept. (
Voir le texte de la commission sur le site du Vatican)


Dans d'autres sources
Haut de page

 

À venir.


Retour à l'index des thématiques        
Fiche mise à jour le
11/12/2017.

 



[1] Catholica encyclopedia 1913, Limbo.

[2] Catéchisme de la Doctrine chrétienne, 1913, question 90.

[3] Traité de l’enfer, chapitre 7.

[4] Cahiers de 1944, dictée du 4 août.

[5] Commission théologique internationale : L’espérance du salut pour les enfants qui meurent sans baptême, 19 avril 2007.

[6] Cf. : Jean XXII, Nequaquam sine dolore, 21 novembre 1321 – Pie VI, constitution Auctorem fidei, 1794.

[7] Constitution dogmatique Lumen gentium, § 16.

[8] Leçons sur l’épître de saint Paul aux romains, Leçon n° 24.

[9] EMV, Tome 6, chapitre 136, page 368.

[10] Ïb°.

[11] Cahiers de 1944, dictée du 11 juin, page 356.

[12] Pie VI, bulle Auctorem fidei, 1794.

[13] Cf. Lumen gentium § 16 et Catéchisme de l’’Eglise catholique § 846 à 848.

[14] Message du lundi 10 janvier 1983.