I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\MV15ANS.gif

L'œuvre de Maria Valtorta
© Centro Editoriale Valtortiano

Se repérer

Consulter la Bible en ligne

Aller sur le forum

Qui sommes-nous

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroAccueil.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroOeuvre.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroValtorta.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroThemes.gif  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroBoutique.gif

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroductionGaucheT.gif

Accueil >> Plan du Site >> Index des FAQ

Traduction automatique de cette fiche :
  -     

Quel visage avait Jésus ?

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif

Les adieux de Jésus à sa mère : dessin de Lorenzo Ferri d’après les indications de Maria Valtorta.


Jésus vivant par L. Ferri.


Maria Valtorta au-dessous du portrait dessiné par L. Ferri.


Jésus mort par L. Ferri.


Retour vers la biographie de Jésus


Les personnages de Maria Valtorta confrontés aux données historiques.

Mgr René Laurentin, François-Michel Debroise, Jean-François Lavère : Dictionnaire des personnages de l'Évangile selon Maria Valtorta, Salvator, 2012


Exemple de cheveux blond-cuivré.

Qu’il soit issu des apparitions privées au cours de l’Histoire, ou qu’il soit colporté par la tradition millénaire, le visage de Christ est connu dans ses grands traits.       

Ce sont probablement ces constantes manifestations qui donnent les similitudes dans les
portraits historiques de Jésus.          

Dans ces conditions que peuvent apporter les visions de Maria Valtorta ?    

1. D’abord confirmer ou non, les portraits les plus populaires.          
2. Ensuite les compléter de détails propres.  

Plusieurs descriptifs donnés par Maria Valtorta, permettent de se faire une représentation approchée de Jésus :           
         - durant sa vie publique
         - après sa Résurrection            
         - lors des catéchèses données à Maria Valtorta.           
         - en Gloire "assis à la droite du Père"   

Le Jésus de la vie publique
Haut de page   

Jésus est grand. Il a de longues mains. Il dépasse d'une tête sa mère (voir ci-contre); et "de la tête et du cou" son disciple préféré : Jean. Il devait donc mesurer 1,80 m environ. Dans la troupe apostolique, seul Judas a une taille équivalente.        

Jésus a "de longs cheveux peignés, blond roux
[1]. Le teint blanc ivoire, les yeux bleu foncé, le vêtement simple, mais majestueux". Judéens et galiléens différent sur la coiffure : cheveux longs pour les galiléens, cheveux courts pour les judéens. Lorenzo Ferri a réalisé un portrait de Jésus sur les indications de Maria Valtorta (voir ci-contre). Elle le pensait suffisamment fidèle pour l’accrocher au-dessus de sa tête, dans sa chambre (voir ci-contre).         

Les détails sur l'apparence de Jésus abondent tout au long de l'œuvre, mais il est plus longuement décrit au
Tome 4 :          
- Jésus n'est jamais renfrogné, mais toujours parfaitement digne.     
- Il n'a ni gaité excessive, ni allure morose. Il lui arrive de partir d'un éclat de rire franc, mais reprend tout de suite sa sérénité. Son sourire est inimitable.  
- Tristesse et fatigue n'effacent pas sa paix intérieure, même au moment de la Passion.        
- Qu'il parle ou qu'il se meuve, il ne fait jamais rien à la hâte.
- Sa voix est entre ténor et baryton. Ses accents varient selon la situation.    

Marchant et prêchant le jour, priant la nuit, Jésus ne semble atteint
ni par la faim, ni par la soif, ni par la chaleur ni par le froid.  

Les descriptifs de Maria Valtorta ont inspirés le peintre et sculpteur  
Lorenzo Ferri qui a travaillé en relation avec elle pour établir ses dessins, soit directement, soit par correspondance.      

Les descriptifs ont aussi inspirés Toon (Antoon) Grassen. Il a réalisé une sculpture hyper-réaliste de Jésus en croix. Elle est visible
à l'Oasi della Pace à Passo Corese au nord de Rome.

Le Jésus ressuscité 
Haut de page   

Selon Maria Valtorta, Jésus ressuscité est à la fois le même et différent. Ceci peut expliquer certaines difficultés qu'ont eues ses proches à le reconnaître dans son corps glorieux.         

Le descriptif en est fait principalement en 10.16        

Le Jésus des catéchèses     
Haut de page   

Maria Valtorta n’a pas que la vision historique de Jésus. Elle le voit et l’observe lorsqu’il lui apparaît pour s’entretenir et lui dicter des catéchèses..          

"Jésus est ici, avec son vêtement ordinaire de laine blanche, d'un blanc qui tire sur l'ivoire, si différent par sa pesanteur et sa teinte du vêtement éclatant qui semble d'un lin immatériel, si blanc qu'on dirait qu'il est fait de fils de lumière, qui le couvre dans le Ciel. Il est ici avec ses mains belles et longues et effilées, d'un blanc de vieil ivoire, avec son beau visage allongé et pâle où resplendissent ses yeux dominateurs et doux de saphir sombre entre les cils épais d'un châtain étincelant de blond roux. Il est ici avec ses beaux cheveux longs blonds et souples, d'un blond roux plus vif dans les parties éclairées et plus sombre dans le fond des plis." (1.49).

Le Jésus glorieux du Paradis         
haut de page    

Dans une vision du 10 janvier 1944, Maria Valtorta décrit le Jésus glorieux, non celui qu’elle voit dans ses visions historiques ou celui qui s’entretient avec elle, mais la majesté de la Seconde personne de la sainte Trinité : "Je vis Jésus. Non pas le Jésus-Maître que je vois habituellement. Mais Jésus comme roi. Il était vêtu de blanc, mais son vêtement était lumineux et extrêmement blanc, comme celui de Marie. Cet habit semblait fait de lumière. Il était extraordinairement beau, vigoureux, imposant, parfait, resplendissant. De la main droite — il était debout —, il tenait son sceptre, qui est aussi son étendard". Voir la suite =>

Le Linceul de Turin
Haut de page   

Maria Valtorta affirme que le Jésus de ses visions ressemble à celui du Linceul de Turin.      

Dans son Autobiographie, page 175, elle écrit après reçu les premières visions de Jésus : "J'ai cherché dans tous les magazines d'art et d'objets sacrés, un visage de Jésus qui ressemble à celui que j'ai vu. Mais je ne l'ai jamais trouvé… Je vois Jésus toujours avec ce même visage, cette même stature, les mêmes mains… Lorsque vous m'avez donné, Père
[2], ce livre sur le saint suaire, j'en ai été secouée car, malgré l'altération due aux souffrances endurées, j'ai reconnu ce visage, cette stature, ces mains…"

On sait que le Linceul de Turin est sujet à controverses dont l'une, en 1988, a semblée statuer définitivement contre l'authenticité. Mais en 2005, il a été démontré qu'il n'en était rien.

Des artistes se sont inspirés du
linceul de Turin pour faire des représentations réalistes de Jésus :


Luigi Mattei (né en 1945)
Sculpture réalisée en 2000 d’après le Linceul de Turin.

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\SainteFaceIcone.jpg
Image reconstituée par la NASA à partir du Linceul de Turin (1978)

Reconstitutions en 3D du visage du Linceul de Turin.

Dans ce contexte, le rapprochement effectué par Jean-François Lavère de deux reliques, de la Sainte-Face et du Linceul de Turin a-t-il restitué le visage souffrant de la Passion ?


Domenico Fetti : Sainte-Face


Linceul de Turin.


J.F. Lavère : Visage reconstitué de la Passion.

Haut de page           

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\TableMatieres.gif
Fiche mise à jour le
06/10/2016

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroductionBasT.gif



Nous contacter

  I:\Maria Valtorta\SiteWeb\ValtortaWeb\Images\IntroductionBasDroitT.gif

 



[1] Maria Valtorta parle de blond cuivré, plus foncé pour Jésus et plus clair pour la Vierge Marie. David, ancêtre de Jésus par sa Mère, était roux ou blond, car le mot ‘admoni en hébreu peut désigner l’un ou l’autre. Le fait que la Bible signale que David "avait de beaux yeux" (1 Samuel 16, 12) peut aussi vouloir dire que ses yeux étaient bleus, couleur peut commune comme ses cheveux.

[2] Père Romualdo Migliorini, son confesseur. Frappé par la grandeur d'âme de Maria Valtorta, il l'incite à rédiger l'histoire de sa vie, ce qu'elle fait en deux mois au début de 1943. L'intensité mystique va crescendo et débouche, le Jeudi-Saint sur la vision de Jésus en Croix. Commencent alors, à un rythme quasi quotidien, visions et dictées. Elles durent jusqu'en 1950 et, dans un rythme moindre, jusqu'en 1953.